Navigation – Plan du site

La production textile à Rosette au XVIIIe siècle

Naser Uthman
p. 25-36

Résumés

Ce travail étudie la production textile de Rosette au cours du XVIIIe siècle grâce à l’exploitation de la documentation laissée par les tribunaux religieux de Rosette et d’Alexandrie. Cette riche série d’archives permet de s’intéresser à des questions aussi différentes que les étapes de fabrication, les métiers, les types de production, les problèmes de commercialisation et les propriétaires d’ateliers. Elle met surtout en lumière le poids de l’artisanat du lin dans la ville et montre que l’extrême divi­sion du travail et la réglementation édictée par les pouvoirs publics n’ont pas été des facteurs de blocage du développement de l’activité textile.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

commerce, histoire

Géographie :

Méditerranée

Chronologie :

Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

1Cette étude sur la production textile à Rosette au XVIIIe siècle est fondée essentiellement sur l’exploitation de documents établis devant les tribunaux religieux de Rosette et d’Alexandrie durant cette période. Cette documentation ne couvre pas certains aspects importants des activités de production, par exemple le travail dans les ateliers de tissage (qâ’at al-hiyâka), mais fournit de nombreuses données que l’on ne trouve guère dans d’autres sources.

2Avant de présenter ces activités de production dans la ville, il est souhaitable de noter certains aspects concernant cet artisanat et d’avancer quelques interrogations. En effet pour tout observateur des activités artisanales dans les villes arabes à l’époque ottomane, l’une de leurs principales caractéristiques est l’extrême division du travail, particulièrement dans l’industrie textile. C’est ce que notait André Raymond dans son ouvrage Grandes villes arabes, en relevant que cette division pouvait avoir une influence positive certes, mais qu’elle indiquait plutôt sa faiblesse1. Elle entraînait une aggravation de la stagnation des techniques, dont aucun développement notable n’est mentionné depuis le début de l’époque moderne. L’une des interrogations porte donc sur le bénéfice éventuel qu’ont pu tirer les activités du textile de cette division. Quelles en ont été les conséquences sur la qualité de la production ? Cette division s’est-elle étendue aux villes dans leur ensemble et a-t-elle entraîné des spécialisations urbaines sur certains types de productions ? Quel a été le rôle de l’État ? Dans quelles conditions et avec quels moyens ?

La situation privilégiée de Rosette

3Quelques mots rapides tout d’abord sur le site de Rosette, l’importance de son port et dans quelle mesure cela influa sur le type de production textile entrepris dans cette ville. Rosette est la plus importante des villes de la province de Buhayra à l’époque ottomane. Sa situation à l’embouchure de la branche occidentale du Nil, dénommée boghâz de Rosette, et ses facilités de communication avec tous les centres de production en amont sur le fleuve en font un des plus importants sites portuaires d’Égypte. De cette situation favorable, Rosette va tirer son importance économique, en devenant l’entrepôt des marchandises en provenance du Caire et de la plupart des provinces égyptiennes et exportées vers l’Europe et le Maghreb. Toutefois, en raison d’eaux peu profondes à l’embouchure de cette branche du Nil, fermée par un banc de sable ne laissant que deux passes, il était dangereux pour les bâtiments de fort tonnage d’y pénétrer ; Rosette fut ainsi relié à Alexandrie par des embarcations plus légères transportant les marchandises entre les deux villes. Une route terrestre dénommée le « chemin d’Alexandrie »2 permettait également l’acheminement des produits à dos de bêtes de somme.

Le poids de l’artisanat du lin

4Le lin était l’une des productions agricoles les plus importantes de l’Égypte à l’époque ottomane. Cette matière première faisait l’objet d’une forte demande sur les marchés étrangers, particulièrement européens jusqu’à la fin du XVIIIe siècle3. Il était notamment exigé en guise de rançon pour la libération des prisonniers musulmans aux mains des corsaires et autres combattants européens installés dans l’île de Malte4. Cette demande s’étendait aux étoffes de lin tissées en Égypte. Prenant conscience de cette situation, de nombreux détenteurs de capitaux en milieux urbains investirent dans la construction de bâtiments, ateliers destinés au tissage du lin. Ce fut le cas à Rosette, en raison de sa situation favorable dans la province d’Égypte : cette demande en lin et en étoffes de lin attira un nombre notable d’investisseurs de la ville. Ainsi le dénommé Hâjj Hijâzî ibn Sâlim connu sous le nom de Ibn Târikha le « tisserand » possédait cinq ateliers de tissage, dont quatre abritaient 21 métiers au total (les documents ne précisent pas l’outillage du cinquième). Ce dernier détenait en outre deux ateliers de filage sans oublier une teinturerie pour les textiles5. Le négociant, Hâjj Muhammad, célèbre sous le nom de Zaqzûq, un des notables de la place durant la période étudiée, disposait de cinq ateliers hébergeant 16 métiers, et d’un bâtiment destiné au blanchissage du fil6. Le négociant Muhammad ibn Muhammad, shaykh de la communauté maghrébine de Rosette, possédait lui deux ateliers abritant sept et huit métiers pour le tissage du lin et un troisième, pour le tissage du coton7. Et il en existait bien d’autres encore.

5Il est néanmoins difficile de cerner avec exactitude le nombre des ateliers en activité continue dans la ville durant cette période sans dépouiller les 39 registres du tribunal qui couvrent 97% du XVIIIe siècle. Nous en avons, dans le dépouillement effectué pour cette étude, dénombré 190, localisés dans quatre secteurs de la ville présentés dans le tableau suivant :

Localisation des ateliers

Tissage du lin

Travail du coton

Filage de la soie

Blanchissage des fils de lin

Étirage des fils

Teintureries

Rosette Sud

15

1

1

2

1

Rosette Centre

5

1

Rosette Nord

86

3

1

3

Rosette Ouest

69

2

3

3

Non localisés

15

1

1

Total

190

2

1

6

6

8

6Si l’on estime que chaque atelier de dimension raisonnable hébergeait de trois à six métiers à tisser, en prenant un nombre moyen de quatre, environ 760 métiers au moins étaient en activité dans la ville. Toutefois, il faut prendre en considération que nombreux étaient les bâtiments qui abritaient beaucoup plus d’instruments (certains en comptaient 108, d’autres 169 voire 21 ou 2210). Au total, c’est plus probablement un millier de métiers qui étaient en fonction, témoignant de l’importance de la place occupée par cet artisanat dans l’économie de la ville.

7L’examen du tableau montre également que le secteur nord de la ville regroupait une proportion élevée (45%) des ateliers de tissage, la moitié des bâtiments destinés au blanchissage des fils de lin et trois teintureries sur huit. La raison de cette concentration dans ce secteur est la proximité du port. Le quartier nord est décrit par le naturaliste français Guillaume Antoine Olivier, lors du voyage qu’il fit dans l’Empire ottoman, en Égypte et en Perse en 1792-1798, comme étant fort fréquenté et animé11. Vient ensuite le secteur ouest, où étaient concentrés également de nombreux ateliers de tissage (36%) et d’autres bâtiments à vocation artisanale ; on doit probablement attribuer ces proportions élevées à la situation favorable de ce secteur au débouché de la route terrestre d’Alexandrie.

Les étapes de fabrication et les métiers

8Ayant pu apprécier le poids de cet artisanat du lin dans la ville, nous allons rapidement présenter la matière première, sa production dans la campagne et les divers métiers engagés dans cette activité. Le lin, comme le précise Girard dans la Description de l’Égypte12, était l’une des principales productions agricoles des provinces d’Assiout, de Minya et de l’intérieur du Delta. On ensemençait les terres au solstice d’hiver, la préparation des sols pour accueillir les semences variant d’une région à l’autre. La récolte se faisait trois mois et demi après les semailles quand la plante avait atteint sa maturité. Elle était arrachée à la main, plante et racines, et mise en gerbes. Un feddân, (unité de superficie de terre) produisait 400 gerbes, soit la charge de cinq chameaux. Le lin en gerbe était porté sur le lieu où étaient séparées les graines des tiges. Cette opération se faisait en frappant l’extrémité supérieure d’une botte de plantes sur la face convexe d’une cruche en terre appelée balâs.

9Une fois ce travail achevé, le lin était remis en gerbe et porté dans des fosses ou mares, dénommées dans les documents muballât, placées près d’une machine à élever l’eau13, pour l’opération de rouissage (ta’tîn) afin de débarrasser l’écorce formée de fibre et de paille de la matière collante : disposées verticalement, serrées les unes contre les autres, elles étaient recouvertes d’eau durant 15 à 20 jours selon que l’on pouvait ou non renouveler l’eau afin que sa couleur ne fonce pas14. C’était cette manière de procéder qui était la plus courante en Égypte.

10Le rouissage achevé, on faisait sécher le lin au soleil deux jours complets avant de passer à la phase du broyage et du teillage (tamshît ou peignage). Les tiges étaient rompues, broyées en les battant sur une pierre avec un maillet pour dégager la fibre de la paille ; on séparait ensuite de la filasse les fragments de tige qui s’y trouvaient emmêlés en la frappant en l’air avec une grande batte en bois ; enfin, pour achever de nettoyer les longues fibres, on les faisait passer entre les dents d’un peigne de fer. Le lin teillé, ou filasse, était alors prêt pour l’étape suivante, celle du filage, travail effectué généralement par les femmes dans les maisons. Toutes ces opérations étaient accomplies dans les campagnes situées autour de la ville et les filés étaient ensuite portés à Rosette. En raison de l’abondance de filés de lin, de coton ou de laine, un marché spécialisé s’y tenait et les tisserands venaient s’y approvisionner suivant leurs besoins15.

11Il était ensuite procédé à l’opération de blanchissage (tabyîd), par laquelle le matériau brut était préparé pour la teinture. Elle était effectuée dans des ateliers dénommés mabyada dans les documents ; selon les descriptions sommaires données, c’étaient des bâtiments modestes, abritant un foyer (kânûn) sur lequel était posé un récipient de cuivre dans lequel on faisait bouillir les filés avec une solution de natron et de chaux provenant l’un du Wâdî Natrûn, l’autre de Tura16. On pouvait trouver en outre dans ces ateliers, selon leur importance, une ou plusieurs cuves de cuivre où l’on plongeait dans l’eau froide les filés après le blanchissage ; et afin qu’ils sèchent parfaitement, on les déployait sur des murs aménagés dans le bâtiment. Enfin, afin de disposer d’eau en abondance pour effectuer toutes ces opérations, une citerne était parfois creusée dans le sol à proximité de l’atelier et un bâtiment permettait d’entreposer le combustible pour chauffer l’eau17.

12Les fils ayant perdu de leur élasticité après cette opération, les tisserands entreprenaient de les étirer à l’aide d’un instrument, la dawwâra. Les fils pouvaient alors être teints puis disposés sur le métier à tisser18 ou disposés sans l’avoir été, l’opération de teinture intervenant après le tissage19. Les matières tinctoriales utilisées par les teinturiers étaient diverses : l’indigo local pour lequel, en raison de son abondance, une ocquelle fut construite dans le secteur sud de la ville20, et le carthame ou safran bâtard ; la cochenille et l’indigo indien étaient importés.

13Durant les diverses étapes jusqu’au tissage, le travail était divisé, assuré par différents corps de métiers spécialisés : les « faiseurs de gerbes »21, les « trieurs » (naqqâdîn)22 qui se chargeaient de séparer les bonnes tiges des mauvaises, les blanchisseurs, les teinturiers23, les tisserands24. Il n’y a là rien de spécifique au secteur du lin. Une division du travail semblable se retrouvait dans les chaînes de production d’étoffes de laine, de coton ou de soie.

Division du travail et règlementation

14On pourrait penser que cette division était dommageable aux techniques de production, mais l’observation des différentes étapes de la chaîne montre qu’elles étaient complémentaires et solidaires entre elles. Chaque étape était liée à celle qui la précédait et agissait sur celle qui la suivait. Et chaque corps de métier engagé dans le processus contrôlait la qualité du travail de celui qui le précédait. Ainsi en janvier 1626, le shaykh de la corporation des tisserands en soie (qazzâzîn) se rendit au tribunal et informa le cadi qu’un groupe de fileurs de soie (fattâlîn) pratiquait le métier sans avoir à leur tête un shaykh et qu’ils avaient introduit dans leurs rangs des colporteurs, individus sans aucune compétence, ce qui était préjudiciable au travail des tisserands25.

15Néanmoins, l’artisanat du tissage connut quelques troubles dans le maintien des normes exigées pour la production. Dans la première moitié du XVIIe siècle, les voix des négociants s’élevèrent haut et fort, se plaignant notamment des vices affectant la longueur et la largeur des étoffes26, une situation qui leur était particulièrement dommageable à la vente. Le pouvoir central intervint à plusieurs reprises en édictant des règles qui précisaient, entre autres, les dimensions des pièces d’étoffe auxquelles devaient se conformer les artisans lors du tissage. Ces ordres furent inscrits officiellement dans les registres des cadis à plusieurs reprises durant cette période, démontrant qu’elles n’étaient pas souvent suivies d’effets ; des directives émanant du Haut Conseil du gouverneur d’Égypte furent envoyées aux cadis et responsables des villes où était pratiquée l’activité, leur enjoignant de contraindre les artisans à les respecter27.

16Il faut ajouter que les cadis, et ceux qui partageaient leurs compétences administratives, imposèrent aux métiers impliqués dans la distribution sur les marchés, courtiers et commerçants, qu’ils contrôlassent les produits. Ainsi, les courtiers (dallâlûn) qui commercialisaient les étoffes pour le compte des négociants et des artisans, se divisèrent en plusieurs groupes spécialisés, courtiers en pièces d’étoffe, en serviettes, en coupons, afin de mieux connaître la source du produit qu’ils vendaient.

17La nature même du travail du courtier exigeait de l’homme qu’il soit honnête, vertueux, rigoureux, tout manquement de sa part entraînant des conséquences négatives dans les échanges. Le tribunal, dans ces cas, était le recours de ceux qui subissaient quelque préjudice. Ainsi, un négociant syrien avait donné à un courtier une ceinture de soie rouge sandafây28 afin qu’il la lui vende ; le courtier ayant assuré l’avoir cédée à certaine personne pour 34 nisf29, il s’avéra qu’il l’avait en fait vendue pour 38. L’affaire ayant été prouvée devant le cadi et le shaykh du corps de métier, ce dernier « révoqua » le courtier, lui interdisant de ne plus jamais pratiquer ce métier30. D’autres affaires de manquement à la déontologie du courtage étaient portées, elles, devant le Haut Conseil au Caire. Ainsi de nombreux commerçants et consommateurs se rendirent un jour devant le Conseil accusant de contrefaçon un groupe de courtiers en étoffes fâraskûrî31 et autres tissus : ils faisaient tisser ces étoffes pour leur propre compte et les vendaient sous d’autres noms32 !

18Les courtiers étaient intéressés au premier chef à maintenir de bonnes relations entre eux et les négociants, entre les négociants entre eux et entre les commerçants et les agriculteurs. Chaque production agricole (blé et autres céréales, riz, tabac) avait ses propres courtiers. En raison de l’importance du lin dans l’économie de Rosette, quelques mesures furent prises pour organiser et moraliser le marché. L’une des plus importantes fut celle prise par le cadi de Rosette en novembre 1640 : il sommait chaque courtier en lin de n’exercer ce métier qu’avec son autorisation. De plus, il interdisait aux courtiers en riz et tabac de ne pratiquer aucune autre activité rappelant celle du courtage en lin33. Afin également de fixer un prix unique du produit, il fut décidé que, lors du mois de l’ensemencement, un courtier serait nommé dans chaque province et chargé localement de la médiation entre producteurs et acheteurs. Le gouverneur de l’Égypte lui délivrait un diplôme, avec l’accord du cadi du Rosette, pour mener cette mission34. Cette importance du lin dans l’économie de Rosette permit en fait très tôt aux courtiers musulmans de monopoliser cette activité en excluant les acteurs des autres communautés religieuses35.

19Il convient de noter que cette spécialisation dans une production ou un produit ne concernait pas uniquement les artisans et les courtiers mais également les négociants. Certains concentraient leur activité dans le seul négoce d’étoffes de lin36, d’autres des soieries37 ou des indiennes ou des étoffes en provenance du Maghreb ou d’Europe. Cette spécialisation facilitait donc le contrôle des boutiques et des souks par les autorités, mais il est vrai que l’on trouvait également des commerçants proposant des tissus d’origines diverses.

20Pour faciliter la surveillance du marché et la qualité de la production, une nouvelle fonction apparaît vers la fin du XVIe siècle ; un shaykh, coiffant les commerçants en étoffes et les courtiers en tissus et en lin, avait pour charge de contrôler le marché, les activités des commerçants et les prix des étoffes38. S’agissait-il, sous une dénomination autre, du muhtasib, personnage dont l’office était « la surveillance, du contrôle, des sanctions et plus spécialement en ce qui concerne les provinces, de perception des taxes », une charge dont la ferme d’impôts était annuelle ? Ou bien ce shaykh n’était-il pas plutôt un simple agent du muhtasib aux pouvoirs limités, choisi parmi ses pairs, les commerçants du souk39 ?

Les productions

21Rosette était réputée pour la qualité de ses serviettes de bain (fûta), ses mouchoirs (mahârim), ses voiles de femmes (milâya) et notamment ses produits teints en bleu, à l’indigo qui était entreposé dans une ocquelle de la ville. Rosette fabriquait également des étoffes de lin avec fils de soie destinées à la confection de chemises de femmes. La ville était aussi réputée pour la fabrication de toiles destinées aux voilures des navires, l’État ottoman en acquérant annuellement de grandes quantités.

22Quelle était la situation du travail artisanal en Égypte, et à Rosette ? Toutes les matières premières nécessaires à la production textile n’étaient pas produites localement dans les deux premiers siècles de la période ottomane. Le lin, bien entendu, constituait la principale matière, avec l’indigo et le carthame utilisés pour la teinture des étoffes. En revanche, la soie, le coton et la laine étaient peu abondants sur le marché égyptien. La soie était principalement importée du Bilâd al-Shâm40, mais également d’Istanbul ou d’autres régions musulmanes proches41, qui, dans le même temps, fournissaient, avec le Maghreb42 et les tribus nomades locales43, de la laine brute. Les matières tinctoriales, cochenille et kermès, étaient importées d’Europe44. Toutefois, au début du XVIIIe siècle, une élite de militaires qui, grâce à l’affermage des impôts, détenaient des terres agricoles étendues, saisirent l’importance du coton comme matière commercialisable ; ils entreprirent alors de mettre en culture de vastes superficies45. On commença donc de produire à Rosette, à côté des étoffes et toiles de lin, des tissus de coton. L’Égypte devint alors exportatrice du surplus de sa production vers les marchés extérieurs, plus particulièrement vers le Maghreb alors qu’auparavant elle en importait du Bilâd ash-Shâm. Et si l’on trouvait dans la ville des tissus de laine et de soie, leur production n’était pas comparable à celles des étoffes de lin et de coton.

23Rosette, comme d’autres villes égyptiennes, Le Caire, Alexandrie, Damiette, connut un mouvement de construction de bâtiments à vocation commerciale, ocquelles et marchés, offrant aux artisans des facilités pour proposer leurs productions aux commerçants étrangers qui s’étaient installés dans les caravansérails. Rosette possédait ainsi de nombreux bâtiments abritant les commerces de textiles : pour ne citer que les principaux, la qisâriyya des Étoffes, où siégeait le shaykh des marchands déjà évoqué, d’autres localisées au sud, au centre ou à l’est de la ville46.

24Comme cela avait été noté, le secteur nord de la ville connaissait une forte concentration d’ateliers de tisserands, mais également de caravansérails où étaient vendues les étoffes. Il faut relever, en examinant la localisation de ces différents bâtiments, qu’une organisation certaine avait présidé à leur distribution spatiale : les ateliers de tissage, la production, étaient situés à l’ouest du secteur nord de la ville, les lieux de commercialisation l’étaient à l’est.

Les propriétaires d’ateliers

25Les artisans de Rosette, comme ceux d’autres villes, connurent un accroissement de l’offre de matières premières et des lieux de production et de commercialisation. Les outils de production étaient simples, comme les ateliers modestes, et peu onéreux, L’artisan avait donc une certaine latitude pour acquérir par exemple un métier à tisser qu’il installait dans sa maison. D’autres avaient la possibilité d’acheter des parts d’un atelier, la propriété étant morcelée, divisée entre plusieurs personnes, selon les règles de succession en droit musulman. Ainsi, sur les 190 ateliers relevés dans les sources exploitées, 46 (environ 26 %) étaient la propriété d’une seule personne, le reste des ateliers étaient détenus par plusieurs individus ; dans ce cas toutefois, seul un nom de propriétaire détenant des parts apparaît dans le document.

26De nombreuses personnes saisirent l’occasion de cette division de la propriété pour acquérir des parts de leurs propriétaires à différents moments souvent rapprochés. Ainsi un certain Sa’d b. Muhammad, tisserand de son état, possédait déjà 11,5 parts sur 24 de la totalité d’un atelier, localisé dans le secteur est de la ville, abritant six métiers. Il avait acquis précédemment deux parts d’un propriétaire pour la somme de 26 qursh ; six mois après ce premier contrat, il achète à la même personne deux autres parts détenues par sa mère pour une somme semblable. Huit mois plus tard, il acquiert de nouvelles parts du même vendeur, pour 29 qursh.

27En examinant les noms et les métiers exercés par ceux qui possédaient des ateliers de tissage à Rosette, il est possible d’apprécier à quel point ces modestes entreprises artisanales constituaient l’un des secteurs dans lequel était engagée une grande partie de la population et dans lequel elle investissait. À côté des commerçants, tisserands et artisans liés au tissage, figuraient des militaires, des membres d’autres corps de métier, barbiers, charpentiers, capitaines de navires, tenanciers de bains… À ces personnes, il faut ajouter les femmes qui jouaient un rôle non négligeable dans cette activité.

28Les propriétaires, uniques ou l’un parmi plusieurs, des 190 ateliers recensés se répartissaient comme l’indique le tableau suivant :

29L’examen du tableau montre que les négociants étaient peu présents parmi les propriétaires d’ateliers, probablement parce que leurs investissements dans des activités commerciales étaient d’un bien meilleur rapport, surtout dans une ville comme Rosette qui connaissait un accroissement rapide du commerce. Et leurs relations avec les artisans, comme on le verra, étaient fondées sur des types de contrats particuliers. Autre constat : le nombre relativement élevé des métiers sans lien ave le textile qui, si l’on ajoute les personnes dont l’activité n’a pas été mentionnée, atteint 34% du total : s’engager dans l’acquisition d’ateliers, paraît être un investissement sûr pour certaines catégories de la population, malgré leur inexpérience dans cet artisanat. Ce qui retient néanmoins le plus l’attention, c’est la forte présence des femmes, qui constituent plus de la moitié des propriétaires. Ce sont sans doute, et peut-être essentiellement, des parts reçues en héritage ; et, dans une moindre mesure, en raison peut-être de leur intérêt et de leurs compétences, dans le tissage effectué dans l’espace domestique, elles engageaient une partie de leur fortune personnelle dans l’acquisition de ce type de bâtiments.

30Peut-on néanmoins avancer que l’artisan à Rosette disposait, en raison de la diversité des propriétaires d’ateliers, d’une relative indépendance pour mener son activité ? Rien n’est moins certain. En effet, le tisserand avait un niveau de vie fort modeste, et son impécuniosité était flagrante. De nombreux documents mentionnent son constant besoin d’argent monnayé pour se procurer les matières premières nécessaires à la pratique de son art47, engendrant ainsi sa dépendance envers le négociant. Ce dernier réglait en avance la quantité d’étoffes qu’il commandait avec le prix de la main d’œuvre48. Et quand l’artisan ne pouvait fournir les étoffes déjà payées ou régler la dette contractée envers le commerçant, celui-ci le faisait emprisonner jusqu’au remboursement dans sa totalité de la somme qui lui avait été avancée49. Toutefois cette dépendance envers le commerçant n’apparaît pas être la situation courante aux XVIe-XVIIe siècles. Avec le XVIIIe siècle, un changement intervient dans les relations entre l’artisan et le négociant : celui-ci va renforcer son pouvoir sur le tisserand, et l’une des causes est sans doute la montée en puissance du capitalisme occidental et la mainmise de plus en plus présente des négociants européens sur la production locale à travers leurs contacts avec les commerçants égyptiens, particulièrement dans les villes portuaires. Ce renforcement de la dépendance des artisans envers les commerçants est reflété dans un document : trois frères, fils de négociants, engagés dans le commerce des étoffes dans la ville de Rosette, avancèrent à un groupe de douze artisans tisserands, l’importante somme de 54 930 nisf, chacun recevant un montant différent. Par la suite, les trois frères négociants engagèrent pour dix années les douze artisans afin qu’ils travaillent pour eux à la confection d’étoffes de lin ; chacun, selon sa spécialité et sa compétence, recevait un salaire journalier de sept, huit ou douze nisf jusqu’à la fin du contrat. La somme empruntée demeurait une dette envers les trois frères qui, selon les termes de l’accord, pouvaient la réclamer quand bon leur semblait ou la prélever sur les salaires dus. Quand les tisserands souhaitèrent revenir sur le contrat passé, contestant sa validité, le juge leur imposa l’obligation de le respecter jusqu’à la fin de l’accord.

31Ce cas était-il exceptionnel ou bien était-ce une situation répandue ? Un second exemple viendrait appuyer l’hypothèse que le cas précédent n’était pas unique. Quatre frères tisserands de Rosette se rendirent au Caire pour se présenter devant le cadi hanéfite du tribunal de Bâbay al-Sa’âda wa al-Kharq ; ils témoignèrent qu’ils avaient choisi comme leur représentant légal l’émir Husayn, officier de haut rang à la Citadelle du Caire dans la plainte qu’ils élevaient contre des négociants, relative aux gênes entravant l’exercice de leur métier à Rosette. Ils demandaient que les dommages qu’ils avaient subis soient réglés de quelque manière que ce soit et qu’il soit stipulé qu’aucune plainte ou action arbitraire ne viendrait plus contrarier leur travail50.

32Ainsi, les quatre frères non seulement se rendaient devant un tribunal du Caire, mais se plaçaient sous la protection d’un militaire pour s’opposer aux interventions de plus en plus fortes des commerçants dans leur artisanat. Apparemment, le corps de métier ne parvenait plus à protéger ses membres du pouvoir accru des négociants, son rôle se limitant à lever les impôts au sein de la profession, à répartir le travail et à le contrôler.

Conclusion

33L’activité dans le secteur du textile connut donc à Rosette un développement certain, notamment dans le tissage d’étoffes de lin. La division extrême du travail n’a pas constitué à nos yeux un facteur négatif car elle facilitait le contrôle effectif des acteurs de la chaîne de fabrication et de commercialisation sur les différentes étapes pour sauvegarder la qualité des produits finis. Mais il demeure une double interrogation importante : jusqu’à quel point les productions des deux villes purent conserver leur place sur le marché extérieur et quels sont les facteurs nouveaux qui purent y contribuer ? Des réponses seront sans doute apportées par des recherches futures.

34Texte traduit de l’arabe par Jean-Paul PASCUAL, IFPO.

Haut de page

Notes

1 A. Raymond, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, Sindbad, 1999.
2 Centre des archives nationales (Le Caire), Registres du Tribunal de Rosette (désormais RTR), reg. n° 28, doc. n°1001, p. 286, 11 juillet 1604.
3 Voire même plus tard : RTR, 112/2244, p. 25, 20 novembre 1804.
4 RTR, 16/129, p. 69, 5 décembre 1587 ; 22/286, p. 85, 12 janvier 1596 ; 45/2247, p. 105, 2 août 1625.
5 RTR, 95//571, p. 324-325, 9 mars 1722.
6 RTR, 137/460, p. 157, 27 février 1731.
7 RTR, 137/460, p. 308-309, 9 mars 1732.
8 RTR, 108/945, p. 636, 28 janvier 1703.
9 RTR, 62/430, p. 251, 7 juin 1644.
10 RTR, 137/498, p. 331, 1er janvier 1732 ; RTR 180/165, p. 203-207, 23 août 1770.
11 Cité par N. M. Hasan, Rosette à l’époque ottomane (en arabe), Le Caire, Dâr al-thaqâfa al-‘ilmiyya, 1999, p. 67.
12 La description des différentes étapes de la préparation du lin est tirée de la Description de l’Égypte ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française [par Edme- François Jomard et al.], 2ème éd., 24 t. en 26 vol. + 11 atlas, Paris, impr. de C.-L.-F. Panckoucke, 1821-1830, vol. XVII, p. 98-103.
13 Registres du Tribunal d’Asiout (désormais RTA), 2/1214, p. 457, 20 juin 1715.
14 Description de l’Egypte, XVII, p. 101.
15 RTR, 105/388, p. 288, décembre 1697.
16 Wâdî Natrûn dépend de Kûm Hamâda et Tura de la ville d’Hélouan dans le gouvernorat de Buhayra.
17 RTR, 137/506, p. 335-340, 12 janvier 1732 ; 141/328, p. 287-288, 7 novembre 1735 ; 198/897, p. 415, 15 août 1795.
18 RTR, 7/567, p. 138, 6 décembre 1585.
19 RTR, 108/566 rushdî, p. 368, 1701 ; registre du Tribunal d’Alexandrie (désormais RTAL), 38/95, p. 95, 25 mars 1617.
20 RTR, 119/436, p. 268, 4 juin 1717.
21 RTR, 62/398, p. 235, 21 avril 1647.
22 RTR, 62/728, p. 242, 22 mai 1598.
23 RTR, 21/54, p. 17, 4 mai 1595.
24 RTR, 31/37, p. 13, 1er mai 1606.
25 RTAL, 45/335, p. 147, janvier 1626.
26 RTR, 47/570, p. 225, 10 janvier 1644.
27 RTR, 30/1993, p. 544, 6 janvier 1605 ; RTAL, 40/235, p. 90, 28 octobre 1622 ; 40 /779, p. 278, 28 juillet 1624 ; 47/570, p. 225, 10 janvier 1644 et registre du Tribunal de Damiette (désormais RTD), 47/707, p. 349, 19 juillet 1656.
28 De Sandafâ, village proche de la ville de Mahalla Kubrâ, cf. M. RamzÎ, Dictionnaire géographique de l’Egypte, Le Caire 1999, vol. I, p. 286-286.
29 Demi-pièce d’argent, d’une faible valeur qui varia selon les années. Son nom remonte à l’époque mamelouke, du nom du sultan Mu’ayyad Abû Nasr Shaykh qui frappa des demis dirham dénommés dans la langue populaire mu’ayyadî ou mîdî. On continua de frapper cette pièce sous les Ottomans et elle devint la monnaie de compte.
30 RTR, 24/445, p. 134, 20 mars 1598.
31 De Fârsakûr, un des centres de tissage à l’époque ottomane, aujourd’hui dans le gouvernorat de Damiette.
32 RTD, 31/409, p. 140, 13 mai 1592.
33 RTR, 56/39, p. 21, 10 décembre 1640. Avant cette mesure prise par le cadi, les courtiers en lin étaient également courtiers en peaux, RTR, 10,/1571, p. 379, 22 octobre 1580.
34 RTR, 63/190, p. 20, 6 novembre 1758.
35 RTR, 22/1482, p. 453, 10 mai 1595.
36 RTAL, 51/1739, p. 755, 1er mai 1667.
37 RTAL, 93/636, p. 476-478, 30 août 1772.
38 RTR, 59/57, p. 164-165, 1642 ; 78/576, p. 364, 31 mai 1668 ; 115/137, p. 85, 3 octobre 1713 ; RTD, 167/400, p. 278-279, 28 août 1702.
39 RTR, 22/1481, p. 447, 24 mai 1595 ; 22/1505, p. 461, 8 octobre 1596.
40 RTR, 13/314, p. 73, 22 décembre 1583 ; Bilâd al-Shâm désigne la région allant du Taurus au nord à Gaza au sud.
41 RTR, 11/409, p. 99, 31 octobre 1581.
42 RTR, 18/673, p. 201, 20 octobre 1591.
43 RTR, 10/1575, p. 373, 30 octobre 1580.
44 RT Alexandrie, 100/349, 27 août 1703 ou plus tardivement, 110/114, p. 80-81, 1784.
45 RTR, 107/401, p. 277, 27 mars 1700.
46 RTR, 115/138, p. 85, 4 septembre 1713 ; 108/162, p. 111, 4 octobre 1701 ; 107/169, p. 94-95, 30 août 1699 ; 108/535, p. 349, 1700.
47 RTR, 7/567, p. 138, 6 décembre 1575 ; 9/206, p. 51, 16 mars 1580. RTAL, 3/959, p. 368, 11 septembre 1624.
48 RTR, 56/348, p. 164, 23 décembre 1624.
49 RTR, 3/347, p. 93, 1er juillet 1605.
50 RTR, 135/147, p. 11, 15 septembre 1728.
Haut de page

Table des illustrations

URL http://rives.revues.org/docannexe/image/1283/img-1.png
Fichier image/png, 25k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Naser Uthman, « La production textile à Rosette au XVIIIe siècle », Rives nord-méditerranéennes, 29 | 2008, 25-36.

Référence électronique

Naser Uthman, « La production textile à Rosette au XVIIIe siècle », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 29 | 2008, mis en ligne le 15 février 2009, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rives.revues.org/1283 ; DOI : 10.4000/rives.1283

Haut de page

Auteur

Naser Uthman

Naser Uthman, Université du Caire

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org