Navigation – Plan du site

Les dynamiques locales face au tourisme aux îles Baléares

Jean Emanuel Vittori
p. 43-56

Résumés

À partir des années 60, les îles Baléares ont basé leur développement sur l’activité touristique. Cette activité devint en une décennie la principale ressource économique de ce territoire. Les hôteliers locaux allaient recevoir le soutien intéressé de tour-opérateurs étrangers qui ont joué le rôle de pourvoyeurs d’argent et de touristes. Le rapport entre les dynamiques locales et les logiques économiques globales représentées par les tour-opérateurs était fortement déséquilibré; dans un premier temps les îliens n’étaient que de simples exécutants. Suite à une série de crises exogènes et à des « soumissions » de plus en plus prononcées face aux logiques globales, les populations locales allaient devenir actrices de leur développement touristique. En outre cette mutation fut accompagnée par l’accession des Îles Baléares au statut de région autonome. Ceci a eu pour principale vertu de pousser les acteurs du développement local à repenser leur modèle de croissance. Une nouvelle mutation est entamée, qui voudrait instaurer un nouveau tourisme, plus respectueux du territoire et des hommes qui l’occupent. Cette mutation est vitale pour l’avenir des Baléares, mais « balance » entre appétit économique et préservation de l’environnement. Les deux pourraient ou devront faire cause commune dans un « nouveau tourisme », un tourisme durable et auto-soutenable.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

ESP

Chronologie :

CONT
Haut de page

Texte intégral

1Les îles Baléares ont connu l’avènement du tourisme voici maintenant plus d’un siècle. L’évolution de cette activité sur ce territoire et les mutations qui en ont résulté ont été spectaculaires, particulièrement dans l’île de Majorque. Nous chercherons à découvrir la nature de ces mutations d’une part et la réponse des acteurs locaux d’autre part. Enfin après avoir défini le modèle de développement qui s’est appliqué à ces îles nous déterminerons leurs perspectives d’avenir.

Pour introduire, une évolution très forte mais en dents de scie depuis deux décennies

Les prémices du tourisme (1880-1960)

2Le tourisme aux Baléares commence à la fin du xixe siècle lorsque des voyageurs, souvent fortunés, venaient dans ces îles à la recherche de ses attraits romantiques. À cette époque déjà, les atouts promotionnels des îles étaient l’ancienne cité de Palma, la mer, la montagne et, surtout, la douceur climatique (M. Segui, 1995).

3Jusqu’au milieu du xxe siècle, le nombre de touristes fréquentant les Baléares ne s’accrut que faiblement pour atteindre les 300000 visiteurs en 1960. Ces chiffres sont comparables avec ceux de la plupart des autres îles de Méditerranée occidentale, démontrant bien, si besoin était, que jusqu’à cette période, la croissance du tourisme aux Baléares n’avait rien d’exceptionnel.

4Les touristes venaient essentiellement de manière individuelle, mais déjà, une dynamique locale était créée pour accueillir de petits groupes acheminés par les tours-opérateurs.

Un essor exceptionnel entrecoupé de périodes de crise: l’apparition du « modèle Baléares » (1960-2000)

5La deuxième période commence en 1960 et répond à des logiques largement allogènes. La conjugaison des avantages sociaux donnés aux travailleurs européens, de l’émergence du tourisme de masse et de l’avènement des tours-opérateurs allemands et anglais allait faire connaître à ce « petit bout de terre » et à la population locale une croissance économique et touristique exceptionnelle (cf. graphique 1).

Figure 1. Graphique

Figure 1. Graphique

Evolution des arrivées de touristes aux îles Baléares (1950-2000).

Source : Ministère du Tourisme des îles Baléares. Graphique réalisé par l'auteur.

6Cette croissance exponentielle a connu également quelques ralentissements, notamment de 1974 à 1976 (première crise pétrolière), en 1980 (actes terroristes dans des zones touristiques espagnoles), en 1985 (crises du marché britannique) et en 1989 et 1990 (guerre du Golfe).

7C’est durant cette période de forte croissance touristique que se met en place le phénomène de transformation de ces espaces insulaires, dénommé par certains, « baléarisation » et qu’il est plus juste d’analyser comme le modèle de développement touristique des Îles Baléares. De manière synthétique, le « modèle Baléares » pourrait se définir de la manière suivante:

8– une offre basée sur « le soleil, la plage et l’hôtel »,

9– un tourisme dont la vocation est de réaliser rapidement des profits économiques,

10– une demande massive provenant essentiellement des classes moyennes et basses européennes (généralement allemandes et britanniques) liée aux bas prix du produit,

11– une forte saisonnalité.

12Développé de manière ultra-intensive à partir des années 60, ce modèle a eu des conséquences importantes. Sur le plan touristique, les Baléares et plus particulièrement l’île principale de Majorque, ont connu une croissance forte et continue du nombre de leurs visiteurs, pour arriver au chiffre de 11 millions de touristes en 1999, sur un territoire de 4974 km2. La pression de la population permanente et temporaire est donc très forte. Les 11 millions de touristes annuels et les 800000 habitants permanents représentent, en équivalent-habitants, plus de 1,5 millions de personnes. Soit une densité de population réelle (touristes plus résidents permanents) aux Baléares de plus de 300 habitants au km2, qui atteint durant la saison touristique le même niveau que les pays les plus densément peuplés d’Europe. Si on considère la seule île de Majorque qui concentre 73 % des touristes et 75 % de la population des Îles, nous atteignons, sur 3627 km2 carrés, une densité réelle de près de 400 habitants au km2. Et comme il y a une concentration marquée des hébergements touristiques autour du pôle urbain de Palma, la capitale, nous pouvons voir que la superposition des processus d’urbanisation et de ceux liés au tourisme, se traduit par des densités réelles, en certains points de l’île, de nature à frapper l’imaginaire des touristes et, plus encore, des observateurs du tourisme.

Les mutations économiques, territoriales, écologiques et sociales des îles Baléares en prise à ces décennies de croissance touristique

13Sur le plan économique notamment, ce modèle de développement a entraîné une croissance spectaculaire, avec pour conséquence majeure, une amélioration générale du niveau de vie de la population majorquine. Les Baléares étaient, en 1950, la région d’Espagne la plus pauvre par son P.I.B. par habitant, l’Espagne étant un des pays les moins riches d’Europe à cette époque. De nos jours, les Baléares détiennent le P.I.B. par habitant le plus élevé d’Espagne et un des plus élevés d’Europe, montrant ainsi la spectaculaire réussite économique qu’ont connue ces îles. On ne trouve que très peu d’exemples dans le monde où les dynamiques locales furent aussi fortes, même si elles sont le fruit d’un déclenchement venant de l’extérieur.

14Cependant, la rapidité de cette croissance économique, le caractère massif et ultra-saisonnier, le manque de planification territoriale et d’organisation des conditions de cette croissance, ont provoqué d’importants dysfonctionnements de diverses natures:

Sur le plan territorial

15- par la croissance urbanistique désordonnée qui a eu d’importants impacts négatifs sur le territoire, spécialement sur le littoral,

16Ainsi, les Îles Baléares découvrent concomitamment un rythme de croissance économique effréné, assorti de nuisances (environnementales, sociétales…) multiples.

17- par la déficience des infrastructures et des équipements publics et privés, et par l’absence de vision à long terme de la part des différentes administrations publiques (notamment nationales) durant les premières décennies du développement touristique.

Sur le plan écologique

18- une modification des paysages littoraux. Selon les chiffres fournis par Maçia Blasquez – professeur à l’Université des Baléares et militant écologiste – en 1995, 21 % du littoral étaient déjà construits.

19- par la destruction d’espèces floristiques et faunistiques de grande valeur en raison de l’inexistence d’instruments légaux de protection et

20- par la surexploitation des ressources naturelles, notamment de la consommation d’eau potable,

21- par une frénésie de consommation entraînant une production de déchets domestiques qui a atteint un taux double du taux moyen régional espagnol.

Sur le plan social

22- par une perte d’identité de la communauté majorquine, ou ressentie par beaucoup comme telle,

23- par un recul de la langue catalane au profit du castillan parlé par les immigrés péninsulaires et mieux connu par les touristes,

24- par une urbanisation des modes de vie et une entrée de plain-pied et sans transition, dans la société globale.

Les populations locales, actrices du développement touristique et leur réaction face aux contraintes liées aux impacts du tourisme

25Au sortir de la seconde guerre mondiale, la situation aux Baléares est économiquement et politiquement désastreuse. Les îles sont plongées dans un tel marasme que la seule solution pour leurs habitants était d’émigrer vers des « cieux plus cléments ». La plupart ont émigré vers les pays d’Amérique Latine.

Figure 2. Cartes

Figure 2. Cartes

Densité de population et concentration de l'offre touristique en 1996 aux îles Baléares.

Source : Elaboration de l'auteur à partir du DOT îles Baléares et du recensement de population.

26C’est dans ce contexte que s’impliquèrent et qu’évoluèrent les premiers hôteliers majorquins quand la demande touristique se fit jour. Pour la plupart, ils émanaient des couches populaires. Ils étaient pauvres, ne bénéficiaient d’aucun soutien et n’avaient aucune formation. Ils se lançaient dans l’aventure à la force de leur travail et individuellement. Ils ont été surnommés les « hôteliers-maçons » du fait qu’ils étaient les bâtisseurs de leur propre structure hôtelière.

27Il faut dire qu’à cette époque, peu nombreux étaient ceux qui, au niveau local, croyaient au développement du tourisme, bien qu’il existât dans ces îles une tradition de commerce, d’échange, de contrebande même… Ni les banques, mais elles n’étaient pas encore locales, ni les grands propriétaires terriens qui vendaient les terrains littoraux ne valant rien à leurs yeux, ne croyaient que cette nouvelle activité puisse être rentable.

28La première mutation significative concernant ce rapport des dynamiques locales aux logiques économiques globales s’est opérée lors de l’arrivée des tour-opérateurs qui ont joué, avec les entrepreneurs locaux, le rôle de pourvoyeurs d’argent et de touristes. Dès lors, les hôteliers et la société majorquine ont pu bénéficier d’une forte croissance économique mais, dans le même temps, ils étaient confrontés aux nouvelles donnes et aux contraintes de cette croissance; et peut-être peut-on même dire que certains d’entre eux, dans un rapport de force trop inégalitaire avec leur partenaire, ont essentiellement subi l’activité touristique, notamment au travers du diktat des tour-opérateurs. Les îliens n’étaient que de simples exécutants, mais ils se formaient et apprenaient le rude métier d’entrepreneur dans le secteur du tourisme. Cette situation a perduré jusqu’aux années 1980.

29La deuxième mutation allait s’opérer dans les dernières années de la décennie 1980, à la suite des premières baisses du nombre de touristes. La société majorquine découvrait, après 20 années de croissance continue, que le développement touristique pouvait avoir des limites. Cette récession était liée à la crise pétrolière de 1973, mais aussi à une baisse certaine de la qualité globale du tourisme aux Baléares due, en partie, au souci permanent des tour-opérateurs étrangers de faire baisser le prix des séjours.

30Les acteurs locaux comprirent qu’il fallait « réviser » leurs rapports avec voyagistes étrangers d’une part et, d’autre part, que le produit touristique qu’ils proposaient perdait de son attractivité. Les baisses ou les stagnations qu’a connu la fréquentation touristique des îles Baléares ont eu pour mérite de provoquer une réaction de grande ampleur dans la société majorquine et dans les classes dirigeantes aussi bien politiques qu’économiques. La seconde confrontation des dynamiques locales avec les logiques globales représentées par les tours-opérateurs allait sensiblement réajuster le déséquilibre existant. Les acteurs locaux devenaient de plus en plus maîtres de leurs destinées.

31En outre, simultanément et en synergie, des initiatives privées et publiques ont été prises pour corriger les impacts négatifs engendrés par l’activité touristique.

Un territoire insulaire qui interroge son modèle de croissance

32Il est important ici d’évoquer l’accession des Baléares au statut de Région autonome en 1984. Cette nouvelle donne pouvait permettre une organisation et une gestion au plus près du territoire tout en responsabilisant les élus qui, dans certains domaines (notamment celui du tourisme), n’avaient plus, pour leurs prises de décisions, à en référer à Madrid. Ainsi des acteurs responsables, plus proches du terrain et de leurs habitants, eurent à établir des textes de lois.

33L’administration du Gouvernement autonome entreprit ainsi la réalisation de documents de planification en vue de la gestion du développement des îles et, notamment, concernant le tourisme:

34– l’élaboration d’un plan de modernisation de l’offre en hébergement touristique des Îles Baléares en 1988,

35– l’élaboration du plan d’organisation de l’offre touristique (POOT) en 1995 qui vise à organiser et à gérer l’offre touristique complémentaire (restauration, activités annexes…) de la Communauté autonome des Îles Baléares. Dans le même temps, se sont développées des initiatives de manière à structurer divers segments (tourisme rural et agrotourisme), et activités touristiques (constructions de marinas, terrains de golf…).

36En ce qui concerne l’initiative privée locale, les professionnels, de manière à pouvoir résister à une concurrence de plus en plus exacerbée et poursuivre les tendances de l’évolution de la demande, ont décidé d’augmenter la qualité de leurs prestations hôtelières et se sont regroupés en un syndicat. Selon un rapport sur l’hôtellerie majorquine, édité en 2001, le volume des réclamations des touristes a chuté aux Baléares en l’an 2000, passant de 19,4 % pour les forfaits touristiques à seulement 5,4 %. Et dans l’offre hôtelière, elle est à un niveau plancher de 2,3 %. Il est intéressant, sur un autre point, de noter que selon « le fond de réhabilitation des espaces touristiques », 34 % des plaintes des touristes portent sur le caractère massif du tourisme aux Îles Baléares et sur la qualité de l’environnement dans les îles.

37Sur le plan environnemental certes, tout était à faire pour tendre vers un développement touristique durable, mais on remarquera que les premières mesures sont prises dès 1984, c’est-à-dire l’année où les îles deviennent Région autonome. De l’énoncé de ces mesures, on ne peut prétendre inférer les résultats sur le terrain; néanmoins, on peut conclure qu’il y a de la part de la population de ces îles, une prise de conscience politique et écologique de l’importance à accorder à cette dimension du développement et une volonté certaine de l’afficher et de se donner les moyens d’agir en ce domaine:

38– En 1984 est voté le décret « Cladera » (du nom de ministre du tourisme de l’époque) qui est un premier pas pour contrôler la forte croissance de l’offre touristique (30 m2 au sol minimum pour un emplacement touristique). En 1987, pour contrecarrer une nouvelle croissance de l’offre touristique, est voté le décret Cladera 2 (la superficie minimale au sol passe de 30 à 60 m2 pour un emplacement touristique).

39– Le ministère du Tourisme charge l’université des Îles Baléares de réaliser le « Livre blanc du tourisme aux Îles Baléares ». En 1987, l’étude est publiée avec des conclusions intéressantes et dénonce notamment le fait que l’activité touristique génère un grave déséquilibre avec le milieu naturel et qu’il faudra, à partir d’un diagnostic des ressources naturelles, définir un seuil de fréquentation touristique à ne pas dépasser.

40– En 1988, est créé le premier Parc naturel celui de l’« Albufera d’Alcudia », suivi en 1991 par l’annonce de la création du Parc national maritime et terrestre de l’archipel de Cabrera, en 1992 par la création du Parc naturel de « Mandrago », en 1993 création de la Réserve de la biosphère de Menorca, et, en 1995, des Parcs Naturels de l’« Albufera des Grau » à Menorca et de « Sa Dragonera » à Mallorca.

41– En 1991, est élaborée la loi de protection des espaces naturels qui est une garantie contre toute urbanisation: 34 % du territoire des Îles Baléares sont ainsi protégés. Ces créations de Parcs naturels régionaux et cette loi démontrent bien le souci de traduire en actes les nouveaux souhaits de protection des milieux encore préservés de l’urbanisation.

42– En 1993, une autre étude réalisée par l’Université des Îles Baléares présente Mallorca et Rhodes (Grèce) comme îles pilotes pour définir un plan commun de développement touristique durable.

43– En 1997, élaboration de décrets qui structurent le tourisme rural et l’agrotourisme.

44Sur le plan territorial, les mesures sont très liées à aux mesures « environnementales »:

45– Depuis 1984, les municipalités ont établi des plans d’urbanisme plus stricts, incluant des critères normatifs tendant à améliorer la qualité des futurs développements urbanistiques.

46– En 1990, un plan d’embellissement des zones touristiques a également vu le jour, financé conjointement par les administrations autonomes et municipales.

47– En 1995, première destruction de résidences hôtelières à Calvià, remplacées par des espaces verts. Cette mesure n’a cependant concerné que 2 petits hôtels, certes en front de plage et très en vue; mais elle a, très habilement, été largement médiatisée.

48– En 1999, a été créé le fonds de réhabilitation des espaces touristiques chargé, à partir du prélèvement d’une taxe éco-touristique qui était encore en discussion lors de notre séjour et qui est entrée en application en mai 2002, de restructurer et réhabiliter des zones touristiques et des espaces naturels et ruraux, de revaloriser des éléments patrimoniaux présentant un grand intérêt social, culturel et touristique et, enfin, de revitaliser l’agriculture en tant qu’activité économiquement compétitive.

Sur le plan social et culturel

49– Des efforts ont été réalisés en termes de « ré-acquisition identitaire », notamment dans le domaine de la langue catalane, « u reaquistu » dit-on en Corse pour exprimer les mêmes préoccupations qui s’inscrivent dans la lutte contre la mondialisation.

50– En 1999, la constitution d’un nouveau gouvernement aux Baléares sous l’étiquette « progressiste » a exposé la nécessité de définir une nouvelle politique touristique respectueuse des vecteurs environnemental et social.

51Toutes ces mesures et d’autres, importantes et décisives pour l’avenir, commencent à se traduire sur le territoire où l’on peut constater notamment:

52– le ralentissement de l’accroissement de l’offre en hébergement touristique,

53– l’amélioration de la qualité des hébergements touristiques existants,

54– la création et l’amélioration des infrastructures et équipements publics et privés,

55– et, surtout, une prise de conscience généralisée concernant la protection de la nature et, plus globalement, la question de l’environnement; ce qui en soi est le signe d’une attitude nouvelle découlant d’une véritable révolution des mentalités.

56En outre, la communauté entrepreuneuriale majorquine tend à reconquérir de plus en plus d’autonomie vis-à-vis des tour-opérateurs qui n’ont plus en face d’eux de simples exécutants mais de véritables professionnels regroupés et organisés depuis 1976 en un syndicat puissant qui détiennent un niveau de formation très élevé. En effet, la génération qui suivit les « pionniers du tourisme aux Baléares » a acquis, dans les plus grandes chaînes internationales, une expérience et un savoir-faire remarquables. Et elle est aujourd’hui totalement immergée dans cette économie globale dont elle est aussi actrice active. En outre, ces hôteliers ont été, aussi, à l’origine de la création de la Coopérativa Federacion Empresarial Hotelera de Baléares (COFEBA).

57La dynamique locale, initiée à l’orée des années 60, a donc su engendrer des richesses considérables, un important savoir-faire et un remarquable dynamisme qui se concrétisent par une maîtrise de plus en plus poussée du développement touristique des Baléares et l’exportation du modèle (révisé et adapté) sur tous les continents, notamment en Amérique latine et centrale, la tradition hispanique y jouant incontestablement un rôle favorable dans ce « transfert ».

Pour conclure, pouvons-nous penser les perspectives du modèle de développement touristique des Baléares?

58Malgré tout, toutes ces mesures et ces actions initiées au cours de ces dernières années interrogent les fondements même du tourisme de masse qui a connu ici d’incontestables succès. Toutes ces réorientations se concrétisent par diverses initiatives et plusieurs programmes peuvent parfois apparaître comme des opérations de publicité pour les Îles Baléares qui souffrent, dans certains milieux sociaux et auprès des touristes interrogés, d’une image négative notamment en termes de sur-urbanisation du littoral. La croissance de destinations concurrentes incite fortement les Baléares à promouvoir un changement de modèle touristique. La question est de savoir si tous les décrets, lois, actions… votés seront à la base d’une profonde mutation du tourisme aux Baléares, ou s’ils ne resteront que de simples actions d’amélioration conjoncturelle, des initiatives individuelles, sans coordination ni synergie, de la poudre aux yeux avancent même certains militants radicaux!

59Cependant, les Baléares en général et Mallorca en particulier seront obligés de s’adapter, c’est une question de « vie ou de mort ». L’interrogation subsiste quant à la vitesse à laquelle cette mutation va avoir lieu.

60Les Baléares devront donc, et sans doute sont-elles sur la bonne voie pour le réussir, créer un nouveau modèle touristique basé sur des critères de développement durable qui permettront d’élaborer et de gérer un produit touristique compétitif ; ce qui suppose qu’outre les mesures déjà présentées, il conviendra, selon Pere Salvà i Tomàs (2001), de :

61– mettre en place des actions de renforcement de la culture majorquine (coutumes, architecture, langue…) comme un élément constitutif de ce nouveau produit touristique,

62– intégrer le milieu naturel comme un élément majeur de l’offre, avec un plan d’utilisation et de gestion des ressources et complétés par des instruments de protection générale,

63– préserver les caractéristiques particulières (paysages, gastronomie, traditions…) que présentent les îles,

64– diversifier l’offre générale en fonction des ressources et de la demande, notamment en développant certaines filières touristiques (tourisme actif, tourisme culturel…),

65– mettre en valeur le patrimoine historique.

66Il faudra aussi avec courage et exigence :

67– définir la charge maximale de touristes que peut supporter le territoire et la population locale, notamment pour une bonne gestion des ressources naturelles telles que l’eau potable, l’énergie, mais aussi pour le traitement des déchets,

68– poursuivre le développement des programmes d’amélioration de la qualité des infrastructures, des équipements et des services publics et privés et pas seulement pour les touristes,

69– Et, surtout, mettre au cœur de la réflexion le territoire et les hommes, avec leurs caractéristiques, leurs ressources, leurs atouts et leurs faiblesses, et les considérer dans leur articulation et leur symbiose comme la base du développement durable et auto-soutenable.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Graphique
Légende Evolution des arrivées de touristes aux îles Baléares (1950-2000).
Crédits Source : Ministère du Tourisme des îles Baléares. Graphique réalisé par l'auteur.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/134/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 2. Cartes
Légende Densité de population et concentration de l'offre touristique en 1996 aux îles Baléares.
Crédits Source : Elaboration de l'auteur à partir du DOT îles Baléares et du recensement de population.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/134/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Emanuel Vittori, « Les dynamiques locales face au tourisme aux îles Baléares », Rives nord-méditerranéennes, 12 | 2002, 43-56.

Référence électronique

Jean Emanuel Vittori, « Les dynamiques locales face au tourisme aux îles Baléares », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 12 | 2002, mis en ligne le 28 janvier 2015, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://rives.revues.org/134 ; DOI : 10.4000/rives.134

Haut de page

Auteur

Jean Emanuel Vittori

En 2002, Jean Emmanuel Vittori est doctorant en géographie à l’UMR TELEMME

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org