Navigation – Plan du site

Production et techniques de tissage de la soie à Bursa aux XVe et XVIe siècles

Frédéric Hitzel

Résumés

Du XVe au XIXe siècle, Bursa fut l’un des grands centres internationaux de l’industrie et du commerce de la soie ottomane. Le tissage et le transbordement de la soie, originaire de la province du Gilan sur le littoral de la Caspienne en Iran, y firent naître un commerce actif. Les tissus étaient fabriqués en plusieurs dimensions, depuis les petits panneaux de velours jusqu’à de plus grandes pièces servant de panneaux décoratifs. Mais ce sont surtout les magnifiques vêtements, notamment les cafetans de cérémonie destinés au palais impérial, qui assurèrent la réputation de la ville. Le gouvernement ottoman contrôlait la production et encourageait les exportations, sources importantes de revenus. Mais le marché était fluctuant. Aux nombreux conflits qui entravèrent l’approvisionnement régulier en soie grège, s’ajoutèrent les difficultés propres aux grands commerçants et aux corporations de tisserands. Ceux-ci voyaient leurs marges laminées entre la hausse du coût de la matière première, celle de la main-d’œuvre et les prix de vente imposés par la loi. Malgré l’acclimatation du mûrier et l’introduction de la sériciculture dans la seconde moitié du XVIe siècle, le tissage de la soie à Bursa déclina progressivement.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

commerce, histoire

Géographie :

Méditerranée

Chronologie :

Moyen Âge, Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

1De nos jours, Bursa ou Brousse, est une charmante cité entourée de vergers abondamment irrigués grâce aux nombreux petits torrents dévalant les pentes de l’Ulu Dağ, l’ancien Olympe de Mysie, au pied duquel elle s’étend. Occupée par les troupes d’Orhan Gazi en 1326, Bursa fut la première capitale de l’Empire ottoman. Mais la défaite de Bâyezîd Ier Yıldırım face à Tamerlan à la bataille d’Ankara (28 juillet 1402), freina considérablement l’expansion de la ville qui, pendant un temps, devait connaître les exactions des troupes mongoles. En conséquence, la capitale fut transférée en 1413 à Edirne, l’ancienne Andrinople, position plus favorable pour asseoir la puissance ottomane sur deux continents, l’Europe et l’Asie, et lancer les ultimes assauts contre Constantinople qui tombera en 1453.

  • 1 Étoffes merveilleuses du Musée Historique des Tissus de Lyon, éd. J.-M. Tuchscherer, Tokyo, 1976 ; (...)

2Malgré les changements de capitale, Bursa n’en perdit pas pour autant toute importance : sentimentalement, elle restait, dans le temps, la première grande capitale des Ottomans, celle où le fondateur de la dynastie, le sultan Osman, et ses premiers successeurs furent inhumés. Elle demeurait d’autre part un grand centre caravanier sur la route reliant Edirne, puis Istanbul, aux provinces orientales de l’Empire ottoman et aux régions plus lointaines de la Perse et de la Chine par la route de la soie. Enfin, Bursa se rendit célèbre aux XVe-XVIe siècles, par ses splendides velours de soie, ou kadîfe, et ses extraordinaires soieries façonnées, kemhâ, dont on peut admirer de magnifiques modèles au musée historique des tissus de Lyon1.

  • 2 Nous renvoyons aux études de Tahsin Öz, Turkish Textiles and Velvets, Ankara, 1960 et Türk Kumaş ve (...)

3Notre propos n’est pas de dresser ici un tableau historique de la soie ottomane qui a fait l’objet de nombreuses études, mais de souligner le rôle de Bursa dans ce commerce aux XVe-XVIe siècles, en rappelant l’organisation de cette production et les spécificités de cette industrie artisanale. Les motifs et formes des textiles ottomans, extrêmement complexes, ne seront pas abordés, de même que l’évolution du goût et des techniques2.

Généralités sur le commerce de la soie

  • 3 La présente étude se base sur les travaux de H. T. DaĞlıoĞlu, XVI. Asırda Bursa, Istanbul, 1945 ; F (...)

4Rappelons qu’à l’époque de son expansion, le système administratif de l’Empire ottoman était l’un des plus efficaces et des mieux organisés de son temps. C’est ainsi que les fonctionnaires de l’empire, chargés de percevoir les impôts, de protéger les consommateurs et de surveiller les corporations, rédigeaient toutes sortes de rapports qui, de nos jours, font la joie des historiens qui parviennent à déchiffrer l’écriture comptable siyâkat peu soignée, généralement utilisée. États des importations et des exportations, registres des corporations, rôles fiscaux et rapports subsistent en grande quantité dans les archives turques3.

  • 4 Cf. E. Edler de Roover, « Andrea Banchi, Florentine silk manufacturer and merchant in the fifteenth (...)

5Côté occidental, il reste également de nombreux documents sur le commerce des textiles entre l’est et l’ouest. Les cités-États italiennes, dont les navires assuraient les échanges prospères en Méditerranée orientale depuis la fin du Moyen-âge, et dont le système bancaire avancé créait un climat économique propice à ce commerce, gardaient trace écrite de toutes leurs opérations commerciales relatives à la soie4. Enfin, n’oublions pas les récits des voyageurs et, pour le plaisir des yeux, les milliers de pièces textiles conservées dans les musées à travers le monde.

  • 5 J. Schiltberger, Travels and Bondage, Londres, 1977, p. 34.
  • 6 Voyage d’outremer de Bertrandon de la Broquière, texte édité par C. Schefer, Paris, E. Leroux, 1892 (...)

6Depuis le Moyen-âge, la soie alimente un des plus importants commerces entre l’est et l’ouest. Bursa, bien située par rapport aux routes caravanières en provenance de Perse et de Chine, est une ville prospère à partir du XIVe siècle. Dès les premières années de sa conquête, des tisserands viennent s’y établir et la rendent bientôt célèbre. D’après Johannes Schiltberger, qui fut capturé par les Ottomans lors de la défaite des Croisés à Nicopolis en 1399, il existait de «  magnifiques textiles de soie fabriqués à Damas, Kefe et Wursa [Bursa], la capitale des musulmans. La soie était également envoyée à Venise et Liccka [Lucques] et on faisait de très beaux velours5.  » De son côté, le Bourguignon Bertrandon de la Broquière, qui voyage dans les empires mamelouk et ottoman en 1432, admirait l’activité du « bathzar » de Bursa : «  Et treuve on là à vendre draps de soye de toutte sorte, riche pierrerie et tres grande quantité de perles et à bon compte…6 »

  • 7 F. Dalsar, p. 207 ; H. Inalcık, Sûret-i Defter-i Sancak-i Arvanid, Ankara, 1954, p. 126.
  • 8 R. S. Lopez, « Silk Industry in the Byzantine Empire », Speculum, XX, 1945.
  • 9 F. Dalsar, p. 168, doc. 41.

7Ce commerce dépendait dans une large mesure de la soie brute provenant de régions proches, comme la Morée et l’Albanie7, mais surtout, depuis l’époque byzantine8, de contrées lointaines comme la Perse et la Chine. C’est en effet des régions situées au sud de la mer Caspienne, principalement le Mazandaran, le Gilan ou le Horâsân, que les grandes caravanes arrivaient. Elles empruntaient soit la route caravanière par Erzurum-Erzincan-Sivas-Konya-Bursa, soit l’itinéraire Erzurum-Erzincan-Tokat-Amasya-Bursa. La voie maritime par la mer Noire de Trabzon à Istanbul, très active à l’époque byzantine, avait été progressivement abandonnée au profit des routes caravanières. Chaque année, des caravanes de 300 à 400 chameaux arrivaient, transportant en moyenne 200 yüks de soie grège. Un yük faisant dans les 154 kilos, cela représentait dans les 30 tonnes. En 1513, les archives ottomanes signalent même l’arrivée d’un chargement exceptionnel de 400 yüks9!

  • 10 Sur les malversations et abus des courtiers, cf. F. Dalsar, p. 93-95, doc. 4-6 ; p. 224, doc. 159 ; (...)
  • 11 F. Dalsar, p. 221. Les contrevenants existent comme en témoigne un document datant de 1607, cf. F. (...)
  • 12 F. Dalsar, p.184, doc. 67. Le taux de 3% semble avoir été définitivement fixé au cours du XVIe sièc (...)
  • 13 G. R. B. Richards, Florentine Merchants in the Age of the Medici, Cambridge, Mass., 1932, p. 122. C (...)
  • 14 Les marchands italiens achetaient à Bursa des filés de soie et y vendaient soieries et draperies, v (...)

8Bursa une fois atteinte, les balles de soie sont déchargées au marché central, le bezzâzistân ou «  marché aux étoffes  », puis pesées sur les balances (mîzân) installées dans le «  caravansérail des persans » (‘Acem Hanı) -caravansérail plus tard connu sous le nom de «  caravansérail des cocons » (Koza Hanı), lorsque Bursa se lança dans la sériciculture-. Quelle que soit la destination, toute soie importée doit obligatoirement passer par le mîzân de Bursa. Des taxes sont alors prélevées par un contrôleur, le simsar, lui-même supervisé par un représentant (hassa kethudası) du sultan, tandis qu’un droit fixe est versé aux courtiers (dellâl)10. Les formalités accomplies, les marchands se voient délivrer un certificat (tezkere) sur lequel est mentionné le poids de la soie et les droits acquittés. Les membres de la corporation des fabricants se réunissent ensuite au bedesten et achètent les lots de soie11. Les prix varient en fonction de la demande et de la concurrence. De leur côté, les marchands européens (génois, vénitiens, florentins, anconitains) doivent s’acquitter de droits de douane qui, selon les époques, varient entre 2 et 5%12. L’affaire reste cependant fort lucrative. En 1501, un agent des Médicis à Bursa, nommé Maringhi, estimait qu’une charge (fardello) de soie représentait pour lui, une fois rendue à Florence, un bénéfice de 70 à 80 ducats or13. Le montant total de la soie importée exclusivement de Perse à Bursa se monte à la même époque à environ 150 000 ducats vénitiens14. Les prix fluctuent en fonction de la demande, mais également du contexte politique, notamment lorsque les routes caravanières deviennent moins sûres ou, comme nous le verrons plus loin, en période de conflit.

  • 15 Dans un document de 1522, ce marché est aussi appelé han-ı bezzaziye, c’est-à-dire han aux vêtement (...)
  • 16 Construit en 1508, le Pirinç Hanı est à l’origine un centre du commerce de la fourrure avec la Russ (...)

9Dès la conquête de Bursa en 1326, le gouvernement ottoman veilla à développer le commerce de la soie, tant en contrôlant les routes d’approvisionnement, qu’en surveillant de près la production textile. Il souhaitait assurer la qualité des exportations car celles-ci, principalement pour des raisons fiscales, étaient extrêmement lucratives pour l’État. De fait, dès le règne de Bâyezîd Ier (1389-1402), les conquêtes ottomanes assurèrent le contrôle des routes de la soie au Nord, vers Amasya, Tokat et Erzincan, puis au Sud vers Malatya. Un siècle plus tard, Soliman le Magnifique (1520-1566) soumit la région du Gilan (1533). Pour encourager le commerce avec l’Occident, Orhan (1324-1360) accorda des concessions commerciales aux Génois et, dès 1326, lança la construction d’un « marché aux vêtements » (bezzâzistan) et d’un caravansérail, le Bey Hanı, également connu sous le nom de Emir Hanı15, dans lequel s’alignaient des cellules pour accueillir les marchands étrangers (mutamakkin) et les voyageurs (saffâr). À ceci s’ajouta à la fin du XVe siècle, le Fidan Hanı, construit vers 1460 par Mahmud Pacha, grand vizir de Mehmed II (1451-1481), et, sous le règne de son fils Bâyezîd II (1481-1512), la construction de deux grands caravansérails populairement désignés sous les noms de « caravansérail des Persans » (‘Acem Hanı, qui deviendra le Koza Hanı), et de « caravansérail du riz » (Pirinç Hanı)16.

  • 17 F. Dalsar, p. 217-219, doc. 142 (de Tabrîz), doc. 143 (de Perse), doc. 144 (de Samarcande), doc. 14 (...)
  • 18 H. Inalcık, « Bursa, I. XV. Asır Sanayi ve Ticaret Tarihine dair Vesikalar », Belleten, XXIV/93, 19 (...)

10Cette politique porta ses fruits puisque, outre les marchands occidentaux, des négociants persans -originaires de Perse, mais aussi de Tabrîz, Samarkande, Boukhara- désignés sous l’appellation ‘acem17, vinrent s’établir dans la nouvelle capitale ottomane en particulier pour échanger la soie grège contre des produits de fabrication locale (notamment les brocarts de Bursa) ou des articles apportés là par des marchands italiens, moscovites ou d’autres pays d’Europe. La ville va profiter des taxes et autres tarifs douaniers pour s’enrichir. À titre d’exemple, en 1487, elle perçoit 40 000 ducats or ; en 1508, 33 000 ducats et en 1512, à la veille de l’interdiction d’importation de soie persane ordonnée par Selîm Ier, 43 000 ducats18.

  • 19 Jean-Louis BacquÉ-Grammont, « Études turco-safavides, I. Notes sur le blocus du commerce iranien pa (...)
  • 20 F. Dalsar, p. 206, doc. 118 : ce document, de 1519, mentionne les biens confisqués de 33 marchands (...)
  • 21 F. Dalsar, p. 131 et p. 198, doc. 86-87, p. 200, doc. 91.
  • 22 F. Dalsar, p. 195-208, doc. 83-118.
  • 23 Sur la contrebande, voir plus particulièrement, F. Dalsar, p. 200-206, doc. 92-118, tous datés 1518
  • 24 H. Inalcik, 1971, p. 213.
  • 25 F. Dalsar, p. 171-173, doc. 48, 50-51 ; p. 219, doc. 149.
  • 26 En 1618, Thomas Borsos, envoyé transylvain, se plaint de la faible qualité de l’hil’at qu’il reçoit (...)
  • 27 F. Dalsar, p. 99, doc. 17 (daté 1520).
  • 28 F. Dalsar, p. 199, doc. 90.
  • 29 F. Dalsar, p. 132-136, 140-141.

11Le marché de la soie fut très fluctuant au cours des XVe-XVIe siècles. À plusieurs reprises, les guerres entre l’Empire ottoman et la Perse entravèrent les approvisionnements. Au début du XVIe siècle, Selîm Ier (1512-1520), en lutte contre les Safavides, tenta en vain un blocus commercial19. Une des mesures les plus radicales de ce souverain fut la confiscation des stocks de soie des marchands persans de Bursa20, leur déportation à Istanbul ou en Roumélie en 151321, et l’interdiction totale d’importation et de vente de soie persane sous peine d’amende ou de saisie de biens22. Ces mesures se montrant inefficaces et très impopulaires23, dès son accession au pouvoir en 1520, Soliman le Magnifique (1520-1566) libéra les marchands persans, veilla à les indemniser24, et renforça le contrôle de l’État sur la vente et la distribution de la soie. Malgré ce changement de politique, ce blocus bouleversa l’industrie ottomane de la soie, entraînant en quelques années de graves conséquences : pénurie de matière première25, augmentation spectaculaire des prix, ruine de marchands, fermeture d’ateliers, baisse de la qualité26, développement du tissage des velours de coton (iplik kadifesi)27 et chute spectaculaire des revenus de l’État. De nombreux négociants persans, sous l’emprise de telles vexations, notamment à l’encontre de leurs femmes28, préférèrent abandonner la place au profit de nouveaux intermédiaires, principalement les marchands arméniens29.

  • 30 F. Dalsar, p. 361 et p. 386, doc. 299. Sur le développement du mûrier, cf. H. Gerber, op. cit., p. (...)
  • 31 G. Wheler, A journey in Greece, Londres, 1682, p. 209 ; J. Pitton de Tournefort, Relation d’un voya (...)

12Enfin, autre conséquence plus durable, les soyeux ottomans se lancèrent eux-mêmes dans la sériciculture. Il leur fallut pour cela acclimater les plants de mûriers blancs (dut ağacı), dont seules les feuilles, larges et épaisses, pouvaient assurer une adéquate nourriture aux vers afin d’obtenir une soie blanche et régulière. Les premiers résultats portèrent leurs fruits dès la fin du XVIe siècle, puisqu’un document de 1587 enregistre la plainte d’un éleveur qui réclame 5 500 aspres pour la vente des feuilles de mûrier de son exploitation30. Un siècle plus tard, plusieurs voyageurs rapportent que la plaine de Bursa était couverte de mûriers dont il existait, selon le chroniqueur Evliya Çelebi, sept variétés31. D’autre part, il fallut introduire le papillon bombyx mori. Ensuite, pour nourrir les milliers de chenilles jusqu’à la fabrication des cocons, mettre en place une organisation minutieuse, comme par exemple une main-d’œuvre chargée de couper en petits morceaux les tonnes de feuilles de mûrier que les chenilles dévoraient. Enfin, apprendre l’art de tirer la soie du cocon : ébouillanter les cocons, dévider le long fil de soie, réunir les fils entre eux pour obtenir un fil d’une grande finesse mais solide. Ce renouveau de l’industrie de la soie ne semble avoir porté ses fruits que vers la fin du XVIe siècle. Mais à cette époque, l’Empire ottoman connaît sa première notable crise économique.

Production et consommation

  • 32 Voir par exemple une série de vêtements ecclésiastiques en possession de la famille Barberini, étud (...)
  • 33 Eleanor Sims, « The “Doria Velvet”: An Ottoman velvet in the Detroit Institute of Arts », dans Tade (...)
  • 34 F. Dalsar, p. 166, doc. 36, p. 191, doc 76.
  • 35 F. Dalsar, p. 192, doc. 78.
  • 36 H. T. DaĞlıoĞlu, p. 41, doc. 43 ; F. Dalsar, p. 190, doc. 73-75 ; A. Refik, Onaltıncı asirda Istanb (...)
  • 37 L’Oruzheinaya Palat (musée des armures) du Kremlin, à Moscou, possède une riche collection, dont le (...)
  • 38 H. Inalcık, 1993, p. 208.
  • 39 Tahsin Öz, Türk Kumaş ve Kadifeleri, Istanbul, 1946, I, p. 42 . T. Öz, Turkish Textiles and Velvets (...)
  • 40 F. Dalsar, p. 181, doc. 62.
  • 41 Un marchand vénitien anonyme dit à propos du marché de Tabrîz : « a quantity of velvet and cloth of (...)

13Dès le XIVe siècle, les soieries de Bursa sont réputées pour leurs qualités. De grandes quantités sont exportées vers l’Europe et les pays orientaux. On les retrouve naturellement dans l’Italie de la Renaissance, où elles sont utilisées aussi bien dans l’habillement32 que dans la confection des tentes de pont des navires33, mais également en Europe orientale. Un document de 1512, signale la présence de marchands moscovites qui font du troc de fourrures contre des taffetas34 ; un autre, de 1548, de marchands hongrois35 et, en 1565 et 1568, de marchands polonais36. Les étoffes de soie de Bursa étaient volontiers utilisées pour les vêtements sacerdotaux, les ornements d’autels et autres usages ecclésiastiques, notamment en Russie et en Suède37. L’exportation touchait également les pays musulmans. Sous le nom de « tissus de Bursa » (Bursa kumaşı) ou « tissus de Rum » (Rumi akmisa), on importait toutes sortes de taffetas, kemhâ, kadîfe. On en trouve traces dans les archives des présents destinés aux sultans mamelouks d’Égypte38, ainsi que chez les Safavides de Perse. En 1514, lorsque Selîm Ier s’empara du trésor du chah safavide, châh Isma‘îl, dans son palais Hecht-i Behicht de Tabrîz, on compta 91 vêtements confectionnés en étoffe de Bursa39. En 1575, châh Tahmâsb n’hésita pas à dépêcher un de ses représentants à Bursa pour acheter du tissu moyennant six yük de soie (environ 925 kg)40. Enfin, plusieurs voyageurs signalent des transactions sur des étoffes de Bursa dans les bazars de Tabrîz41.

14Cependant, la production soyeuse de Bursa est en majeure partie absorbée localement. Des registres de décès (tereke defterleri) nous montrent que de riches étoffes sont utilisées par des personnes fortunées pour d’une part se vêtir, d’autre part pour décorer leurs intérieurs. Dans la vie quotidienne, les Ottomans utilisent des tissus ordinaires en lin, en coton, ou en fibres animales, mais pour certaines occasions, ils aiment se revêtir de soieries et tissus façonnés. Lors de son voyage en Orient en 1546, le naturaliste Pierre Belon du Mans, ne cache pas son admiration devant la qualité de ces vêtements :

  • 42 Voyage au Levant (1553). Les Observations de Pierre Belon du Mans, texte établi et présenté par Ale (...)

  « Les Turcs portent leurs habits de velours figuré de diverses couleurs, comme aussi sont entremêlés d’or et d’argent, et proprement façonnés. Les Turcs, quelques habillements qu’ils fassent, ou de drap, de soie, camelot, ou moncayar [sorte de serge], ils les cousent de fine soie, et font couture qui dure plus que le drap. J’ose dire que les habillements qui sont cousus en Turquie ne sont nullement cousus que de fil de soie, qui principalement est filé à Bourse. Je dis que les couturiers de Turquie, si l’on fait comparaison de leurs ouvrages à ceux qui sont cousus en Europe, cousent toutes besognes mieux et plus élégamment que ne font ceux du pays des Latins, tellement qu’on dirait que l’ouvrage d’Europe n’est que ravaudage au prix du leur. En somme, les Turcs cousent si proprement en quelque chose que ce ne soit qu’on n’en voit point les coutures, et quelque ouvrage qu’ils fassent, est si bien fait qu’on n’en saurait que redire42.  »

  • 43 Sur les vêtements utilisés à cette époque à Bursa, cf. Suraiya Faroqhi, « Femal costumes in late fi (...)

15Le brocart et le velours servent généralement à la confection des kaftan, dolama (sorte de sous-vêtement), fustân (jupes), bonnets, châles, çarşaf (voiles). On les utilise aussi comme enveloppes de coussins (minder, yastık), nappes ou napperons43.

  • 44 Hülya Tezcan et Selma DelibaŞ, Topkapı Sarayı. Costumes et tissus brodés, sous la direction de J. M (...)
  • 45 H. Inalcık, « Bursa », Belleten, XXIV/93, 1960, p. 64 ; F. Dalsar, p. 226-233, doc. 160-176 ; T. Öz(...)
  • 46 F. Dalsar, doc. 22, 23 ; T. Öz, 47, avec un plan.
  • 47 F. Dalsar, p. 104, doc. 22-23, p. 105-106, doc. 25.
  • 48 Walter B. Denny, « Les Textiles et tapis d’Orient à Venise », catalogue de l’exposition Venise et l (...)

16Le palais impérial est bien entendu le principal consommateur de ces produits fort onéreux, dont les plus travaillés servent aux vêtements de cérémonie, les fâmeux hil’at44. En 1609, 319 tailleurs sont chargés de façonner les vêtements de cérémonie pour le palais sous la supervision d’un chef-tailleur (terzi başı). À cette occasion, de grandes quantités de soie sont achetées à Bursa par le hassa harç emini45. Pour satisfaire la demande, il existe des ateliers impériaux, connus sous le nom de hassa karhane ou karhane-i ‘amire46. Si les fils de soie sont importés de Bursa, une fois les étapes de teinture et de filage effectuées47, tous les textiles du palais ne proviennent pas nécessairement de Bursa. Comme nous le montrent les inventaires du Trésor du palais, certains viennent de Yazd, d’autres des Indes ou bien d’Europe. Sur plus de trente caftans, ou tenues de cérémonie, de nos jours conservés au palais de Topkapı, seuls trois caftans sont taillés dans du velours de Bursa. Les autres sont confectionnés dans de luxueux velours italiens ou français48.

  • 49 H. T. DaĞlioĞlu, op. cit., p. 83, doc. 115.
  • 50 F. Dalsar, p. 387-389. Colette Establet et Jean-Paul Pascual, Des tissus et des hommes. Damas vers (...)
  • 51 La région Tokat-Amâsya produisait elle-même de la soie dès la fin du XVe siècle. Cf. Robert Anhegge (...)

17Bursa et Istanbul ne sont pas non plus les seuls centres de tissage de la soie de l’Empire ottoman. On tissait le velours et le brocart à Bilecik49, Diyarbekir, Tokat, Alep, Damas, Bagdad50. Cette industrie se développe plus particulièrement dans les villes situées sur les routes caravanières venant de Perse : Erzincân, Tokat, Amâsya et Bursa d’un côté ; Maraş, Mardin et Alep de l’autre51.

Une grande variété de soies

  • 52 Ömer Lûtfi Barkan, « XV. Asrın sonunda bazı büyük şehirlerde eşya ve yiyecek fiyatlarının tesbit ve (...)

18Il existe de très nombreuses qualités de tissus. Pour des questions de simplification, le règlement de l’ihtisab de Bursa classe les soieries en trois grands groupes52 : les velours (kadîfe), les brocarts ou lampas (kemhâ) et les satins (tâfta, atlâs). Les premiers sont des tissus à duvet, les seconds comportent un dessin formé par le tissage, les derniers sont des tissus doux, légers et de couleurs brillantes, que l’on utilise surtout pour les doublures. Divers sous-groupes sont ensuite délimités par des termes définissant à la fois techniques, valeurs et prix, comme nombre de fils de chaîne, emploi de fils d’or ou d’argent, degré de retordage du fil, dessin tissé, etc.

  • 53 Dans la classification ottomane, serenk signifie «trois couleurs». Il désigne une soierie dont le d (...)
  • 54 T. Öz, Turkish Textiles and Velvets, p. 73.

19Identifier et décrire la technique des tissus de soie est une tâche complexe. Il n’existe d’ailleurs pas jusqu’à présent de classification systématique des nombreuses étoffes turques. Cependant, les étoffes les plus courantes, dont on retrouve les termes dans les inventaires, registres et édits du palais, sont le çatma, un velours particulièrement serré et soyeux tissé selon des normes très précises à Bursa à la fin du XVe siècle. Parmi les variétés de kemhâ, on distingue : le serenk53, tissu façonné multicolore assez ordinaire ; le serâser, tissu qui grâce à l’emploi de fils d’argent et de soie grise produit un reflet argenté sur toute la surface, et dont il existe au moins cinq variétés (has-ül has serâser, vizir serâser, beylerbeyi serâser, evsat serâser, edna serâser)54 ; enfin, le luxeux zerbâft, le plus riche de tous les textiles ottomans, lourde étoffe, enrichie de quantités de fils d’or.

20Ces textiles sont tissés en plusieurs dimensions, depuis les petits panneaux de velours de la taille d’un grand coussin, jusqu’à de plus grandes pièces qui servent de panneaux décoratifs ; d’autres à confectionner de luxeux vêtements.

  • 55 Angiolello dans A narrative of Italian travels in Persia during the fifteenth and sixteenth centuri (...)

21En grande majorité, les tisserands de Bursa étaient des Turcs musulmans locaux. La présence d’étrangers n’est cependant pas impossible. En 1501, il est question d’un certain Tomasino Caviae, tisserand italien résidant à Bursa. On sait d’autre part que Selîm Ier, après sa victoire sur les Safavides à Tchaldıran, transféra à Istanbul un nombre important d’artisans de Tabrîz ; puis, après l’occupation de la Syrie et de l’Égypte, d’artisans d’Alep et d’Alexandrie55. Au siècle suivant, les tisserands grecs semblent avoir été de plus en plus nombreux au point que les brocarts de Kefe et de Chios étaient imités à Bursa.

22L’industrie de la soie exige des artisans extrêmement compétents, spécialisés non seulement dans les diverses étapes de la filature et de la teinture, mais aussi dans le tissage des différentes étoffes comme velours, satin, brocart ou velours brochés. En raison des très longs processus de fabrication et du prix élevé des matières premières, les autorités surveillent toutes les étapes de la fabrication. Ces mesures sont d’autant plus indispensables que, s’il est parfois possible de corriger les erreurs avant le tissage, les soieries, contrairement aux lainages, ne reçoivent aucun apprêt ; il est donc quasiment impossible d’en camoufler les défauts. D’ailleurs, les règlements de l’ihtisab ne mentionnent jamais la qualité des tissus, mais insistent toujours sur le nombre de fils, le poids et les longueurs des métiers.

  • 56 Sur l’organisation des corporations, cf. Haim Gerber, « Guilds in Seventeenth-Century Anatolian Bur (...)

23Comme toute production, l’industrie textile ottomane est organisée selon un système complexe de corporations (hirfet)56. Les entrepreneurs sont divisés en deux groupes : les marchands (hamcı) et les tisserands (dokumacı). Comme nous l’avons vu plus haut, les premiers achetaient les lots de soie brute au marché central de Bursa, le bezzâzistân, puis faisaient filer le fil par la corporation des fileurs (dolabcı ou ibrişim bükücü) selon deux techniques : le fil de chaîne filé serré (masdûd) ou le fil de trame plus léger, filé moins serré (pûd). Les fils passaient ensuite chez les teinturiers (boyacı), qui le teignaient de la couleur requise selon des normes de qualité établies par la corporation. Le teinturier utilisait un éventail de couleurs assez réduit avec de l’alun et autres mordants (substance nécessaire à la fixation du colorant sur les fibres). Un rouge foncé (çerde) dérivé de la gomme-laque était la couleur la plus répandue, tandis que l’indigo (nîl, çivit) importé surtout de l’Inde donnait des bleus. La vélanède ou les glands de chêne servaient à faire du jaune, et les couleurs primaires étaient mélangées pour donner un marron foncé et des verts vifs. De la soie non teinte, de couleur écrue, et parfois grise ou noire, servait pour les velours et les soieries façonnées.

  • 57 Ordres adressés aux cadis de Bursa et de Bilecik par le sultan Selim II, T. Öz, Turkish Textiles an (...)

24Une fois teints, les fils étaient confiés à la corporation des tisserands (dokumacı), qui sont eux-mêmes organisés en différentes corporations selon leur spécialité : kadîfeci, kemhâcı, valeci, futacı, etc. Les fils métalliques utilisés dans les velours ottomans étaient achetés auprès de la corporation des sîmkeş. Au cours du XVIe siècle, il semble qu’il y ait eu des rivalités entre les ateliers de Bursa et d’Istanbul pour contrôler le marché, ce qui conduisit à une spécialisation. Bursa sera surtout renommée pour ses velours çatma et kadîfe, tandis qu’Istanbul fera sa réputation dans la confection des serâser et autres soieries façonnées comme les kemhâ, largement utilisées dans le cérémonial des robes d’honneurs. En 1557, 71 tisserands de kemha travaillent pour le palais impérial et, à partir de 1574, face à la baisse brutale du cours du métal précieux, des ordres sont expresséments adressés aux cadis de Bursa et de Bilecik pour leur spécifier que les manufactures impériales d’Istanbul se réservent désormais l’exclusivité de la confection des serâser57.

25Toute étoffe tissée faisait l’objet d’une inspection par l’intendant des sceaux (damga emini) qui, après avoir vérifié qualités et dimensions, apposait les sceaux officiels du gouvernement. Le percepteur des sceaux (damga resmi) percevait ensuite une taxe sur chaque rouleau (top), puis le tisserand était autorisé à vendre sa production à certaines boutiques déterminées du bazar de Bursa, où des vendeurs spécialisés, également organisés en corporation suivant le type d’étoffes qu’ils vendaient, avaient la charge de distribuer chaque pièce de tissu sur le marché de gros ou de détail.

  • 58 F. Dalsar, p. 318, 330, 397-398.
  • 59 À titre d’exemple, en 1551, un şagird était engagé pour trois ans sur la base de 600 aspres. En con (...)

26La corporation la plus importante était celle des tisserands de velours, les kadifeci, dont la production était très appréciée. Comme toute corporation, elle dispose d’un conseil —appelé le conseil des Six (altılar)58— qui veille à ce que les règlements concernant la qualité et le prix du produit manufacturé soient respectés ; organise les examens de passage d’apprenti (şagird) à compagnon (kalfa) et de compagnon à maître (usta) ; délivre les diplômes (icâza) ; règle les différends et les malversations au sein de la corporation. Un şagird était un jeune apprenti qui généralement travaillait pour un petit salaire sur la base d’un contrat d’un à trois ans59.

  • 60 F. Dalsar, p. 340, doc. 278.
  • 61 F. Dalsar, p. 335-336, doc. 273.
  • 62 F. Dalsar, p. 320, doc. 247. On trouve également un certain nombre de femmes qui, en tant que comma (...)
  • 63 F. Dalsar, p. 321, doc. 249.

27On estime à plus d’un millier le nombre de métiers à tisser fonctionnant à Bursa au début du XVIe siècle. On sait peu de choses sur leurs emplacements, bien qu’un document de 1670 en signale plusieurs dans les limites de la citadelle60. Il est probable que la majorité était installée dans des maisons privées ou chez de « gros commerçants » qui possèdent de 20 à 50 métiers. Dans un document de 1586, on dénombre un total de 420 métiers à tisser (tezgâh) entre les mains de 25 propriétaires musulmans ; à lui seul, un certain Elhaç Mahmud Ibn Sina en possèdait 4661. On trouve aussi bien des hommes que des femmes62, ainsi que des non musulmans. D’ailleurs, pour éviter que des musulmans se retrouvent sous l’autorité de dhimmî, en 1595, une fetva est émise précisant que les tisserands musulmans ne pourront désormais travailler que pour des maîtres musulmans63.

  • 64 Halil SahillioĞlu, « On Beşinci Yüzyıl Sonunda Bursa’da Iş ve Sanayi Hayatı ; Kölelikten Patronluğa (...)
  • 65 F. Dalsar, p. 319, doc. 245.

28Un grand nombre de documents évoque l’emploi d’esclaves, dont plusieurs, surtout dans les années 1500, sont victimes d’abus. La plupart sont des prisonniers de guerre envoyés à Bursa pour s’acquitter de leur rançon. Sous contrat (mukâtebe), ils peuvent racheter leur liberté en échange de leur travail. Il est possible qu’à cette époque, comme l’ont montré les études de Halil Sahillioğlu, l’industrie textile ottomane manquait de main d’œuvre64. En 1530, on apprend que Ibrahim Pacha, grand vizir de Soliman le Magnifique, envoya à Bursa de jeunes apprentis pour apprendre le métier auprès de maîtres-tisserands. Leurs lieux d’origine laissent supposer qu’il s’agit de nouveaux convertis comme les Hongrois Safer et Mehmed, qui apprennent respectivement le tissage du çatma sous la conduite du şehir kethüda Ali Çelebi et du tafta avec maître (üstad) Ramazan ; le Bosniaque Kibvan, le tissage des soieries à médaillons (benek) avec Hacı Musa ; le Bosniaque Çemsid, le tissage des sept couleurs de taffetas (heft tafta) avec maître Hüsam, et Kasım « le franc », la confection de couvertures (döşeme) avec maître Hüseyin, qui a aussi pris à son service un certain Ahmed pour lui apprendre le tissage du çatma-kadife65. Probablement que nombre de tisserands étaient eux-mêmes des esclaves affranchis.

  • 66 A. Refik, 108, doc. 116-118 ; T. Öz, Turkish Textiles and Velvets, p. 55-56.

29Au cours du XVIe siècle, le nombre de métiers à tisser ne cessa de croître. En 1564, les métiers produisant le brocart (seraser, zerbâft) passent de 100 à 318. Cependant, cette embellie sera de courte durée puisque, à la suite d’un nouveau conflit avec la Perse en 1577, le chiffre est ramené à 26866.

Conclusion

  • 67 Tkanina turecka XVI-XIX w. ze zbiorów polskish [textiles ottomans des XVIe-XIXe siècles dans les co (...)
  • 68 F. Dalsar, p. 393-394, doc. 308.
  • 69 Sur l’industrie de la soie à Bursa au XIXe siècle, cf. Donald Quataert, « The Silk Industry of Burs (...)

30Bien que prospère aux XVe-XVIe siècles, Bursa fut avec le temps de plus en plus concurrencée. À l’inflation causée par l’arrivée massive des métaux précieux du Nouveau Monde à la fin du XVIe siècle, vint s’ajouter la concurrence de villes comme Foça puis Izmir qui exportaient directement vers l’Occident la soie brute persane. De leur côté, les cités italiennes produisirent de plus en plus de brocarts, dans le « style ottoman » pour les écouler sur le marché ottoman, voire polonais et russe67. Fortement concurrencée sur les textiles, Bursa préféra se spécialiser dans l’exportation de la soie grège vers l’Occident. Au XVIIIe siècle, la demande sera telle qu’elle provoqua une pénurie de matière première dans l’industrie textile turque. En 1806, le gouvernement ottoman réagit en édictant une loi faisant obligation aux producteurs à conserver un quota de soie de Bursa pour la vente aux marchands d’Istanbul, le reste pouvant être vendu à l’Europe après autorisation du sultan68. D’autre part, il chercha à relancer l’industrie textile en installant, à partir de 1838, des machines à vapeur pour extraire la soie des cocons et, en ouvrant, en 1888, l’Institut Séricicole (Dâr al-hârir), un établissement chargé d’améliorer l’élevage du ver à soie69. Ces quelques mesures ne purent empêcher le lent déclin de la fabrication de la soie de Bursa. C’est seulement depuis quelques années, à l’occasion de grandes expositions, que l’on redécouvre les merveilleux velours et brocarts qui ont fait sa réputation aux XVe et XVIe siècles.

Figure 1. Soierie façonnée (kemha) de Bursa avec motifs aux trois sequins (çintamani) et lèvres de Bouddha, fin du XVe siècle.

Figure 1. Soierie façonnée (kemha) de Bursa avec motifs aux trois sequins (çintamani) et lèvres de Bouddha, fin du XVe siècle.

Soie, fils métalliques ; lampas (Galerie Benli Arts de L’Islam, Paris).

Figure 2. Morceau de velours à la tulipe, Bursa, XVIe siècle

Figure 2. Morceau de velours à la tulipe, Bursa, XVIe siècle

Soie, fils métalliques ; velours coupé, broché (Galerie Benli Arts de L’Islam, Paris).

Haut de page

Notes

1 Étoffes merveilleuses du Musée Historique des Tissus de Lyon, éd. J.-M. Tuchscherer, Tokyo, 1976 ; J.-M. Tuchscherer et G. Vial, Le Musée historique des Tissus de Lyon, Lyon, 1977.

2 Nous renvoyons aux études de Tahsin Öz, Turkish Textiles and Velvets, Ankara, 1960 et Türk Kumaş ve Kadifeleri, Istanbul, 1946-1950, 2 vol. ; Walter Denny, « Les textiles », dans L’art décoratif ottoman. Tulipes, arabesques et turbans, éd. par Yanni Petsopoulos, Paris, 1982, p. 120-168 et Nurhan Atasoy, Walter B. Denny, Louise W. Mackie et Hülya Tezcan, Ipek. Imperial ottoman Silks and Velvets, Londres, 2001, p. 226-340. Sur les vêtements, cf. Reşat Ekrem Koçu, Türk Giyim Kuşam ve Süsleme Sözlüğü, Ankara, 1969 et l’ouvrage collectif dirigé par Suraiya Faroqhi et Christoph K. Neumann, Ottoman Costumes. From Textile to Identity, Istanbul, 2004.

3 La présente étude se base sur les travaux de H. T. DaĞlıoĞlu, XVI. Asırda Bursa, Istanbul, 1945 ; Fahri Dalsar, Türk Sanayi ve Ticaret Tarihinde Bursa’da Ipekçilik, Istanbul, 1960 ; Haim Gerber, Economy and Society in an Ottoman City: Bursa, 1600-1700, Jérusalem, 1988 ; Halil Inalcık, articles « Bursa », EI2, I, 1960 et « Harîr », EI2, III, 1971 ; autres articles importants de H. Inalcık, « Osmanlı idare, sosyal ve ekonomik tarihiyle ilgili belgeler: Bursa kadi sicillerinden seçmeler », Belgeler, X, 1980-81, p. 1-91 ; « Bursa, I. XV. Asır sanayi ve ticaret tarihine dair vesikalar », Belleten, XXIV/93, 1960, p. 45-102, article repris dans H. Inalcık, Osmanlı Imparatorluğu Toplum ve Ekonomi, Istanbul, 1993, p. 203-258 ; Klaus Liebe-Harkort, Beiträge zur sozialen und wirtschaftlichen Lage Bursas am Anfang des 16. Jahrhunderts, Université de Hambourg, thèse dactylographiée, 1970. Sur le rôle de Bursa dans le commerce international de la soie grège, cf. Murat Çızakça, « Price History and the Bursa Silk Industry: A Study in Ottoman Industrial Decline 1550-1650 », Journal of Economic History, 40, 1980, p. 533-550 (article repris dans The Ottoman Empire and the World Economy, Huri IslamoĞlu-Inan (éd.), Cambridge-Paris, 1987, p. 247-261) et « A short history of the Bursa silk industry (1500-1900) », Journal of the Economic and Social History of the Orient, 23, 1980, p. 142-152.

4 Cf. E. Edler de Roover, « Andrea Banchi, Florentine silk manufacturer and merchant in the fifteenth century », Studies in Medieval and Renaissance History, 3, 1966, p. 223-85 ; Deborah Howard, Venice & the East: The Impact of the Islamic World on Venetian Architecture, 1100-1500, New Haven-Londres, 2000 ; Luca Molà, The Silk Industry in Renaissance Venice, Baltimore, 2000, et dans le catalogue de l’exposition Venise et l’Orient, Institut du monde arabe (2 oct. 2006-18 février 2007), Walter B. Denny, Les textiles et tapis d’Orient à Venise, Paris, Gallimard, 2006, p. 175-191.

5 J. Schiltberger, Travels and Bondage, Londres, 1977, p. 34.

6 Voyage d’outremer de Bertrandon de la Broquière, texte édité par C. Schefer, Paris, E. Leroux, 1892, p. 134.

7 F. Dalsar, p. 207 ; H. Inalcık, Sûret-i Defter-i Sancak-i Arvanid, Ankara, 1954, p. 126.

8 R. S. Lopez, « Silk Industry in the Byzantine Empire », Speculum, XX, 1945.

9 F. Dalsar, p. 168, doc. 41.

10 Sur les malversations et abus des courtiers, cf. F. Dalsar, p. 93-95, doc. 4-6 ; p. 224, doc. 159 ; p. 285, doc. 229.

11 F. Dalsar, p. 221. Les contrevenants existent comme en témoigne un document datant de 1607, cf. F. Dalsar, p. 195, doc. 81.

12 F. Dalsar, p.184, doc. 67. Le taux de 3% semble avoir été définitivement fixé au cours du XVIe siècle.

13 G. R. B. Richards, Florentine Merchants in the Age of the Medici, Cambridge, Mass., 1932, p. 122. Cf. également Halil Inalcık, « Bursa and the Commerce of the Levant », Journal of the Economic and Social History of the Orient, III, 2, 1960, p. 137.

14 Les marchands italiens achetaient à Bursa des filés de soie et y vendaient soieries et draperies, voir, par exemple, Bartholomeo di Paxi, Tariffa de pesi e mesure, Venise, 1503 ; F. Dalsar, op. cit., p. 143.

15 Dans un document de 1522, ce marché est aussi appelé han-ı bezzaziye, c’est-à-dire han aux vêtements. Ayverdi, 1966, p. 96.

16 Construit en 1508, le Pirinç Hanı est à l’origine un centre du commerce de la fourrure avec la Russie, mais il est progressivement remplacé par celui de la soie puis du riz en provenance d’Égypte. cf. F. Dalsar, p. 215-216, doc. 138-139.

17 F. Dalsar, p. 217-219, doc. 142 (de Tabrîz), doc. 143 (de Perse), doc. 144 (de Samarcande), doc. 147 (de Boukhara).

18 H. Inalcık, « Bursa, I. XV. Asır Sanayi ve Ticaret Tarihine dair Vesikalar », Belleten, XXIV/93, 1960.

19 Jean-Louis BacquÉ-Grammont, « Études turco-safavides, I. Notes sur le blocus du commerce iranien par Selîm Ier », Turcica, VI, 1975, p. 68-88 et « Notes sur une saisie de soies d’Iran en 1518 », Turcica, VIII/2, 1976, p. 237-253.

20 F. Dalsar, p. 206, doc. 118 : ce document, de 1519, mentionne les biens confisqués de 33 marchands persans, pour des montants de 300 à 26 283 aspres. Cette dernière somme appartenait au plus fortuné des marchands, un certain Hacı Çelebi, fils de Bali Çelebi, dont le nom suggère qu’il était certainement turc azéri.

21 F. Dalsar, p. 131 et p. 198, doc. 86-87, p. 200, doc. 91.

22 F. Dalsar, p. 195-208, doc. 83-118.

23 Sur la contrebande, voir plus particulièrement, F. Dalsar, p. 200-206, doc. 92-118, tous datés 1518.

24 H. Inalcik, 1971, p. 213.

25 F. Dalsar, p. 171-173, doc. 48, 50-51 ; p. 219, doc. 149.

26 En 1618, Thomas Borsos, envoyé transylvain, se plaint de la faible qualité de l’hil’at qu’il reçoit lors de son audience auprès du sultan, cf. V. Gervers, The influence of Ottoman Turkish Textiles and Costumes in Eastern Europe, with particular reference to Hungary, Toronto, Royal Ontario Museum History, Technology and Art Monograph 4, 1982, p. 14.

27 F. Dalsar, p. 99, doc. 17 (daté 1520).

28 F. Dalsar, p. 199, doc. 90.

29 F. Dalsar, p. 132-136, 140-141.

30 F. Dalsar, p. 361 et p. 386, doc. 299. Sur le développement du mûrier, cf. H. Gerber, op. cit., p. 81-88.

31 G. Wheler, A journey in Greece, Londres, 1682, p. 209 ; J. Pitton de Tournefort, Relation d’un voyage du Levant, Lyon, 1727, p. 339 ; Evliya Çelebi, Evliya Çelebi Seyahatnâmesi, Istanbul, 1999, II, p. 23.

32 Voir par exemple une série de vêtements ecclésiastiques en possession de la famille Barberini, étudiée par Louise Mackie dans N. Atasoy, W. B. Denny, L. W. Mackie et H. Tezcan, op. cit., p. 186, 247 n° 44.

33 Eleanor Sims, « The “Doria Velvet”: An Ottoman velvet in the Detroit Institute of Arts », dans Tadeusz Majda (éd.), Seventh International Congress of Turkish Art, Varsovie, 1990, p. 215-220.

34 F. Dalsar, p. 166, doc. 36, p. 191, doc 76.

35 F. Dalsar, p. 192, doc. 78.

36 H. T. DaĞlıoĞlu, p. 41, doc. 43 ; F. Dalsar, p. 190, doc. 73-75 ; A. Refik, Onaltıncı asirda Istanbul Hayati, Istanbul, 1935, 108.

37 L’Oruzheinaya Palat (musée des armures) du Kremlin, à Moscou, possède une riche collection, dont les pièces les plus anciennes se situent autour de 1570-1600. Les soieries polonaises semblent dater de la même époque. Voir « Trade in Ottoman silks in the Balkans, Poland and Russia », dans N. Atasoy, W. B. Denny, L. W. Mackie et H. Tezcan, Ipek. Imperial ottoman Silks and Velvets, p. 176-181 et les catalogues d’expositions : Selmin Kangal et alii (éds), War and Peace, Ottoman-Polish Relations in the 15th-19th Centuries, Istanbul, 1999 ; Ernst Petrasch et alii (éds), Badisches Landesmuseum Karlsruhe. Die Karlsruher Türkenbeute, die “Türckische Kammer” des Markgrafen Ludwig Wilhelm von Baden-Baden, die “Türckischen Curiositaeten” des Markgrafen von Baden-Durlach, Munich, 1991 ; Claudia Schnitzer & Petra Hölscher (éds), Eine gute Figur machen, Kostüm und Fest am Dresdner Hof, Dresde, 2000, p. 69-85.

38 H. Inalcık, 1993, p. 208.

39 Tahsin Öz, Türk Kumaş ve Kadifeleri, Istanbul, 1946, I, p. 42 . T. Öz, Turkish Textiles and Velvets, p. 51.

40 F. Dalsar, p. 181, doc. 62.

41 Un marchand vénitien anonyme dit à propos du marché de Tabrîz : « a quantity of velvet and cloth of gold is brought from Bursa and Cafà (…) there is much traffic in this city and there are silks of every quality, raw and manufactured. There are rhubarb, musk, ultramarine blue, pearls of Orime [Ormuz] of every water, coin of all sorts, lake dye of great beauty, fine indigo, woolen and other cloths from Aleppo, Bursa and Constantinople, since crimson silks are exported from Tauris to Aleppo and Turkey, and paid for in cloth and silver », dans A narrative of Italian travels in Persia during the fifteenth and sixteenth centuries, éd. Charles Grey, Londres, 1873, p. 172-173.

42 Voyage au Levant (1553). Les Observations de Pierre Belon du Mans, texte établi et présenté par Alexandra Merle, Paris, 2001, p. 516-517.

43 Sur les vêtements utilisés à cette époque à Bursa, cf. Suraiya Faroqhi, « Femal costumes in late fifteenth century Bursa », Stories of Ottoman Men and Women. Establishing Statuts, Establishing Control, Istanbul, 2002, p. 63-74, article repris dans Ottoman Costumes. From textile to Identity, S. Faroqhi & C. K. Neumann (éds.), Istanbul, 2004, p. 81-91

44 Hülya Tezcan et Selma DelibaŞ, Topkapı Sarayı. Costumes et tissus brodés, sous la direction de J. M. Rogers, Paris, 1987 ; Patricia Beaker, Hülya Tezcan et Jennifer Wearden, Silks for the the Sultans. Ottoman Imperial Garments from Topkapi Palace, Istanbul, 1996. De très beaux caftans sont régulièrement présentés lors d’expositions, cf. Olivia Pelletier, « Les robes d’honneur et les ambassades européennes à la Cour ottomane », dans Topkapi à Versailles. Trésors de la Cour ottomane (musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, 4 mai-15 août 1999), Paris, 1999, p. 89-100 ; Style and Status: Imperial Costumes from Ottoman Turkey (Arthur M. Sackler Gallery, Smithsonian Institution, 29 oct. 2005-22 janv. 2006), Londres, 2005.

45 H. Inalcık, « Bursa », Belleten, XXIV/93, 1960, p. 64 ; F. Dalsar, p. 226-233, doc. 160-176 ; T. Öz, Türk Kumaş ve Kadifeleri, Istanbul, 1946-1952, vol. I et II.

46 F. Dalsar, doc. 22, 23 ; T. Öz, 47, avec un plan.

47 F. Dalsar, p. 104, doc. 22-23, p. 105-106, doc. 25.

48 Walter B. Denny, « Les Textiles et tapis d’Orient à Venise », catalogue de l’exposition Venise et l’Orient, p. 174-191.

49 H. T. DaĞlioĞlu, op. cit., p. 83, doc. 115.

50 F. Dalsar, p. 387-389. Colette Establet et Jean-Paul Pascual, Des tissus et des hommes. Damas vers 1700, Damas, 2005.

51 La région Tokat-Amâsya produisait elle-même de la soie dès la fin du XVe siècle. Cf. Robert Anhegger, Halil Inalcık, Kânûnnâme-i sultânî ber mûceb-i ‘örf-i ‘osmânî, II. Mehmed ve II. Bayezid devirlerine ait yasaknâme ve kânûnnâmeler, Ankara, 1956, p. 41-43, doc. 31.

52 Ömer Lûtfi Barkan, « XV. Asrın sonunda bazı büyük şehirlerde eşya ve yiyecek fiyatlarının tesbit ve teftiş hususlarının tanzim eden kanunlar. II. Kanunname-i Ihtisab-i Bursa, 1502 », Tarih Vesikaları, II/7, 1942, p. 15-40.

53 Dans la classification ottomane, serenk signifie «trois couleurs». Il désigne une soierie dont le décor, fait à l’aide de trames polychromes, se détache sur un fond uni. Contrairement aux productions les plus luxueuses, le serenk n’utilise pas de fils métalliques d’or et d’argent.

54 T. Öz, Turkish Textiles and Velvets, p. 73.

55 Angiolello dans A narrative of Italian travels in Persia during the fifteenth and sixteenth centuries, éd. Charles Grey, Londres, 1873, p. 119.

56 Sur l’organisation des corporations, cf. Haim Gerber, « Guilds in Seventeenth-Century Anatolian Bursa », Asian and African Studies, vol. 11, 1976, p. 59-86 ; Gabriel Baer, « Monopolies and restrictive pratices of Turkish Guilds », Journal of the Economic and Social History of the Orient, vol. 13, 1970, p. 145-165 ; Id., « The administrative economic and social functions of Turkish guilds », International Journal of Middle East Studies, vol. 1, 1970, p. 28-50.

57 Ordres adressés aux cadis de Bursa et de Bilecik par le sultan Selim II, T. Öz, Turkish Textiles and Velvets, p. 59.

58 F. Dalsar, p. 318, 330, 397-398.

59 À titre d’exemple, en 1551, un şagird était engagé pour trois ans sur la base de 600 aspres. En contrepartie, le maître s’engageait à lui apprendre l’art du kemha au cours de ce délais. cf. F. Dalsar, p. 320, doc. 246.

60 F. Dalsar, p. 340, doc. 278.

61 F. Dalsar, p. 335-336, doc. 273.

62 F. Dalsar, p. 320, doc. 247. On trouve également un certain nombre de femmes qui, en tant que commanditaires, participaient au commerce de la soie, cf. F. Dalsar, p. 200-205. Ce dernier mentionne : Inci binti Abdullah (doc. 93), Bülbül binti Abdullah (doc. 94), Tutî Hatun binti Abdullah (doc. 96, 102), Fatma binti Nebi Hace (doc. 110) ; Haim Gerber, « Social and Economic Position of Women in an Ottoman City, Bursa 1600-1700 », International Journal of Middle East Studies, 12, 1980, p. 231-244.

63 F. Dalsar, p. 321, doc. 249.

64 Halil SahillioĞlu, « On Beşinci Yüzyıl Sonunda Bursa’da Iş ve Sanayi Hayatı ; Kölelikten Patronluğa », in Memorial Ömer Lûtfi Barkan, Paris, 1980, p. 179-188 et « Slaves in the Social and Economic Life of Bursa in the Late 15th and Early 16th Centuries », Turcica, XVII, 1985, p. 43-112. Sur le cas des femmes, voir Suraiya Faroqhi, « From the Slave Market to Arafat: Biographies of Bursa Women of the Late Fifteenth Century », Turkish Studies Association Bulletin, 24, 2000, p. 3-20, article réédité dans S. Faroqhi, Stories of Ottoman Men and Women. Establishing Statuts, Establishing Control, Istanbul, 2002, p. 133-149.

65 F. Dalsar, p. 319, doc. 245.

66 A. Refik, 108, doc. 116-118 ; T. Öz, Turkish Textiles and Velvets, p. 55-56.

67 Tkanina turecka XVI-XIX w. ze zbiorów polskish [textiles ottomans des XVIe-XIXe siècles dans les collections polonaises], Varsovie, musée national de Varsovie, 1983, p. 111, n°126.

68 F. Dalsar, p. 393-394, doc. 308.

69 Sur l’industrie de la soie à Bursa au XIXe siècle, cf. Donald Quataert, « The Silk Industry of Bursa, 1880-1914 », Collection Turcica, III, 1983, p. 481-503.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Soierie façonnée (kemha) de Bursa avec motifs aux trois sequins (çintamani) et lèvres de Bouddha, fin du XVe siècle.
Légende Soie, fils métalliques ; lampas (Galerie Benli Arts de L’Islam, Paris).
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/1273/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 2. Morceau de velours à la tulipe, Bursa, XVIe siècle
Légende Soie, fils métalliques ; velours coupé, broché (Galerie Benli Arts de L’Islam, Paris).
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/1273/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Hitzel, « Production et techniques de tissage de la soie à Bursa aux XVe et XVIe siècles », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 29 | 2008, mis en ligne le 21 décembre 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://rives.revues.org/1273 ; DOI : 10.4000/rives.1273

Haut de page

Auteur

Frédéric Hitzel

Frédéric Hitzel, CNRS-Centre d’histoire du domaine Turc, EHESS Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org