Navigation – Plan du site

Les dynamiques commerciales à Palma de Majorque

Nicole Vaudour-Jouve
p. 95-104

Résumés

Le territoire majorquin a enregistré, au cours des quarante dernières années, des records d’enrichissement qui le placent – en termes de PIB/habitant – au premier rang de l’Espagne et au troisième rang de l’Union Européenne. Le tourisme de masse a été le fer de lance de cette réussite. La métropole Palma, « ville moyenne » de 300000 habitants, qui concentre la moitié de la population de l’île et assure depuis 1983 les fonctions de capitale de la Communauté Autonome des Iles Baléares, s’inscrit au cœur de ce dispositif. L’approche des dynamiques commerciales étant considérée comme un marqueur significatif des dynamiques urbaines, l’auteur a tenté, à la lumière de ce prisme, de mesurer la portée de l’inscription touristique dans le paysage urbain, l’impact de cette présence dans les stratégies de requalification urbanistique, commerciale et d’accessibilité dans la ville historique. Cette analyse, basée sur des données ponctuelles*, conduit à s’interroger sur l’évolution du modèle majorquin métropolitain: est-elle spécifique des dynamiques locales insulaires ou répond-elle aux impératifs des logiques globales de développement ?

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

ESP

Chronologie :

CONT
Haut de page

Notes de l’auteur

L’auteur remercie le Service d’environnement et de développement durable du gouvernement des Baléares, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Majorque, les professeurs Miguel Segui, Barceló i Pons et Esteban Bardolet pour les éclairages apportés sur ce thème.

Texte intégral

1Le territoire majorquin, prototype d’un espace insulaire développé, intégré aux espaces centraux européens, a enregistré au cours des quarante dernières années des records d’enrichissement qui le placent, en termes de PIB/habitant, au premier rang de l’Espagne et au troisième rang de l’Union Européenne.

2Le tourisme de masse a été le moteur de cette réussite économique spectaculaire, corollaire sur le plan spatial de l’émergence d’un phénomène de métropolisation ordonné autour de la capitale Palma. Cette ville moyenne de 300000 habitants, de même gabarit que Nice, abrite la moitié de l’effectif démographique insulaire et assure, depuis 1983, les fonctions de commandement de la Communauté Autonome des Iles Baléares. Les effets de la mutation touristique et de la promotion directionnelle se perçoivent dans le tissu urbain. L’analyse des dynamiques commerciales restant un marqueur significatif d’approche des dynamiques territoriales, il est apparu intéressant de mesurer à la lumière de ce prisme, la portée de l’inscription touristique dans le paysage commercial de Palma. On s’interrogera également sur le poids de ces activités dans les stratégies de requalification métropolitaine qui associent aux dynamiques entrepreneuriales locales les logiques internationales du marché.

Lisibilité touristique et lisibilité commerciale urbaine

Figure 1. Schéma

Figure 1. Schéma

Pôles et cheminements commerciaux dans le centre historique de Palma.

Source : enquêtes personnelles de terrain. Conception de l'auteur, réalisation DAO : D. Pentsch.

3La place de l’inscription touristique dans la configuration commerciale urbaine est à replacer dans un surdimensionnement de l’offre métropolitaine d’une part et un déséquilibre des implantations d’autre part.

Une offre métropolitaine surdimensionnée

4Avec 5000 unités commerciales de détail, Palma détient près de 30 % de l’offre de distribution aux Baléares et près de la moitié de celle de Majorque. Ce suréquipement générateur d’une présence commerciale urbaine de 1,26 unité par habitant, soit l’équivalent d’un potentiel en surface de vente de 0,76 m2, aligne Majorque et les Baléares sur leurs homologues touristiques du littoral azuréen ou les espaces métropolisés d’Aix-Marseille, Avignon, Toulon. La répartition de l’offre commerciale métropolitaine fait apparaître de grands déséquilibres à l’échelle de l’agglomération.

Une offre spatialement déséquilibrée

5Ce déséquilibre de nature structurelle autant que catégorielle conduit à renforcer l’opposition entre la ville-centre et ses marges de croissance.

6Sur le plan structurel, la ville-centre reste un haut lieu de concentration du petit commerce traditionnel détenteur de 63,7 % des implantations métropolitaines. Les marges de croissance restent, en revanche, le terrain d’élection des grands distributeurs européens comme Carrefour ou Aldi qui ont acquis des participations majoritaires dans des chaînes majorquines. Les six unités de vente en grandes surfaces répertoriées en périphérie de Palma, dont trois relèvent de la catégorie déspécialisée en hypermarchés, représentent le tiers de la grande distribution majorquine. Cette évaluation minimale ne prend pas en compte le potentiel élevé en moyennes surfaces du type supermarché, supérette ou hard-discount, dont les unités essaimées à l’intérieur de lotissements résidentiels suburbains ou de noyaux touristiques, assurent la fonction incontournable d’épiceries de quartier.

7Les disparités structurelles de l’offre commerciale métropolitaine sont renforcées sous l’angle de la représentation catégorielle et qualitative. Les équipements commerciaux suburbains ou périphériques privilégient une offre banalisée de proximité à dominante alimentaire, tournée vers la consommation courante. La desserte commerciale de la ville-centre est orientée préférentiellement vers les rubriques anomales caractéristiques des lieux à forte centralité. On retrouve dans l’hypercentre de Palma les composantes de l’éventail hypercentral des grandes villes européennes attractives, placé sous le signe de la trilogie « boutiques d’équipement de la personne, boutiques d’antiquités-décoration, services commerciaux à caractère innovant comme l’informatique ou la cybernétique ». Ces rubriques, classiques en milieu urbain, sont associées à des créneaux à forte connotation touristique. On retiendra le poids des services bancaires à fort ancrage entrepreneurial local à l’exemple de la Banque March qui compte une vingtaine de succursales à Palma dont la moitié localisées dans le noyau historique, ou la Banque Populaire des Baléares qui gère dans le même périmètre un réseau équivalent de guichets. La bonne visibilité hypercentrale des services bancaires va de pair avec celle des agences de voyages, agences immobilières, galeries d’art et d’expositions, bazars et magasins de souvenirs, commerces de spécialités alimentaires locales, comme les ensaimadas et les sobresadas. Tous ces établissements concentrés dans le centre architectural à haute fréquentation touristique interfèrent avec des commerces d’hôtellerie-restauration-café (HORECA).

8La synergie entre le développement commercial et le développement touristique se mesure aussi à la densité des services de location de voitures. Ces derniers, au nombre d’une quarantaine pour la ville historique, satisfont une demande moyenne annuelle de 60000 véhicules. Cet appoint substantiel de trafic pose, dans une ville déjà saturée par la mobilité individuelle motorisée, l’impérative nécessité d’un plan urbain de transports (PUT).

9Le dynamisme de l’offre commerciale hypercentrale est inscrit dans le paysage urbain sous forme d’espaces et de cheminements spécifiques, piétonniers ou mixtes, favorables à la promenade et au lèche-vitrines. Ces espaces en cours d’aménagement s’articulent autour de places emblématiques comme la Plaza Major dans la ville haute, joyau de l’architecture baroque espagnole, la Plaza Joan Carlos à la croisée du paseo et de l’avenue Jaime III dans la ville basse, équivalent de la rue St Honoré à Paris. L’hypercentre commerçant de Palma reste la vitrine du commerce de luxe d’origine internationale, nationale et locale. Les grandes marques européennes comme Pierre Cardin, Charles Jourdan, Devernois… pour la France sont associées dans le domaine de la haute couture, la fourrure, la bijouterie, l’orfèvrerie… aux marques ibériques valorisées sur les rayonnages du Corte Ingles ou aux griffes de créateurs majorquins dans le secteur de la perle et du cuir.

10L’hypercentre historique de Palma offre une large palette d’assortiments commerciaux anomaux susceptibles de répondre à la segmentation des clientèles touristiques résidentes ou attirées. La signature du tourisme dans l’architecture urbaine se perçoit à l’évolution du parc hôtelier. Rien de commun entre les palaces du début du siècle, qui, à l’instar du gran Hotel constituaient les lieux-phares du tourisme aristocratique britannique et les « paquebots de béton » multipliés sur le front de mer dans les années 1960, parallèlement à l’essor du tourisme de masse.

11Le poids des acteurs a été décisif dans ces mutations urbaines.

Les acteurs des dynamiques commerciales

12Ils relèvent de deux types de partenariats: l’un privé, l’autre public dont les orientations en termes d’impulsion économique ont intégré impératifs locaux et logiques globales des marchés.

Le poids des décideurs locaux

13Si le tourisme hôtelier a retenu l’intérêt de la diaspora entrepreneuriale majorquine, détentrice de 85 % des hôtels urbains, le commerce de détail a bénéficié en revanche de l’appui des financiers locaux. A l’inverse des banques étrangères comme la banque britannique Barclays qui continue dans le sillage de ses prédécesseurs du Gran Hotel, à investir dans l’hôtellerie de grand luxe en centre-ville, les banques majorquines se sont orientées préférentiellement vers les investissements commerciaux en grandes et petites surfaces. L’attrait de la grande distribution en périphérie de Majorque est aussi partagé par les financiers internationaux, en l’occurrence les banques françaises, à l’origine de la présence de Carrefour ou les banques allemandes visibles à la multiplication des succursales Aldi.

14Le rôle du partenariat institutionnel public est à replacer dans le cadre de la loi sur l’Aménagement du territoire et le développement durable votée en 1999 par le gouvernement autonome des Baléares. Celui-ci participe au financement partiel des opérations de requalification urbanistique et commerciale de la ville historique inscrites dans le Plan Mirall et bénéficiaires à hauteur de 50 % de fonds de cohésion européens. Ces opérations sont associées au remodelage de l’accessibilité et à la mise en place souhaitée d’un Plan Urbain de Transport. Malgré ses pesanteurs et ses nuisances, la mobilité motorisée retient la préférence des résidents majorquins, dont le taux de motorisation supérieur à 90 %, aligne la ville sur ses homologues internationaux comme Chicago ou Aix-en-Provence. La traversée urbaine en période estivale induit aux heures de pointe un budget-temps de 3 à 4 heures assorti d’un stationnement hypothétique. La relance du transport collectif en site propre, intégré au plan de piétonisation progressive du noyau historique et à la connexion avec les transports suburbains routiers et ferroviaires autour du pôle multimodal de la Plaza d’España, est devenue une priorité. Le projet porte sur la mise en circulation d’une ligne de tramway longeant la baie de Palma depuis Calvià jusqu’à l’aéroport Son Sant Joan, mais l’initiative pour devenir opérationnelle suppose, outre le consensus entre différents niveaux de représentation administrative, l’adhésion des clientèles à ces nouvelles formes de mobilité.

Le poids des clientèles

15Les pratiques de mobilité des clientèles majorquines diffèrent en fonction de leur appartenance à l’un des trois groupes: résidents permanents, semi-résidents ou touristes. Deux types dominants de mobilité peuvent être identifiés. Le premier type, placé sous le signe de la mobilité individuelle motorisée, concerne les résidents permanents et semi-permanents qui effectuent majoritairement leurs migrations hebdomadaires d’achats en direction des grandes surfaces de vente périphériques. Cette mobilité centrifuge à l’échelle métropolitaine est corrélée à une fréquentation pluri-hebdomadaire des boutiques anomales du centre historique. Les adeptes des flux centripètes se recrutent préférentiellement dans le groupe des 80000 semi-résidents d’origine allemande. Il s’agit d’une clientèle fortunée, friande d’objets d’antiquités et de décoration destinés à meubler les fincas réhabilitées en périphérie de Palma. Leurs pratiques de mobilité hypercentrale s’intègrent, à l’échelle des relations Allemagne-Majorque, dans une mobilité résidentielle globale dont la fréquence pendulaire élevée est sous-tendue par une excellente desserte aérienne.

16Le second type de mobilité, basé sur le binôme « transports collectifs motorisés de surface - marche à pied » ou « taxis individuels - marche à pied », reste caractéristique des comportements de touristes hébergés en hôtels ou en appartements. Les supports de cette mobilité répondent à une consommation urbaine de proximité dont les créneaux associent à l’acquisition de produits-souvenirs une fréquentation d’activités culturelles ou de loisirs « branchés ». Un exemple de l’éclectisme de l’offre culturelle est fourni par le Mac Do de la place Joan Carlos. Cet établissement ouvert sur l’emplacement de l’ancien théâtre romain, réalise une alliance réussie entre le patrimoine architectural majorquin et les services de restauration banalisée à l’américaine. Cette synergie prend tout son sens dans la définition du processus de fabrication de la « culture-monde », déclinée dans toutes les langues par la chaîne d’information américaine C.N.N., qui associe, dans le droit-fil de la pensée de Malthus reformulée par les protagonistes du Rapport Brundtland « le penser global » et « l’agir local ». Cette articulation entre les dimensions globale et locale du développement insulaire oriente le devenir des stratégies commerciales et touristiques à Palma.

Le bilan des dynamiques commerciales

17Ce bilan peut être appréhendé aux échelles géographiques locale et globale.

Commerce et dynamiques métropolitaines locales

18L’activité commerciale de Palma reste une composante incontournable dans l’évaluation du degré de centralité urbaine. La notoriété de la ville historique est à replacer dans un environnement architectural de grande qualité, déterminant de l’appartenance de Palma au cercle privilégié des métropoles culturelles européennes.

19Cette image flatteuse ne doit pas occulter sur le plan de la gouvernance urbaine deux problèmes majeurs. Le premier problème, relatif à l’aménagement commercial métropolitain, tient au surdimentionnement de l’offre saisonnière dans les nodules touristiques essaimés le long du littoral ou dans la Serra de Tramuntana. Pour limiter ces dysfonctionnements préjudiciables aux résidents permanents, un schéma sectoriel d’équipement commercial inspiré de textes d’urbanisme appliqués en Europe, vient d’être publié en octobre 2000. Le second problème a trait aux finalités sociales de la politique de requalification urbaine. Certains responsables politiques redoutent les perspectives de gentrification du centre historique, et d’un affinage vers le haut de gamme de l’hypercentre commerçant. Une telle évolution serait susceptible d’accélérer les départs des populations résidentes défavorisées vers les périphéries de l’aéroport malgré les promesses de gel des loyers pendant vingt ans. Les stratégies de requalification du patrimoine urbanistique de la ville historique, destinées à renforcer leur attrait touristique et leur fréquentation de « lieux à la mode », risquent en revanche de s’accompagner d’une ségrégation socio-spatiale à l’échelle métropolitaine.

Commerce et dynamiques métropolitaines globales

20L’évolution des dynamiques commerciales métropolitaines conduit à s’interroger sur leur place dans les dynamiques touristiques insulaires. Le dynamisme commercial de Palma peut-il être considéré exclusivement comme un phénomène induit artificiellement par l’essor touristique? Cette hypothèse pourrait être corroborée par les informations contenues dans le document vidéo, relatif à l’histoire du tourisme majorquin, présenté à l’exposition du Gran Hotel. Ce document associait l’inauguration des boutiques de luxe, créées dans les années 1960 sur le paseo de la mer, à l’arrivée de la princesse Fabiola et des premiers touristes acheminés depuis l’aéroport.

21Les effets des dynamiques touristiques, loin d’être négligeables sur l’activité commerciale, doivent être pondérés par des facteurs endogènes propres aux dynamiques de fonctionnement des villes-capitales.

Conclusion

22Il apparaît, au terme de cette étude, que l’évolution des dynamiques commerciales à Palma, comme dans les autres îles des Baléares, est étroitement liée aux différentes phases de la croissance touristique. Les perspectives actuelles de limitation de la filière touristique proposées dans une optique de développement durable, sont-elles en mesure d’infirmer cette tendance? S’il est difficile d’anticiper sur l’avenir, on peut reconnaître aujourd’hui que les mutations métropolitaines de Palma reposent sur d’autres fondements que le monolithisme touristique. La capitale est en effet passée, en ce début du xxie siècle, du statut de « station-touristique » – officialisé dans les fascicules des Tours-Operators des années 1960 – à celui de métropole touristique et culturelle européenne. La diversification de l’éventail fonctionnel métropolitain tourné vers l’accueil des hautes technologies souligne la vitalité économique de la capitale majorquine confrontée à d’autres logiques entrepreneuriales de développement. Ces mutations du tissu d’activités métropolitaines restent significatives de l’émergence d’un nouveau modèle d’ouverture et de modernité postérieur à celui du tourisme de masse.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Schéma
Légende Pôles et cheminements commerciaux dans le centre historique de Palma.
Crédits Source : enquêtes personnelles de terrain. Conception de l'auteur, réalisation DAO : D. Pentsch.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/138/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Vaudour-Jouve, « Les dynamiques commerciales à Palma de Majorque », Rives nord-méditerranéennes, 12 | 2002, 95-104.

Référence électronique

Nicole Vaudour-Jouve, « Les dynamiques commerciales à Palma de Majorque », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 12 | 2002, mis en ligne le 28 janvier 2015, consulté le 27 mai 2017. URL : http://rives.revues.org/138 ; DOI : 10.4000/rives.138

Haut de page

Auteur

Nicole Vaudour-Jouve

En 2002, Nicole Vaudour-Jouve†, enseignante-chercheure en géographie et aménagement du territoire est membre de l'UMR TELEMME.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org