Navigation – Plan du site

Le territoire littoral et sous-marin de Majorque : entre tourisme et identité

Olivier Musard
p. 105-118

Résumés

Le processus de re-qualification touristique des Iles Baléares affirme la nécessité de préserver l’identité du territoire insulaire par un développement des activités humaines qui respectent, et les lieux, et le caractère des sites. Le « tourisme sous-marin », tel qu’il se pratique à Majorque, comme la plongée sous-marine, les bateaux à fonds transparents ou encore, le sous-marin civil de loisir de Palma, a permis à la communauté majorquine, institutionnelle et civile, de comprendre que le littoral se prolongeait sous la surface des eaux. Non spécifiques de cet espace car inscrites dans la logique globale du tourisme littoral mondial, ces activités récréatives et touristiques se fondent sur le principe de l’observation du patrimoine naturel. Dans le cas présent, elles participent de la volonté locale de préserver et de protéger l’espace littoral et sous-marin. Cette dynamique s’adresse aux touristes comme aux insulaires pour qu’ils développent un comportement, une sensibilité et un regard plus respectueux vis-à-vis de l’environnement insulaire et péri-insulaire.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

ESP

Chronologie :

CONT
Haut de page

Texte intégral

1La structuration d’un espace littoral à des fins touristiques permet l’émergence d’activités spécifiques à caractère récréatif (P. Racine, 1980). Un territoire littoral possède un potentiel économique et environnemental qui va au-delà de la simple façade décorative qui suffirait au tourisme dit passif et pour lequel, le couple mer et sable permet de marier bains de mer et de soleil.

2Mis en valeur suivant des dynamiques locales, ce territoire littoral devient l’objet d’enjeux économiques et sociaux. Pour autant, il s’intègre à une logique globale touristique qui définit des critères de consommations et de prestations adaptés à la demande des clientèles dont les exigences peuvent être en complet décalage avec les spécificités culturelles et territoriales des sites investis (exemple des îles grecques). Ces espaces touristiques sont alors identifiés et marqués par le sceau d’un type de tourisme. Les Baléares en sont un exemple: depuis les années 70, cette région doit composer avec l’image d’un territoire investi par un tourisme de masse. Annexe balnéaire de l’Allemagne, il s’y concentre une population de touristes à faibles revenus qui se suffiraient du seul triptyque « sable - soleil - mer » avec pour assise, hôtels en front de mer et magasins permettant de venir et de se souvenir.

3Néanmoins, des prestataires peuvent développer différentes activités qui proposent un autre regard sur l’environnement de ces territoires, notamment dans le secteur des activités de pleine nature. Randonnées, escalades, découvertes naturalistes ou plongée sous-marine participent de la diversification de l’offre touristique et permettent à ses pratiquants, de découvrir une autre facette de ces espaces.

4Aux Baléares et à Majorque notamment, toutes ces activités sont proposées et semblent s’inscrire pleinement dans la volonté des institutions politiques, associatives et éducatives, de montrer un autre visage de ces territoires insulaires tout en attirant un tourisme au pouvoir d’achat plus élevé, attentif et exigeant eu égard au respect et à la qualité de l’environnement.

5Le marché du tourisme littoral, marqué par une forte saisonnalité, s’appuie sur des pratiques récréatives identifiées ou identifiables par les touristes et les insulaires. Ce marché du tourisme sous-marin et des loisirs subaquatiques semble par ailleurs exister en dehors de la présence touristique. Notamment parce que le patrimoine naturel sous-marin répond aux attentes et à la quête actuelles des Majorquins concernant leur identité et la préservation de leur environnement et de ses richesses patrimoniales et naturelles.

De la nécessité de qualifier le tourisme et les loisirs sous-marins

6Le concept de « tourisme sous-marin » peut troubler l’esprit du géographe dont le regard ne franchit que très rarement la surface de la mer. Aussi est-il nécessaire de préciser les contours d’une telle expression et son objet.

Définition et contexte du concept

7Cette expression date au moins de l’année 1935, au moment où Yves Le Prieur, un inventeur français extrêmement prolixe, améliore son scaphandre autonome et crée le premier club de plongée sous-marine au monde, le « Club des Sous l’Eau ». Le contexte des congés payés et l’attractivité d’un littoral alors réservé aux élites, favorisent l’engouement des journalistes pour toutes les activités à caractère récréatif, intégrées à une dynamique touristique et de loisir. D’où cette expression qui fut par ailleurs très régulièrement reprise dans les années 1950/1960, période de la « grande aventure sous-marine ».

8Cet univers sous-marin peut se présenter au regard du plus grand nombre suivant des techniques et des modes de pratiques très différents. Le principe du loisir sous-marin s’appuie donc d’abord et avant tout sur une démarche d’observation du monde sous-marin, univers composé de paysages, de biotopes et de biocénoses associées (Bellan-Santini et al., 1994). Le littoral, longtemps considéré comme le « territoire du vide » (Corbin, 1990), se prolonge au-delà de la ligne du rivage ou du trait de côte, cette dimension sous-marine étant par définition un espace traversé occasionnellement et de façon passagère par l’homme. Ce n’est pas « son milieu de vie » (Pinchemel, 1995) mais c’est un support de vie (activités halieutiques) et un support récréatif. Ce monde sous-marin peut donc être observé de multiples façons avec pour point commun la temporalité: l’observateur comme le touriste sous-marin n’est qu’un excursionniste puisqu’il ne fait que traverser cet espace et ce, quelle que soit la pratique qui lui permet d’être plus ou moins en relation ou en contact avec l’élément liquide.

Typologie du tourisme sous-marin

9Le tourisme sous-marin englobe :

10– la plongée sous-marine en scaphandre autonome. Elle se définit comme une activité contemplative à caractère naturaliste. Elle suppose une logistique importante, du matériel spécifique et coûteux et oblige le pratiquant à respecter de nombreux aspects liés à la sécurité et aux normes de pratique.

11– la pêche sous-marine. Cette activité suppose la possession d’un matériel de base permettant de prélever des espèces vivantes tout en respectant des cadres légaux imposés, tant au niveau des prises (taille, quantité, périodes autorisées), qu’au niveau des normes de pratique (âge minimum, permis, assurance).

12– l’observation sous-marine de surface en palmes, masque et tuba, que les anglophones nomment le snorkelling. Cette activité sans contraintes légales n’a pas pour objet la cueillette mais une contemplation libre de la vie sous-marine. Cette activité peut également être organisée au sein de sentiers sous-marins, zones aménagées avec des « bouées-stations » numérotées, des panneaux et des guides-accompagnateurs.

13Ces trois modes de découverte se fondent sur le principe d’immersion du pratiquant, lequel a un contact physique et corporel avec l’élément liquide. Pour autant, il est possible de regarder cet univers sous-marin depuis un poste d’observation exondé et derrière une vitre comme avec les bateaux à fonds transparents et les sous-marins civils de loisir. Le pratiquant devient alors un client dont l’action se limite à consommer une excursion ou un produit sans en être l’acteur principal.

14Enfin, dans une moindre mesure, les aquariums traditionnels et inversés (sphère immergée plongeant sous la surface des eaux) et autres marinelands participent de ce loisir sous-marin, la nature étant fondamentalement « mise en spectacle ».

15Le « tourisme sous-marin » définit donc l’excursionniste ou le pratiquant, soit comme un acteur d’une activité l’immergeant dans le milieu observé, soit comme un spectateur à la vision formatée par les vitres le séparant de l’élément liquide. Dans les deux cas, il est consommateur d’une prestation touristique et de loisir.

16Correspondant à une logique globale, ces loisirs sous-marins s’inscrivent sur tous les littoraux investis par le tourisme mais se développent et s’affirment suivant des dynamiques locales particulières, en référence à la demande et au patrimoine naturel sous-marin.

Le tourisme sous-marin à Majorque : quelle réalité ?

17A la question, « le tourisme sous-marin est-il une composante du tourisme des Baléares ? », la réponse, au regard de cette typologie, est donc sans équivoque. En effet, le touriste en séjour à Majorque peut pratiquer toutes ces activités. Identifiées, elles sont recensées dans les guides et autres dépliants touristiques et visibles par les touristes et les insulaires fréquentant le littoral et les zones portuaires.

18Sans nul doute, la proximité des noyaux touristiques et stations balnéaires (Palma, Calvià, Porto-Cristo…), les réseaux autoroutiers et le nombre de ports (une trentaine) ou encore la quarantaine d’abris recensés comme favorables au mouillage favorisent ce type d’activités, les rendant encore plus lisibles et visibles au sein de l’espace insulaire. Par ailleurs, à la potentialité de la demande répond une offre concurrentielle marquée par une forte saisonnalité. La courte période durant laquelle s’organisent ces activités oriente les prestataires à affirmer une politique tarifaire attractive, et de la même façon à occuper une position stratégique pour interpeller les touristes. Sur le plan spatial, ces activités se répartissent sur le littoral suivant deux options :

19– soit elles se concentrent densément sur un secteur précis, auquel cas le touriste dispose de cette offre qu’il peut identifier comme incontournable (exemple à Palma des bateaux à fonds transparents couplés avec la « balade en mer » occupant un quai faisant figure d’esplanade favorable à des embarquements massifs et continus) ;

20– soit elles se répartissent suivant les opportunités géographiques (ports de plaisance, embarcadères, plages) à partir desquelles la clientèle visée de pratiquants et de pratiquants potentiels est présente dans des proportions jugées intéressantes pour justifier le choix du secteur investi (exemple de la plongée sous-marine).

21Quant aux autres activités définies sous la terminologie « tourisme sous-marin » (le sous-marin civil de loisir et le marineland), elles souffrent moins de la concurrence et touchent une clientèle plus large.

22Aux Baléares, il existe donc une alternative au tourisme de plage, l’offre en matière de tourisme littoral s’appuyant sur un panel d’activités orientées vers une découverte de la dimension sous-marine du littoral. Ces loisirs peuvent être considérés comme des prestations complémentaires intégrées à l’offre touristique globale mais ils s’inscrivent sur un territoire qu’ils mettent en valeur.

Spécificité territoriale et structuration du tourisme sous-marin : l’exemple de trois activités

23Ces activités se structurent et se développent suivant des caractères propres qui tiennent compte également des spécificités environnementales et biologiques de l’espace littoral et sous-marin des Baléares puisque l’objectif commercial est l’observation de la vie et des fonds marins. Aussi est-il intéressant d’aborder les thèmes de la plongée sous-marine, des bateaux à fonds transparents et du sous-marin car ces activités de loisir composent avec les qualités patrimoniales et biologiques de l’espace subaquatique.

L’exemple de la plongée sous-marine en scaphandre autonome

24La plongée sous-marine en scaphandre autonome peut se pratiquer à partir de structures de plongée, appelées communément « club », eu égard à l’origine associative et non lucrative de cette activité. Mais ce terme s’adapte mal à la réalité des Baléares : si 27 clubs sont affiliés à la Fédération des Baléares des Activités Subaquatiques (FDBAS), en réalité, près de 56 structures de plongée sont recensées à Majorque (dont 14 à Palma), 11 prestataires sont présents à Ibiza, 17 à Minorque et 2 à Formentera (source: FEDAS). Certains de ces centres de plongée sont ouverts toute l’année, d’autres ne fonctionnent que durant la période touristique la plus propice pour cette activité, c’est-à-dire entre mai et octobre.

25L’offre en matière de plongée est conditionnée par une forte concurrence, laquelle définit des prix et des prestations qui ne permettent pas forcément d’assurer un retour financier sur l’investissement initialement concédé. Aussi, chaque année, des structures sont créées par des entrepreneurs de plongée non majorquins mais ils ne peuvent résister plus d’une saison. Même si certains se sont affiliés à des hôtels pour garantir leur activité professionnelle, les centres de plongée les plus concurrentiels sont les centres professionnels les plus importants. Il s’agit aussi de locaux qui ont progressivement évolué vers le lucratif tout en gardant une activité associative pour les insulaires.

26Aussi, les petites structures ne peuvent s’aligner sur des politiques tarifaires concurrentielles où le volume crée la marge bénéficiaire. D’autant que pour développer une activité de plongée, l’entrepreneur est obligé de répondre à des exigences réglementaires et légales (exemple des stations de gonflage) dont le but est d’assurer la sécurité des pratiquants. L’investissement est donc important alors que la rentabilité n’est que toute relative.

27Les touristes pratiquant la plongée à Majorque sont essentiellement des Espagnols et bien entendu, des Allemands, des Britanniques et dans une moindre mesure des Français. Combien sont-ils ? Combien de plongées sont effectuées ? A ces deux questions, à moins de réaliser des études spécifiques, avec inventaire exhaustif des structures, capacité d’accueil par embarcation, nombre de rotations par jour et par semaine, suivis et enquêtes de terrain auprès des structures et de leurs responsables, il est difficile de répondre de façon rigoureuse d’autant que la répartition de cette activité sur l’ensemble du territoire insulaire rend ce type de recherche plus délicat (Richez, 1991; Richez, 1993).

28Ce type d’enquête serait plus aisé à mener sur d’autres facettes du tourisme subaquatique comme les bateaux à fond transparent et le sous-marin à usage civil et touristique situés dans la Baie de Palma.

La vision sous-marine

29Sur Majorque, près d’une vingtaine de bateaux réalisent des balades en mer. Pour certains, plus de 250 passagers peuvent embarquer en même temps. Voir Majorque depuis la mer et/ou voguer constitue un rêve inaccessible pour beaucoup de touristes. Aussi ont-ils recours à ces prestations qui leur permettent de découvrir au cours de sorties durant une heure, la demi-journée ou la journée, un aspect de côte particulièrement préservée. Ils peuvent ainsi approcher ou débarquer sur des îles comme celle de Sa Dragonera (parc naturel) et voir la côte sauvage septentrionale qui se prolonge vers le Cap Formantor.

30Une majorité de ces bateaux ont été équipés de fonds transparents. Il s’agit d’un agrément supplémentaire à la promenade en mer qui permet d’accroître l’intérêt des clients pour ces sorties.

31En fonction de l’excursion en mer, le temps d’observation à travers les vitres transparentes des bateaux est plus ou moins important. Aussi, proportionnellement, plus le temps d’observation est long, plus il s’agit d’une prestation de type vision sous-marine et plus le temps d’observation est court, plus il s’agit d’une prestation de type promenade en mer. Les passagers sont invités à descendre regarder « le fond de la mer » lorsque le site correspond aux conditions de cette prestation, à savoir lorsque la visibilité verticale et horizontale est correcte et lorsque la profondeur du champ de vision permet une observation nette des paysages sous-marins et des poissons necto-benthiques ou pélagiques.

32Les sites d’observations sont donc choisis en fonction de ces critères à l’instar de la prestation proposée par le sous-marin situé en Baie de Palma.

Le sous-marin en Baie de Palma

33De très nombreuses stations touristiques à travers le monde rêvent de ce type d’activité: utiliser un sous-marin civil pour réaliser des excursions touristiques au sein d’espaces marins riches en faune, en reliefs ou en épaves. Vieux rêve inspiré des écrits de Jules Verne, dans la baie de Palma, une société permet de réaliser cette visite touristique à partir d’un sous-marin civil baptisé « Némo ». Il n’existe pas de concurrence sur ce créneau. La prestation touristique dure 2 heures 30 pour une immersion d’environ 45 minutes durant lesquelles la petite dizaine de clients regardent à travers les vitres de l’engin pour y voir des poissons, des épaves et à l’occasion des plongeurs.

34Sur le site, la chasse sous-marine a été interdite et le « feeding » (acte de nourrissage volontaire) est largement pratiqué pour fixer des centaines de poissons, oblades, girelles et autres sars.

35Après la période estivale, malgré le prix élevé de la prestation (77 euros pour les adultes, 47 pour les enfants), les écoles majorquines utilisent occasionnellement ce sous-marin comme une véritable immersion sous la surface des eaux, avec quelques artefacts choisis permettant de combler les carences paysagères de la baie de Palma.

36Ces trois activités s’inscrivent inévitablement dans la logique touristique des Baléares, espaces insulaires accueillant quelque 12 millions de touristes par an. Ces prestations permettent aux observateurs de cette dimension sous-marine du littoral des Baléares d’en apprécier la qualité et de convenir que ce territoire, malgré une urbanisation importante du front de mer, détient une valeur patrimoniale non négligeable. Elles permettent également une prise de conscience de tous les observateurs, qu’ils soient touristes ou non, de la nécessité de préserver ce patrimoine sensible contre les dégradations directes ou indirectes causées par ce tourisme de masse.

Le capital territoire, logiques et dynamiques

37Grottes, passages sous roches, prairies de posidonies, précoralligènes, coralligènes, éboulis, la diversité des paysages sous-marins des Baléares est toute méditerranéenne. La diversité des substrats qui composent les fonds sous-marins et qui se présente comme une mosaïque ainsi que les faciès à composantes animales ou végétales permettent aux observateurs d’envisager la qualité et l’esthétique des paysages sous-marins. Pour autant, l’appréciation de ce capital est déterminée en fonction des codes culturels et d’une grille de lecture propres à chacun. Les prestataires d’activités d’observations subaquatiques contribuent à valoriser ce patrimoine et à affiner cette grille de références que ce soit auprès des touristes ou des insulaires.

Le capital nature du territoire des plongeurs sous-marins

38Ces dernières années, plusieurs livres ont été édités sur la plongée sous-marine et les fonds sous-marins. Intitulés « Bucear en Mallorca: las 50 mejores immersiones » ou « Islas Baleares: Guia submarina – las 300 mejores immersiones recogidas en 282 itinerarios », ces guides traduits en plusieurs langues montrent que le capital du littoral sous-marin est l’objet d’une attention différente selon les auteurs. En effet, alors que pour le premier livre, il existe 50 plongées magnifiques, le second se dilue dans le nombre et présente 118 sites de plongées pour la seule île de Majorque. Comme si le potentiel territorial n’était pas le même suivant les auteurs.

39Même pour la plongée sur l’archipel de Cabrera, les deux guides ne recensent pas le même nombre de sites alors que la plongée sous-marine au sein de ce Parc National est encadrée et soumise à autorisation. Créé en 1991, et géré par l’administration centrale et par l’administration autonome, ce territoire est accessible aux plongeurs en deux zones uniquement. Les structures de plongée ne peuvent proposer ces sites tous les jours puisque la fréquentation de l’archipel est soumise à autorisation et limitée à trois rotations par semaine. Mais la pression de cette activité s’accroît depuis la création du Parc, notamment de la part des Espagnols qui profitent de leurs fins de semaine pour plonger aux Baléares, au sein de ce seul Parc national terrestre et marin d’Espagne dont la création a permis d’augmenter le capital nature du territoire des plongeurs sous-marins.

40Paradoxalement, cette richesse connue et reconnue par les plongeurs n’est pas sans faire encourir un certain danger aux espèces et à l’environnement sous-marins ainsi identifiés. Le Parc national souhaite donc maîtriser et contenir la fréquentation de Cabrera pour éviter de sérieuses dégradations. Cette logique, dénommée « effet boomerang » (Ribera-Siguan, 1992), est implacable du fait que ces paysages sous-marins deviennent le support d’une demande socio-économique basée sur le besoin de nature et de dépaysement et donc d’espaces préservés.

41Dans cette optique, aux Baléares comme aux Iles Médès (Catalogne), et pour répondre aux exigences des activités liées au tourisme sous-marin, aux biotopes naturels proposés s’ajoutent les biotopes dits anthropiques ou exogènes, comme les épaves ou les récifs artificiels.

Le territoire sous-marin en (re)capitalisation

42En effet, les récifs artificiels peuvent être conçus de façon à recréer un biotope pseudo-naturel afin d’accueillir une biocénose particulière (G. Barnabé et R. Barnabé-Quet, 1997). Un récif, paysage par la force des choses car substrat et milieu de vie, peut aussi, pour l’observateur, détenir une valeur paysagère. Organiser le décorum sous-marin devient la solution, voire le palliatif approprié. À ce titre, l’épave revêt une symbolique très forte. L’émotion et le sensationnel sont souvent au rendez-vous de cette découverte exploratoire du temps, de l’histoire, des hommes et de la mer.

43C’est donc dans ce cadre que plusieurs épaves ont été immergées dans la baie de Palma, notamment sur l’Isla del Sec. Sur Dique del Oeste, les conditions de plongée étant plus difficiles, ces immersions réalisées par la Marine n’ont pas stricto sensu, une vocation récréative.

44L’Isla del Sec a été aménagée avec quatre bateaux volontairement immergés. Ce site est un lieu de plongée mais il est surtout le site d’observation de bateaux à fonds transparents et plus particulièrement du sous-marin touristique. L’illusion de ce paysage artificiel constitue l’attraction de cette plongée en sous-marin, avec ces poissons « sédentarisés », une amphore bien visible sur le fond, et des plongeurs sous-marins qui gravitent autour des vitres.

45L’artificialisation de ce site et la théâtralisation de la prestation répondent donc à la nécessité de présenter des éléments paysagers et émotionnels suffisamment attractifs pour une prestation touristique qui se contente, finalement, d’un contact très superficiel et occasionnel avec la réalité du monde sous-marin.

46Néanmoins, toutes ces facettes du tourisme sous-marin n’échappent pas au regard des Majorquins qui par ce tourisme s’intéressent de plus à plus à la dimension sous-marine du littoral dont ils veulent progressivement assurer la préservation. Aussi, ce tourisme sous-marin s’avère-t-il être un facteur de territorialisation des Majorquins vis-à-vis de leur patrimoine naturel sous-marin, s’inscrivant ainsi dans un mouvement général de reconquête du littoral.

Conquête et reconquête du littoral majorquin

47Alors qu’à Calvià est mise en place la campagne « Mission impossible » pour que les citoyens s’engagent individuellement à appliquer dans leur vie quotidienne les principes de l’Agenda 21, la reconquête du littoral et du territoire insulaire s’appuie sur des actes concrets motivés par le Groupe Ornithologique des Baléares (G.O.B), par le Gouvernement autonome et plus spécialement par le Conseil du Medio Ambiente, et avec le soutien de programmes européens.

48Pour la dimension sous-marine du littoral, l’activisme majorquin commence à émerger depuis une dizaine d’années: le G.O.B et de très nombreux Majorquins, scientifiques ou tout simplement citoyens, ont soutenu et défendu l’idée de Parcs et Réserves sur le territoire insulaire. Dans les années 1980, parallèlement aux lois sur les provinces autonomes et la conservation des Espaces Naturels en Espagne (1989), de très nombreuses manifestations ont réclamé la mise en place de politiques de préservation de l’environnement et notamment la création de ce Parc national de Cabrera. Comme la partie maritime du littoral relève de la compétence de l’Etat espagnol, l’accord du Gouvernement Central était nécessaire, Madrid ayant par ailleurs progressivement constitué, au cours des années 80, le cadre juridique des politiques de protection des espaces naturels et du littoral.

49En sus de la création de ces zones préservées, un changement s’est également opéré au niveau de la mise en place des émissaires en mer. Avant 1999, aucune étude spécifique et préalable n’était réalisée sur le milieu et notamment sur l’herbier à Posidonia oceanica. Deux raisons peuvent expliquer ce changement : d’une part, la prise en compte du rôle majeur de l’herbier de posidonies dans l’écosystème méditerranéen, aidée en cela par la présence de Caulerpa taxifolia, espèce invasive présente sur Majorque; d’autre part, le programme européen Coast Watch débuté en 1990 et dont le but était de faire une observation exhaustive de tout le littoral insulaire. En 1995, près de 22000 volontaires ont participé à ce travail, lequel a également rassemblé les écoles majorquines. Avec ce programme, la prise de conscience de la nécessité de préserver l’environnement littoral et marin s’est accrue, d’autant que des émissaires non autorisés d’hôtels ont été découverts en nombre significatif. Ces « découvertes » ont permis d’alerter l’opinion publique sur les impacts qu’ils occasionnaient sur le milieu sous-marin et ainsi de lui faire prendre conscience de sa fragilité.

50D’ailleurs, la Direction Générale du Littoral cartographie la plaisance autour de l’île, notamment les mouillages forains qui occasionnent, lorsque près de 40000 bateaux gravitent autour de Majorque, des dégâts irrémédiables sur l’herbier. À terme, une gestion de cette fréquentation sera probablement envisagée.

51Le nettoyage des plages et le ramassage des macro-déchets lors des campagnes de sensibilisation constituent également une part importante de la prise de conscience des Majorquins vis-à-vis de leur environnement mais peut accroître le rejet du tourisme de masse.

52Ce projet du conseil du Medio Ambiente, à travers sa politique d’éducation à l’environnement qui s’adresse à toute la société civile, vise la transformation sociale et écologique de la société insulaire majorquine, pour tendre vers la durabilité de la vie sociale, économique, culturelle… Et le monde sous-marin a sa part dans ce programme ambitieux.

Conclusion

53La tendance « rejet du tourisme de masse » s’appuie sur un certain nombre de facteurs environnementaux, paysagers, sociaux, économiques et politiques. Les noyaux touristiques constituant une partie du linéaire côtier majorquin sont maintenant perçus comme ayant défiguré à jamais le littoral. Le sursaut et la prise de conscience de la population, des mairies et du gouvernement autonome, qui tend à se développer localement, traduit cette volonté de se ré-approprier l’identité de leur territoire insulaire, de préserver les espaces naturels afin d’y développer des activités humaines qui respectent, et les lieux, et le caractère des sites.

54Le tourisme sous-marin, tel qu’il se pratique à Majorque, a permis et permet aux communautés insulaires d’envisager que le littoral se prolonge sous la surface des eaux. A ce titre, les dynamiques locales s’emparent de la problématique de préservation et de protection de l’espace sous-marin, en favorisant l’émergence d’aires marines protégées comme le Parc national de Cabrera, en identifiant les retards en matière de normes des rejets en mer, en matière d’aménagements des fonds marins et en favorisant une prise de conscience globale, de la part des touristes comme des insulaires, pour développer un comportement plus respectueux vis-à-vis de l’environnement sous-marin.

55Ces dynamiques locales s’inscrivent dans des démarches privées mais aussi politiques, puisqu’il s’agit d’une re-territorialisation insulaire et péri-insulaire. Relayée et appuyée par le statut d’autonomie acquis au début des années 1980, la démarche entamée tente d’apporter des réponses concrètes et locales à une question essentielle relative à l’identité majorquine qui, après ce déferlement touristique, essaie de se trouver de nouveaux repères et un nouveau mode de développement économique qui préservent la diversité, la richesse et l’authenticité du patrimoine culturel et naturel qui ne se résume plus à une plage de sable… C’est un fait, le modèle de la « baléarisation » a vécu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Musard, « Le territoire littoral et sous-marin de Majorque : entre tourisme et identité », Rives nord-méditerranéennes, 12 | 2002, 105-118.

Référence électronique

Olivier Musard, « Le territoire littoral et sous-marin de Majorque : entre tourisme et identité », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 12 | 2002, mis en ligne le 28 janvier 2015, consulté le 18 août 2017. URL : http://rives.revues.org/139 ; DOI : 10.4000/rives.139

Haut de page

Auteur

Olivier Musard

Olivier Musard, doctorant à TELEMME en 2002, a soutenu sa thèse dirigée par Gérard Richez « Les pratiques subaquatiques au sein des aires marines protégées de Méditerranée française » en décembre 2003.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org