Navigation – Plan du site

Des goûts et des couleurs. Draps du Languedoc pour clientèle levantine au XVIIIe siècle

Gilbert Buti
p. 125-140

Résumés

Les draps du Languedoc parviennent au début du XVIIIe siècle à s’imposer sur les loin­tains marchés levantins aux côtés des concurrents anglais jusqu’à constituer le meilleur soutien du commerce de Marseille avec les Échelles. La mise en place de mécanismes de contrôle, sous l’égide de l’État mercantiliste avec la participation des négociants-ban­quiers exportateurs, a pour objectif d’assurer la fiabilité et l’identification du produit. L’établissement d’échantillons matrice et la diffusion de « montres » pour réaliser les assortiments des ballots indiquent la volonté de garantir la qualité standard du produit de référence, une qualité qui repose sur le savoir-faire des manufacturiers et sur les matières premières employées en conformité avec les règlements (laines fines et solides colorants). Le gonflement de la demande et les changements de goûts de la clientèle ottomane aboutissent à la diversification de l’économie textile et à un moindre respect de la « normalisation ». La rupture du pacte de confiance, que pointe l’infidélité de la production dénoncée par des négociants attachés au label, s’inscrit dans la crise générale que traverse le commerce des draps du Languedoc avec le Levant dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

commerce, histoire

Géographie :

Méditerranée

Chronologie :

Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

1L’importance des phénomènes de différenciation dans la production et l’émergence de produits de référence qui impliquent des normes de qualité et suscitent par-là fraudes et contrefaçons, caractérisent le fonctionnement de l’économie contemporaine. Toutefois, cette réalité, qui est déjà perceptible sous l’Ancien Régime pour les toiles « bretagnes »1, se retrouve, dans une certaine mesure, avec les draps de Languedoc destinés à la clientèle levantine. Ces draps de laine, qui parviennent à s’imposer sur les marchés du Levant à la fin du xviie siècle au terme d’une âpre lutte contre les produits anglais et hollandais, constituent au xviiie siècle le poste dominant et le meilleur soutien du commerce de Marseille avec les Échelles.

2Dans ces échanges, les producteurs et les diffuseurs se montrent particulièrement attentifs à la qualité des marchandises, conditions essentielles pour conquérir de lointains marchés. Ainsi, les manufacturiers et les négociants soignent la composition des balles et ballots2 et jouent, consciemment ou non, la carte du label afin de faciliter l’identification des produits dans leur provenance et caractéristiques.

3Parmi les critères qui fonde cette « économie de la qualité »3 et affirme l’identité du produit interviennent de manière complexe le choix de la matière première et le savoir‑faire pour sa transformation. Dans le cas des draps de Languedoc, ces deux éléments ont un rôle déterminant pour mettre la confection d’étoffes de « grand teint » en conformité avec la sensibilité mouvante des consommateurs.

4Le problème permanent au xviiie siècle que constitue l’adaptation de la production au marché, avec des phases de fluidité et d’engorgement dans l’écoulement des marchandises, résulte en partie de cette demande diversifiée en fonction des modes et usages des étoffes. La politique de réglementation de l’État mercantiliste, qui s’attache par un dispositif complexe à définir l’identité du produit auprès de la clientèle, est au cœur d’une stratégie de la qualité. Toutefois, cette intervention visant à garantir la fiabilité du produit a été diversement appréciée par les acteurs économiques en fonction d’objectifs avoués ou non. Si elle fut très sévèrement jugée par les uns jusqu’à la considérer comme à l’origine de la crise finale pour ne pas avoir su respecter le goût des autres, elle a été louée par d’autres qui la présentent comme indispensable pour s’imposer sur de lointains marchés.

5Il n’est certes pas question de reprendre ici l’histoire de la draperie languedocienne à destination du Levant, largement analysée par une pléiade de chercheurs, mais d’apporter quelques éléments sur le fonctionnement du marché des textiles à l’époque moderne en saisissant la mise en place de normes et de mécanismes de contrôle pour un produit inscrit dans une stratégie de commercialisation axée sur sa qualité.

Assortiments de draps de Languedoc pour le Levant

6À la fin du xviie siècle les draps de Languedoc réussissent à conquérir une part des marchés levantins et prennent une importance croissante dans les cargaisons au départ de Marseille à destination de la Méditerranée orientale. De 10 000 pièces environ en 1700 les envois atteignent près de 85 000 en 17754. La forte présence de balles et de ballots de draps sur le quai du port peint par Joseph Vernet au milieu du xviiie siècle n’est pas fortuite car les draps constituent alors pour Marseille le support des échanges avec les Échelles. Entre 1757 et 1776 – mais pour toute autre période nous trouverions de semblables pourcentages – les Échelles absorbent près de 90% de la fabrication languedocienne5.

Document 1. Ballots de draps sur le quai du port de Marseille (1754)6

Document 1. Ballots de draps sur le quai du port de Marseille (1754)6

7Certes, Marseille exportait depuis le milieu du xviie siècle des draps languedociens mais les qualités étaient inférieures et les quantités limitées sur un marché tenu par les Anglais et les Hollandais. Pour conquérir cet espace marchand ou tout au moins en contrôler une large part, Colbert mit en place une législation qui visait à garantir la qualité des produits et à assurer la stabilité de leur spécification. Les statuts de fabrication de 1669 qui fixaient « les longueurs, largeurs, qualités des draps, serges et autres étoffes de laine et fils7 » peuvent être considérés comme les actes fondateurs de cette politique. Pourtant, force est de reconnaître que ces mesures restèrent sans effet ou presque durant une vingtaine d’années, car le peu de soutien accordé par les financiers – de Montpellier et plus encore de Marseille – comme l’atteste la faiblesse des investissements, ne permit pas la pénétration commerciale souhaitée. Le démarrage fut lent et tardif. Ce n’est que dans les dernières années du xviie siècle, au moment où la guerre de la Ligue d’Augsbourg affaiblit les concurrents anglo-hollandais, que les négociants marseillais, longtemps réservés, prirent « les affaires en main » parce qu’ils en perçurent alors l’intérêt et mirent, avec la création en 1693 d’un Bureau des Draps, la main sur le long circuit reliant Carcassonne aux Échelles.

8Certes, la concurrence étrangère reprit avec le retour de la paix, mais une atteinte sérieuse lui fut portée car en l’absence d’élargissement de la demande levantine ou persane, le marché ottoman dut être partagé avec un nouveau venu.

9À partir de 1700 s’ouvre une phase de croissance tandis que les arrêts de 1697 et 1708 adaptent les normes de fabrication aux usages du Levant. Cette croissance se prolonge et s’affirme malgré quelques à-coups (guerres, peste, crises commerciales, troubles du marché du levantin) jusqu’au lendemain de la guerre de Sept Ans. « Ainsi, se noue, pour un siècle, cette symbiose étroite entre une région manufacturière lointaine, subordonnée, et la place dominatrice qui offre les appuis financiers et les commodités de ses structures commerciales8. »

10Cependant, si les négociants marseillais qui tiennent les débouchés n’interviennent pas dans la gestion des fabriques, ils n’en sont pas moins attentifs aux informations transmises par leurs régisseurs et contribuent à faire des draps de Languedoc un produit de référence. Certes, ce n’est qu’au xxe siècle que se généralisent les appellations d’origine, mais le souci de différenciation et la volonté de standardisation de la production ne sont pas ignorés sous l’Ancien Régime. La conquête du marché résulte largement de la qualité des produits offerts aux consommateurs. Ainsi l’impérieux souci de codage et de hiérarchisation que l’on rencontre dans les manufactures de Languedoc, qu’elles soient royales (au nombre de 12 vers 1750) ou ordinaires (105 en 1749) constitue un facteur d’information en direction des consommateurs et un gage pour les négociants banquiers qui contrôlent la commercialisation et assurent en large partie le financement. Ces manufactures exposent la variété et la qualité de leurs productions en diffusant des « montres » ou échantillons auprès des négociants et marchands intermédiaires. Contrairement aux nombreux vêtements présentés dans des musées, ces échantillons, que l’on retrouve dans les archives parmi les papiers des négociants et des manufacturiers, ont souvent conservé leur brillance originelle9. Cet usage en vigueur sur d’autres marchés – on songe aux « montres de bleds » destinées à faire apprécier aux acheteurs la qualité des céréales – est fréquent dans le monde des manufactures que ce soit en Normandie ou dans les Ardennes10. Sur ces « montres », qui prennent quelquefois des allures de mini-catalogues, figurent le nom de la manufacture ou du propriétaire avec le type de drap. Ainsi, trouve-t-on des pinchinats de Provence, des vigans des Cévennes, des cadis de Nîmes ou des verdets de Montpellier, mais encore des seizains de Saint-Pons, Saint-Chinian ou des mahoux de Carcassonne. Dans ces conditions, il est donc difficile, en suivant en cela les critères retenus par André Lespagnol11, de qualifier ces draps de véritable « produit-phare » dans la mesure où, malgré une aire de commercialisation internationale, ils ne sont pas désignés par un seul nom générique – à l’instar des toiles « bretagnes. » Qui plus est, ces draps ne sont diffusés ni sous un terme générique, ni sous ces appellations géographiques multiples mais vendus sous les noms de « londres » et « londrins » en référence aux produits anglais incontournables sur le marché levantin convoité, et qui peuvent en cela être qualifiés de « produits-phares. » Cette dénomination captée par les Languedociens et l’imitation des produits concurrents visent assurément à provoquer la confusion chez les consommateurs.

Document 2. Montres ou échantillons de draps de manufactures de Languedoc au XVIIIe siècle

Document 2. Montres ou échantillons de draps de manufactures de Languedoc au XVIIIe siècle

© Collection Archives de la CCI Marseille-Provence. CCIM, L.IX, 1216. Draps du Languedoc : échantillons de draps.

11Un Parfait négociant ne laisse pas au hasard la composition des balles comme en témoigne sa correspondance en direction des manufacturiers, une correspondance émaillée de plaintes en cas de non-respect des directives transmises. Pour s’imposer sur un marché difficile il faut offrir non pas un seul produit mais des « assortiments de toutes les espèces. » Cette gamme souhaitée doit se conformer aux pratiques sociales de la consommation et aux goûts de la clientèle visée. Toutefois, même les acheteurs des catégories dites « meilleur marché », comme ceux de l’Archipel, appartiennent encore au début du xviiie siècle aux couches relativement aisées de la population levantine.

12Pour le « commun peuple » sont privilégiés les draps de qualité moyenne : les londrins seconds et les londrins larges avec une palette de coloris peu étendue dominée par des pièces sombres : trois pièces de bleu, deux de « vert-brun », deux de violet foncé et une de « vert naissant. » Pour la clientèle fortunée les ballots se composent surtout de draps fins – londrins premiers et mahoux – de couleurs vives. En ouvrant l’un d’eux nous trouverions, par exemple, une pièce d’écarlate, une de cramoisi ou carmin, deux de violet, une de pourpre et trois de couleur verte – mais non « vert d’herbe » car ne convenant pas au goût de la clientèle. Ces couleurs dites « fortes », « supérieures » ou de « grand teint » sont essentiellement des rouges.

13On retrouve ce même souci de qualité avec de semblables pièces aux teintes solides et délicates dans les balles destinées à la Perse : les orangé, chair, rose, soufre et céladon, côtoient les cramoisis et autres écarlates.

Document 3. Composition de ballots de draps pour les Échelles du Levant12.

Document 3. Composition de ballots de draps pour les Échelles du Levant12.

14Aux manufactures, les produits supérieurs et chers ; aux fabriques ordinaires, le grand nombre – près de 90% – et la qualité moyenne.

15La valeur et la réputation des productions manufacturières s’inscrivent dans un cadre normatif qui vise à réduire au mieux l’incertitude qui est, par définition, au centre de l’économie d’Ancien Régime13. Pour mettre sur le marché des produits sélectionnés et compétitifs, la fabrication est soumise, depuis Colbert, à une stricte législation. Placés sous la surveillance d’un corps d’inspecteurs des manufactures, les draps subissent un triple contrôle avant leur expédition sur les Échelles du Levant. Un premier est effectué par des gardes-jurés des « bureaux de visite » sur les lieux même de la fabrication en Languedoc moyennant un modique droit de « marque. » Les inspecteurs des draps vérifient à Montpellier les « marques de visite » que constituent les plombs apposés aux extrémités des pièces par les gardes-jurés. Un dernier regard sur ces plombs authentifiant la marchandise est porté à Marseille par le commis inspecteur avant l’embarquement sur les navires des balles et ballots munis de signes distinctifs et convenus à l’usage des consignataires14.

16Plusieurs critères sont pris en considération afin d’écarter toute malversation : le nom du producteur – parfois cousu en tête de l’étoffe – et le lieu de fabrication, la dénomination des étoffes et la largeur des pièces, la matière de chaîne et de trame, le nombre de fils et la lisière des étoffes dont la couleur permet quelquefois d’identifier certaines productions. En guise de référence, un « échantillon matrice » est déposé au Bureau des Draps de Marseille et à la Chambre de commerce de cette même ville.

Document. 4. Contrôle de ballots de draps sur le quai du port de Marseille (1754)

Document. 4. Contrôle de ballots de draps sur le quai du port de Marseille (1754)

Joseph Vernet, L’intérieur du port de Marseille vu du pavillon de l’Horloge du Parc (1754), détail.

Document. 5. Marquage de ballots de draps sur le quai du port de Marseille (1754)

Document. 5. Marquage de ballots de draps sur le quai du port de Marseille (1754)

Joseph Vernet, L’intérieur du port de Marseille vu du pavillon de l’Horloge du Parc (1754), détail.

17Un ultime contrôle est effectué à l’arrivée sur l’Échelle où le consul a le droit de refouler toute balle dépourvue de ses plombs. De graduelles et lourdes peines sont prévues pour punir les contrevenants : amendes, retour des ballots à Marseille (aux frais du fautif), confiscation de la marchandise, lacération des étoffes, fermeture momentanée de la manufacture et retrait de l’autorisation de produire. L’État entend par-là préserver la confiance et protéger collectivement les praticiens. Certes, l’attention n’est pas nouvelle – on songera aux règlements de métiers au Moyen-Age – mais elle s’applique désormais à tout le royaume15 et, au-delà, sur les lieux de débarquement des marchandises.

Laines fines, couleurs fortes et grand teint

18Une partie de l’explication du succès des draps de Languedoc sur les marchés levantins est assurément à rechercher dans la fabrication elle-même et les matières premières mises en œuvre pour cela. Pour la confection des draps, les producteurs languedociens se procurent en Espagne les laines ordinaires et les primes de Ségovie destinées aux qualités supérieures ; ils agissent directement ou par l’intermédiaire de marchands espagnols ou toulousains spécialisés dans ce commerce16.

19Toutefois, dans la mesure où « la bonne teinture est aussi nécessaire que la construction du drap17 » les colorants jouent un rôle fondamental dans la qualité de la production et l’identification des pièces.

20Établis au Levant, les régisseurs des négociants marseillais transmettent des informations relatives à la sensibilité des consommateurs, à la mode locale et à la variation des goûts. Les Ottomans aisés, qui avaient la possibilité de choisir les couleurs de leurs vêtements, semblent avoir donné la préférence aux couleurs vives, affectionnant les bleus et plus encore les rouges. La couleur a été, jusqu’au xviie siècle tout au moins mais probablement encore au-delà, un important marqueur social et religieux. Des textes du xvie siècle montrent des tentatives pour légiférer en ce domaine : ainsi, un édit mentionne que les femmes non-musulmanes doivent porter des jupes bleues ou noires. Vers 1650, selon un guide à l’usage des pèlerins, le port de certaines couleurs devait être évité par les non-musulmans comme le « vert-prairie », les pièces d’étoffe composées de fils verts ainsi que le blanc, surtout pour la visite de Jérusalem18. Pour les musulmans les couleurs dominantes sont alors les bleus, les bruns et plus encore les rouges.

21Pour répondre à ces usages et prescriptions, les producteurs languedociens se plient à une stricte réglementation, notamment pour l’emploi de la cochenille mexicaine ou grana. Cet insecte, élevé depuis les temps précolombiens dans des nopaleraies situées sur les hauts plateaux de la région d’Oaxaca, est distribué par les Espagnols dès le xvie siècle sur les grandes places marchandes européennes à partir de Séville puis, au xviiie siècle, de Cadix19. Par la solidité des couleurs obtenues et la large gamme de coloris possibles, la grana mexicaine supplante rapidement pour les « grands teints » la cochenille-kermès ou vermillon récoltée sur les chênes-kermès, poussant sur les collines du pourtour méditerranéen. Le haut pouvoir tinctorial de la grana – la capacité tinctoriale de l’insecte est estimée à 50% de sa masse – fonde son prix très élevé. Parmi les « fruits et trésors des Indes », ce produit de faible volume dans les cargaisons – et qui passe de ce fait quelquefois inaperçu aux yeux de chercheurs pressés – a une valeur qui la situe après celle des métaux précieux20.

22La grana est diffusée sous différentes appellations qui correspondent à diverses qualités ou formes du produit récolté. À côté d’une cochenille sylvestre ou « sauvage » aux quantités relativement limitées et au moindre pouvoir tinctorial, la grana cultivée conserve les dénominations attribuées au Mexique lors du tri réalisé avant l’embarquement. La qualité supérieure – reconnaissable à ses gros grains noirs – était dénommée grana fina ou misteca, la cochenille de petite taille était vendue sous l’appellation de granilla et les débris sous celle de grabeau. Cependant, à la suite d’un nouveau tamisage ou « grabelage » réalisé à la réception de la précieuse marchandise, la « poussière » de cochenille figurait également parmi les « qualités » offertes aux côtés de la cochenille « avariée. » Cette dernière n’était pas une qualité en soi, mais de la cochenille fine qui avait perdu une partie de son pouvoir tinctorial à la suite de la présence accidentelle d’eau : eau de pluie lors d’un transport terrestre à dos de mulets d’Oaxaca à Veracruz ou, plus fréquemment encore, eau de mer introduite, lors d’avaries ou naufrages, dans les caisses, sacs ou surons21 délicatement repêchés.

23Comme les autres places marchandes européennes – Londres, Rouen et Amsterdam – qui achètent ce produit tinctorial, Marseille en consomme peu dans ses manufactures, fabriques et ateliers. La manufacture de Gaspard Truilhard présente en 1672-1674 ne s’est pas maintenue. Elle ne semble pas avoir été remplacée et, en 1694, une demande de création est écartée pour des raisons significatives : « Le commerce de Marseille ne retirerait aucune utilité de cette manufacture puisqu’il n’y a pas apparence qu’on y peut faire de meilleurs draps qu’en Languedoc, ni les donner à plus bas prix22. » En 1698, une nouvelle sollicitation n’eut pas de suite malgré le soutien de l’intendant Pierre Cardin Lebret. Seule la modeste manufacture de l’Arsenal des galères ou « Manufacture royale du bagne » utilisait de la cochenille – mais de la poussière – pour la teinture des casaques des galériens23. La répartition des tâches s’affirme : au Languedoc, la fabrication, avec l’ouverture de nouveaux établissements privilégiés (La Terrasse et La Trivalle en 1696, La Grange en 1698) ; à Marseille, la commercialisation.

24Les négociants marseillais redistribuent la cochenille vers les manufactures de Languedoc et vers les Échelles du Levant sous la forme de draps teints, mais aussi de produit brut consommé sur place ou prenant parfois le chemin de Bassorah, puis de l’océan Indien pour être redistribué dans le monde asiatique. Ainsi, en trouve-t-on à Smyrne, à Constantinople24 comme à Damas dans les successions de riches négociants avec une valeur qui se situe, au début du xviiie siècle, au niveau de celle constatée en Europe, et qui représente cinq à six fois celle d’un autre produit tinctorial recherché à savoir l’indigo25.

25Employée pure, la cochenille mexicaine permet d’obtenir, selon les dosages, les écarlate, cramoisi, carmin et soupe au vin, mais en la mélangeant – à de la garance, de l’étain, du tartre, du vitriol ou des noix de galles – la palette peut être très largement enrichie : grenade, jujube, rose, capucine, langouste, cassis, orangé, mordoré, pourpre, violet, mauve, jonquille, lilas, amarante, cannelle, olive, gorge de pigeon…

26Parmi les statuts colbertiens de 1669, certains articles, concernant uniquement la teinture, furent repris en 1672 dans une Instruction générale pour la teinture des laines et les manufactures de laine de toutes nuances et pour la culture des drogues ou ingrédients qu’on emploie. Pour Colbert :

27« si les manufactures de soie, laine et fil sont celles qui servent le plus à entretenir et faire valoir le commerce, la teinture qui leur donne cette belle variété de couleurs, qui les fait aimer et imiter ce qu’il y a de plus beau dans la nature, est l’âme sans laquelle ce corps aurait bien peu de vie (…) toutes les choses visibles se distinguent ou se rendent désirables par la couleur et il ne faut pas seulement que les couleurs soient belles pour donner le cours au commerce des étoffes, mais il faut encore qu’elles soient bonnes afin que leur durée égale celles des marchandises où elles s’appliquent. »

28Afin que les teinturiers puissent suivre la norme exigée par la réglementation il fut délivré à chacun d’eux « un échantillon matrice pour s’y conformer. » Les articles relatifs aux rouges26 furent repris et précisés dès 1701 car :

29« la confrontation des montres de draps teints à Marseille où les teinturiers ne se servent que de la poussière de cochenille, avec ceux qui l’ont été en Languedoc, font état d’une infériorité de couleurs, (…) cela donne de ce fait du rebut aux draps du Royaume en Levant et porte un préjudice considérable au commerce car ce défaut de teinture fait donner la préférence à ceux des autres nations. »

30Aussi, l’ordonnance stipule qu’aucun drap ne pourra être teint en rouge « sans qu’après lui avoir donné le fonds de cochenille et avant de le brunir, il ne soit présenté à l’inspecteur des draps établi à Marseille, à savoir le sieur Cauvière, pour examiner s’il a vraiment été employé de la pure cochenille et la quantité suffisante pour la perfection des couleurs. » Afin que les directives soient suivies à la lettre, l’intendant Lebret exige que soient déposés à la Chambre de commerce de Marseille des échantillons de draps teints en écarlate et en cramoisi, « couleurs fortes » par excellence27. La production marseillaise était certes marginale mais pouvait atteindre la « réputation » des draps languedociens et par-là « l’économie de la qualité » que s’efforçait de mettre en place l’État mercantiliste avec le soutien des négociants.

31La manufacture languedocienne ne fut pas en reste. Au terme d’une enquête effectuée par l’intendant Basville, le Conseil d’État décida, en 1713, que « pour la teinture des draps destinés pour le Levant, tant Londrins que Londres larges en couleurs écarlate, cramoisi, soupe-au-vin, il sera employé au moins une livre trois quarts de cochenille, poids de marc pour chaque pièce tirant de quinze à dix-huit aulnes28. » Les pièces ne correspondant pas à ces règles étaient confisquées tout comme celles teintes avec de l’orseille ou de la cochenille sauvage dite « sylvestre. » Nous ne possédons pas les directives qui concernent la prohibition de ce dernier colorant mais les négociants en font largement état dès la prise de décision par le pouvoir central. De Cadix, Guillaume Macé et Jamets, Verduc, Vincent écrivent presque le même jour aux frères Roux de Marseille qu’ils ont appris que « la cochenille sylvestre ne sera plus employée que pour les fausses teintures et prohibée pour les étoffes de laine29. »

32Ainsi, selon les régisseurs installés en Levant, comme pour les correspondants des négociants marseillais établis à Cadix et attentifs aux affaires levantines, la production languedocienne jouit, au moins jusqu’au milieu du xviiie siècle, d’une très bonne renommée auprès de la clientèle locale.

Rupture du « pacte de la qualité » ?

33À partir de la fin de la guerre de Sept Ans le commerce des draps de Languedoc pour le Levant entre dans une zone de forte turbulence. Le débat sur les origines de cette « crise », qui se précise à partir de 1765 et aboutit à la brutale rupture de 1784, reste largement ouvert : problèmes levantins, difficultés asiatiques, concurrences européennes30 ? Dès le xviiie siècle, les négociants marseillais et les fabricants languedociens s’en rejetaient la responsabilité. D’aucuns dénonçaient un contrôle excessif de la fabrication que d’autres considéraient comme essentiel pour réduire l’incertitude et établir la confiance nécessaire sur de lointains marchés31.

34Au cours du xviiie siècle, et principalement dans sa seconde moitié, des manufacturiers languedociens visèrent à élargir leur marché par la conquête de nouvelles couches de la société ottomane. Là se situeraient les perspectives de profits car, ainsi que le rapportait, en 1748, le consul de France en Egypte : « La mode des draps, qui était il y a vingt ans, renfermée dans les seuls Grands du pays, s’est étendue à toutes les personnes aisées ; elle commence à gagner le peuple et, si jamais elle pénètre dans les campagnes, cela triplera la consommation32. »

35Aussi, pour atteindre cette clientèle et répondre aux goûts de nouveaux consommateurs, certains n’hésitèrent pas à modifier leur production et à se montrer moins respectueux de la réglementation. En somme, à « rompre de pacte de la qualité33 » en emboîtant le pas des détracteurs de la politique réglementaire mise en place par l’État royal au temps de Colbert. Parmi ces voix, retenons simplement celle du comte de Berthollet, chimiste, qui souhaitait une révision de la réglementation des procédés de teinture, et regrettait qu’» en payant un tribut à l’esprit féodal par la multiplication d’entraves au commerce, à l’industrie et à l’agriculture, Colbert ait gravé, dans presque toute l’Europe, l’habitude de regarder ces entraves comme indispensables34. »

36Plus modéré, de Gentilly, teinturier de Lyon, proposa – « montres » en main – de mettre ses compétences au service des responsables de l’État, en associant la qualité réglementaire à la réduction des coûts de production pour faciliter l’écoulement des draps languedociens sans mettre en péril le label de référence :

37« J’ay l’honneur de vous adresser quelques échantillons de draps teints par des procédés dont j’ay fait récemment la découverte. Ces couleurs ont l’avantage d’être d’une solidité peu commune ainsy que les débouillis peuvent le prouver et reviennent de quinze à vingt sols l’aulne de France, ce qui les rend très utiles et très applicables aux Londrins seconds dont le Languedoc fabrique beaucoup pour le commerce du Levant vu que cette qualité de draps ne peut supporter une peinture chère. (…) J’ay pris le party de vous envoyer ces échantillons afin que, d’après des expériences convenables si votre zèle pour le bien des fabriques de vos Etats et la protection que vous leur accordés vous engagent à établir un marché quelconque à cette affaire, je puysse m’y conformer autant que les circonstances me le permettront. Si vous coupés des morceaux pour essay vous voudrés bien ménager la partie cachetée et la conserver pour la représenter au besoin. »

Document 6. Echantillons de peintures en laine remis par M. de Gentilly à Messieurs les commissaires des Etats du Languedoc (Lyon, 9 novembre 1777)35

Document 6. Echantillons de peintures en laine remis par M. de Gentilly à Messieurs les commissaires des Etats du Languedoc (Lyon, 9 novembre 1777)35

38Il est vrai que nombre de fabricants eurent moins de scrupule et ne furent guère soucieux d’une révision des statuts de production à en juger par les nombreux cas de fraude déclarés : ici sur la qualité de la laine ou le nombre de fils employés, là sur l’usage des colorants comme le montre la circulation de « recettes pour se passer de la cochenille et imiter les grands teints. »

39Au reste, le départ vers les bastides, avec terres et vignes, de l’ancienne élite manufacturière de Languedoc laissa le champ libre à de nouveaux venus qui cherchèrent à produire les pièces en vogue, en abaissant les coûts par le contournement de la réglementation en vigueur36. Ils bradèrent la qualité des draps et se tournèrent vers la production d’étoffes de goût, c’est-à-dire « non pas une étoffe riche, bien fabriquée, d’un beau dessin qui plaît à tout le monde, mais une étoffe de caprice et de fantaisie dont ordinairement la mode dure peu37. » Ainsi en fut-il des manufactures de Clermont-Lodève38 et de Carcassonne, alors qu’à Bédarieux se maintenait, dans un même contexte économique, une fabrication traditionnelle39.

40Quelques régisseurs sensibles à l’évolution de la demande de la clientèle ottomane, proposèrent à leurs majeurs des adaptations. Après avoir pointé « des assortiments non conformes à la consommation levantine » et « un grand nombre de ballots renfermant des pièces de couleurs peu en vogue40 » ils appelèrent la création d’autres gammes de couleur en fonction des goûts nouveaux et demandèrent l’autorisation « d’employer des couleurs à la cochenille y compris dans les qualités inférieures car les Orientaux se déterminent ordinairement pour ces couleurs qui sont mieux à leur goût41. » Henry, régisseur à Constantinople, n’hésita pas à faire passer aux majeurs marseillais des échantillons de « draps de Leispsich » afin que les manufacturiers puissent les imiter. L’usage des « montres » s’inscrit toujours dans cette « économie de l’identification42 » mais il s’agit en l’occurrence de «  s’attacher à imiter parfaitement cette couleur qui, si elle variait un peu trop de l’échantillon, ne serait pas vendable. Cette couleur est essentielle en Levant pour la coiffure des hommes. Les Anglais y réussissent parfaitement, aussi on ne se sert presque que de leurs draps... » Conformément aux conceptions libérales du temps, la concurrence apparaît comme l’aiguillon fondamental pour le producteur et une garantie pour le consommateur.

41Si des régisseurs paraissaient sensibles aux modifications des goûts de la clientèle levantine et si des fabricants y répondirent, les praticiens du commerce se montrèrent plus réservés et souvent très attachés à la réglementation, ici comme en d’autres places43. D’aucuns condamnèrent « les étoffes de goût dont un marchand judicieux ne se charge ni volontiers, ni en quantité car il y a presque toujours à perdre sur ces étoffes quand on ne se hâte pas de s’en défaire44. »

42Les négociants se montrent ainsi attachés au dispositif réglementaire élaboré sous l’égide de l’État, condition même à leurs yeux du maintien de la crédibilité commerciale. Comme le déplore en 1771 l’auteur d’un mémoire destiné aux représentants de la Chambre de commerce de Marseille : « les fabriques françaises ne maintiennent pas leur niveau de qualité45 » ; certes, « s’il est essentiel, toujours selon ce mémoire, que les draps soient bien assortis pour en faciliter la vente, très souvent le bon assortiment prévaut sur la qualité. » Le déficit de qualité se retrouve dénoncé tout au long de la seconde moitié du xviiie siècle dans la correspondance échangée entre les négociants marseillais, les régisseurs établis en Levant et les manufacturiers de Languedoc ; il y est fait état, sous la plume des négociants, de l’  « infidélité » ou de la « négligence des couleurs », du « non-respect des règles », du manque de « crédit » ou de la « perte de confiance. » La mévente accélère à son tour la détérioration de la qualité ; ainsi : « nous faisons les écarlates à 1 livre ½ de cochenille, mais depuis que le bas prix des draps nous a forcés à les faire plus minces, nous les faisons à 1 livre ¼. » La position dominante acquise sur les marchés levantins par la draperie languedocienne d’exportation résultait pour les négociants de l’application rigoureuse de normes pour atteindre une qualité irréprochable. Preuve à l’appui, certains regrettent, comme Jean André Boulle, de Smyrne, que les draps ne soient plus aussi bien teints que souhaité et rappellent « amicalement » les types d’assortiments attendus.

43La concurrence étrangère résulterait, selon eux, du non-respect des normes et pour retrouver le crédit perdu « il suffirait que les fabricants relancent leur qualité…alors que les Vénitiens, jaloux de notre commerce, se perfectionnent d’envoy en envoy, même s’ils pêchent encore un peu du côté des couleurs46. »

Conclusion

44Ainsi, le système réglementaire élaboré par l’Etat sous l’autorité de Colbert, avec la normalisation de la qualité et la multiplication de contrôles rigoureux pour assurer l’indispensable confiance, est remis en cause par la diversification de la consommation de textile. Pour les négociants exportateurs, peu réceptifs en ce domaine aux tentations du libéralisme commercial du temps, cette stratégie de la qualité ne fait aucun doute et doit être renforcée.

45Or, dans la mesure où ce sont désormais les produits de gamme moyenne qui dictent la mode, l’offre n’est plus en adéquation avec les demandes. Dans ces conditions est-il possible de dicter les mêmes règles à plusieurs types de marché qui obéissent à des mécanismes différents et répondent à une diversité de goûts et de couleurs ? S’il ne saurait rendre compte de la crise de la draperie languedocienne en Levant, ce modeste feuillet en constitue une facette, à tout le moins un indicateur, alors que la diversification de l’économie textile signifie la fin du consommateur unique47.

Document 7. « Assortiments qu’on envoy aux amis » (1776-1778)

Document 7. « Assortiments qu’on envoy aux amis » (1776-1778)

ACCIM, L.IX, 1216. Draps du Languedoc: échantillons. Assortiments qu’on envoy aux amis, 1776-1778.

Haut de page

Notes

1 André Lespagnol, « Des toiles bretonnes aux toiles « bretagnes. » Conditions et facteurs d’émergence d’un « produit-phare » sur les marchés ibériques », dans Jacques Bottin et Nicole Pellegrin (sous dir.), Echanges et cultures textiles dans l’Europe pré-industrielle, Revue du Nord, n°12 - hors série, 1996, p. 179-192.
2 Il faut savoir qu’une balle de draps, qui tire en moyenne 320 aunes, contient deux ballots et que la balle est formée de dix pièces ou vingt demi-pièces. Si le ballot renferme donc théoriquement dix demi-pièces, on en compte souvent douze dans la seconde moitié du xviiie siècle, ce qui n’est pas sans poser de délicat problème de statistique.
3 Expression empruntée à Lucien Karpik, « L’économie de la qualité », Revue française de sociologie, t. xxx, 1989, p. 185-210.
4 Paul Masson, Histoire du commerce français dans le Levant au xviie siècle, Paris, Hachette, 1896 ; Louis Dutil, Etat économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime, Paris, 1911.
5 Charles Carrière et Michel Morineau, « Draps du Languedoc et commerce du Levant au xviiie siècle », Revue d’histoire économique et sociale, xlvie volume, 1968, n°1, p. 108-121.
6 Joseph Vernet, L’intérieur du port de Marseille vu du pavillon de l’Horloge du Parc (1754), détail.
7 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel du commerce, Paris, 1723-1730, op. cit., Article : Teinturerie.
8 Charles carrière, « La draperie languedocienne dans la seconde moitié du xviie siècle. Contribution à l’étude de la conjoncture levantine », dans Conjoncture économique et structures sociales. Hommage à Ernest Labrousse, Paris-La Haye, Mouton, 1974, p.169.
9 Soraya Faroqhy et Christoph K. Neumann, Ottoman Costumes. From textile to identity, Istanbul, Eren, 2004, p. 3
10 Gérard Gayot, Les draps de Sedan, 1646-1870, Paris, EHESS, 1998.
11 André Lespagnol, « Des toiles bretonnes aux toiles « bretagnes », op. cit., p. 180-185.
12 ACCIM, H 174. Etat des draps qui ont passé sous l’inspection du sieur Cauvière, fabriqués dans les manufactures de Languedoc et de Marseille, destinés pour le commerce du Levant à commencer du 1er février 1695, jour de son établissement, jusqu’au dernier de juin 1698. Toutefois, ainsi que le signale Ferréol Rebuffat, les archives du Bureau d’inspection des Draps, qui comprenaient une cinquantaine de gros registres et formaient une série ininterrompue sur l’expédition des draps au Levant de 1693 à 1790, ont disparu lors de l’incendie de la Chambre de commerce en août 1944 (Répertoire numérique des Archives de la Chambre de commerce de Marseille, t. II, 1965, p.19)
13 Jean-Yves Grenier, L’économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, A. Michel, 1996.
1414.
15 Philippe Minard, « Réputation, normes et qualité dans l’industrie textile française au xviiie siècle », dans Alessandro Stanziani (sous dir.), La qualité des produits en France (xviiie-xxe siècles), Paris, Belin, 2003, p. 72.
16 Mireille Ciccullo et Laurence Giordanengo, Le commerce des laines dans la France méridionale au xviiie siècle, mémoire de maîtrise (dir. Ch. Carrière), Université de Provence, Aix-en-Provence, 1970.
17 AD Aude. Mémoire présenté en 1731 par le sieur Batizat, de Carcassonne, expérimenté dans l’Art de la teinture, à M. de Dernage, intendant de Languedoc.
18 Soraya Faroqhy et Christoph K. Neumann, Ottoman Costumes…op. cit., p. 22-29.
19 Gilbert Buti, « Perception, construction et utilisation de l’espace. D’Oaxaca à Bassorah : les négociants marseillais et la cochenille mexicaine au xviiie siècle » in Aubert P., Chastagnaret G. et Raveux O. (sous dir.), Construire des mondes. Elites et espaces en Méditerranée, xvie-xxe siècle, PUP, Aix-en-Provence, 2005, p. 251-268.
20 Gilbert Buti, « Cochenille mexicaine, négoce marseillais et manufactures languedociennes au xviiie siècle », dans Sylvianne Llinares et Philippe HrodĚj (sous dir.), Techniques et colonies (xvie s - xxe s), Société française d’histoire d’outre-mer, Paris, 2005, p.13-31.
21 Sacs faits de peaux retournées.
22 Cité par Charles carrière, « La draperie languedocienne dans la seconde moitié du xviie siècle…», art. cit., p.162.
23 Patrick Boulanger et Gilbert Buti, « La manufacture de l’arsenal des galères », dans Xavier Daumalin, Nicole Girard, Olivier Raveux (sous dir.), Du savon à la puce. L’industrie marseillaise du xviie siècle à nos jours, Marseille, J. Laffitte, 2002. Les manufactures de chapeaux et bonnets de laine « façon Tunis » utilisent du vermillon et les manufactures d’indiennes n’emploient pas de grana mexicaine
24 Edhem Eldem, French Trade in Istanbul in the Eighteenth Century, Leiden, E.J. Brill, 1999, p. 15-49.
25 Jean Paul Pascual et Colette Establet, Des tissus et des hommes. Damas vers 1700, Damas, Ifpo, 2005, p. 88‑90.
26 Articles 4, 13, 14, 15, 21, 22, 23.
27 ACCIM. H 156. Draps destinés au Levant. Teinture. Ordonnance de l’intendant Lebret prescrivant le dépôt d’échantillons de draps teints, les uns en écarlate, les autres en cramoisi.
28 ACCIM. H 156. Draps-Teinture. Arrêt du 18 avril 1713.
29 ACCIM, L. IX 828. Lettres de Guillaume Macé, 28 juillet 1737 et ACCIM, L. IX 818. Lettres de Jamets, Verduc, Vincent et Cie, 23 juillet 1737.
30 Charles Carrière et Michel Morineau, « Draps du Languedoc et commerce du Levant au xviiie siècle », art. cit. p. 108-121. Charles Carrière, « La draperie languedocienne d’exportation », dans L. M. Cullen et Paul Butel (sous dir.), Négoce et industrie en France et en Irlande aux xviiie et xixe siècles, Paris, cnrs, 1980, p. 92-102.
31 Philippe Minard, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard, 1998.
32 ACCIM, J 585. Consulat du Caire. Lettre de Antoine-Jacques de Lironcourt, consul (1747-1750).
33 Selon la formule de Philippe Minard, « Réputation, normes… », art. cit., p. 79.
34 Claude Berthollet, Éléments de l’Art de la Teinture, 2 volumes, Paris, 1791, t. 2, p. 222.
35 AD Aude. IX C 11. Document transmis par Gaëlle Bellier-Lapeyrie que je remerice vivement.
36 Claude Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au xviiie siècle : étude d’un groupe social, les marchands-fabricants, Carcassonne, Société d’études scientifiques de l’Aude, 1993.
37 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel du commerce, 3 volumes, Paris, 1723-1730.
38 J. K. J. Thomson, Clermont-de-Lodève, 1633-1789. Fluctuations in the prosperity of a Languedocian cloth-making town, Cambridge, Cambridge U.P., 1982, p.370-420.
39 Claude Marquié, op. cit., p. 111-142.
40 ACCIM, L. IX. Constantinople. Lettre de Greling et Olive, 17 juillet 1779.
41 ACCIM, L. IX. Salonique. Lettre de Honoré Reynaud et Cie, 18 juin 1784.
42 Jean-Yves Grenier, « Une économie de l’identification. Juste prix et ordre des marchandises dans l’Ancien Régime », dans Alessandro Stanziani (sous dir.), La qualité des produits en France (xviiie-xxe siècles), Paris, Belin, 2003, p.25-53.
43 On songe notamment au choc des opinions sur le régime des manufactures étudié à propos de la draperie sedanaise. Voir Gérard Gayot, op. cit., p. 75-91.
44 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel du commerce, 3 volumes, Paris, 1723-1730.
45 Cité par Robert Paris, Histoire du commerce de Marseille, t. v : Le Levant (1659-1789), Paris, Plon, 1957, p. 546.
46 ACCIM, L. IX. 710. Constantinople. Lettre de Jean Henry et Cie, 18 juin 1784.
47 Daniel Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement (xviie-xviiie siècle), Paris, Fayard, 1989.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1. Ballots de draps sur le quai du port de Marseille (1754)6
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/1393/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Document 2. Montres ou échantillons de draps de manufactures de Languedoc au XVIIIe siècle
Légende © Collection Archives de la CCI Marseille-Provence. CCIM, L.IX, 1216. Draps du Languedoc : échantillons de draps.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/1393/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Document 3. Composition de ballots de draps pour les Échelles du Levant12.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/1393/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Document. 4. Contrôle de ballots de draps sur le quai du port de Marseille (1754)
Légende Joseph Vernet, L’intérieur du port de Marseille vu du pavillon de l’Horloge du Parc (1754), détail.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/1393/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Document. 5. Marquage de ballots de draps sur le quai du port de Marseille (1754)
Légende Joseph Vernet, L’intérieur du port de Marseille vu du pavillon de l’Horloge du Parc (1754), détail.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/1393/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Document 6. Echantillons de peintures en laine remis par M. de Gentilly à Messieurs les commissaires des Etats du Languedoc (Lyon, 9 novembre 1777)35
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/1393/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Document 7. « Assortiments qu’on envoy aux amis » (1776-1778)
Légende ACCIM, L.IX, 1216. Draps du Languedoc: échantillons. Assortiments qu’on envoy aux amis, 1776-1778.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/1393/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilbert Buti, « Des goûts et des couleurs. Draps du Languedoc pour clientèle levantine au XVIIIe siècle », Rives nord-méditerranéennes, 29 | 2008, 125-140.

Référence électronique

Gilbert Buti, « Des goûts et des couleurs. Draps du Languedoc pour clientèle levantine au XVIIIe siècle », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 29 | 2008, mis en ligne le 15 février 2009, consulté le 17 août 2017. URL : http://rives.revues.org/1393 ; DOI : 10.4000/rives.1393

Haut de page

Auteur

Gilbert Buti

Gilbert Buti enseigne l’histoire moderne à l’Université d’Aix-Marseille 1 et mène ses recherches en histoire économique et maritime au sein de l’UMR TELEMME (Aix-en-Provence)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org