Navigation – Plan du site

La répartition des espaces verts à Palma de Majorque

Analyse des contextes politique, historique et géographique
Yann Saint-Martin
p. 67-81

Résumés

Ville touristique, Palma souffre d’un manque évident d’espaces verts intra-muros. La proximité de la mer et d’espaces naturels offre des aires de délassement proches, mais rien n’a été envisagé pour aérer les tissus urbains denses. L’urbanisation grandissante, le mitage progressif des espaces forestiers périphériques et une législation encore trop hésitante ont conduit la municipalité à redéfinir sa politique.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

ESP

Chronologie :

CONT
Haut de page

Texte intégral

1Les îles Baléares constituent l’une des destinations les plus en vue du pourtour méditerranéen. Leur succès est en grande partie fondé sur leur insularité et un climat propice à toutes les saisons. Palma, capitale politique de la Région Autonome des Baléares, tire le plus fort bénéfice des principales retombées économiques que connaît cet ensemble d’îles. Ville attractive, Palma dispose d’un front de mer d’environ 3 km où se succèdent complexes touristiques, plages aménagées et installations portuaires. Si le littoral, fortement urbanisé, constitue l’une des principales attractions de la ville, la capitale majorquine peut aussi compter sur les espaces naturels de la Serra Tramuntana, au nord de la ville, qui constituent un réservoir d’oxygène non négligeable. Ces multiples atouts cachent une autre réalité. Gagnant sur les forêts périphériques, la ville n’a cessé de s’accroître au rythme du tourisme. Alors que la plupart des grandes agglomérations européennes ont, depuis longtemps, envisagé les espaces verts comme composante essentielle du paysage urbain, Palma semble les avoir oubliés dans son processus d’urbanisation, négligeant, par là même, leur rôle structurant et environnemental. Face à ce constat la municipalité a amorcé, depuis peu, un nouveau virage. Il s’agit de s’appuyer sur la manne touristique pour favoriser l’intégration du « vert ».

2Comment expliquer la situation actuelle et comment envisager l’avenir ? Tel est le questionnement sur lequel nous fonderons notre analyse.

3Dans un premier temps, nous retracerons les étapes de la croissance urbaine à Palma. Contrainte par une succession de remparts, la vieille ville accuse des densités importantes peu propices à l’aménagement d’espaces verts. Quant aux extensions urbaines récentes, il semble bien que le tourisme ait contribué à façonner un paysage qui a longtemps ignoré le rôle des espaces libres au sein de l’agglomération. La deuxième partie sera donc l’occasion de vérifier l’implication de la municipalité de Palma dans ce domaine, une étude qui passe aussi par une analyse rapide de la situation juridique de l’Espagne. Nous terminerons par un examen des différents types d’espaces qui composent le patrimoine vert de Palma et les possibilités qui s’offrent à la ville d’améliorer la situation.

Les processus d’urbanisation, une contrainte pour l’essor des espaces verts À Palma de Majorque

4Comme bon nombre de villes européennes, Palma a connu des vagues successives d’urbanisation depuis l’Antiquité. La vieille ville, bastion défensif, les extensions du xixe siècle et les plus récentes, liées au tourisme, expliquent en partie le manque d’espaces verts.

Les limites de la vieille ville et de ses enceintes

5La ville a été fondée en 123 avant J.C. suite à une expédition romaine. Au départ, il s’agit d’une place militaire ceinte par une première série de remparts, et rapidement doublée pour faire face à l’augmentation de la population. À cette époque, la présence d’espaces verts publics est difficile à évaluer. Si l’on se réfère aux autres villes romaines de l’époque, on peut envisager la présence d’hortus maraîchers aux limites de la ville, particulièrement aux abords du torrent Sa Riera à l’ouest. Il est probable que l’environnement naturel de la ville a constitué un lieu attractif tant pour l’exploitation du bois que pour la célébration publique de certains cultes (à l’époque romaine, les bois sacrés constituent un espace religieux d’importance).

6À la suite de la chute de l’empire romain, la ville connaît une succession de pillages et d’invasions diverses. On passera sur cette période allant du ve au xe siècle, phase au cours de laquelle Palma ne connaît aucune évolution urbaine significative. En 903, une flotte commandée par Isam Al-Jawlani débarque aux Baléares et prend possession de Palma : c’est le début de l’ère musulmane. Durant les trois siècles que dure la domination arabe, la ville fait face à une croissance urbaine importante : elle est reconstruite, transformée et agrandie. Au cours de cette période, les jardins tiennent une place importante puisque les archéologues estiment leur nombre à 186 à l’intérieur de l’enceinte, pour la plupart destinés à alimenter la ville en produits maraîchers. Parallèlement, les jardins de patios, typiques de la tradition arabe, se multiplient à l’intérieur des demeures privées. Aujourd’hui on peut encore en admirer certains vestiges.

7La ville musulmane est reconquise par le roi Jaume ier en 1229, début de l’ère chrétienne. La ville s’agrandit et de nouvelles fortifications apparaissent. A l’intérieur des murailles, le bâti est dense, limitant la place des jardins communautaires à vocation potagère. Même si ces aménagements ont totalement disparu, certaines traces sont encore visibles aujourd’hui dans le tissu. Le long de l’artère longeant le littoral, par exemple, le Parc del Mar, récemment aménagé, est installé sur les anciens jardins de Santa Clara, d’En Cassà et del Temple.

8Au xviiie siècle, les Bourbons prennent le pouvoir en Espagne. À l’instar des autres places fortes de la péninsule ibérique, Philippe V modifie aussi le régime du gouvernement sur l’ensemble de l’île et transforme Palma de Mallorca en capitale de la nouvelle Province des Baléares. Pendant toute cette période la cité est contrainte d’occuper les enceintes médiévales. La densité des rues et leur étroitesse ne laissent que peu de place pour les espaces libres et les jardins musulmans sont progressivement détruits par l’urbanisation.

9Au début du xixe siècle, le plan L. Muntaner (1831) tente de régler les problèmes d’insalubrité et d’insécurité. Parallèlement, la ville connaît une forte vague d’immigration qui contraint les autorités municipales à reconvertir certains couvents en habitations, détruisant, par là même, quelques jardins de monastère jusqu’alors conservés. À la fin du xixe siècle, la ville compte 36000 habitants. C’est dans ce contexte que les murailles sont détruites et des plans d’aménagement réfléchis.

Les plans d’extension : réalisations et détournement des projets

10En 1901, la municipalité approuve un premier plan d’extension, l’Ensanche (Plan d’extension ou plan d’agrandissement) de B. Calvet. Ce dernier s’inspire des théories développées par I. Cerdà à Barcelone. L’agrandissement de la ville repose sur un quadrillage régulier de blocs égaux, séparés par de larges rues. Des places, des espaces libres, des jardins sont prévus selon une disposition rigoureuse. Au final, le projet de Calvet est en grande partie dénaturé, défiguré par une densification abusive. Il n’est plus question d’espaces verts qui ont, pour la plupart, disparu du tracé final. Le projet est devenu un enjeu économique où la spéculation foncière est reine. A partir de 1920, la ville continue de croître sans contrôle efficace, malgré la mise en place d’un second plan. Dans ce contexte, aucun système d’espaces verts n’est réfléchi. Seules quelques surfaces boisées, situées en périphérie du vieux centre, sont encore préservées de l’urbanisation. En 1943, le plan G. Alomar tente de reprendre en main la situation. Une partie seulement du projet, qui prévoit de loger 700000 habitants, est développée. Quant aux espaces verts privatifs et publics initialement prévus, ils sont absents des travaux.

11Les premiers touristes débarquent sur l’île avant la guerre civile d’Espagne, en 1936. Les arrivées sont encore rares et la ville accueille surtout des célébrités. Dans les années 1970, le tourisme de masse se développe. Palma devient vite le symbole de « l’exotisme populaire » : les vols réguliers se développent entre Majorque et le continent, le nombre de lits se multiplie à un rythme soutenu, et les prix, très attractifs, attirent un large public.

Le tourisme et le mitage de l’espace périurbain dans les années 1950

12Au début des années 1960, la croissance urbaine, liée au tourisme, entraîne une augmentation significative de la population. L’explosion brutale du bâti, qui se fait sans planification apparente, est en partie stimulée par la pression des tours-opérateurs qui, pour assurer le développement des lits, financent les constructions d’hôtels. Malgré quelques initiatives, les communes majorquines ne disposent pas de plans d’aménagement concrets, résultat d’une législation quasi inexistante. Comme le rappelle M. Segui (1995), ce développement anarchique est aussi en grande partie favorisé par le gouvernement franquiste qui voit là une bonne occasion de recueillir des devises étrangères. L’Espagne est, à cette époque, encore considérée comme le parent pauvre de l’Europe industrielle. Au niveau local, le tourisme est une aubaine pour ceux qui veulent « s’enrichir facilement ». De plus, on est dans un système où les représentants municipaux ne sont pas élus, ne sont pas payés, ce qui facilite de nombreux abus. Dans ce contexte, il apparaît évident que les espaces verts jouent un rôle mineur, la pression foncière étant trop importante. Seuls les hôtels réservent une place à la végétation. Plantes grasses et cactées, palmiers et autres espèces nécessitant peu d’entretien composent l’essentiel de ces jardins. À usage privatif, ils sont réservés à leur seule clientèle. Quant aux secteurs d’habitations, la place réservée aux espaces verts reste anecdotique (figures 1 et 2).

Figure 1. Photographie

Figure 1. Photographie

Le mitage urbain de la couronne forestière de Palma au nord-ouest de la ville.

Cliché de l'auteur, 2000.

Figure 2. Photographie

Figure 2. Photographie

Jardin privatif dans un complexe hôtelier à l'ouest de la ville.

Cliché de l'auteur, 2000.

13Les processus d’urbanisation de Palma ressemblent à celui des autres villes européennes. Jusqu’au xixe siècle, la croissance est contrainte par les fortifications ; les espaces verts publics se limitent à quelques places ombragées et jardins potagers. Au xixe siècle, alors que partout en Europe des voix se font entendre pour améliorer la qualité du cadre de vie en ville, Palma reste en retrait de ces préoccupations. Proche de la mer, bénéficiant d’un cadre de verdure limitrophe, la ville semble tirer bénéfice de cette situation. Au début du xxe siècle, l’augmentation de la population engage à de nouvelles réflexions. Durant plus d’un demi-siècle, les plans d’aménagements qui se succèdent oublient, dans leur projet, la place des espaces verts alors qu’hôtels et complexes touristiques grignotent progressivement de l’espace, littoral surtout. Faute de moyens juridiques appropriés, l’écart entre espaces bâtis et espaces libres se creuse et, aujourd’hui encore, la politique menée par la municipalité doit composer avec cet héritage.

Quelle politique d’espaces verts à Palma de Majorque ?

14À Palma, comme dans les autres villes européennes, la politique d’espaces verts est du ressort des municipalités. Le cadre juridique qui oriente l’affectation des sols ou précise les moyens de protection ou de préservation, émane de l’autorité supérieure qui, en Espagne, se partage entre le gouvernement central et les 17 provinces autonomes.

Les orientations juridiques étatiques

15Jusqu’au milieu du xixe siècle, l’urbanisme en Espagne était considéré comme le privilège des municipalités. Ces dernières éditaient les ordonnances d’édification, lesquelles étaient étudiées dans le cadre plus général de la police urbaine. C. Roqué et C.P. Lanas (1994), précisent que la réglementation urbaine était un amalgame plus ou moins hétérogène entre des codes hérités de la période médiévale et diverses normes municipales. Pendant très longtemps, les villes ont ainsi opéré avec ce système. Avec la révolution industrielle, les villes sortent des enceintes médiévales, incitant les aménageurs locaux à réfléchir à des dispositions pour contrôler la croissance urbaine. La mise en place des Plans dans certaines villes (plan Cerdà à Barcelone ou plan Castro à Madrid en 1860) incite l’autorité centrale à une réflexion générale sur les moyens de contrôler l’urbanisation croissante. S’ensuit la promulgation de la loi d’expansion des agglomérations du 29 juin 1864, régissant la mise en place des ensanches. Ces premiers fondements législatifs ont permis de définir les principes de base de la technique urbanistique. La véritable naissance du droit de l’urbanisme en Espagne date de la loi sur le sol du 12 mai 1956 qui fixe de manière plus précise le régime des sols et l’aménagement urbain. Différents degrés de planification sont élaborés, allant du territoire national à l’aménagement des quartiers. Ces plans laissent déjà présager l’idée d’une décentralisation des pouvoirs, lesquels seront d’ailleurs réévalués par la constitution de 1978. Cet acte politique est à l’origine d’une transformation radicale dans la répartition des compétences entre l’État et les Communautés autonomes. Concrètement, le texte de la Constitution indique que les régions autonomes agissent seules sur l’aménagement du territoire, même si l’État espagnol conserve une certaine autorité, concernant notamment les côtes, les ports et aéroports d’intérêt général, les routes et chemins de fer intercommunautaires, les eaux appartenant à un bassin hydrographique supra communautaire, les travaux publics d’intérêt général, les réserves naturelles, les infrastructures qui donnent son ossature au territoire (T.R Fernandez, 1997).

16D’un point de vue strictement urbain, les villes sont tenues de respecter une répartition ternaire du territoire urbain en distinguant :

17– les sols urbains, c’est-à-dire ceux qui disposent déjà des services d’urbanisme de base (voirie, tout à l’égout, électricité…) ;

18– les sols urbanisables, susceptibles d’être urbanisés. Les propriétaires concernés par cette classification sont dans l’obligation de céder gratuitement tous les terrains que l’administration destine à des réalisations publiques (voies publiques, espaces verts ou autres équipements) ;

19– les sols non urbanisables qui représentent l’ensemble du territoire protégé par des législations statuant sur la préservation d’espaces naturels ou sensibles.

20La classification des sols, que l’on pourrait apparenter aux Plans Locaux d’Urbanisme (P.L.U.) en France, est donc du seul ressort des municipalités qui peuvent, en fonction de leurs objectifs, réserver et préserver la place des espaces verts dans le tissu urbain.

21Le cas des jardins publics est plus délicat à traiter. Dans le chapitre III de la loi du sol relatif aux espaces libres, les articles 200 à 204 déterminent les normes de classification des parcs et jardins publics. L’article 200 stipule que les espaces libres qui forment une partie de la structure générale du territoire sont les parcs urbains et les parcs forestiers. Ces espaces sont soumis à la même protection que les espaces naturels et interdisent toute construction (sauf exception, quand les installations sont reconnues d’utilité publique et ne dénaturent pas « l’esprit »). L’article 202 précise que les places, les « passages », les ramblas sont des espaces libres mais qu’ils ne rentrent pas dans la catégorie des parcs urbains. Quant aux jardins publics, ce sont aussi des espaces verts qu’il convient de préserver mais dont l’intérêt reste local. L’article 203 souligne quant à lui les conditions de construction sur ce type d’espace. Ainsi, les constructions ne doivent pas dépasser 10 mètres et ne doivent pas occuper plus de 5 % du parc. D’un point de vue juridique, les jardins et parcs urbains sont aussi concernés par les protections inhérentes aux patrimoines historique et artistique. L’article 86 de la loi du sol de 1992 insiste sur la protection des parcs et jardins urbains qui se distinguent par leur beauté, leur attrait artistique, leur valeur historique ou botanique.

22À Palma, comme partout en Espagne, la législation repose donc sur des principes de base, définis à l’échelle nationale, une réglementation complétée par des actes politiques décidés à l’échelle municipale.

Un cadre politique encore insignifiant au niveau local

23On ne peut pas vraiment parler de politique « verte » à Palma. D’une part parce que le bâti occupe une place importante à l’échelle de la commune, d’autre part parce que les opérations de reconversion de friches industrielles ou hôtelières, qui pourraient combler une partie du manque, restent encore anecdotiques. Il existe pourtant un cadre réglementaire spécifique qui aurait pu permettre à la ville de développer un système d’espaces verts à la hauteur de ses ambitions. Concernant les espaces privatifs, la loi régionale du 25 juin 1988, donne à la municipalité la possibilité de contraindre les propriétaires à réserver des emplacements pour des jardins ou autres zones à usage commun. La surface ainsi obtenue se calcule par soustraction du nombre maximum de lits, multiplié par 60. Concrètement, cette loi ne concerne que les bâtiments hôteliers les plus récents et n’est applicable que pour des projets réellement supervisés par la municipalité. Dans le même esprit, on peut mentionner la loi du 23 avril 1987, régissant l’organisation du territoire des Baléares, qui a pour objectif de réglementer l’occupation des sols et construire les différents plans d’aménagement du territoire selon la nomenclature établie à l’échelle nationale. Il s’agit là de textes incitatifs qui impliquent un engagement et un contrôle réel de la municipalité.

24Concernant spécifiquement les espaces verts publics, quelques articles du plan général de Palma, édité en 1999, donnent des précisions intéressantes. Comme partout en Espagne, la municipalité est contrainte de classer les espaces verts selon la nomenclature établie à l’échelle nationale, mais on retrouve aussi certaines dispositions particulières aux espaces verts. Ainsi, pour tous projets naissants, les propriétaires sont contraints de céder gratuitement des terrains destinés à la réalisation de parcs et jardins publics (art. 54.a) et conserver les plantations existantes (art. 54.e). De même, l’article 371b (en application de l’article 182 de la loi du sol 1998) prévoit de conserver les jardins et emplacements libres, particuliers ou privés, visibles depuis la voie publique. La décision peut être motivée par des intérêts touristiques ou esthétiques.

25Reste que la ville doit se doter d’un équipement de gestion appropriée. Si un service d’espaces verts existe à Palma, cet organisme ne s’est jusqu’ici occupé que de petits espaces verts, faute de grands parcs urbains à entretenir. D’après la municipalité, le service des espaces verts de Palma devrait connaître une évolution notable d’ici quelques années avec à sa charge des espaces de plus grande taille.

26Dans un contexte de forte pression foncière, il apparaît que la bataille entre les espaces bâtis et les espaces non bâtis part sur un pied d’inégalité. La décentralisation des pouvoirs en Espagne et l’incertitude juridique qui l’accompagne expliquent en partie cette situation. A l’échelle nationale, il n’existe aucune loi spécifique. Quant à la politique menée à Palma, elle souffre d’une concurrence avec l’activité touristique. La trame verte de Palma reflète la faiblesse de la législation même si, depuis quelques années, la municipalité tente de combler les manques.

Les espaces verts à Palma, bilan et perspectives

27Si la place du tourisme dans le paysage urbain de Palma apparaît comme un fait acquis, celle des espaces verts reste à préciser. L’association est tout à fait envisageable et nombreux sont les exemples en Europe où les parcs et jardins publics participent activement à l’attraction touristique et récréative. Reste à préciser les conditions de cette association.

Les espaces verts de Palma, localisation et utilisation

28D’après un recensement effectué par la municipalité au début de l’année 2000, on peut dénombrer 280 points verts dans l’agglomération de Palma, un chiffre qui comprend les plazas (ou squares), les avenues plantées, les espaces forestiers et les jardins.

29Les plazas figurent parmi les espaces verts les plus nombreux. Disséminées dans le tissu urbain, elles présentent quelques rares pelouses, des bancs et infrastructures de jeux pour les enfants. Il s’agit d’espaces de proximité dont l’utilisation est fonction de leur situation. Proches des habitations, ils favorisent la récréation des plus jeunes ; placés aux abords des axes de circulation, ils participent à l’aération visuelle ; disposés le long des rues piétonnes, ils apportent ombre et fraîcheur aux promeneurs.

30Trois grands jardins, le parc del Mar, le nouveau parc de la Estación et le parc de Bellver forment l’essentiel des surfaces vertes à Palma, si l’on exclut les espaces forestiers sis aux limites communales.

31Concernant le premier parc, il s’agit d’un espace de plus de 10 hectares en bordure du front de mer. L’intérêt majeur du parc repose sur la présence d’un grand bassin qui sert d’écrin à de nombreux feux d’artifice et concerts. Situé en contre-bas de la cathédrale gothique, son utilisation reste limitée tant les aménagements récréatifs apparaissent restreints (figure 3).

Figure 3. Photographie

Figure 3. Photographie

Le Parc del Mar, le long de la promenade maritime.

Cliché de l'auteur, 2000.

32Le parc de la Estación, aménagé sur une partie de l’ancienne emprise ferroviaire, constitue une vaste promenade urbaine de 5 hectares environ qui permet d’assurer la continuité entre le vieux centre et les quartiers
périphériques du nord-est. Vallonné et rectiligne, son utilisation est réduite. Quelques bancs permettent de se reposer mais aucun aménagement n’a été prévu pour les loisirs.

33À l’est de la ville, dans les extensions récentes, le parc forestier de Bellver semble davantage adapté aux loisirs. Des chemins aménagés permettent de se promener et courir dans un cadre naturel. Cet espace souffre pourtant de sa situation. Trop éloigné des lieux d’habitation, il est finalement peu fréquenté par la population de Palma qui lui préfère les espaces naturels ou le littoral. Les horaires de fermeture sont aussi assez contraignants puisqu’ils dépendent de l’ouverture du Château de Bellver dont les grilles ferment à 18 heures. Isolé des habitations et disposant de nombreux recoins isolés, le site souffre aussi de sa mauvaise réputation.

34De nombreuses promenades plantées complètent cet inventaire. Bordée par quelques hôtels, restaurants et bars prestigieux, la promenade maritime est la plus fréquentée. Cette avenue, où trônent palmiers et majestueux « arbres à caoutchouc », doit en grande partie sa construction à la loi régionale d’amélioration et de modernisation du 30 mai 1992.

35Il faut ajouter à ces espaces publics un certain nombre de jardins de patios hérités de la tradition arabe. Une partie de ce patrimoine ayant été racheté par la municipalité, le Conseil Insulaire ou le Gouvernement des Baléares (en même temps que les demeures qui tiennent lieu de bâtiments administratifs) est ouverte au public aux heures de bureau.

36Quand on analyse la situation des parcs et jardins de Palma, une remarque s’impose : leur utilisation est restreinte. La présence de bancs et de quelques jeux pour enfants suppose qu’ils sont utilisés pour le loisir au quotidien, mais globalement leur intérêt est très limité : peu ou pas d’aménagements sportifs, de rares pelouses… L’une des raisons que l’on peut évoquer, c’est la proximité des plages et des espaces naturels périphériques qui procurent aux touristes et aux résidents permanents les lieux nécessaires pour pique-niquer ou pratiquer des loisirs nécessitant des infrastructures spécifiques. La taille de l’île et un taux de motorisation importante favorisent les déplacements rapides. La municipalité actuelle semble disposée à améliorer la situation.

Tourisme et espace vert, quelles solutions ?

37L’utilisation des espaces verts aux Baléares est, en grande partie, liée au développement touristique. Ainsi, la présence massive de plantes palmacées le long des artères principales contribue à l’esthétique urbaine. Il y a dans les îles Baléares une longue tradition du palmier qui était à l’origine utilisé comme arbre d’agrément dans les jardins privés. Symbole de l’hospitalité, cette espèce a trouvé naturellement sa place dans l’espace urbanisé et accueille les touristes à la sortie de l’aéroport. Le choix du palmier tient aussi au peu d’entretien et d’arrosage qu’il nécessite, dans une île en proie à des problèmes d’approvisionnement en eau.

38Concernant les parcs et jardins, de nouveaux projets sont à l’étude. S’inspirant des techniques des populations locales, dans le domaine des jardins en terrasse par exemple, la ville envisage de créer des espaces verts « traditionnels » qui répondent aux exigences du climat. Les conditions climatiques sont, en effet, un frein à la mise en place de pelouses, l’eau étant un bien précieux dans l’île. Les espaces verts publics sont en concurrence avec les nombreux golfs de l’île qui requièrent un arrosage important et dans ce domaine, priorité leur est accordée. La principale zone concernée par les aménagements futurs se situe le long du torrent de Sa Riera. Un concours international a d’ailleurs été engagé dans ce sens. Ancien terrain militaire, le site est plus ou moins abandonné et n’est occupé que par quelques équipements sportifs.

39 La ville compte aussi sur son patrimoine historique. Quelques jardins de patios pourraient ouvrir leur porte aux touristes. De tradition arabe, les jardins qui composent ces cours intérieures sont de précieux témoins culturels. De même, certains couvents devraient bénéficier d’une promotion touristique plus importante.

40On connaît déjà le jardin qui borde la cathédrale, dans la continuité du parc del Mar, d’autres devraient être restaurés pour retrouver leur charme d’antan (figure 4).

Figure 4. Photographie

Figure 4. Photographie

Le jardin de la cathédrale.

Cliché de l'auteur, 2000.

41Enfin, il semble aussi que la municipalité de Palma veuille s’orienter vers une qualité des aménagements pour privilégier à la fois le côté esthétique et la fonction environnementale des espaces verts. Dans la lignée de Calvià, petite ville à l’ouest de Palma, la capitale majorquine s’oriente progressivement dans la voie du développement durable. Dans ce domaine, les espaces verts ont leur rôle à jouer. En régulant le climat, favorisant l’augmentation de l’humidité, réduisant les émanations polluantes pour améliorer la qualité de l’air (rejet de gaz carbonique et autres), diversifiant le paysage urbain et garantissant une diversité biologique, la flore urbaine participe activement à la qualité de l’environnement.

42Pendant une longue période, les municipalités successives ont été dépassées par le tourisme de masse qui a procuré très rapidement des devises étrangères. De nombreux efforts ont pourtant été consentis pour l’aménagement des voies piétonnes et des promenades urbaines, comme en témoignent les nombreuses plantations le long des artères de circulation. Si la présence massive des palmiers et autres pins reflète une culture locale, elle répond avant tout à la nécessité de pallier les insuffisances en eau, problème majeur pour la ville et l’ensemble de l’île.

43Aujourd’hui une politique de revalorisation du patrimoine semble s’amorcer. On s’oriente vers un tourisme culturel et la mise en valeur de certains monuments participe à cette reconversion. L’existence d’un certain nombre de jardins privés pourrait permettre d’enrichir l’offre touristique culturelle. Quant aux parcs et jardins urbains, une amélioration du patrimoine existant et la réalisation de nouveaux espaces pourraient donner à la ville une nouvelle image.

Conclusion

44Ville résolument tournée vers le tourisme, Palma de Majorque souffre d’un manque évident d’espaces verts. Un tissu urbain dense dans le centre et des extensions périphériques touchées par une fièvre spéculative expliquent en partie cette lacune. Parallèlement, les politiques conduites à l’échelle nationale et municipale sont longtemps demeurées insignifiantes. A l’origine, il y a une prise de conscience tardive des problèmes d’environnement, qu’il s’agisse du milieu urbain ou naturel. La tradition du jardin, mais privatif seulement, existe pourtant, comme en témoignent les quelques jardins hispano-arabes hérités de la conquête musulmane. Contrairement aux grandes villes européennes, Palma (comme la plupart des agglomérations espagnoles) est dépourvue de grands parcs royaux ou d’imposants jardins qui auraient pu constituer une première base à l’édification d’une trame verte. Consciente de son retard, la municipalité de Palma tente de changer ses orientations. De même que partout en Europe des réflexions sont engagées pour améliorer la qualité du cadre de vie, Palma se forge une autre image. De nouvelles créations d’espaces verts sont programmées et une revalorisation du patrimoine culturel et historique de la ville a été amorcée. Surfant sur la nouvelle vague du développement durable, la ville est en train de concilier tourisme de masse et de qualité.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Photographie
Légende Le mitage urbain de la couronne forestière de Palma au nord-ouest de la ville.
Crédits Cliché de l'auteur, 2000.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/136/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 2. Photographie
Légende Jardin privatif dans un complexe hôtelier à l'ouest de la ville.
Crédits Cliché de l'auteur, 2000.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/136/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 3. Photographie
Légende Le Parc del Mar, le long de la promenade maritime.
Crédits Cliché de l'auteur, 2000.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/136/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 4. Photographie
Légende Le jardin de la cathédrale.
Crédits Cliché de l'auteur, 2000.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/136/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Saint-Martin, « La répartition des espaces verts à Palma de Majorque », Rives nord-méditerranéennes, 12 | 2002, 67-81.

Référence électronique

Yann Saint-Martin, « La répartition des espaces verts à Palma de Majorque », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 12 | 2002, mis en ligne le 28 janvier 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://rives.revues.org/136 ; DOI : 10.4000/rives.136

Haut de page

Auteur

Yann Saint-Martin

Yann Saint-Martin, doctorant à l’UMR TELEMME, a soutenu sa thèse en 2002 sur « Politiques urbaines, aménagements et pratiques sociales touristiques et récréatives des espaces verts dans deux métropoles méditerranéennes, Marseille et Barcelone. » dirigée par Gérard Richez.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org