Navigation – Plan du site

De la boutique au comptoir

la trajectoire d’un négociant toulousain en textile, entre traditions et nouveautés (vers 1600-1620)
Gaëlle Lapeyrie
p. 79-105

Résumés

Cet article présente la trajectoire d’un négociant toulousain, Pierre Gloton, qui dirige une firme spécialisée dans le textile dans les années 1600-1620. Il travaille d’abord dans une boutique toulousaine qui vend des étoffes, surtout italiennes, à une clientèle de luxe. L’inventaire des marchandises présentes dans cette boutique permet une réflexion sur des questions peu connues: l’approvisionnement et la consommation des produits textiles au début du xviie siècle. Pierre Gloton passe vers 1610-1615 à la tête d’une firme à l’organisation plus complexe, aux activités plus diversifiées, qui commerce avec les Échelles du Levant. Y a-t-il de sa part une stratégie commerciale qui le pousse à négocier dans le bassin méditerranéen et à s’intéresser à la production textile ? Avec quels objectifs ?

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

commerce, histoire

Géographie :

Midi

Chronologie :

Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

1« Dès le xvie siècle, la circulation du produit textile, sous toutes ses formes, de la matière première aux tissus de très haut luxe, a pris une part essentielle dans l’intensification et la dilatation des échanges qu’elle dominait déjà dans le cadre européen1. » Et dans le bassin méditerranéen, la circulation des textiles s’inscrit dans une histoire de longue durée. Depuis le Moyen Âge, les Italiens maîtrisent l’importation des soieries levantines en Europe et l’industrie de la soie. Ils introduisent ces précieuses étoffes en France par l’intermédiaire de la place lyonnaise, qu’ils contrôlent largement. De leur côté, dès la fin du xvie siècle, les Anglais et les Hollandais négocient avec les autorités turques, et établissent des ambassadeurs aux Échelles pour s’approvisionner directement en tissus orientaux. De plus, ces négociants de l’Europe du Nord portent des draps de première qualité au Levant. Enfin, au xviie siècle, les Arméniens s’installent dans des villes européennes pour porter eux-mêmes leurs soies sur le continent2. Dans ce contexte européen de vive concurrence pour conquérir des marchés au Levant, comment se positionnent les  Français ?

2 L’accès au Levant est une question séculaire de l’histoire du commerce national. L’exportation de la production languedocienne vers les marchés méditerranéens est un circuit connu depuis le Moyen Âge, comme l’a montré Robert Descimon3. Si la dynamique française au Levant a été largement étudiée par les historiens du xviiie siècle, Charles Carrière en tête4, la question reste en revanche encore peu explorée pour le xviie siècle. L’historiographie ancienne, on le voit avec l’Histoire du commerce de Marseille5, a tendance à sous-évaluer la place du premier xviie siècle et à situer tardivement l’inflexion de la conjoncture commerciale française en Méditerranée. En réalité, cette question complexe n’est pas encore réglée. Sans contester le « boom » économique du xviiie siècle français au Levant, il convient sûrement d’en nuancer le caractère novateur et de réexaminer la conjoncture du xviie siècle pré-colbertien.

3De ce point de vue, l’étude des réseaux marchands et l’histoire de l’entreprise sont susceptibles d’apporter des éléments révélateurs d’une histoire plus globale. C’est dans cette perspective que je voudrais aborder cette période encore mal connue, à travers une étude de cas portant sur la firme Gloton de Toulouse. L’acteur principal de cette firme est un homme d’affaires spécialisé dans le commerce des textiles, en activité dans les années 1590-1620. Ce choix n’est pas le fait du hasard. Les archives de cette firme sont l’un des rares fonds d’entreprises françaises conservés pour le début du xviie siècle et Pierre Gloton s’intéresse rapidement aux opportunités que lui offre l’espace économique méditerranéen6. Passant de la boutique au comptoir, il s’approvisionne en gros en soieries sur le marché levantin. Dans le même temps, il s’intéresse à la production de draps languedociens. Or, il s’agit d’un négociant implanté dans une ville de l’intérieur. L’étude de cas permet donc d’aborder plusieurs questions relatives à la dynamique commerciale du premier xviie siècle. Quelles sont les stratégies commerciales élaborées par les acteurs français pour accéder au Levant ? Quels liens existent entre le commerce intérieur français et le négoce méditerranéen ? Comment l’activité dite de « grand commerce » s’articule-t-elle à la fois sur des activités de production et sur des niveaux inférieurs de l’échange ?

4L’analyse de la genèse et du fonctionnement de la firme Gloton démontre la vitalité des échanges textiles dans le monde méditerranéen. C’est cette dynamique que je souhaite présenter ici, en suivant deux axes de réflexion.

5Tout d’abord, l’étude des marchandises présentes dans la boutique en 1601 permet de s’interroger sur l’approvisionnement textile à Toulouse au début du xviie siècle, en rapport avec la consommation d’une clientèle spécifique. On sait peu de choses sur la circulation et la consommation des produits en Europe à ce moment. Les conclusions de Daniel Roche7, qui sont sûrement les plus approfondies sur ce sujet, concernent le xviiie siècle, mais sont-elles applicables au siècle précédent ? Les documents qu’analyse Françoise Bayard pour Lyon et le Beaujolais au xviie siècle peuvent laisser penser le contraire8.

6La logique entrepreneuriale qui pousse Pierre Gloton à commercer dans le bassin méditerranéen, me retiendra dans un second temps. Entre 1610 et 1615, l’organisation de la firme se complexifie et des innovations apparaissent. Je tenterai d’analyser les stratégies commerciales qui ont pu présider à ces changements et les modalités d’insertion de la firme dans l’économie locale et régionale, en observant notamment quels sont ses rapports avec les activités de production.

La boutique toulousaine : une réflexion sur l’approvisionnement et la consommation textiles vers 1600

7Les débuts de Pierre Gloton répondent d’un parcours connu. En s’orientant vers le négoce des textiles au début du xviie siècle, il se fait l’héritier d’une longue tradition liée au commerce du pastel à Toulouse. Nul doute que le  négoce international suscité par le pastel au xvie siècle et analysé par Gilles Caster9 ne s’est pas évanoui après la crise de 1559-1561 et que les brillantes dynasties marchandes, tels les Assézat ou les Bernuy, ont laissé des traces de leurs innovations techniques et économiques. À partir des registres de trois marchands toulousains couvrant les années 1550-1570, Francis Brumont a d’ailleurs montré le rôle de plaque tournante que jouait Toulouse pour la distribution des textiles languedociens10. En outre, grâce au pastel, la présence italienne est précoce à Toulouse, ce qui facilite sûrement l’importation des soieries italiennes.

Des débuts classiques : l’importation de soieries italiennes via Lyon

8Les origines de Pierre Gloton restent pour le moment obscures. Une partie de sa famille est originaire d’Uzerche dans le Limousin. Même s’ils ont aussi choisi d’autres voies, plusieurs de ses membres ont embrassé une carrière commerciale. Dans les livres de compte de la firme, apparaissent souvent Clary et son cousin Jean Gloton, résidant et commerçant à Lyon, Gabriel Gloton, resté en Limousin. Étienne Gloton, marchand à Toulouse, est un temps associé aux activités de Pierre. Ce dernier a donc grandi dans un milieu marchand.

9Sa carrière suit un déroulement sans surprise. Il aurait reçu une formation pratique autour des années 1590, comme « facteur » à Lyon d’une maison toulousaine tenue par Jean de Lombrail, lié à la famille Assezat11. C’est sûrement sur cette grande place commerciale européenne qu’il acquiert une maîtrise de la comptabilité et assimile les rudiments du métier, sur le terrain, comme beaucoup d’autres marchands. De retour à Toulouse vers 1599, Pierre Gloton s’associe avec Jean de Lombrail et Jean Carcavy, mais occupe une position subalterne dans la société.

10Durant les années 1600-1605, Gloton travaille comme caissier dans la maison de tissus toulousaine dirigée par Lombrail, dont Carcavy est le facteur lyonnais. À l’époque, Lyon est une porte d’entrée importante pour approvisionner le marché français en soieries italiennes. Il est donc peu surprenant de voir Carcavy acheminer depuis cette ville une grande quantité d’étoffes vers Toulouse, soieries italiennes en tête. Ainsi, le 8 janvier 1597, la caisse doit 10 écus à Ricardy marchand de Toulouse « pour port de guallons d’argent et soie » depuis Lyon12. Le livre de compte indique par ailleurs de fréquentes sorties d’argent  pour le port de balles de marchandises envoyées de Lyon par Carcavy. Un retour de fonds important est donc nécessaire vers Lyon, et il s’effectue surtout par envoi de numéraire. À de nombreuses reprises, en effet, le livre de caisse mentionne des envois à Lyon de pistoles d’Espagne, de ducats, de doublons, d’or, etc., en général dissimulés dans des balles de marchandises. Figure 1.

11Plus rarement, la Compagnie se fournit en tissus dans d’autres villes. Le 22 septembre 1597, la caisse paye 42 écus 37 sous et 6 deniers « pour le port de 6 balles drapts et sarges venues de Paris sçavoir la somme de 27 écus 37 sous que le sieur Pierre Chappellas avoit fournie pour le port puis Paris à Lymoges et 15 écus pour le port de Limoges en ceste ville 13.» C’est par La Rochelle et Paris qu’arrivent certaines des étoffes d’Europe du Nord présentes dans la boutique. D’autres textiles sont achetés sur place à Toulouse, notamment des draps du Languedoc, de la dentelle de Flandre, des soieries italiennes, des serges d’Espagne, des galons et passements. Enfin des soieries d’origine italienne ou levantine sont payées comptant à Toulouse mais ont été achetées à des marchands de Lyon, Montpellier, Nîmes ou Avignon.

12Certains des tissus reçus à la boutique sont en partie apprêtés sur place. Le 12 mai 1597, le teinturier Lacroix reçoit 16 écus  « pour fin de paye de toutes les taintures qu’il a faites jusques à ce jourd’huy. » Le 2 octobre 1597, M. Paulet, tondeur de draps, est payé un écu « pour avoir pressé une piece sarge de Fleurance. »  En février 1598, M. Glaude teinturier réalise la teinture de 10 onces de soie en cramoisi plus un bas de soie et 9 canes de revêche en noir14. Si l’emploi de teinturiers et de tondeurs de draps permet à la boutique de vendre des produits finis plus chers, l’appel à des passementiers répond souvent à une demande de la clientèle. Ainsi M. Mathon, passementier, est engagé pour « fasson d’un petit passement d’argent qu’il a fait pour la garniture d’un habit pour M. le vicomte de St Girons » et d’un « passement d’or et soie fait faire pour M. de Terride 15.» Même si elle ne s’y investit pas directement, la firme est donc amenée à s’occuper de finition pour satisfaire les exigences de sa clientèle.

La boutique toulousaine en 1601 : une boutique spécialisée

13En 1601, le toulousain Jean de Lombrail et le lyonnais Jean Carcavy signent un nouvel accord de compagnie qui les conduit à inventorier les marchandises et dettes présentes à la boutique toulousaine16. Cet inventaire, qui témoigne de la diversité et la qualité des étoffes vendues, permet de mieux cerner l’aire d’approvisionnement en textiles de la compagnie, et de connaître la clientèle qui fréquente la boutique. Figure 2.

Comment classer les tissus inventoriés ?

14Pour chaque catégorie, sont énumérés le nom du tissu, sa couleur, son métrage, le prix unitaire et le prix du stock disponible au magasin. On dénombre une soixantaine de catégories d’étoffes et, si l’on compte les différents coloris et modèles, 420 sortes de tissus sont proposées. S’y ajoutent d’autres articles comme les passements et galons, les bas de soie et d’étame, les boutons et ceintures.

15Le classement des tissus a toujours été délicat. Le classement par lieu d’origine est sûrement le moins difficile à effectuer même s’il pose quelques problèmes. Il en est ainsi pour les sergés de Limestre mentionnés dans l’inventaire. Il s’agirait d’une sorte de serge croisée et drapée fabriquée à Rouen17. Cette appellation, toujours écrite avec une majuscule, désignerait donc une manière de fabriquer le sergé, propre à la région rouennaise. De plus, même si une origine géographique sert souvent à qualifier un produit, cela ne signifie pas forcément qu’il a été fabriqué à cet endroit. Plusieurs tissus sont fabriqués «  à la façon de … », comme les armoisins façon de Genève. Le lieu indique alors plus un art de faire qu’une localisation précise. À Rouen, on fabrique ainsi de nombreux tissus d’Angleterre, et il est possible que les basins achetés à Anvers ou à Amiens proviennent de la campagne environnante ou de plus loin. Il faut aussi être particulièrement prudent avec les étoffes d’Europe du Nord que l’inventaire décrit de manière nettement moins précise que les étoffes originaires du bassin méditerranéen.

16Le classement par type de tissus n’est pas plus aisé. Le critère de la fibre végétale ou animale ne peut être seul retenu car la fibre utilisée n’est souvent pas précisée et les mélanges de fibres sont fréquents. La brocatelle, par exemple, est fabriquée avec une chaîne en soie et une trame en fil.  Et, comment classer à leur juste place les futaines ? Certaines peuvent être en coton, d’autres en coton et laine mélangés ou en lin et laine, d’autres encore en coton et lin … En outre, sous une même dénomination, on ne retrouve souvent pas les mêmes matières premières d’un lieu à un autre. Par ailleurs, les indications relevées dans l’inventaire divergent trop. Elles renvoient parfois à une armure ou un type d’armure (la toile, le sergé), parfois à une finition (le drap), parfois à une matière première (la soie). S’il s’avère nécessaire de classer les tissus pour regrouper la soixantaine d’étoffes proposées dans la boutique toulousaine, il faut toutefois admettre que ce classement reste imprécis et parfois peu satisfaisant18.

17Enfin, l’échelle des prix est elle aussi problématique. Plutôt que de qualifier les tissus au moyen de catégories mal cernées (étoffes de luxe, de qualité moyenne ou courante, de qualité grossière), mieux vaut utiliser le prix unitaire de l’étoffe qui est souvent indiqué dans les inventaires de marchandises. Ce prix correspond-il au prix d’achat de la marchandise, à son prix de vente en boutique ? Rien ne l’indique et il est d’ailleurs probable qu’il ne renvoie ni à l’un ni à l’autre. Il est cependant difficile de comparer les prix des différentes étoffes en raison de la diversité des unités de mesure utilisées. Quant à la classification luxe / qualité grossière, elle n’est pas forcément opérante pour repérer la clientèle d’une boutique. Pour les catégories du haut de gamme, la question ne se pose pas. En revanche, dès que l’on descend en bas de l’échelle, tout dépend des usages auxquels sont destinés ces tissus. Ainsi, il est tout à fait normal de trouver des tissus grossiers comme les grosses toiles dans une boutique destinée à une clientèle de luxe, puisqu’elles interviennent dans la confection des vêtements de luxe pour les doublures, les intérieurs, etc. Il est donc plus pertinent de s’interroger sur l’usage qui est fait de ces tissus plutôt que sur leur valeur, si tant est qu’on dispose des moyens de le faire.

L’origine des étoffes vendues

18Si toute l’Europe est représentée dans cette boutique, les tissus provenant d’Italie dominent largement, en quantité comme en valeur. Les étoffes italiennes représentent à elles seules la moitié des tissus inventoriés et c’est pour elles que les coloris et les modèles proposés sont les plus divers. On répertorie, en effet, 17 modèles de damas de Lucques, 21 sortes de satins de Lucques, 10 modèles d’armoisins de Gênes, 12 coloris de satins façonnés de Milan. D’Italie, viennent aussi des articles finis comme les bas de soie ou les jarretières, ainsi que les passements et les galons. En valeur, les soieries d’origine italienne représentent 7 469 écus 49 sous, soit 45 % de la valeur du stock. Lucques, Gênes et Milan sont les cités italiennes les plus représentées. Les seuls satins, velours et damas de Lucques se montent à 1 842 écus 6 sous 10 deniers, soit 11 % de la valeur totale présente en magasin.

19Les étoffes du Levant sont aussi bien représentées : on trouve 13 coloris de camelots ondés et 11 modèles de camelots du Levant à gros grain19. Quant aux étoffes de l’Europe du Nord, l’orthographe approximative des villes dont elles proviennent, l’absence de précision pour dénommer certains tissus (on indique plutôt le correspondant qui l’envoie), montrent qu’elles viennent d’une zone commerciale moins bien connue de la Compagnie car plus éloignée et peut-être aussi moins régulièrement sollicitée. Enfin, les textiles français se placent en bonne position : en particulier les soies des manufactures royales de Lyon ou de Tours, les toiles de Normandie et les tissus de Picardie. Paris apparaît pour les passements et les produits finis (bas de soie, jarretières, boutons d’argent fin). En revanche, l’Espagne, pourtant si proche, est faiblement représentée. Francis Brumont a montré les relations privilégiées de trois marchands drapiers toulousains avec le royaume d’Aragon au milieu du xvie siècle20. À l’inverse, l’exportation de tissus espagnols est très réduite au début du xviie siècle. Exception faite du drap noir de Ségovie, de très haute qualité.

20Figure 3.

21Figure 4.

À quelle clientèle et à quels usages sont destinées ces étoffes ?

22Figure 5.

23La nature des étoffes et la gamme de prix proposés dans la boutique toulousaine permettent de mettre en évidence la spécialisation de la compagnie dans les textiles de grand luxe et de qualité où les soieries dominent très largement. Suivent des toiles raffinées, comme les batistes ou les toiles de Cambrai. À l’inverse, les tissus de qualité courante ou grossière, comme les burats, les cadis ou les futaines, sont peu représentés.

24Les prix unitaires indiqués permettent d’analyser l’échelle des valeurs propre à chaque produit. Lorsque toutes les questions concernant les référentiels de prix utilisés auront été élucidées21, on pourra analyser l’échelle des valeurs entre les différentes étoffes et comparer la variabilité des valeurs en fonction des types de tissus. D’ores et déjà, l’ampleur de la fourchette des prix indiqués témoigne des écarts qui affectent les prix des produits de luxe. Manifestement, il existe une échelle du luxe ! Les velours d’origine italienne, les brocatelles et les damas de Lucques comptent parmi les étoffes les plus onéreuses. Toutefois, le damas et le velours ne sont pas des produits homogènes car leur prix unitaire varie fortement (de 16 à 25 livres tournois la livre poids pour le damas de Lucques et de 6 à 16 livres tournois l’aune pour le velours de Gênes). Viennent ensuite les satins, les armoisins, les velours des manufactures françaises, les draps du Sceau et du Berry. Les écarts de prix pour un même tissu sont parfois conséquents. C’est le cas pour les basins, les batistes, les camelots, les étamines de Reims, les toiles de Cambrai. Ils peuvent être dûs à des différences de qualité (état de la marchandise qui peut avoir été salie ou abîmée), de coloris (teinture plus ou moins coûteuse, plus ou moins difficile à réaliser), liés au goût voire au métrage disponible (faible métrage proposé à moindre coût). À l’inverse, des produits comme les estamets, les gazes, les sergés ou les taffetas sont de fabrication plus homogène.

25L’inventaire des dettes actives de la boutique prouve qu’elle reçoit du beau monde ! La clientèle est très largement issue de l’aristocratie et de la haute bourgeoisie, à l’exception des clients de la profession textile : marchands drapiers, boutonniers ou tailleurs, chaussetiers, teinturiers, brodeurs. On y trouve entre autres, le vicomte et la vicomtesse de Carmoing, le vicomte de Lavedan, ceux de Fontarasse, de Saint-Girons et de Pegulian, le baron de Chalabre. Nombreux sont aussi les ecclésiastiques : l’évêque de Comminges, les chanoines de Cahors, de Lombes et Saint-Gaudens, le prieur du collège de Foix. Enfin, apparaissent des gens d’office et praticiens du droit (juges, avocats, procureurs à la Cour ou auprès du sénéchal). L’origine géographique de cette clientèle se disperse surtout dans le Sud-Ouest et le Languedoc, depuis Vic-Bigorre jusqu’à Cahors et Lavaur. Pour la vente, la boutique est plus nettement tournée vers le côté atlantique et pyrénéen, ce qui contraste avec son aire d’approvisionnement.

26Cette clientèle achète massivement du tissu destiné à l’habillement. Les belles étoffes telles que les soieries, les damas, les velours et les taffetas, souvent brodés d’or et d’argent, sont l’apanage des vêtements des aristocrates et bourgeois très aisés. Les habits inventoriés dans la maison de Pierre Gloton donnent un aperçu de l’usage auxquels sont destinés les tissus vendus dans la boutique toulousaine22. Ainsi, on trouve entre autres :

27- un manteau masculin en serge de Florence et doublé de taffetas ; un manteau de drap d’Espagne doublé de taffetas ; un manteau de drap garni de boutons en double frise ; un manteau d’étame doublé de taffetas ; un manteau noir doublé de revêche ; un manteau de satin blanc, avec un passement d’or à jour tout alentour et deux au milieu, doublé d’un treillis bleu, qui sert à couvrir les petits enfants lors de leur baptême.

28- une robe à la bourgeoise de rase de Milan23 avec ses parements de taffetas, une robe de drap avec ses parements de velours.

29- des pourpoints en treillis gris et noir, en poil de soie, en camelot, en satin ou en taffetas.

30- des caleçons de futaine et de toile, un caleçon de boucassin.

31- une coiffe de satin gris.

32- des bas d’étame, des bas de soie, des bas en coton.

33- une robe de chambre de camelot.

34- des hauts-de-chausse couverts de passements de couleur, faits de camelots de soie, de satin ou de taffetas.

35On remarque que les tissus les plus nobles sont destinés aux parties visibles du vêtement. Par contre, les tissus de qualité plus grossière comme la futaine ou la revêche sont réservés aux doublures ou aux sous-vêtements. Mais les tissus de qualité interviennent aussi dans des parties moins visibles de l’habit comme le caleçon ou la robe d’intérieur.

36Cependant, les étoffes ne sont pas destinées au seul vêtement. Le satin, le velours et les passements servent à recouvrir un pendant d’épée, à orner une bandoulière pour une arme ou à garnir un étui de hallebarde. La toile est très souvent utilisée pour le linge de table : nappes et serviettes sont en toile de Flandre. Enfin, certains tissus sont destinés à l’ameublement. Chez Gloton, les chaises sont garnies de velours, de cuir, de serge rouge ou de boucaran ; un banc est couvert de drap vert. Les rideaux du lit sont faits de camelot rouge et les tours de lit, d’estamet garni de passement, de futaine imprimée ou d’un estamet vert avec sa crépine de fleurs et passements (figure 5).

37La spécialisation de la boutique dans les étoffes de haut de gamme et la spécificité de la clientèle, peut-être ciblée par la Compagnie, induisent un certain mode de consommation, nettement tourné vers l’ostentation. Le nombre et la grande variété des luxueuses soieries, en particulier celles de Lucques et de Gênes, montrent le goût raffiné de la clientèle. Comme l’ont montré entre autres, les travaux de Daniel Roche et Nicole Pellegrin, le vêtement « sert avant tout à mettre en scène la différence sociale, rendant proprement visible la hiérarchie des fortunes et des rangs24.» Ainsi, les métaux précieux sont très présents dans les boutons, les galons et les passements inventoriés. La boutique toulousaine ne propose pas moins d’une trentaine de passements, en particulier d’or et d’argent. Le stock des galons et passements atteint une valeur de 1 423 écus 19 sous, soit 8,5 % de la valeur totale. Les motifs comprenant de l’or et/ou de l’argent représentent 5 % du total. Ce sont surtout les gazes, les satins et les soies qui sont agrémentés de la sorte. Ce goût prononcé de l’aristocratie pour la brillance est une forme d’ostentation. De loin, les métaux précieux rehaussent la couleur par leur éclat.

38Le raffinement des tissus se lit également à travers le grand choix des coloris proposés. Ils sont la plupart du temps mentionnés dans l’inventaire : 46 nuances de couleur sont ainsi dénombrées. Pour la seule nuance de noir, on trouve 7 mentions différentes (noir, noir à la Genevoise, noir de Bellegarde, noir d’écume, noir de Valentine, noir plein ordinaire, noir renforcé), sans compter les noir à fleur, noir fripé, noir lustré, noir rayé. Le noir est certes la couleur la plus fréquente, mais, pour autant, on ne peut parler d’une « emprise du noir », comme on le constate pour le costume commun à Meaux au début du xviie siècle25. Au final, le noir ne représente que 19.7 % des coloris unis et 20 % de tous les motifs confondus. Si l’on y ajoute les nuances de gris et de beige-brun, on parvient à 40 % des coloris unis. Les teintes sombres et ternes ne sont donc pas majoritaires. Loin d’être rare, la couleur est même variée dans cette boutique : du jaune, 7 nuances de bleu, 2 nuances d’orange, 8 de rouge, 10 de vert et 7 de violet. Les motifs bicolores, s’ils sont rares, sont la plupart du temps de couleurs vives. Après le noir, la couleur la plus fréquemment rencontrée dans cet inventaire est le rouge, avec 13 % des coloris unis. Viennent ensuite les verts, puis les bleus et les violets. Le jaune et l’orange sont en revanche peu présents. À l’inverse, Françoise Bayard26 a constaté une faible présence du bleu, du vert, ainsi que des couleurs vives, dans les boutiques de marchands de tissus lyonnais au xviie siècle. Ce premier constat dessine donc une vision différente de celle que propose Daniel Roche pour la fin du xviie siècle27. Certes, la spécialisation de la boutique dans les étoffes de luxe peut expliquer que la couleur y soit majoritairement présente. On sait en effet que l’aristocratie apprécie plus les couleurs vives que les couches populaires de la société, à cette époque. Toutefois, il convient peut-être de relativiser la prédominance du noir et des teintes sombres ou, tout au moins, de ne pas en faire une tendance applicable à l’ensemble du xviie siècle.

39L’origine des consommateurs de la boutique explique sûrement cette prédilection pour le noir et le rouge. En effet, le noir convient à l’état des membres du clergé, des officiers et des praticiens du droit. Quant aux parlementaires et aux consuls, tous sont vêtus de drap noir et rouge. « Dans toutes les cérémonies publiques, les capitouls portent une somptueuse tenue, mi-partie rouge et noire (les couleurs de la ville), composée de trois pièces : une robe longue à larges manches, en drap doublé à l’extérieur de velours ; un manteau dit « comtal », parce que passant pour être « l’ancien habit des comptes de Toulouse », sans manches, en velours doublé à l’intérieur de satin blanc, orné d’épaulettes à trois rangs  d’hermine et d’or ; et le chaperon qui n’est pas une coiffure mais une sorte d’étole descendant dans le dos28.» Les portraits officiels, tel celui qu’a exécuté Jean Chalette, montrent les capitouls dans ce costume d’apparat.

Figure 6 – Tableau de Jean Chalette : le Christ en Croix et les Capitouls29 de 1622-1623

Figure 6 – Tableau de Jean Chalette : le Christ en Croix et les Capitouls29 de 1622-1623

40Enfin, l’uni domine largement. Ce constat est très classique pour l’époque. Cependant, François Bayard dénombre pour Lyon 96 % de coloris unis contre 4 % de motifs divers au xviie siècle alors que dans cette boutique, on trouve 81,6 % de coloris unis contre 18,4 % d’autres motifs. La proportion des motifs non unis est donc plus importante, même si elle reste peu diversifiée comme à Lyon. Ces motifs sont essentiellement des motifs rayés, à fleurs, à deux couleurs ou couleur et métal précieux mélangés. Le mélange de couleur et de métal précieux est le plus fréquent : incarnadin avec or et argent, violet à fond d’or, blanc rayé d’argent, incarnadin et blanc rayé d’argent. Pour les soieries, la production des façonnés permet quelques fantaisies. Des motifs plus complexes apparaissent, tels cette gaze en fleur de lin lamé d’argent ou ce velours en fleur de lin fond d’argent.

41L’inventaire des étoffes vendues montre donc une boutique toulousaine spécialisée dans le textile de luxe, qui vend au détail à une clientèle aisée de l’aristocratie et de la haute bourgeoisie locale. On peut s’interroger sur la représentativité de cette boutique. Y a-t-il d’autres boutiques spécialisées à Toulouse  dans les étoffes de luxe, et en particulier les soieries italiennes ? Ou bien la Compagnie Lombrail, Carcavy, Gloton est-elle seule sur un secteur de vente spécifique ? S’il existe plusieurs boutiques de ce type à Toulouse, l’approvisionnement et le goût des consommateurs sont-ils comparables ? Enfin, qui se charge de vendre aux couches plus populaires ? Ces questions restent pour le moment sans réponse. Il est en revanche certain que, durant les années 1590-1600, Pierre Gloton acquiert une bonne connaissance des textiles et qu’il se forge un solide réseau de relations commerciales pour l’avenir. Enfin, par la fréquentation de la boutique, il construit des relations utiles à sa future carrière politique. Ses débuts correspondent à une organisation marchande bien connue. On sait qu’au xvie siècle, la filière italienne, via Lyon, est prépondérante dans l’approvisionnement textile pour la France30, les livres de compte de la Compagnie en témoignent. On y retrouve des noms célèbres sur la place lyonnaise : les Lucquois Bonvisi et les Micaelli, l’italien Michel Particelli ou les Zolicofer, originaires de Saint-Gall.

Une logique entrepreneuriale qui conduit à innover dans le bassin méditerranéen

42Entre 1610 et 1615, la carrière de Pierre Gloton opère un tournant. Les accords de compagnie conclus reflètent une organisation en société plus complexe. Ces changements découlent d’une logique entrepreneuriale plus audacieuse et de la volonté d’établir de nouvelles relations commerciales dans le bassin méditerranéen.

Le tournant des années 1610 - 1615 : une organisation de la firme plus complexe

43En 1605, les comptes sont soldés, les écritures vérifiées et Jean de Lombrail cède ses dettes à Gloton. Lombrail se désintéresse du négoce pour lui préférer une carrière d’avocat, puis de conseiller à la Cour. Dans le même temps, Pierre Gloton s’associe à Jean Dumeynial, qui devient plus tard conseiller et secrétaire du roi à la chancellerie de Toulouse. Régulièrement mentionné dans les livres de compte, Jean Carcavy semble rester son associé.

44Après 1610, installé à son compte, Pierre Gloton dirige une firme dont le siège est fixé à Toulouse. Cette firme contrôle deux succursales. L’une est installée à Marseille et dirigée par son « agent », Raymond Vigier, avec lequel il signe des pactes de compagnie en 1613. L’autre est établie sur la place lyonnaise, sous la direction de son « facteur », Alexandre Caulet, qui apparaît dans les conventions de société signées en 1615. Ce dernier est par ailleurs membre de la belle-famille de Gloton. En revanche, le rôle d’Etienne Gloton dans l’organisation de cette firme n’est pas clair. Régulièrement mentionné dans les comptes de la firme, il apparaît dans les conventions de société passées avec les Micaelli le 9 août 1615, mais il est difficile de mesurer son rôle et l’ampleur de sa participation au capital. En effet, comme beaucoup de sociétés marchandes sous l’Ancien Régime, la firme Gloton repose sur une base familiale31.

45Enfin, en 1618, et peut-être même avant, la firme s’associe avec Guillaume Dauteribe, issu d’une famille renommée de Carcassonne, qui commercialise des draps languedociens. Son père apparaît comme le plus riche marchand de la ville. Les conventions passées avec Dauteribe en mai 1618, éclaircissent l’organisation de la firme32. Gloton avance de l’argent à Dauteribe, « jusques à la somme de trante six mille à quarante mille livres », pour que celui-ci envoie des marchandises à Marseille. Dans les carnets de paiements en foire de Lyon de 1618-1619, le compte de Pierre Gloton est toujours débiteur pour de grosses sommes. Dauteribe s’engage sur plusieurs points :

46- traiter exclusivement avec Raymond Vigier à Marseille,

47- fournir à Vigier une quantité minimale de marchandises pour les envoyer aux Échelles du Levant,

48- laisser Vigier décider des navires qui chargent les marchandises mais prendre à son compte les risques, hasards, périls et fortunes de mer,

49- payer le change des sommes d’argent engagées entre eux à Toulouse, Lyon ou Marseille,

50- et régler la commission des sommes qu’il tire à Lyon « à raison d’ung tiers pour cent.»

51De son côté, Raymond Vigier exécute à Marseille les opérations financées par Pierre Gloton mais, vis-à-vis de Dauteribe, c’est un marchand prestataire, payé à la commission à raison de 3%, et libre de faire d’autres affaires pour son propre compte.

52Pour négocier aux Échelles et en Barbarie, la firme fonctionne de la manière suivante. Les marchands français installés en Orient sont des commissionnaires clairement désignés : le sieur Escach ou François Fabre à Constantinople ; Denis Lenoir, Louis Boisson et Pierre Campon à Alep ; le sieur Paroy et Olivier Chavary à Seïde ainsi que Blaise Berlan et  Guillaume Guez à Alexandrie ou au Grand Caire. Pour renforcer la sûreté des affaires, la firme possède au moins deux commissionnaires sur la même Échelle. Ceux-ci peuvent vendre les draps envoyés comme ils l’entendent, au comptant, à crédit ou autrement. Ils doivent ensuite faire revenir l’argent à Marseille ou le réinvestir en marchandises selon les ordres de Vigier, ou encore le monnayer à 15 % minimum (ce qui est d’un très bon rapport pour l’époque). Pour ce travail, une commission de 4 % leur est accordée. Ce fonctionnement semble diverger de celui observé pour les frères Hermite, négociants marseillais, qui privilégient les liens familiaux dans leurs affaires avec les Échelles entre 1576 et 160833. En effet, Gilles Hermite, le plus jeune des deux frères, se déplace régulièrement au Levant pour négocier entre 1576 et 1584. À partir de 1585, Pierre Vento, neveu des frères Hermite, traite pour le compte de la firme depuis Alep, accompagné à ses débuts par Pierre Vieu. Enfin, après 1601, Antoine Hermite a pour correspondants à Alep, J.B. Maure et Ch. Rondeilhat puis Guillaume Milonis, mari de sa nièce.

53À l’évidence, la  maison de commerce s’organise de manière plus complexe. La cellule-mère est basée à Toulouse d’où Pierre Gloton donne ses ordres. Le Languedoc sert d’aire d’approvisionnement en draps destinés à l’exportation. La succursale marseillaise, porte de la Méditerranée, prend en charge le négoce avec les Échelles et la Barbarie. Enfin, Toulouse et Lyon sont les deux centres bancaires de la firme : Toulouse, pour les avances de fonds et les opérations de change, et Lyon pour opérer les règlements compensatoires en foire et faire du change. Pierre Gloton est devenu le chef d’une entreprise qui a pris une toute autre ampleur. Après 1615, il n’est plus désigné comme « marchand » mais plutôt comme « banquier » ou « bourgeois ». Sa position sociale reflète aussi l’évolution de sa carrière. Marié avec Jacqueline de Caulet, issue d’une famille parlementaire bien implantée à Toulouse, il acquiert, en 1614, deux maisons, rue des Trois Rois Vieux, pour la somme de 16 150 livres. En 1615, il est élu à la charge de capitoul. Et en 1617, il investit de l’argent dans la manufacture drapière de La Grave34. En outre, il acquiert des terres dans la campagne proche de Toulouse pour une  valeur totale de 12 700 livres, entre 1614 et 1617. Si l’on suit les critères avancés par Charles Carrière35, Pierre Gloton répond à la définition du « négociant ». Il est passé de la simple boutique au comptoir : aucune marchandise n’est relevée dans son cabinet lors de l’inventaire après décès. S’il reste spécialisé dans le textile, il diversifie largement ses activités en s’intéressant au crédit, à la banque, à l’assurance et au nolisement des navires en Méditerranée. Enfin, ses affaires se sont largement étendues en direction du bassin méditerranéen pour y négocier en gros des tissus variés.

Le temps des changements : innover et commercer dans le bassin méditerranéen

54Quelle logique a conduit ces changements ? C’est en observant de près les marchandises importées et exportées par la firme que l’on comprend mieux les stratégies commerciales qui président aux choix de Pierre Gloton. Figure 7.

55Un premier fait saute aux yeux : le négoce orchestré par la firme dans les années 1615-1620 est beaucoup plus complexe que celui des années 1600. Les papiers de compte éclairent les mouvements de fonds ou de marchandises qui transitent entre les 4 pôles de la maison Gloton.

56Pour la firme, Lyon ne semble plus être le centre fournisseur de soieries italiennes et levantines qu’il était en 160036. Un glissement s’est opéré vers le bassin méditerranéen au profit de Marseille. En 1615, quelques soieries italiennes sont importées par Marseille, mais la firme achète surtout des produits en provenance des Échelles : lin et soies d’Alep ; laine, balles de coton et soies de Seïde ; camelots, soies, balles de coton en laine, cire, sergés et draps de Constantinople ; cuirs, lin et buffles d’Egypte ; parfois du poivre et quelques drogues. Elle se procure aussi, mais en quantité moindre, de la laine et des cuirs en Barbarie, des textiles d’Europe du Nord comme les toiles d’argent, ainsi que de l’étain d’Angleterre. En important directement les soies du Levant, Gloton s’affranchit de la tutelle italienne et se taille une plus grande part de bénéfices. C’est certainement cette logique commerciale qui l’a poussé à implanter une succursale dans la cité phocéenne. Depuis Marseille, Raymond Vigier fournit en étoffes venues des Échelles le marché lyonnais et dans une moindre mesure la cité toulousaine. L’exemple de Gloton n’est pas isolé. Louis Bergasse affirme qu’au xviie siècle, d’heureuses initiatives marseillaises concurrencent les Italiens qui, jusque là, tenaient fermement la route de la soie entre le Levant et l’Europe37. Cependant, on peut noter que la démarche de Pierre Gloton est originale car c’est un négociant d’une ville de l’intérieur et non un Marseillais qui se lance dans cette entreprise. Ce qui invite à réfléchir sur la place des villes de l’intérieur dans le négoce maritime français. D’autre part, les récents travaux de Claudio Zanier38 conduisent à se demander si Gloton ne cherche pas aussi l’accès à des soieries plus fines. La stratégie commerciale envisagée par Gloton serait alors double : court-circuiter la filière italienne pour s’approvisionner en soieries et rechercher des étoffes de qualité supérieure.

57En observant les produits exportés, on se rend vite compte du rôle second assigné à Marseille car plusieurs produits sont entrants et sortants. Une partie des soieries venues du Levant et des cuirs de Barbarie est réexportée dans le bassin méditerranéen, vers l’Espagne et l’Italie. Ainsi, l’inventaire après décès mentionne une vente faite à Livourne de 31 balles de lin d’Alep en 1618 et Raymond Marre de Valence rend compte à la firme de la vente de 29 pièces de drap de soie en 1619 et de 300 cuirs en 1620. Le débouché espagnol pourrait permettre à la firme de se procurer les piastres de 8 réaux nécessaires pour solder ses achats au Levant. La succursale phocéenne redistribue aussi des étoffes d’Europe du Nord comme le lin et les tapisseries grossières des Flandres, en particulier vers Lyon et Toulouse. Reste à savoir d’où proviennent les produits septentrionaux réexportés. Dans ce cas, Marseille apparaît donc comme une plaque tournante. Porte d’entrée des importations textiles venues du Levant, elle servirait d’entrepôt et jouerait un rôle de redistribution de ces produits vers Lyon, Toulouse et le bassin méditerranéen. L’exemple de la maison Gloton est-il isolé ou au contraire représentatif d’une évolution plus générale ?

58L’importation des textiles levantins par Marseille pourrait avoir conduit Pierre Gloton à rechercher un équilibre dans son négoce avec les Échelles. Exporter des draps languedociens depuis Marseille vers le Levant et la Barbarie, lui aurait évité un trajet à vide et lui aurait peut-être permis de s’assurer un plus grand profit39. L’association avec Guillaume Dauteribe trouverait ici son explication. Par les conventions passées en 1618, Dauteribe s’engage à faire parvenir 70 balles de draps à Vigier. Sur ces 70 balles, 50 sont destinées à Alexandrie et 20 à Constantinople. De plus, l’inventaire après décès de Pierre Gloton indique que Dauteribe envoie des draps aux commissionnaires de la firme dans les Échelles, à Alger et en Espagne. Y sont mentionnés : « un état des draps de Languedoc envoyés en Alexandrie, Constantinople, Argers et autres pays du Levant », une «  missive dudict Dauteribe des marchandises chargées pour Valence et Barcellone »,  ou encore « un état du fonds que ledit Autherive avoit en Alep40.» Enfin, l’un des commissionnaires du Levant envoie à Raymond Vigier un compte des draps qu’il a vendus pour lui à Alep. Ce compte montre que la majorité des draps sont de couleur rouge, violette, « escarlatte » ou verte41.

59La firme Gloton offre un bel exemple d’organisation de la filière exportatrice des draps languedociens vers le Levant au début du xviie siècle. L’organisation esquissée est ici plus complexe qu’un simple aller-retour et elle ne relève pas seulement de la dépendance d’une place commerciale vis-à-vis d’une autre. Cette étude de cas remet donc en cause la vision classique qui affirme que les producteurs du Languedoc dépendaient des négociants marseillais conquérants sur le marché du Levant pour exporter leurs draps. Elle suggère plutôt une interdépendance entre plusieurs places commerciales au rôle bien défini.

De la production à la commercialisation : une tentative de contrôle complet de la filière ?

60Pour aller plus avant dans la stratégie commerciale, menée par la maison Gloton, il reste à cerner les liens que ses acteurs entretiennent avec la production textile. Ces derniers ne cherchent-ils pas à contrôler une partie de la production des textiles qu’ils commercialisent ensuite ?

61Au tournant de sa carrière, Pierre Gloton investit dans la manufacture de lanefice toulousaine. Le 17 novembre 1616, le marchand Antoine Touflan se voit concéder l’hôpital de la Grave pour servir «  à l’effect de la faction du lanifice et manefacteure de toute sorte de draps qui ce font dans le pays de Languedoc42.» Le 23 juin 1617, Pierre Gloton et d’autres passent un contrat avec les autorités municipales pour continuer la manufacture de draps de La Grave commencée par Touflan. La ville apporte 12 000 écus et s’engage à payer 2 250 livres chaque année pendant 4 ans. Les repreneurs fournissent un fond de 25 000 écus ou plus si les ouvrages le requièrent. Les autorités autorisent les entrepreneurs à prendre des compagnons tisserands, peigneurs, tondeurs et cardeurs pour améliorer la qualité des draps. Les draps fabriqués dans cette manufacture sont des draps de laine du Languedoc, dont Michel Taillefer remarque qu’ils sont de médiocre qualité et de faible prix, à la fin du xviie siècle. Il s’agit de droguets, burats, cadis, rases, camelots et cordellats, surtout destinés à un marché local43. En est-il de même vers 1620 ? Quel est le lien entre ce placement financier dans la manufacture de draps toulousaine et les activités de grand commerce pratiquées par la firme ?

62L’association avec Guillaume Dauteribe conforte l’idée que la maison Gloton s’intéresse de près à la production textile. En effet, la famille Dauteribe ne se contente pas de commercialiser les draps du Languedoc. Elle participe aussi à leur production. Vers 1610, Guillaume Dauteribe est envoyé à Marseille par son père pour «  y vendre et débiter partye de draps qu’il faict fabriquer en sa maison et au lieu de Sarestre. » En 1619, lors de son émancipation, Guillaume reçoit de son père la fabrique de « parerie », teinturerie et savonnerie, qu’il détient dans les faubourgs de la cité, pour continuer le « négoce de lanefice ». Cette fabrique est estimée à 6 000 livres. Dans les papiers de Dauteribe, conservés chez Gloton, sont mentionnés des draps et sergés apportés au teint, et un mémoire concerne « les ouvriers de la facture 44.» Par ailleurs, la firme Gloton importe de la laine de Barbarie qui est acheminée jusqu’à Carcassonne. Lorsque Dauteribe fait faillite en 1620, Mestre, marchand de Carcassonne, prend dans sa fabrique des laines de Barbarie. Mais, Dauteribe s’approvisionne aussi en produits finis sur les foires de Pézenas et Montagnac, qui se tiennent cinq fois l’an et représentent « du xive au xviiie siècle, la plaque tournante du commerce des draps, en mettant en contact les fabriquants et les marchands du Languedoc occidental et des diocèses qui le confrontent, avec les négociants et les exportateurs des régions bordant le golfe de Lyon45. »

63À quel degré Guillaume Dauteribe est-il impliqué dans la production drapière ? Deux hypothèses se dessinent. À coup sûr, l’associé de Carcassonne est le propriétaire d’une fabrique où des employés apprêtent et teignent les draps achetés sur les foires et dans les campagnes environnantes avant de les revendre, pour engranger le profit lié à la finition. Dauteribe est peut-être un marchand-fabricant qui fait travailler à façon sa propre laine et ne se contente pas de collecter les draps.  Va-t-il jusqu’à importer de Barbarie le produit brut pour y exporter ensuite le produit fini ? Si cette seconde hypothèse se vérifiait, elle pourrait indiquer que la firme Gloton cherche à exercer un contrôle total sur la filière du drap, de sa production jusqu’à sa commercialisation. Si tel est bien le cas, la maison Gloton offrirait un bel exemple d’intégration économique ! Elle pourrait alors avoir un double objectif :

64- une stratégie locale avec la participation à la manufacture de La Grave pour approvisionner le marché de consommation local.

65- associée à une stratégie « internationale » avec la production de draps du Languedoc pour fournir un marché de consommation plus large autour du bassin méditerranéen. 

66L’activité de la firme Gloton sur plusieurs places françaises et son négoce textile autour du bassin méditerranéen éclairent plusieurs aspects du commerce des textiles. À l’échelle locale, l’approvisionnement de la boutique toulousaine en étoffes de luxe vers 1600 documente la question de la spécialisation liée à la satisfaction d’une demande spécifique que définissent les goûts d’une clientèle aristocratique. Dans un horizon plus vaste, l’étude de cas renseigne sur les stratégies commerciales mises en place par un négociant français de l’intérieur pour commercer sur le marché levantin vers 1615-1620, sur de nouvelles bases et en tablant sur la production textile régionale.

67Certes les renseignements obtenus sur ces questions ne concernent que les activités de la maison de commerce Gloton, mais l’étude de cas veut aller au-delà de la monographie d’entreprise. Il s’agit de s’interroger sur la représentativité de cette firme. Est-elle atypique ou permet-elle au contraire de rendre compte de pratiques économiques généralisables à l’époque étudiée ? Le commerce pratiqué à Marseille par la firme ne semble ni nouveau ni isolé. Des acteurs de la firme Gloton apparaissent, parmi d’autres, dans des manuels pratiques destinés aux marchands de l’époque. Les frères Hermite, étudiés par Micheline Baulant46, expédient des carisés anglais au Levant, à la même période. Et l’on trouve chez beaucoup de merciers parisiens des soieries venues du Levant vers le milieu du xviie siècle. L’intérêt de cette étude de cas est son cadre particulier. L’organisation de la firme qui se dessine est plus complexe que ce qui est habituellement connu. Les relations établies entre Marseille, Lyon et Toulouse doivent être pensées en termes d’interdépendance. Elles conduisent aussi, de manière plus générale, à reconsidérer le rôle des villes de l’intérieur dans le négoce méditerranéen et du même coup, les rapports entre économie locale ou régionale et « grand commerce ». Les liens de la firme Gloton avec Carcassonne et la possibilité d’une forme d’intégration économique verticale offrent aussi l’opportunité d’une analyse du rôle complémentaire des différents acteurs qui interviennent dans la production et l’exportation des draps languedociens vers le Levant. D’ores et déjà, à travers l’exemple de la firme Gloton, la filière du Levant apparaît comme non interrompue et les acteurs économiques français montrent qu’ils savent inventer les bases d’une prospérité autre que celle du xvie siècle.

Haut de page

Notes

1 Jacques Bottin et Nicole Pellegrin, Échanges et cultures textiles dans l’Europe pré-industrielle, Revue du Nord, Villeneuve d’Asq, Université Charles-de-Gaulle-Lille III, 1996, (collection Histoire, n°12, hors série), p. 7.
2 La bibliographie a été volontairement limitée à quelques titres auxquels il est fait directement référence dans cet article.
3 Robert Descimon, « Structures d’un marché de draperie dans le Languedoc au milieu du xvie siècle », Annales E.S.C., n° 6, 1975, p. 1414-1446.
4 Charles Carrière, Négociants marseillais au xviiie siècle. Contribution à l’étude des économies maritimes, Marseille, Institut historique de Provence, 1973, 2 vol.
5 Louis Bergasse, Histoire du commerce de Marseille, tome 4 (1599-1660), Paris, Plon, 1939-1966, p. 8-73.
6 Les archives d’entreprise concernant la firme Gloton sont conservées aux Archives Départementales de l’Isère. Elles se composent de 21 livres de comptes, 2 registres de correspondance et de papiers commerciaux sur feuilles volantes. Ce corpus de sources homogène se complète par des archives familiales (en particulier le volumineux inventaire après décès de Pierre Gloton), de nombreux actes notariés, des actes judiciaires et des archives administratives. Pour une présentation plus détaillée, voir : Gaëlle Bellier, La firme Gloton, un exemple de la vitalité des échanges textiles dans le monde méditerranéen au début du xviie siècle, mémoire de DEA présenté sous la direction de MM. Alain Cabantous et Jacques Bottin, université Paris I, année 2003-2004. Mes travaux de recherche sur la firme Gloton se poursuivent actuellement dans le cadre d’une thèse.
7 Daniel Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement, xviie- xviiie siècles, Paris, Fayard, 1989, 540 p.
8 Françoise Bayard, « De quelques boutiques de marchands de tissus à Lyon et en Beaujolais aux xviie et xviiie siècles », De la Fibre à la fripe. Le textile dans la France méridionale et l’Europe méditerranéenne (xviie - xxe siècle), Actes du colloque des 21 et 22 mars 1997, Montpellier, Université Paul Valéry – Montpellier III, 1998, p. 429-458.
9 Gilles Caster, Le commerce du pastel et de l’épicerie à Toulouse, 1450 environ à 1561, Toulouse, Privat, 1962.
10 Francis Brumont, « La géographie du commerce des draps à Toulouse au milieu du xvie siècle », Annales du Midi. Le commerce du pastel, de la laine et des draps, XIVe - XVIe siècles, oct.-déc. 2001, tome 113, n° 236, p. 497-508.
11 Dans un livre de compte, Jean de Lombrail est mentionné comme beau-frère de M. Assezat, un des grands noms du commerce pastellier au xvie siècle.
12 AD Isère, cote IIE 443 3° f° 11 : livre de frais et livre de caisse tenus par Pierre Gloton, 1597-1598.
13 AD Isère, cote IIE 443 3° f° 18.
14 AD Isère, cote IIE 443 3° f° 14, 19 et 22. Ici, il s’agit probablement d’une soie en fil car elle est pesée. À Toulouse, l’once est réduite à 25,44 grammes. Au xviiie siècle, la canne vraie de Toulouse mesure 1,796 mètres et la canne vraie de Montpellier, la plus répandue en Occitanie, mesure 1,9874 mètres. Dans l’inventaire de la boutique, c’est surtout la canne de Toulouse qui est utilisée.
15 AD Isère, cote IIE 443 3° f° 19.
16 AD Isère, cote IIE 1181 2°. D’après les manuels de comptabilité de Claude Boyer (Briesve méthode et instruction pour tenir livres de raison par parties doubles …, Lyon, C. Gaudion, 1627) et de Claude Irson (Méthode pour bien dresser toutes sortes de comptes à parties doubles, Paris, Chez l’auteur, 1678), un inventaire est effectué au début et à la fin d’une Compagnie.
17 Emile Littré, Dictionnaire de la langue française, Paris, Hachette, 1872, vol. 3.
18 Françoise Bayard et Micheline Baulant ont déjà évoqué ces difficultés. Françoise Bayard, « De quelques boutiques de marchands de tissus… », art. cit., p. 435-436. Micheline Baulant, « Jalons pour une histoire du costume commun », Histoire et mesure, XVI, n° 1/2 Varia, mis en ligne le 7 décembre 2005, disponible sur : http ://histoiremesure.revues.org/document107.html.
19 Le camelot est à l’origine un produit d’importation venant du Levant. C’est un sergé en poil de chameau ou en chèvre d’Arménie et, à partir du xiiie siècle, mêlé de soie. Le fil ondé est composé de deux brins. Le premier brin, droit, tendu, sert d’axe au second, détendu, enroulé en spirale autour de lui (Elisabeth Hardouin-Fugier, Bernard Berthod, Martine Chavent-Fusaro, Les étoffes. Dictionnaire historique, Paris, Les Éd. de l’Amateur, 1994, p. 121 et 286).
20 Francis Brumont, « La géographie du commerce des draps à Toulouse ... », art. cit.
21 La grande diversité des mesures utilisées complique cette tâche. L’inventaire recourt d’abord à l’unité de mesure correspondant au lieu d’origine ou d’achat du tissu (aune de Flandres, aune de Lyon, aune de Paris, canne de Montpellier, brasse, palme …), puis la convertit en une unité plus courante (livre poids, aune ou canne de Toulouse). Des mesures de poids et de longueur sont conjointement utilisées. Il sera intéressant de repérer si les mesures de poids correspondent à des textiles commercialisés en fil.
22 AD Isère, cote IIE 449 : inventaire après décès de Pierre Gloton établi en 1621. Pierre Gloton est lui-même de condition aisée à sa mort et il peut s’apparenter à la clientèle qui vient dans la boutique toulousaine en 1601.
23 Jacques Savary des Bruslons indique que la rase de Milan est une variété de serge (Dictionnaire universel du commerce …, 3 vol., Paris, 1e éd° 1723-1730).
24 Nicole Pellegrin, « Le vêtement comme fait social », Histoire sociale, histoire globale ? Actes du colloque des 27-28 janv. 1989, Paris, Éditions de la MSH, 1993, p. 89.
25 Micheline Baulant, « Jalons pour une histoire… », art. cit.
26 Françoise Bayard, « De quelques boutiques de marchands de tissus… », art. cit., p. 441.
27 Daniel Roche, La culture des apparences…, op. cit., p. 119-148.
28 Michel Taillefer, Vivre à Toulouse sous l’Ancien Régime, Perrin, 2000, p. 65.
29 Le 2ème personnage en partant de la gauche est Etienne Gloton, membre de la famille de Pierre Gloton, associé à la firme, capitoul en 1609 et 1622.
30 Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine au xvie siècle. Lyon et ses marchands, Paris, La Haye, Mouton, 1971, 2 vol.
31 Souvent, ces sociétés ne donnent pas lieu à un contrat notarié et elles n’ont pas une forme juridique bien définie.
32 AD Haute-Garonne, cote IIIE 6241, f° 235 : minute passée devant François Poisson, notaire de Toulouse, le 13 mai 1618.
33 Micheline Baulant, Lettres de négociants marseillais : les Frères Hermite (1570-1612), Paris, Armand Colin, 1953, (coll. Affaires et gens d’affaires, vol. 3), p. XXII à XXIX.
34 La manufacture de La Grave se situe à Toulouse, dans le quartier Saint-Cyprien, rive gauche de la Garonne.
35 Charles Carrière, Négociants marseillais au xviiie siècle…, op. cit., p. 237-252.
36 S’agit-il d’une évolution propre à la firme ou ce constat renvoie-t-il à une évolution plus globale ?
37 Louis Bergasse, Histoire du commerce de Marseille (…), op. cit.
38 Luca Molà, Reinhold C. Mueller et Claudio Zanier, La seta in Italia dal Medioevo al seicento. Dal baco al drappo, Marsilio Editore, 568, 2000.
39 Cette hypothèse reste à démontrer car le trafic sur les espèces peut aussi s’avérer très rentable.
40 AD Isère IIE 449 f° 686 et 709.
41 AD Isère IIE 443 2° : comptes volants.
42 AC Toulouse, cote AA 16 f° 353.
43 Michel Taillefer, Vivre à Toulouse…, op. cit., p. 207-208.
44 L’apprêt et la teinture sont liés à un commerce de redistribution.
45 Pierre-Albert Clément, Foires et marchés d’Occitanie de l’Antiquité à l’an 2000, Montpellier, Presses du Languedoc, 2000, p. 286-305.
46 Micheline Baulant, Lettres de négociants marseillais …, op. cit.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 6 – Tableau de Jean Chalette : le Christ en Croix et les Capitouls29 de 1622-1623
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/1353/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaëlle Lapeyrie, « De la boutique au comptoir », Rives nord-méditerranéennes, 29 | 2008, 79-105.

Référence électronique

Gaëlle Lapeyrie, « De la boutique au comptoir », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 29 | 2008, mis en ligne le 15 février 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rives.revues.org/1353 ; DOI : 10.4000/rives.1353

Haut de page

Auteur

Gaëlle Lapeyrie

Les travaux de recherche de Gaëlle Lapeyrie portent sur une étude de cas : la firme Gloton qui commerce en Méditerranée vers 1600. Cette firme, très présente sur la place lyonnaise, s’oriente rapidement vers le commerce textile du Levant, en association avec un armateur marseillais et un marchand fabricant de Carcassonne. Ce travail s’inscrit dans le cadre de l’étude des réseaux marchands. En lien avec les recherches menées par plusieurs chercheurs de l’IHMC dont Jacques Bottin, la démarche entreprise vise à comprendre comment l’activité dite de « grand commerce » s’articule à la fois sur des activités de production et sur des niveaux inférieurs de l’échange. L’étude des stratégies d’entreprise est au cœur de ces préoccupations.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org