Navigation – Plan du site

Les tissus dans les boutiques, les tissus dans les maisons : Damas, vers 1700

Colette Establet et Jean-Paul Pascual
p. 107-124

Résumés

La place essentielle des commerçants du textile dans la société damascène vers 1700 justifie une recherche sur les hommes concernés par ce type d’activité. La source, un corpus de 450 inventaires après décès décrivant des patrimoines, permet la dé­marche. Ces actes autorisent à la fois la connaissance du contenu des boutiques et des intérieurs domestiques. L’article présente les textiles vendus à Damas (tissus anonymes du pauvre, « indiennes » d’origine locale ou étrangère, riches tissus de coton et soie mêlés, soie), et les étoffes, parfois absentes des boutiques, qu’utilisent hommes et femmes, riches et pauvres, pour leurs vêtements et leurs mobiliers.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

commerce, histoire

Géographie :

Méditerranée

Chronologie :

Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

1À l’aube du XVIIIe siècle, artisans et commerçants du textile occupent, dans la société civile, une place essentielle. André Raymond, dans son ouvrage Artisans et commerçants au Caire1, a souligné l’importance des activités textiles dans la cité. À Damas2, vers 1700, la situation, exposée dans Familles et Fortunes à Damas en 1700 est semblable. Il a donc paru indispensable de s’attarder sur les artisans et marchands concernés par ce type d’activité et d’approcher avec le plus de précision possible les marchandises textiles fabriquées et vendues.

2Par ailleurs, dans notre ouvrage Ultime voyage pour la Mecque3, consacré à l’étude de pèlerins que le hasard de l’existence, si l’on peut dire, avait fait mourir à Damas, nous avions noté l’importance des textiles indiens acquis dans les Villes saintes, porteurs d’exotisme sacré.

Les sources qui étaient les bases de nos ouvrages antérieurs autorisaient ces analyses

3Un large corpus d’inventaires après décès damascènes autorisait la démarche : 450 inventaires après décès sont tirés de deux registres du tribunal de la ville, couvrant les années 1686-1717, tenus par un juge, dont le rôle consistait à effectuer le partage légal des successions de civils, hommes et femmes, entre les divers héritiers. Un préambule donne le nom du défunt, ses titres, quelquefois son métier, son lieu de résidence ou de travail, les noms et qualités des ayants droit. Dans une deuxième partie, le cadi et ses scribes procèdent à l’énumération chiffrée de l’actif, dont le contenu de la maison et de la boutique. La troisième partie établit le passif de la succession : divers frais et dettes. Enfin, dans une dernière partie, le montant net de la succession est partagé entre les héritiers. Les actes autorisent donc à la fois la connaissance des boutiques d’artisans et de commerçants du textile, ainsi que les tissus présents dans les intérieurs damascènes.

4Encore fallait-il être en mesure d’identifier les inventaires des artisans et commerçants du textile. Les scribes en offrent la possibilité. Dans la première partie de l’acte, ils établissent l’identité du défunt, en donnant tous les éléments de son nom, y compris un qualificatif particulièrement intéressant car il fournit une indication sur le métier possible du défunt. Possible seulement, car, par exemple, ce nom de métier aurait pu qualifier les activités du père du personnage dont le juge établit la succession. Aussi, pour effectuer notre propre classification, nous ne nous sommes pas fiés au nom du métier suggéré : nous avons patiemment relevé un à un tous les biens contenus dans la boutique, suivant à la lettre les indications des scribes, substantifs et qualificatifs, noms de tissus, noms d’objets, adjectifs de couleur, adjectifs d’origine, adjectifs d’état, espérant que cette fastidieuse besogne autoriserait l’autopsie des boutiques damascènes du textile en ce début de siècle.

5Au terme de ces analyses, il a été possible d’identifier, avec une presque certitude, les “professions” de 213 défunts sur un échantillon de 277 hommes décédés, une proportion donc non négligeable : parmi eux, 78 “professionnels” du textile, artisans et commerçants. Il suffisait d’entrer dans les diverses boutiques, de suivre pas à pas le cadi dans sa description et ses estimations. Nous voici alors au pied d’un mur de 49 384 termes d’une pesante opacité, recouvrant des avalanches de tissus divers, d’origines syrienne, égyptienne, perse, indienne, toutes marchandises comptées à l’unité, ou mesurées de toutes les façons, en coudées, en coupons, en pièces, en balles, en courges, ou encore pesées. Ces accumulations hétéroclites autorisaient cependant l’analyse de l’identité et de l’origine des textiles présents à Damas en ce début de XVIIIe siècle4.

6Par ailleurs, nous avons passé le seuil des maisons et relevé de façon tout aussi méticuleuse tous les biens contenus dans les maisons d’un groupe composé des 60 personnes les plus pauvres (30 hommes, 30 femmes), et le groupe des 61 personnes les plus riches, (30 hommes, 31 femmes). Les descriptions de tous les objets que renferme la maison, les précisions apportées qui viennent nuancer leur état, la couleur, le matériau utilisé, l’estimation des prix, sont autant de trésors où puiser pour enrichir la connaissance de la culture matérielle dans une ville arabe ottomane du XVIIIe siècle, et en particulier pour découvrir le monde des tissus détenus par les Damascènes, leurs habits et leur mobilier avant tout constitué d’étoffes. Notre méthode a donc consisté à relever soigneusement et complètement toutes les indications du cadi et de ses scribes : 35 892 termes dont 17 000 qualifiant des objets ; parmi eux, près de 3 500 vêtements et plus de 3 000 pièces de “ mobilier ”.

Méthode d’analyse

7Plus de 85 000 termes étaient consacrés à la description des 121 intérieurs de maisons et des 78 boutiques d’artisans et commerçants de tissus. Nous avons confié à l’informatique le soin de débroussailler un peu notre maquis d’informations. Le logiciel lexicographique Hyberbase5 a été choisi pour l’étude de ces deux corpus, et nous avons bénéficié de l’aide précieuse de Nasser Dendani, sociologue à l’Université de Provence, que nous remercions ici pour son temps perdu amicalement accordé.

8Ce logiciel analyse, sans codage préalable, des données textuelles. Une partie des données concerne des individus : les pèlerins, ou les boutiquiers du textile, ou les 121 défunts damascènes. La seconde partie est composée de la liste des biens détenus par chacun d’entre eux.

9Nous laisserons de côté ici les premiers résultats de nos compilations, l’établissement d’une typologie des boutiquiers, commerçants et négociants engagés dans des activités textiles, pour nous consacrer seulement à la découverte des tissus présents dans les boutiques et dans les maisons damascènes vers 1700.

Les tissus dans les boutiques

Un premier ensemble : les étoffes du pauvre

10Sur certaines étoffes, les plus fréquemment citées, on ne sait tout simplement rien, ou presque rien, tissus “ anonymes ”, dont les noms ne sont presque jamais mentionnés dans les dictionnaires, des textiles-énigmes, victimes de leur médiocrité. Ils appartiennent à un groupe de tissus non colorés, ou du moins dont la couleur n’a pas été mentionnée, des tissus ignorés dans les récits de voyageurs ou dans les comptes-rendus de négociants européens seulement intéressés par les textiles prestigieux et exportables, des tissus qu’Elizabeth Hardouin-Fugier, dans son Dictionnaire historique6, aurait qualifiés d’ « étoffes qu’on pourrait appeler minimales », les étoffes du pauvre.

11Parmi elles, un textile nommé majwaz ou mujawwaz, un deuxième dit baladî, un troisième khâm. Ces textiles, présents chez de nombreux marchands d’étoffes, sont les plus fréquemment cités.

12Les pièces de majwaz sont les plus nombreuses à être inventoriées dans les boutiques par les scribes, 1487 pièces, désignées la plupart du temps par le mot pièce dont la valeur moyenne est estimée à 0,8 piastre. L’identification du tissu reste hypothétique : à la racine, jwz, les dictionnaires donnent le sens de licite, de permis. Or, l’importance accordée en terre d’Islam aux normes vestimentaires est connue : Mouradja d’Ohsson commence le chapitre II de la quatrième partie de son ouvrage par “ Tout ce qui est licite ou illicite dans l’usage des habits7 ”. Le majwaz serait-il un tissu licite ? Cependant, à la même racine, les dictionnaires attribuent au terme madjwez la signification de “ double ” ou “ paire ”. Mais ils ignorent complètement toute allusion au tissu majwaz.

13Une indication est fournie par Mouradja d’Ohsson évoquant Bayezid II : “ il fut le premier qui porta le mudjewézé, et de son temps les grands officiers des corps de milice eurent ce turban de velours rouge ”.8 Le mystère demeure : le majwaz/mujawwaz est-il un tissu de turban ? Ou un tissu “licite” ? Ou la racine jwz ferait-elle allusion à une technique de tissage, soit tissage en paire, avec une sorte de lisière qui sépare les deux pièces du textile, soit tissage à deux fils aboutissant à la formation d’un “natté” ? Ou la même racine indiquerait-elle que le majwaz était composé de deux matériaux ?

14Le baladî apparaît plus de 1000 fois également, dont 923 sous forme de pièces, au prix moyen de 0,5 piastre : signification probable, “ indigène, qui est production du pays, locale ”.

1554 pièces de tissu écru, brut (khâm) figurent encore parmi ces humbles textiles.

16La faible estimation de ces textiles damascènes mal définis (10% en quantité, 2,7% en valeur) permet de proposer une conclusion : ces tissus baladî, ou khâm, sont les tissus du pauvre, de fabrication locale, des cotonnades très simples, des étoffes “ minimales ”.

17Souvent vendues dans les mêmes boutiques, à ces tissus d’origine locale, s’ajoutent des étoffes « importées » d’Egypte, qualifiées d’un vague misrî, (“égyptien”) ou d’une ville, ou d’une région précisément nommée, étoffes de lin, sans doute, dont la valeur n’est pas élevée.

Un deuxième ensemble, les “ indiennes ” d’origine locale ou étrangère

18Sur les indiennes importées ou fabriquées en Occident ou dans le monde ottoman, les indications ne manquent pas. P.-R. Schwartz, dans un des chapitres de l’Histoire générale des Techniques, rapporte que : « On peut admettre que de l’Inde la fabrication des toiles peintes s’est propagée vers l’ouest, vers la Perse voisine d’abord où les voyageurs français du XVIIe la mentionnent, et, de là, vers l’Asie mineure, l’Arménie et la Turquie. On signale par exemple à Constantinople, en 1634, l’existence déjà mentionnée en 1547, d’imprimeurs utilisant des couleurs effectives, pigmentaires, et d’autres fabriquant des chintz, en général des Arméniens, des Persans et des Indiens ».

19Certains des marchands damascènes possèdent plusieurs qualités d’indiennes.

20Le shît est parfois mesuré en pièces ou en coudées, parfois en courges (la courge, divisée en 20 tâqa, est une mesure indienne). L’origine de l’étoffe n’a pas été précisée par le scribe qui, une seule fois, nomme le shît, shît mahmûdiyya, suggérant ainsi une origine indienne. Le calcul du prix du shît, dans les actes étudiés, a été réalisé sur 47 pièces évaluées à 121 piastres, soit une valeur moyenne de 2,6 piastres la pièce. Mais ces moyennes cachent de fortes disparités de valeur : 15 pièces sont estimées 95 piastres, 6,3 piastres l’une ; 35 autres 30 piastres, soit moins d’une piastre la pièce, une différence de 1 à 6. Un tissu nommé seulement diyârbakrî évoque évidemment les chafarcanis de Diyarbekir, des indiennes renommées aux yeux des négociants marseillais : le négociant en possède une courge et demie, et une tâqa, soit 31 pièces seulement estimées 34 piastres, guère plus d’une piastre le pièce. Ces tissus, d’origine indienne, peuvent également provenir d’Anatolie du sud ou d’Alep ville dans laquelle il se fabriquait des shît. La provenance exacte des shît présents dans les boutiques damascènes ne peut donc pas toujours être certaine.

21Un autre terme qualifie l’indienne : qalamkâr. Le mot n’apparaît que deux fois et le prix de la pièce entière n’est mentionné qu’une seule fois, quatre piastres, une valeur assez élevée.

22Enfin, comment considérer le karmasût, une fois mesuré en tâqa, une autre fois qualifié de ja‘far khâne, les deux qualificatifs utilisés par le scribe suggérant une origine indienne ? Jean-Claude Flachat, en fait une étoffe indienne, du “ taffetas chaîne de soie tramée de coton et broché en soie ”9. Katsumi Fukasawa10 explique que ce jafarcani fait partie des grandes catégories des indiennes, toiles peintes ou imprimées ; le jafarcani serait une toile non pas peinte, mais imprimée, à deux couleurs seulement, rouge et violet ; Valérie Bérinstain11, qui ne met pas ce terme en rapport avec karmasût, donne de jafarcani ou chafarcani, une définition semblable : “ toile imprimée, à fond rouge ou violet ”. L’origine de l’étoffe paraîtrait certaine, indienne, si, dans un glossaire de noms de tissus turcs, le keremsut n’était pas ainsi défini : “ une sorte de tissu de soie, fait à Alep.”12 Gilles Veinstein considère le germesud comme indien et l’identifie à une “ indienne ”13. Shelagh Weir en fait un tissu syrien et dans Mémoire de soie, ce textile est “ une étoffe unie, en soie, à trame de coton ; elle existe en deux qualités : la meilleure a une armure reps, la plus simple, une armure toile ”14. Les références anciennes privilégient une origine indienne ; les références modernes témoignent de la fabrication du textile en Syrie, sous forme de soie pure ou de soie et coton mêlés. L’incohérence de ces définitions signale sans doute simplement que le karmasût du XVIIIe siècle est une indienne, tandis que le terme désigne aujourd’hui un autre type de tissu. Quoi qu’il en soit, vingt-huit pièces sont inventoriées dans les boutiques, estimées à 131 piastres, soit 4,7 piastres la pièce. Cette valeur moyenne masque encore d’importantes variations de prix : la pièce de karmasût dit ja‘farkhâne a été évaluée par le scribe à un peu plus de quatre piastres, et la pièce de karmasût muqallam, que l’on peut traduire par “ peinte ”, à 13 piastres.

23Finalement, ce n’est pas à l’origine du textile, sur laquelle on hésite de temps en temps (fabrication indienne ou locale, Diyarbekir, Alep, voire Damas ?), qu’il faut attribuer les variations importantes de la valeur de ces “ indiennes ”. Notre hypothèse est que ces variations de prix sont imputables à la technique de fabrication et à la qualité du coton filé utilisé plus qu’à l’origine du tissu. Certaines des indiennes, les plus chères, sont peintes, comme les indiennes les plus renommées d’Inde, celles qui viennent de la côte de Coromandel. Les moins onéreuses des “ indiennes ” seraient imprimées, fabriquées dans la région la plus proche de l’Empire ottoman, et dont les relations avec l’Empire sont les plus vigoureuses, le Gujarat. Les “ indiennes ” dites qalamkâr, le karmasût muqallam et 13 pièces de tissu seulement qualifié de muqallam, à cinq piastres la pièce appartiendraient à la catégorie des indiennes peintes, de plus ou moins bonne qualité ; les “ indiennes ” yamanî dites pancheranguis, ou jafarcanis, et de Bairoch (port du Gujarat), les shît à une ou deux piastres la pièce seraient ainsi des indiennes imprimées.

24Le yamanî conserve ses mystères. L’étymologie suggérerait que l’étoffe provienne du Yémen, sans que la preuve n’en apparaisse jamais. Gilles Veinstein, dans son article “ Les relations commerciales entre l’Inde et l’Empire ottoman ”15, souligne que le yemenî peut avoir le sens de toile peinte, c’est-à-dire d’indienne.

25Dans les sources étudiées, le textile yamanî apparaît fréquemment, plus de cent fois. À cinq reprises, le scribe le mentionne comme une étoffe dont les relations avec l’Inde sont sûres, soit qu’il ait mesuré le textile en courges et tâqa, soit qu’il l’ait qualifié de yamanî pancheranguis, ou de jafarcani, ou enfin de yamanî de Bairoch. Les 27 pièces de yamanî sont évaluées dans leur ensemble à 43,3 piastres : 1,3 piastres le jafarcani, 1,5 piastres le pancheranguis, et 2 piastres pour le yamanî de Bairoch. La valeur des yamanî sans indication d’origine est bien inférieure. Notre conclusion reprend celle de Gilles Veinstein : le yamanî peut être d’origine indienne, mais l’étoffe semble bien être une cotonnade de moindre valeur dont la production peut être indienne ou locale. Nous avons donc classé le yamanî comme tissu local, sauf lorsque le scribe avait explicitement indiqué ou suggéré son origine indienne.

Un troisième ensemble : les tissus de coton et soie mêlés

26Ces étoffes de coton et de soie mêlées sont établies dans tout l’Orient musulman sous des noms et des aspects certainement un peu différents. La rayure, plus rarement le carré, sont cependant essentiels dans le tissage du textile, car ces décorations de soie apparaissent à l’endroit de l’étoffe, et non pas sur l’envers en contact avec le corps. L’importance de ces tissus est liée à l’interdiction islamique de porter de la soie : l’Encyclopédie de l’Islam, à l’article harîr, consacre un long article à la soie et aux pratiques recommandées par plusieurs écoles de droit religieux. Certaines écoles “ autorisent [...] le port des vêtements qui en contiennent dans une proportion cependant inférieure à celle des autres matières ”.

27Ne citons que les plus fréquents de ces textiles présents dans les boutiques : alâja, qutnî, avant tout ; halâ’ilî ; sûsî et darâya ou darayâ, bétilles, sandal16.

28Ces tissus, de composition semblable, sans doute tissés dans des armures différentes, présentent des variations de prix, allant de 2,4 à 4,4 piastres la pièce.

29Ces variations sont parfois liées à l’origine du tissu, à sa qualité. La décoration de l’étoffe en fait également changer la valeur : une pièce de darâya muqassab, tissée de fils métalliques, a été estimée 8 piastres, près de trois fois le prix moyen.

30L’alâja est de loin le tissu le plus représenté et le mieux décrit. Sa valeur évolue entre 0,5 et 4,5 piastres la pièce. L’origine géographique du textile est une première cause des différentes estimations : ainsi, l’alâja d’origine syrienne, shâmî, est estimé, en moyenne, 2,2 piastres la pièce alors que l’alâja indien, de Bairoch ou l’alâja sâhibî (dont on ignore le sens) en moyenne également, vaut 3,9 piastres.

31Concluons sur l’origine de l’ensemble de ces textiles : quelques classifications ont paru hasardeuses. Tissus locaux ? Tissus indiens ? Voire persans ?

32Les tissus indiens se repèrent assez facilement, soit par le nom d’une localité réputée pour sa production, Ahmedabad, Lahore, soit par le type de mesure (la courge, et la tâqa).

33Le baghdâdî est-il une étoffe fabriquée à Bagdad, ou une étoffe damascène teinte dans la ville d’après une technique spéciale et appréciée ?

34Le lin est le plus souvent importé d’Egypte ; mais quelques pièces de lin (kattân), suivies d’aucun qualificatif permettant d’en localiser la provenance, ne pourraient-ils pas être d’origine syrienne ou damascène ?

35Tous les shît, tous les darâya ne sont pas obligatoirement d’origine indienne, mais imités et fabriqués localement : suivant le contexte, certains de ces tissus ont été classés comme indiens, les autres comme locaux ou indiens.

Valeur des textiles présents à Damas, suivant leurs origines

36La part de la production damascène, en valeur, de loin la plus importante, atteste la vigueur des industries textiles de la ville.

Origine des étoffes offertes dans les boutiques

Origine des étoffes offertes dans les boutiques

37L’Empire ottoman (avant tout les régions arabes, l’Égypte et Bagdad plus que la Syrie, et la Turquie) sont les seconds fournisseurs des boutiques de la cité. Les régions occidentales de l’Empire, à l’exception du centre turc, sont peu représentées sur le marché damascène.

38L’Inde, à l’extérieur de l’Empire, joue un rôle considérable dans les importations damascènes, sans être essentiel. Halil Inalcık apportait la même conclusion dans son étude sur le marché ottoman du coton et l’Inde17.

39En revanche, la Perse et particulièrement l’Europe n’apparaissent pas, en ces débuts du XVIIIe siècle, sur les marchés de Damas. Les relations ottomano-iraniennes, certes, sont à cette époque mouvementées. La faiblesse des importations européennes surprend : les étoffes de laine, les draps mahoux et londrins, faisaient en effet partie des exportations européennes vers le Levant. Ces années correspondraient-elles à une période où les importations occidentales ont baissé ?

Les textiles dans les maisons

40Au moment même où les juges analysaient les contenus de ces boutiques de défunts artisans du textile et commerçants en étoffes, dans la même ville, des hommes et des femmes mouraient dont les biens personnels étaient décrits et estimés par les mêmes juges, devant le même tribunal. Nous avons étudié tous les biens domestiques de 121 personnes, 60 hommes, 61 femmes, parmi les plus riches et les plus pauvres de Damas : les tissus occupent dans la maison une place privilégiée.

41Sur environ 17 000 objets recensés, plus de 6 500, 38,4%, sont faits d’étoffes : simples pièces ou coupons de tissus qui attendent sans doute d’être utilisés, travaillés, vêtements bien sûr, et éléments du mobilier au ras du sol réalisés à partir de textiles.

42Tous les tissus signalés dans la maison étaient-ils dans les boutiques ? Tous les tissus offerts dans les boutiques apparaissent-ils dans la maison ? Quel usage leur était-il réservé ?

43Oh, surprise ! Si l’on met de côté la soie, première en valeur dans les boutiques et quasi première à être trouvée dans les maisons, et l’alâja, la fréquence d’apparition des textiles dans les demeures est presque à l’opposé de la situation observée dans les boutiques. Un exemple, le drap, jûkh, cité 115 fois dans les maisons, était presque inexistant dans les boutiques. L’utilisation domestique des tissus semble être, à première vue, le “ négatif ” de l’univers textile des boutiques.

44La constatation est préoccupante : une hypothèse cependant résout la contradiction. Si les scribes notent systématiquement le contenu de l’ensemble des tissus présents dans les boutiques, ils se limitent souvent à signaler le nom d’un tissu domestique seulement dans le cas où ce textile est de valeur.

45Quand le textile leur paraissait trop humble ou trop usé pour mériter d’être signalé, ils se sont bornés à donner un nom de substantif à l’objet, sans le qualifier du nom d’une étoffe. Une preuve de cette pratique est apportée par un sondage réalisé sur les vêtements ou les éléments du mobilier les plus fréquemment cités : lorsque le nom de l’étoffe est précisé, l’objet, quel qu’il soit, est plus onéreux18. À nommer ainsi de préférence les beaux tissus et ignorer les plus communs d’entre eux, les scribes infléchissent involontairement la réalité : parmi les étoffes citées, la plupart seront des tissus chers, vendus dans les boutiques des plus opulents commerçants. La manière de procéder de ces greffiers aboutit à une surreprésentation des étoffes de prix. Ces silences sur les plus humbles des matériaux rendent plus aisée la connaissance des réalités textiles quotidiennes du monde riche que du monde pauvre.

Les plus communs et humbles des textiles vendus paraissent avoir disparu des maisons

46Ainsi, les plus communs des textiles détenus par les boutiquiers, les humbles cotonnades, les tissus de lin, damascènes et égyptiens, dont l’ensemble “sans couleur“ constituait les trois-quarts des fonds de boutiques, ces tissus de tous les jours sans doute usés jusqu’à ce que les scribes se perdent dans leurs identifications, n’ont guère laissé de trace dans ces inventaires domestiques. Le tissu majwaz, textile le plus fréquemment cité n’apparaît que six fois dans les maisons ; le baladî, deux fois, uniquement sous forme de pièce de tissu. Le tissu écru, brut, khâm, est un peu plus cité par les scribes, onze fois, matériau de chemises et de manteau19. Le lin n’est cité que 19 fois, matériau de quelques chemises, masculines et féminines, de mouchoirs ou petites pièces de tissus (mahrama) et serviettes, draps et couvertures. Les nombreux textiles égyptiens sont inventoriés dans les maisons sous le vocable vague de misrî, d’Egypte, et destinés à quelques vêtements, qunbâz20, et différents types de pantalons, à des couvertures. Victimes de leur médiocrité, les simples et pauvres tissus sans doute destinés à composer le trousseau vestimentaire de base et les éléments indispensables du mobilier domestique, ont disparu du recensement des juges : les usages qu’hommes et femmes de Damas leur réservaient sont irrémédiablement perdus.

À l’inverse, les étoffes les plus fréquemment inventoriées dans les maisons ne sont pas les textiles que vendaient en priorité les commerçants : le drap (jûkh), le velours (mikhmal), le dankhâwî, le qurqûbî, le yamanî.

Le drap, jûkh

47Le jûkh, un des tissus les plus courants à apparaître dans les maisons, cité plus de cent fois par le scribe, relativement rare dans les boutiques, est décrit dans les dictionnaires, sous la forme “ collectif ” : “ du drap, une sorte de drap », ou simple “ tissu de laine ” dans le Glossaire des noms de tissus turcs21. Ces indications suggèrent qu’il s’agit d’un drap de laine. C’est le textile le plus spécifiquement masculin. Ni le coton, ni la soie, ni les soie-coton, ni les indiennes n’étaient des tissus permettant d’affronter l’hiver damascène : le jûkh est avant tout destiné aux vêtements de dessus, les habits de “ sortie ” spécifiquement masculins, ‘abâ, qunbâz, à divers types de vêtements longs, robes ou manteaux, à des manteaux de pluie. Les descriptions données par ces auteurs confirment que le tissu utilisé est, en règle générale, du drap. Ce drap, jûkh, uni, et non pas marqué par les rayures habituelles aux tissus de coton et soie, est coloré en vert, bleu, violet, couleur d’huile, rouge, couleur de miel, correspondant aux teintes décrites par Savary des Bruslons22 : « des ballots de dix pièces, ainsi assortis : 4 à 5 pièces écarlate vif, 1 orange ou langouste, 1 rose à la cochenille, 1 bleu clair, 1 vert d’olives, émeraude ou brun, 1 vert gai, 1 jaune ou noir. »

48La chaleur demandée au vêtement est assurée, non seulement par le lainage qui en est le matériau, mais également par la fourrure qui le double, ou le borde : la forme “bi farwa ”, “avec fourrure”, qu’emploie le scribe, n’autorise pas la distinction. La valeur de ces différents habits de drap est élevée, environ cinq piastres, un manteau de jûkh rouge avec une fourrure de martre, même usée, atteint 27 piastres, dépassant le prix d’un chameau, tandis qu’un qaftân possédé par une femme, de jûkh rose avec une fourrure de petit gris est estimé 21 piastres.

49Pourquoi ce tissu, si fréquemment utilisé par les hommes de Damas n’apparaît-il pratiquement pas chez les commerçants ? Quatre hommes seulement en détenaient un nombre insignifiant de pièces, moins d’une vingtaine, dont le prix n’a été estimé qu’une seule fois, deux piastres et demie la pièce. Il n’est pas sûr que ce drap de laine se fabriquait à Damas ; et les importations européennes de londrins, importantes aux XVIe et XVIIe siècles, semblent avoir baissé23. Cependant, le drap que portent sur leur dos les hommes de Damas existait bel et bien, quel que fût l’endroit dont il provînt. Une première hypothèse : les successions des vendeurs de jûkh, ne sont pas passées pour diverses raisons, devant le juge. Une seconde hypothèse : les clients damascènes achetaient du jûkh importé d’Europe dans une des Echelles où arrivait le tissu. Une troisième hypothèse : les Damascènes font exécuter chez les tailleurs ces habits, lourds, difficiles à coudre. Et c’est chez les tailleurs, en effet, et non les négociants, que ce tissu avait été mentionné.

L’étrange yamanî

50Six boutiques seulement offraient quelques 150 piastres de yamanî, parfois importé d’Inde, parfois d’origine locale. Or le yamanî est une étoffe omniprésente dans les intérieurs, citée plus de 350 fois, considérée comme la plus représentative des femmes pauvres, textile d’ameublement plus que d’habillement.

51Quand les femmes pauvres sont parvenues à détenir chez elles quelques biens meublants, d’apparence convenable, elles ne pouvaient choisir que cette étoffe, un petit luxe pour elles. Une couverture de yamanî vaut en moyenne 1,4 piastres ; le prix d’une couverture dont le tissu n’a pas été spécifié n’est que d’une piastre. Simple cotonnade, sans doute, possédant une caractéristique : qu’il orne les maisons riches ou pauvres, qu’il soit couverture ou habit, le tissu ne porte qu’exceptionnellement (cinq fois) un nom de couleur, blanc, rouge, bleu ; le yamanî fait partie de ces textiles n’ayant jamais dû passer par la teinture.

52Une seule fois, le terme yamanî est suivi du nom qalamkâr, confirmant ce que l’on a déjà suggéré : ce tissu, lorsqu’il provient d’Inde, est une étoffe de base du qalamkâr, cotonnade imprimée ou peinte. Dans le cas signalé, il s’agit d’une couverture, dont la valeur est relativement élevée : 5,5 piastres.

Le velours, mikhmal

53Le velours est très présent dans les maisons : il est le matériau de base de 276 objets. Cependant, il est pratiquement absent des boutiques, sauf sous la forme de biens “ finis ”, une quinzaine de coussins vendus chez seulement trois commerçants. On ignore si le velours était fabriqué à Damas. La Turquie était un centre important de fabrication et de consommation de ce textile, cité à maintes reprises dans le Catalogue de Topkapi, comme matériau de vêtements ; le velours a pu également être importé, d’Europe, de Gênes, de Venise. Il n’est pas impossible qu’à notre échantillon de vendeurs ait tout simplement manqué en effet un spécialiste des tissus importés et des régions centrales de l’Empire, et d’Europe. Il constitue le tissu par excellence des femmes riches. Toutes les femmes riches (et deux pauvres) parent de velours leurs intérieurs. L’étoffe est pratiquement réservée au mobilier domestique : plusieurs types de coussins ou des housses qui recouvrent coussins et couvertures, six matelas sur lesquels on s’assied. Plus curieusement, il “ fait partie ” de coffres, qualifiés de sundûq mikhmal. Sur les 139 coffres que renferment les maisons damascènes des défunts, 32 sont nommés sundûq mikhmal, la plupart rehaussés d’argent. Un coffre “ de cuir noir sur carcasse de bois ” est ainsi représenté dans le Catalogue de Topkapi, “ brodé de fils d’or couchés [...] en relief sur des couches successives de soies de couleur ”24.

Le dankhâwî

54Cette étoffe, dont hommes et femmes sont presqu’également pourvus, n’apparaît que dans les maisons riches, dans des proportions non négligeables puisque 67 de tous les éléments du mobilier en sont constitués. Le dankhâwî remplit exactement les mêmes fonctions que le velours, tissu de coussins, de matelas, de housses ; un seul qaftân masculin échappe à cette règle. Le textile est de prix : un coussin de dankhâwî vaut cinq coussins de yamanî. Les commerçants de dankhâwî étaient plus que rares : un seul vendeur de mikhâdd dankhâwî, dont chaque pièce atteint la valeur élevée de dix piastres. L’étoffe reste mystérieuse. Le textile est ignoré chez les auteurs consultés et cités. Une observation de J. M. Rogers suggère une hypothèse : ce mot, lu dankhâwî, mais dont la première voyelle n’est pas notée, peut être un u comme un a, serait une qualité particulièrement belle de velours importé d’Italie, sans doute de Venise : “ Parmi les présents offerts à l’envoyé du sultan mamelouk al-Ghawrî [...] figurait une robe de velours relevé italien rouge (duhawi) bordée d’hermine et ourlée d’or”25. Sur les vingt objets faits de dankhâwî, tous sont effectivement rouge, sauf deux, violets, couleur qui utilise le rouge comme base. L’étoffe, une qualité spéciale de velours donc, est particulièrement chère : le coussin de dankhâwî/ duhawi est estimé à plus de six piastres, près du double d’un coussin en simple velours.

55Si cette dernière hypothèse est juste, la présence de ce velours italien duhawi signale encore que les textiles venus d’Europe étaient peut-être plus importants en Syrie que ce que suggère l’analyse des seuls boutiquiers damascènes. Le drap, le velours venus d’Europe ne se trouvaient peut-être pas sur le marché damascène, situé hors des circuits privilégiés du commerce avec l’Occident. Damas n’est pas le traditionnel Levant.

Le qurqûbî

56Il reste le plus mystérieux des textiles. Soixante-quatre fois mentionné dans les intérieurs, il n’apparaît qu’une seule fois chez les commerçants, sous la forme d’un objet “ fini ”, un coussin, yastaqiyya dit qurqûbî.

57La forme du mot signale une origine géographique, la ville de Qurqûb, dans le Khuzistan, province située au nord du Golfe persique. R.B. Serjeant fait longuement allusion, pour la période médiévale, à l’importance des productions textiles de la région, égalant par leur qualité celle des villes égyptiennes de Tinnîs-Damiette. Parmi les villes célèbres du Khuzistan, il cite la cité de Qurqûb26. Les références sont évidemment très anciennes, la ville étant signalée parTabarî, Istakhrî, ou Idrîsî, qui notait : “ C’est là que se font des étoffes peintes et rayées connues sous le nom de raqm al-qurqûbî, ainsi que de riches brocarts [...] qui ne connaissent pas leur pareil dans l’univers. ” Minûcihrî, écrit Serjeant, mentionnait souvent les étoffes de Qurqûb, souvent en même temps que les tissus de Rum (Byzance) : “ Ils ont mis par terre des coussins (bâlish) de Qurqûbî dans le désert et des matelas (bistar) de Bûqalamûn ont été disposés dans les vallées. ”

58Dans les maisons damascènes, l’étoffe est utilisée comme textile d’ameublement, couvrant les divers types de coussins, les sofra (sorte de nappe posée à même le sol, généralement de cuir) et employé comme housses ou couvertures. Onéreux, le tissu est réservé aux plus riches des défunts et surtout défuntes de la ville. Un coussin de qurqûbî est un peu plus cher que le coussin de velours, un peu moins que celui de dankhâwî.

Les tissus de coton et de soie, plus ou moins onéreux, les indiennes, plus ou moins rares dans les boutiques, et surtout la soie, sont très présents dans les demeures

Les tissus de soie et coton mêlés

59Les tissus soie-coton n’étaient certes pas absents des boutiques damascènes. Dans les maisons, se retrouvent tous les tissus de soie et de coton qu’offraient les commerçants en textiles : l’alâja , le sûsî, l’atlas, le darâya, le halâ’ilî, le karmasût, la khâra, le qutnî, et le sandal. On avait hésité sur le classement de ces diverses étoffes, particulièrement sur la moire, khâra, le sandal et le satin, atlas : pure soie ? Soie et coton ? Et conclu que, pour la plupart d’entre eux, toutes les données permettaient de penser que ces textiles étaient bien de soie et de coton mélangés, mais dans des proportions différentes.

60Toutes ces étoffes portent la marque de la richesse et de la rareté : 6% de tous les vêtements inventoriés par les juges, et moins de 1 % des éléments textiles du mobilier. Elles sont plus utilisées pour l’habillement que pour meubler les intérieurs.

61Le halâ’ilî est réservé uniquement aux hommes, vêtements de dessus, ceintures, ou tissus enserrant les fourrures, qui deviennent alors des sortes de pelisse.

62La moire, elle, khâra, est spécifiquement féminine : qaftân, qunbâz, pantalon, et enveloppe externe d’une fourrure.

63Spécifiquement féminine également, le sandal, une des étoffes de soie-coton les plus fréquentes dans les maisons, prioritairement matériau de vêtement : différents types de pantalons, et de qunbâz ; exceptionnellement tissu de couverture.

64L’atlas constitue le matériau de deux qaftân, l’un féminin, l’autre masculin.

65Le qutnî connaît des usages plus diversifiés ; hommes et femmes en emploient, sous différentes formes. Pour les hommes, des vêtements de dessus, qaftân surtout. Pour les femmes, des qaftân blancs et jaunes, des qunbâz et, comme meuble meublant, l’omniprésente baqja, genre de ballot servant à enserrer, et un coussin de qutnî bleu (mikhâdd azraq qutniyya).

66Le sûsî est également un textile mixte. Femmes et hommes en font avant tout des sâya, mais également quelques qunbâz pour les femmes.

67Le darâya, comme le sûsî, est porté par les deux sexes et à peu près sous les mêmes formes : différents types de pantalons, de vestes, de chemises, et de gilets. Le tissu est de toutes les couleurs, rose, vert, rouge, bleu, jaune, vermeil ; sans doute s’agit-il d’une étoffe souple, dont on ne peut faire les lourds qaftân.

68L’alâja, avec le darâya, enfin, est l’un des textiles les plus fréquemment utilisés dans les maisons, textile “ mixte ” aussi, porté par les femmes et les hommes, avec une légère supériorité masculine. Pour les uns et les autres, l’alâja est destiné aux vêtements de dessus, vestes et manteaux, ou châles.

69Toutes les sources le confirment : ces vêtements et ce mobilier composés de textiles mêlés coton-soie sont considérés comme licites.

Les indiennes et les textiles indiens

70Les indiennes imprimées ou peintes, relativement fréquentes dans les boutiques, sont plus faiblement réparties au sein de la population damascène que les textiles précédents : 23 qalamkâr, 12 muqallam. Les qalamkâr, plutôt tissus féminins que masculins, servent surtout à confectionner les qunbâz. Les femmes détiennent quelques couvertures et un sofra. Les muqallam, indiennes peintes, plutôt masculins que féminins, connaissent des destins un peu plus différenciés, qualifiant des qunbâz, des couvertures, des mahrama, mais également des tapis et des vêtements de dessus. L’adjectif est souvent associé à hindî, couvertures de soie indiennes muqallam, ou couverture en satin indien muqallam, ou encore alâja indien muqallam.

La soie de première importance chez les boutiquiers est également présente dans les maisons

71L’alâja et la soie sont les seuls textiles dont la présence se remarque à la fois dans les mêmes proportions, à l’intérieur des boutiques et des maisons.

72 La soie constituait à elle seule le tiers du patrimoine textile des marchands de tissus. La soie, matériau de vêtements et de mobilier, représente un peu plus de 10% de tous les textiles que les greffiers se sont donné la peine de citer en réalisant leurs inventaires d’intérieurs féminins et masculins. Or, la soie, en principe, n’est pas un textile autorisé par la loi musulmane et cette prohibition a semblé expliquer l’importance et la variété des tissus mêlés de soie et de coton, à la fois dans les boutiques et dans les maisons.

73Dans le Coran27 existent quelques références à la soie : “ Allah fera entrer [au paradis ?] ceux qui auront cru et fait les œuvres pies, dans les Jardins sous lesquels couleront les ruisseaux, où ils seront parés de bracelets d’or et de perles, où leurs vêtements seront de soie ” (sourate XXII, 23) ou encore dans la Sourate XXXV, 30/33 “ les Jardins d’Eden. Ils y entreront ; ils y seront parés de bracelets d’or et de perles ; là, leurs vêtements seront de soie ”. Ces sourates ont été interprétées par divers jurisconsultes, à maintes reprises, et dans les différentes écoles religieuses. L’auteur de l’article de l’Encyclopédie de l’islam souligne cependant la diversité des interprétations et des coutumes. “ Un groupe de traditions qui, avec d’autres, expriment une tendance ascétique des premiers temps de l’Islam, interdisent aux hommes l’usage de la soie, mais l’autorisent pour les femmes [...] Une autre version ne l’interdit aux hommes que s’ils en portent par ostentation ; d’autre part, il est parfois recommandé aux femmes de ne pas en faire usage [...] Toutes les écoles de droit religieux interdisent aux hommes le port, à même la peau, de vêtements faits exclusivement de soie, mais elles divergent sur de nombreux points de détail [...] Les hanafites permettent de s’étendre et de dormir sur de la soie et de se servir de coussins et de tapis de prière en soie [...] Il est permis de porter des vêtements de dessus en soie, pourvu qu’ils ne touchent pas le corps. Toutes ces prohibitions ne s’appliquent qu’aux hommes ”28.

74L’importance donc de la soie dans les maisons et les boutiques paraît étrange et digne d’être observée de plus près. Certes, cette soie n’était pas tout entière réservée à la confection de tissus-soieries ; dans environ le tiers des cas, il s’agissait de fils de soie destinés à être mêlés à des fils de coton, pour aboutir au tissage licite coton-soie. Cependant, ne nous mettons pas systématiquement “hors péché”. La soie des boutiques damascènes n’était sans doute pas tout entière vouée à être mêlée à du coton pour aboutir à un tissage “ autorisé ”. Les soieries, toutes de soie, existent. Canoniques ou illicites ? Parmi les objets domestiques, certains vêtements, quelques éléments du mobilier, étaient bel et bien confectionnés de soie, harîr. Et l’étude de la part de la soie dans tous les avoirs vestimentaires et dans les biens mobiliers des Damascènes était chose possible.

75La soie n’est certes pas absente des maisons, mais elle n’y occupe qu’une place restreinte : elle constitue le matériau de 54 vêtements sur 2 787, de 230 éléments textiles du mobilier domestique sur 3 406, respectivement 2 (1,9) et 6,7%. Dans la mesure où il a été possible d’en calculer le prix, la soie semble chère. Le prix moyen de tout objet fait de tissu, vêtement ou élément du mobilier, textile mentionné ou non, est de 2,2 piastres. L’objet de soie, de 3,3.

76Les femmes, certes, avant tout les femmes riches, sont effectivement les clientes privilégiées des soieries, qu’elles utilisent sous une double forme, en habits et en biens “ meublants ”. Sur un total de 284 objets “ soyeux ” présents dans la maison, 218 appartiennent à des femmes dont 210 à des femmes riches, les trois-quarts. Dans les inventaires masculins, la soie, quoique non spécifique de leurs possessions textiles, se réserve cependant une discrète présence.

Les vêtements de soie

77La valeur moyenne d’un vêtement de soie féminin n’est pas très élevée. Ces pièces du trousseau soyeux féminin consistent la plupart du temps en de “ petites choses ” non cousues, dont on s’enroule, que l’on pose sur sa tête, ou qui connaissent des usages multiples : dix mahrama, quatre mandîl, estimés en moyenne à une piastre la pièce : les “mahrama” sont des petites pièces de tissus destinés à des utilisations variées. Les mandîl sont également des pièces de tissu souvent encore traduites « mouchoir », dont Jean Gaulmier semble donner une autre traduction, “ voile de tête ”29, interprétation confirmée par Al-Qasimy, qui précise que le mandîl est le niqâb, voile dont se couvrent les femmes30. S’y ajoutent des ceintures, des châles de même valeur.31 À ce type de pièces, se joignent des vêtements cousus : chemises de soie, gilets de soie et culottes bouffantes qu’un impudique regard classe parmi les vêtements de dessous, au contact de la peau. Quant aux qunbâz, ils peuvent être considérés comme des vêtements de dessus. Les hommes sont incontestablement moins nombreux à se montrer habillés de soie, mais, malgré les interdits canoniques, ne se sont pas tenus complètement à l’écart de l’utilisation de ce noble textile, qui est de plus de meilleure qualité ou de plus grand prix que la soie portée par les femmes. Le textile a la même destination vestimentaire que chez les femmes : des “ habits ” bien visibles, qui paraissent secondaires mais dans lesquels se nichent l’élégance et le souci de l’apparence, les shâsh, les ceintures et les châles, et douze mandîl ; mais également quelques qunbâz et culottes. Un seul homme, le même très riche ‘Alî al-Sa‘dî al-Jibâwî de la confrérie Sa‘diyya détient 19 des 26 habits de soie possédés par les hommes : or, shâsh, châles et culottes, à l’inverse des ceintures qui ne sont pas au contact direct de la peau, contredisent la Loi islamique, qui supporte sans doute peut-être quelques entorses. L’homme présentait-il quelque maladie de peau ? “ Les personnes qui souffrent de démangeaisons peuvent cependant porter des vêtements de soie ”, remarquait le rédacteur de l’article “harîr de l’Encyclopédie de l’islam.

78Est-ce un signe de respect de la Sharî‘a ? Est-ce seulement l’effet de la cherté du tissu ? Aux idéologues de choisir : l’utilisation de la soie, comme matière première des vêtements, est rare et réservée aux femmes riches de la société damascène.

Le mobilier

79Les “ meubles ” (de tissus) destinés à la vie quotidienne de réception et de repos représentent 3 343 objets, dont 229 sont faits de soie. La soie occupe donc dans la maison un peu plus de place que sur les corps, 6,8 %.

80Les femmes se réservent presque l’emploi du matériau qui constitue la base de 189 biens dont la valeur moyenne atteint 3,8 piastres. Les hommes ne détiennent que 40 objets de soie, dont la valeur est inférieure, s’élevant à 2,5 piastres.

81Le lihâf, défini comme une “ couverture de laine piquée, en laine ou en coton, sur l’envers de laquelle est cousu un drap blanc (malhafa)” se révèle être donc le plus courant des mobiliers de soie : sur les 406 couvertures détenues par les 61 hommes et femmes étudiés, 138, 34 %, sont faites de soie. Ces couvertures de soie présentent toutes les couleurs : le rose domine chez les femmes. Les lihâf présenteraient donc fréquemment une face de soie, qui se voit, et sont comme “ doublés ” par du coton en contact avec le corps. La foi est sauve.

82Encore faits de soie, divers coussins, de matelas : tous ces éléments soyeux d’ameublement sont essentiellement propriétés féminines, suggérant des pratiques tolérées.

83Plus proches du péché, ces quelques hommes, dont un des personnages les plus riches de Damas, le shaykh ‘Alî al-Sa‘di al-Jibâwî, membre d’une confrérie de surcroît, possédant coussins, drap, matelas, et de petites serviettes destinées à la réception autour d’une tasse de café. Mais la rédaction de l’Encyclopédie de l’Islam le notait : “ Les Hanafites permettent de s’étendre ou de dormir sur de la soie et de se servir de coussins en soie32. » Concluons : 36 coussins (sur 610), neuf housses de coussins (sur 304), quatre draps (sur 138), 30 matelas sur 86, quatre « nappes » sur 79, un peu plus de 6% de ces objets sur lesquels la peau peut entrer en contact, sont en soie.

84Cette analyse de l’utilisation de la soie trouvée dans les maisons damascènes vers 1700 aboutit à une constatation de compromis. En règle générale, la soie, matière première de vêtements et de mobilier, est peu employée ; les femmes riches en ont un quasi apanage, usage toléré ; à l’exception des culottes et des chemises, la soie est utilisée pour les vêtements de dessus, ou pour ces pièces de tissus non cousues avant tout destinées à être posées, sur la tête, sur les épaules ; dans le mobilier, la principale destination de ce tissu est la couverture qui ne serait pas au contact de la peau, qui est une sorte d’endroit de la couverture tandis que l’envers est de coton. Les positions doctrinales de l’école hanbalite, et de l’école chaféite à laquelle appartient une grande partie de la population damascène, plus radicales que celles de l ‘école hanéfite, “ interdisent [...] de s’asseoir et de s’appuyer sur de la soie (coussins, etc) ” est peu ou prou respectée ; toutefois le shaykh ‘Alî al-Sa‘dî al-Jibâwî et la famille al-Sa‘dî al-Jibâwî sont hanéfites, école plus tolérante.

85Des boutiques aux demeures, les liens sont manifestes. Malgré la surreprésentation des textiles les plus onéreux, et bien que dans le dénuement dominant propre à ces sociétés ottomanes du XVIIIe siècle, les tissus les plus humbles n’aient guère trouvé une affectation dans les actes dressés par les juges, les “ consommateurs ” passaient dans les boutiques des commerçants en tissus et dans celles des artisans : y manquaient peut-être le drap et le velours.

Haut de page

Notes

1 A. Raymond, Artisans et commerçants au Caire au XVIIIe siècle, Damas, Institut français de Damas, 1973-1974, 2 volumes.
2 C. Establet et J.-P. Pascual, Familles et Fortunes à Damas en 1700, 450 foyers damascains en 1700, Damas, Institut français de Damas, 1994.
3 C. Establet et J.-P. Pascual, Ultime voyage pour la Mecque, les inventaires après décès de pèlerins morts à Damas vers 1700, Damas, Institut français de Damas, 1998.
4 C. Establet et J.-P. Pascual, Des tissus et des hommes, Damas vers 1700, Damas, Institut français de Damas, 2005.
5 Actes des secondes journées internationales d’analyse statistique de données textuelles, Montpellier, 21 et 22 octobre 1993, Paris, Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications, S. J. Anastex éditeur, 1993.
6 E. Hardouin-Fugier, Les étoffes : dictionnaire historique, Paris, les Ed. de l’Amateur, 1994, p. 32-33.
7 I. M. d’Ohsson, Tableau général de l’Empire ottoman, Paris, 1761, t. IV, p. 101.
8 I. M. d’Ohsson, Tableau général de l’Empire ottoman, Paris, 1761, t. IV, p. 115.
9 J.-C. Flachat, Observations sur le Commerce et sur les Arts d’une partie de l’Europe, de l’Asie, de l’Afrique et même des Indes Orientales, Lyon, Jacquenot, 1776, p. 294.
10 K. FUKASAWA, Toilerie et commerce du Levant, Paris, Editions du CNRS, 1987, p. 44.
11 G. Roques, 1996, La manière de négocier aux Indes 1676-1691, texte présenté et annoté par Valérie Bérinstain, Ecole Française d’Extrême-Orient, Paris, Maisonneuve et Larose, 1996, p. 207.
12 Tarih Dergisi, Fâtih Sultan Mehmed’e Hatıra Sayısı, ord. Prof. M. Cavid Baysun, Istanbul, Edebiyat Fakültesi Matbaasi, 1982, p. 321.
13 G. Veinstein, « Commercial relations between India and the Ottoman Empire (late fifteenth to late eighteenth centuries) : a few notes and hypotheses » dans Merchants, Companies and Trade, Europe and Asia in the Early Modern Era, edited by Sushil Chaudhury and Michel Morineau, Paris-Cambridge, Maison des Sciences de l’Homme, Cambridge University Press, 1999, p. 95-115.
14 S. Weir, Mémoire de soie, Palestinian Costume, Londres, British Museum Publications, 1989, p. 411.
15 G. Veinstein, « Commercial relations between India and the Ottoman Empire… »,  art. cit.
16 Tous ces textiles sont décrits dans le glossaire de Des tissus et des hommes…, op. cit.
17 H. Inalcik, “The Ottoman cotton market and India : the role of labor in market competition”, dans The Middle East and the Balkans under the Ottoman Empire, Bloomington, Indiana University, Turkish studies and Turkish Ministry of Culture Joint Series, Vol 9, 1993, p. 296.
18 Le calcul a été réalisé uniquement sur les objets que le scribe a isolés dans son estimation qui souvent concerne deux ou trois biens à la fois, interdisant ainsi le calcul de la valeur moyenne d’un bien en particulier.
19 Nous avons en général traduit les noms arabes des vêtements et des éléments du mobilier : dans le glossaire final de l’ouvrage Des tissus et des hommes se trouvent les noms vernaculaires. Nous avons laissé les noms arabes des plus connus de ces vêtements.
20 Le qunbâz est une longue tunique ou blouse d’hommes, en étoffe quelconque et à manches, fendue par devant sur toute sa longueur, croisant sur la poitrine, s’agrafant sur l’épaule gauche et se fermant à la taille au moyen d’une ceinture.
21 Tarih Dergisi, op.cit., glossaire, p. 309.
22 J. Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, Copenhague, chez les Frères Philibert, 1759, t. V, p. 1018.
23 V. supra p. 115.
24 J. M. Rogers (dir.), Costumes et tissus brodés, Catalogue de Topkapi, Paris, Ed. du Jaguar, 1987, p. 191, illustration 94.
25 Ibid., p. 22.
26 R. B. Serjeant, Islamic Textiles, Material for a history up to the Mongol conquest, Beyrouth, Librairie du Liban, 1972, p. 45.
27 Le Coran, 1966, p. 360 et 466.
28 Encyclopédie de l’islam, nouvelle édition, Leiden, Brill, 1971, vol. III, article “Harîr”, p. 215.
29 J. Gaulmier, “Notes sur les toiles imprimées de Hamâ”, Bulletin d’études orientales, Le Caire, Imprimerie de l’IFAO, tomes VII-VIII, 1927-1938, p. 265-279.
30 M. S. Al-Qasimy, Dictionnaire des métiers damascains, La Haye-Paris, Mouton, 1960, t. II, p. 471.
31 P. Blancard, Manuel du Commerce des Indes orientales et de la Chine, Paris, Bordeaux, Marseille, 1806, p.184, cité par K. Fukasawa, Toileries…, op. cit., 1987, p. 58.
32 Encyclopédie de l’islam, 1963, vol. 2, article “Harîr”, p. 215.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Origine des étoffes offertes dans les boutiques
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/1373/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Colette Establet et Jean-Paul Pascual, « Les tissus dans les boutiques, les tissus dans les maisons : Damas, vers 1700 », Rives nord-méditerranéennes, 29 | 2008, 107-124.

Référence électronique

Colette Establet et Jean-Paul Pascual, « Les tissus dans les boutiques, les tissus dans les maisons : Damas, vers 1700 », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 29 | 2008, mis en ligne le 15 février 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rives.revues.org/1373 ; DOI : 10.4000/rives.1373

Haut de page

Auteurs

Colette Establet

Jean-Paul Pascual

Colette Establet, IREMAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org