Navigation – Plan du site

Récits de la rue et de la ville:Aix-en-Provence

p. 91-103

Résumés

La toponymie des espaces agglomérés se partage entre les désignations traditionnelles et les dénominations de décision, créées par les autorités locales. A Aix-en-Provence, ces dernières apparaissent au XVIIe siècle, puis sous la Révolution, mais c'est la IIIe République qui les généralise. Le domaine des dénominations urbaines, initialement populaire et spontané, est progressivement organisé en un système qui va dépendre étroitement du pouvoir local en place. L'examen de la répartition topographique et de l'évolution des toponymes urbains au cours de l'histoire et jusqu'à nos jours permet de lire une sorte de récit de ville spatialisé, dans lequel s'inscrivent les vécus de l'histoire, les choix de mémoire et de célébration opérés par les municipalités successives, ainsi qu'une représentation de la ville elle-même.

Haut de page

Texte intégral

1 La toponymie des espaces agglomérés se partage entre deux types de désignations: les dénominations traditionnelles et les dénominations de décision, créées par les autorités locales. En effet, le domaine des dénominations urbaines, initialement populaire, « naturel » et spontané, est progressivement organisé en un système qui va dépendre étroitement du pouvoir en place.

2Aussi les dénominations qui, auparavant, étaient déterminées par l'usage et par le rapport direct qui lie le nom à l'espace qu'il désigne et décrit, et s'inscrivaient par conséquent dans la réalité de l'environnement urbain ­ réalités topographiques, architecturales ou encore sociales qui s'avéraient assez significatives pour être à l'origine d'une caractérisation du lieu en constituant de véritables points de repères pour la collectivité 1­, cèdent la place à des dénominations imposées. La fonction essentielle de ces dernières n'est plus de décrire mais de commémorer les éléments d'une histoire commune, qu'elle soit locale, nationale ou internationale en honorant des événements ou des personnalités retenus pour leur caractère exemplaire ou emblématique. Les noms de rues vont désormais jouer un rôle idéologique et pédagogique en devenant les promoteurs d'un répertoire officiel de références et de souvenirs. Pourtant, ce qui déterminera leur choix ne sera pas tant la vérité historique que la hauteur du symbole qui s'attache à un nom, ce qu'il représente, et son enracinement affectif dans le lieu2.

3Si les prémices de ce système n'interviennent qu'au XVIIe siècle, il est ensuite utilisé sous la Révolution pour effacer toutes références à l'Ancien Régime, puis par Napoléon qui préfère à la « débaptisation  la création de noms qui glorifient ses hommes et ses exploits. Mais c'est la IIIe République qui l'adopte définitivement en faisant de l'espace quotidien de la rue et de la ville un panthéon à ciel ouvert et le lieu privilégié de son discours. Nous sommes donc passés de l'ère d'une mémoire naturelle, issue des pratiques concrètes et rurales du Moyen Âge, à celle d'une mémoire historique officielle dont les toponymes sont en quelque sorte les activateurs et les conservateurs, au même titre que les statues de grands hommes ou les monuments aux morts.

4Ce système connaît un affaiblissement dans la seconde moitié du XXe siècle. La tendance sera à l'insignifiance politique et à la neutralité: la toponymie de décision se réfugie dans des dénominations consensuelles et neutres, et l'on voit « fleurir  des noms à caractère « champêtre  ou encore culturel.

5À Aix-en-Provence, les premiers exemples connus de dénominations officielles, après la Révolution, datent de 18113. En effet, à l'occasion du renumérotage de toutes les maisons et du prochain recensement de la population qui est effectué par rues et non plus par « isles , la municipalité impose des noms à trois rues qui en sont dépourvues. Même si cette décision répond avant tout à une nécessité pratique, elle n'en constitue pas moins l'acte de naissance des hommages publics à travers les noms de rues en consacrant trois éminentes figures aixoises.

6La municipalité donne le nom de Peiresc à la rue « qui borde les fondations au nord du nouveau Palais de Justice, et celui de Monclar à « celle qui borde les fondations au midi dudit Palais  : Nicolas-Claude Fabry de Peiresc (1580-1637) fut conseiller au Parlement, érudit et mécène réputé, et Jean-François Ripert de Monclar (1711-1773), procureur général au Parlement, célèbre pour son érudition et son éloquence. La troisième rue, également à proximité du Palais de Justice, est celle « qui de la tête du Cours va aboutir au Pont-Moreau [aujourd'hui rue Thiers] et dans laquelle débouche la Petite-Rue-Saint-Jean . Cette rue, qui a été percée vraisemblablement dans la seconde moitié du XVIIe siècle, ne porte pas de nom, du moins officiellement. Aussi on la nomme rue Tournefort, du nom du célèbre botaniste Joseph-Pitton de Tournefort (1656-1708).

7L'arrêté municipal ne donne aucune précision sur les raisons qui ont conduit la municipalité à rendre hommage à ces trois personnalités. Mais à travers ces choix, on entrevoit déjà les différentes orientations de la toponymie de décision: d'une part la création de toponymes purement commémoratifs comme la rue Tournefort, et d'autre part la création de toponymes à la fois commémoratifs et référentiels, puisque entre le nom et le lieu que ces toponymes désignent existe un lien qui procède soit d'une logique géographique (lieu de naissance ou de résidence), soit d'une logique événementielle. La rue Peiresc répond à une logique géographique, puisque Peiresc résidait dans l'ancienne rue de la Trésorerie, située à peu près à l'emplacement qu'occupe la rue aujourd'hui. Cette association entre le nom et le lieu reste une préoccupation constante des municipalités bien qu'elle ne soit pas toujours réalisée, les toponymes purement commémoratifs étant largement majoritaires. Souvent, les autorités ont recours à des compromis en choisissant des lieux qui rappellent indirectement la personne honorée. Ainsi du boulevard François Zola, ancien boulevard du Chemin Neuf: cette voie conduit au pont du canal dont François Zola est le créateur, ou encore la rue Jacques de la Roque, fondateur de l'hôpital Saint- Jacques en 1519, qui conduit à l'hôpital en question.

8La municipalité, en choisissant Peiresc, Monclar et Tournefort, s'inscrit d'emblée dans un « système honorifique  4à caractère local. Par la suite, les noms qu'elle retiendra respecteront largement l'idée qu'une « ville doit avec un légitime orgueil perpétuer le souvenir de ses enfants illustres et glorieux, acquittant ainsi sa propre dette et celle du pays, intéressée à signaler comme exemple à suivre tous ceux qui par leurs actes, par leur dévouement aux intérêts publics et par leurs écrits, littéraires ou scientifiques ont conquis l'estime et l'admiration de leurs concitoyens 5.

9Afin de mettre en place ce système honorifique, les différentes municipalités vont baptiser ou rebaptiser les voies et les espaces publics de la ville. Si le mouvement enclenché en 1811 reste timide jusqu'en 1870, il s'amplifie sous la IIIe République avec la création d'environ 87 dénominations. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le principe de dénomination des lieux urbains se généralise; la multiplication des toponymes de décision est manifeste: 179 créations sont effectuées entre 1944 et 1997, dont 120 entre 1964 et 1985. A partir de 1983 et jusqu'au milieu des années 1990, cette densité décline.6

10Les dénominations créées au cours du XIXe siècle concernent les boulevards qui ceignent la ville et qui ont été ouverts à l'emplacement des remparts, les rues du faubourg autour du Pavillon Vendôme et celles des quartiers du centre-ville. Jusque dans les années 1930, la municipalité poursuit son œuvre. On baptise les voies non dénommées, on débaptise celles qui font double emploi afin de remédier aux problèmes d'homonymie et celles dont le déterminant apparaît comme démotivé. Souvent la municipalité, pour légitimer et permettre l'inscription de ses hommages publics, invoque comme motif cette perte du sens du toponyme pour la collectivité: « La rue Bellegarde portera désormais le nom de rue Mignet. Ce changement ne blessera personne pas même l'histoire muette sur le mot Bellegarde  7; ou encore: « le nom de Charreterie a été donnée […] en 1594 par suite de la première maison qui y a été bâtie et qui appartenait à un charretier. Rien ne s'oppose par conséquent à le changer et à donner à la rue le nom de Félicien David.  8

11Dans les périodes troublées de l'histoire, les substitutions toponymiques s'apparentent à de véritables épurations symboliques. En 1940, les modifications apportées à la toponymie de la ville concernent essentiellement les dénominations créées en 1938, car ces « dénominations ne doivent plus être conservées à l'heure actuelle. On procède alors au rétablissement des noms de rues qui avaient été changées: on « supprime » ­ tel est le mot employé par la délibération de 1940 ­ les noms de Jean Jaurès, d'Aristide Briand, d'Anatole France, de Clovis Hugues, de Pierre et Marie Curie, d'Émile Zola, de Jules Ferry, de Tavan et de Paul Bert pour restituer les anciennes appellations de nature plutôt religieuse: Notre-Dame, St-Jérôme, du Roi, du Séminaire etc. On revient donc à la toponymie « traditionnelle » ­ mais elle ne l'est plus désormais ­ qu'avait éliminée la République. Mais en 1941, une autre délibération notifie qu'il n'est pas possible d'approuver tous ces changements d'appellation de voies, notamment pour les avenues Emile Zola, Anatole France et Jules Ferry, célébrités ayant contribué à la gloire de la France, comme savants ou écrivains, ou à l'œuvre d'extension de l'Empire colonial. Aussi ces trois noms font-ils leur retour dans le paysage toponymique urbain au contraire de tous les autres qui vont disparaître pour un temps. La délibération de 1940 consacrera par ailleurs le Maréchal Pétain en donnant son nom à la place de la Rotonde.9

12Après la Seconde Guerre mondiale, les remaniements toponymiques en centre-ville sont moins nombreux. L'extension progressive de la ville contraint par contre les autorités locales à pourvoir en noms les nouveaux quartiers. La municipalité réalise donc à ces occasions de véritables « campagnes  dénominatives, comme en 1968 pour le quartier d'Encagnane et en 1976 pour celui du Jas de Bouffan, où l'on donne des noms « à la chaîne  aux voies récemment ouvertes.

13À partir des années 1980 environ, la toponymie de décision s'affiche dans de nouveaux types d'espaces publics. Certains apparaissent à l'occasion de restructurations urbaines comme autour du Palais Monclar10, d'autres au contraire s'inscrivent dans des portions d'espaces existants et déjà dénommés comme l'espace Gabriel Dussurget, situé place des Martyrs de la Résistance en face de l'Archevêché et créé en 1996 afin de rappeler la mémoire du fondateur du festival d'Art Lyrique d'Aix. Et à l'extérieur du centre, carrefours et ronds-points deviennent les nouveaux lieux de mémoire d'un genre un peu particulier puisqu'ils sont vides de toute habitation11. Cette tendance, qui s'accompagne en général d'une inauguration en grande pompe, est une façon de pallier le manque de voies libres.

14Les différents quartiers du centre-ville offrent une répartition plus ou moins équilibrée de toponymes anciens et récents. Il apparaît de cette répartition que la toponymie traditionnelle est plutôt dévolue aux quartiers urbains de formation médiévale, et que la toponymie de décision s'inscrit dans les quartiers « neufs  de la ville, créés au cours des XVIe et XVIIe siècles. La ville comtale constitue une exception à ce schéma général, puisque c'est le seul quartier ancien où la toponymie de décision prédomine.

15Dans les vieux quartiers, la toponymie de décision est dans une large mesure réservée aux axes principaux qui conduisent aux différents cœurs de la ville: l'Hôtel de Ville, la Cathédrale Saint-Sauveur, le Palais de Justice et le cours Mirabeau. Mais dans l'ensemble, le tissu urbain médiéval affiche une toponymie traditionnelle. Cela signifierait-il que les rues étroites et sombres de ces vieux quartiers se révèlent peu propices aux hommages publics? En fait, d'une manière générale, ce tissu irrégulier et serré s'avère peu favorable aux changements: il est délicat, en effet, d'inscrire ses choix honorifiques dans les mailles de ce tissu comme il est difficile de débaptiser ces noms qui bénéficient d'un enracinement à la fois historique et affectif. En effet, ces noms de rues pittoresques, œuvres du temps, restent les témoins privilégiés d'une époque et d'une structure urbaine disparues. A partir des années 1930, la municipalité prend conscience de leur intérêt historique et recommande à travers plusieurs délibérations « qu'on ne touche pas aux noms de rues , pour reprendre le titre d'une conférence de Camille Jullian12, de ne pas mêler ces noms aux luttes de partis, d'idées ou d'écoles, de ne pas faire des plaques bleues l'enjeu des querelles et la marque éphémère d'un succès mais de conserver les anciens noms originaux et représentatifs d'un temps qui n'existe plus et de réserver aux rues récentes les noms nouveaux13.

16Les quartiers « neufs  des XVIe et XVIIe siècles sont ceux qui ont reçu en majorité les toponymes de décision. Le quartier Mazarin a subi un profond remaniement toponymique au cours des XIXe et XXe siècles, puisqu'on compte 17 substitutions et créations sur 21 toponymes. Le quartier de Villeneuve a été aussi largement renommé et en particulier toutes les voies qui ont pour perspective la place des Prêcheurs et le Palais de Justice. Ces substitutions ont permis de supprimer les nombreuses redites des dénominations traditionnelles; au quartier Mazarin, par exemple, on comptait trois rues portant le même déterminant, Saint Jean, en référence à l'église Saint Jean de Malte vers lesquelles ces voies convergeaient. Par ailleurs la partie occidentale du quartier s'étant urbanisée tardivement, il a été possible pour la municipalité d'y inscrire ses choix honorifiques.

17La toponymie de décision a pour fonction de commémorer, et la ville se partage essentiellement entre deux mémoires: d'un côté une mémoire politique, et de l'autre une mémoire « culturelle », au sens commun du terme. Si la mémoire culturelle se révèle diffuse, l'ensemble des références politiques, au contraire, met en évidence des configurations géographiques et symboliques particulières.

18La ceinture de la ville reçoit principalement des toponymes politiques qui appartiennent soit à une mémoire politique nationale classique (Jaurès, Briand, Carnot, De Gaulle, Hugo, Gambetta), soit à une mémoire politique historique locale et nationale (Sextius, Roi René, Jeanne d'Arc, Saint-Louis et Bonaparte).

19Le centre-ville affiche une mémoire politique avant tout locale en célébrant sept de ses anciens maires: Antoine Aude, Jean Espariat, Emeric David, Salomon et Jassuda Bédarride ­ tous deux célébrés dans un même toponyme, la rue des Bédarride ­, François Sallier et Joseph Cabassol; et deux élus: Chabrier et Laroque.

20D'autres grandes figures appartenant à une mémoire politique aussi bien locale que nationale sont honorées, mais dans un souci toujours marqué pour leur implication régionale: Mirabeau, Thiers, Manuel, Leydet, Portalis, Clovis Hugues. Les différentes délibérations ne manquent pas en effet de souligner le lien qui unit la ville à ses personnalités; tous sont unanimement reconnus comme des illustres représentants de la cité.

21Enfin, un seul nom fait référence à la politique internationale: il s'agit de Lech Walesa, honoré en sa qualité d'artisan de la paix, qui reçoit une place du centre-ville en 1982. Mais il est intéressant de constater que, malgré une délibération municipale et la présence de cette place sur les plans de la ville, aucune plaque « officielle  n'a été apposée à cet endroit. Ce toponyme est l'exemple type d'une décision qui, en fait, n'est pas appliquée.

22Une autre mémoire se dispute le centre-ville et ses abords immédiats. Il s'agit du patriotisme lié à la Première Guerre mondiale, qui est très représenté avec des toponymes relatifs aux officiers vainqueurs, aux alliés, aux soldats, aux batailles victorieuses.

23Le 29 novembre 1918, la séance du conseil municipal donne lieu à un long discours où le maire célèbre la Victoire et rend hommage aux gloires du moment: « Nous avons contracté, comme tous les Français, une dette d'honneur envers nos soldats et envers les organisateurs de la victoire et nos enfants et petits-enfants, pas plus que nous-mêmes, ne doivent et ne devront oublier. Et que peut faire une Ville pour perpétuer la mémoire des grands chefs qui nous ont conduits? Que peut faire une Ville pour honorer ses braves enfants partis pour défendre leur mère, la Mère Patrie? […] Il me semble que nous pouvons dès aujourd'hui, donner le nom des grands chefs de la guerre à certaines de nos rues dont les noms actuels d'ailleurs, ne veulent plus dire grand-chose. […] ” La rue de la Miséricorde devient donc la rue Clemenceau, la rue des Orfèvres la rue du Maréchal Foch, la rue du Louvre la rue du Maréchal Joffre, et le boulevard de l'Armée, « voie très passagère , le boulevard des Poilus, « nom qui rappellera partout et toujours nos valeureux soldats . 14À cette occasion, la place de la Rotonde est débaptisée et devient la place du Président Wilson.15

24La date du 11 novembre n'est célébrée qu'en 1938. Dans les années 1950, le maire est saisi d'une demande des Combattants de Verdun pour qu'une place de la ville soit dénommée « place de Verdun . Il émet quelques réticences face à ce vœu, car il estime que le changement du nom d'une rue est une chose délicate, portant préjudice aux traditions et entraînant une gêne vis-à-vis des habitants et des commerçants. Mais en 1957, à l'occasion de manifestations commémoratives, une nouvelle demande est formulée avec une proposition de lieu: la place non dénommée qui se trouve devant le Palais de Justice. La municipalité accède donc à cette requête puisque le lieu choisi respecte ses principes en matière de dénomination.

25Une autre voie centrale rappelle les alliés et notamment la résistance des Belges: il s'agit de l'avenue des Belges. Mais ni la date ni les circonstances officielles qui ont présidé à sa création n'ont été retrouvées.

26Enfin, loin du centre-ville et beaucoup plus tard, en 1970, le lotissement du Pont de l'Arc est pourvu d'une rue du Maréchal Franchet d'Esperey.

27La mémoire de la Seconde Guerre mondiale ne s'inscrit presque pas en centre-ville puisque seulement deux toponymes y font référence: la place des Martyrs de la Résistance et la place des Anciens Combattants de l'Afrique du Nord. La place de l'Archevêché prend le nom de place des Martyrs de la Résistance en 1944. Aujourd'hui, la plaque conserve les deux appellations. Cette délibération de 1944 décide, en outre, que la place de la Rotonde soit rebaptisée place de la Libération mais là encore il semble que ce changement n'ait pas réussi à s'imposer et qu'il n'ait été effectif que d'un point de vue officiel. En 1980, l'espace situé à l'angle du cours Mirabeau et de l'avenue Victor Hugo reçoit le nom de place des Anciens Combattants de l'Afrique du Nord, bien qu'il ne s'agisse pas à proprement parler d'une place mais d'un élargissement aux débouchés des deux voies.

28En fait, c'est dans les quartiers situés à l'extérieur du centre que cette mémoire s'affiche: Encagnane, la Torse - Écoles Militaires, le Jas de Bouffan, la Beauvalle, le Val St-André, ZAC Sextius Mirabeau. À Encagnane, par exemple, la voie centrale porte les noms d'avenue du 8 mai et d'avenue Albert Baudoin (ancien combattant), et la voie parallèle à celle du 8 mai a été dénommée boulevard du Maréchal Juin et boulevard du Maréchal Leclerc. Toutes ces voies ont été dénommées en 1968 comme la plupart des espaces publics de ce quartier. À ces ensembles symboliques délimités géographiquement viennent s'ajouter quelques références dispersées: l'avenue du Général Koenig au Brunet, l'avenue des Armées d'Afrique à Cuques, rue Maurice Michel à la cité Corsy, la rue Marie Madeleine Fourcade à Loubassane etc.

29Mais la configuration la plus significative est certainement celle constituée par les voies conduisant au centre et qui portent presque toutes des noms relatifs d'une part à la résistance nationale: avenues Jean Moulin (route de Sisteron) et Pierre Brossolette (route de Marseille) ; et d'autre part à la résistance locale: avenue Henri Malacrida (route de Nice), avenue Jean et Marcel Fontenaille (route de Vauvenargues), avenue Jean Dalmas (route d'Eguilles), et avenue Fortuné Ferrini dans la continuité de l'avenue Pierre Brossolette (route de Marseille). La route d'Avignon est quant à elle baptisée avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny.

30Une des références relatives à cette mémoire rappelle principalement le souvenir de résistants locaux et celui d'officiers. La plupart des dénominations ont été données dans les années 70 et dans les années 1990. Sous la municipalité Picheral, les dénominations en faveur des résistants (qui représentent 40 à 50 % des noms de rues) ont bénéficié d'un appui des autorités qui entretenaient des relations très actives avec les associations.

31Près du centre-ville, à la ZAC Sextius Mirabeau, la municipalité décide, en 1991, de donner à l'avenue qui a son origine au carrefour de l'avenue de l'Europe le nom de Max Juvenal, chef de la résistance provençale. En 1996, l'avenue qui de la rue Lapierre aboutit à l'avenue Max Juvenal est dénommée avenue Nicolas Froment. Or, en 1999, une délibération rappelle qu'il existe déjà une voie Nicolas Froment à Puyricard, et qu'afin d'éviter tout problème, notamment au niveau de la distribution du courrier, il est proposé de prolonger l'avenue Max Juvenal sur le tracé actuel de l'avenue Nicolas Froment. Dès lors, la dénomination Nicolas Froment disparaît au profit de celle de Max Juvenal. Officiellement, l'origine de cette modification est donc due à des raisons pratiques, mais il s'avère que la voie choisie pour rendre hommage à Max Juvenal est dépourvue d'habitations, au contraire de l'avenue Nicolas Froment. La famille, mécontente de ce choix, car cette avenue est en définitive un lieu de mémoire peu vivant, a demandé que l'on rectifie cette maladresse afin que le souvenir de Max Juvenal soit honoré dignement. Vœu que la municipalité s'est empressée de satisfaire. L'existence de l'avenue Nicolas Froment aura donc été de courte durée; la mémoire du peintre du triptyque du Buisson Ardent ne pouvait pas rivaliser avec celle de Max Juvenal, laquelle appartient à une mémoire historique encore très active et qui bénéficie d'influences familiales et municipales marquées16.

32Par ailleurs, l'ouverture internationale de cette mémoire reste limitée avec un seul toponyme: l'avenue Winston Churchill. Le chef allié est honoré en 1965, juste après son décès, comme l'un des grands défenseurs des libertés du monde et en sa qualité de recteur honoraire de l'Université d'Aberdeen en Écosse. On peut s'étonner d'un tel hommage mais il s'avère que la voie choisie est celle qui conduit aux nouvelles facultés. Cette double célébration prend alors tout son sens. La volonté de faire correspondre les lieux et les noms est un principe que les municipalités s'efforcent d'appliquer le plus possible. Ici donc, l'association est réalisée et le message dispensé est le suivant: « ce nom rappellera aux générations d'étudiants, éprises de libertés, tout ce qu'elles doivent à Churchill .17

33Bien que la mémoire de la Seconde Guerre mondiale ne célèbre pratiquement que des gloires locales et nationales, la municipalité avait néanmoins désiré aux lendemains de la guerre rendre hommage aux trois grandes Nations alliées: la Russie, les États-Unis d'Amérique et la Grande-Bretagne, en attribuant à trois grandes avenues de la ville les noms de Stalingrad (à l'avenue de la Gare), de Coventry (à l'allée du Parc) et du président Franklin Roosevelt (à la partie du boulevard Carnot situé entre la place Miollis et la place Joachim Gasquet). Chacun peut constater que cette décision ne fut jamais appliquée.18

34Cette présentation partielle de la toponymie d'Aix-en-Provence ne rend malheureusement pas compte de la pluralité des mémoires qui cohabitent dans le paysage toponymique aixois. Néanmoins, elle dégage dans ses grandes lignes quelques mémoires dominantes représentatives des orientations inhérentes au domaine des dénominations urbaines. En effet, le choix des dénominations des espaces publics urbains n'est en définitive jamais hasardeux ou vide de sens, puisqu'il s'agit d'une sélection rigoureuse de références érigées en symboles. Les lieux destinés à recevoir les dénominations font également l'objet d'une attention particulière, tous les lieux n'ayant pas la même valeur. À la dignité de la commémoration doit correspondre celle du lieu. Ils sont donc tout autant soigneusement choisis.

35Les noms de rues apparaissent alors comme les instruments privilégiés de la mise en récit d'une histoire officielle. Ce récit officiel a pour fonction de dire aux générations ce qui est mémorable, ce qui est exemplaire. Mais ce discours réalise une appropriation spécifique de l'histoire en favorisant certaines références au détriment d'autres. Initié par la municipalité ou par des groupes d'influences, il s'avère en effet tributaire de réseaux et de milieux. Créer, débaptiser, conserver ou oublier sont autant de gestes révélateurs qui permettent de définir la construction et l'organisation de ce discours officiel.

36#Notes#

Haut de page

Document annexe

  • Aix-en-Provence (cannot open `docannexe/120/ILLUST.BSA' (No such file or directory) – 0k)
Haut de page

Notes

1 Pierre Henri Billy, « Les noms de rues au bas Moyen Âge: essai de typologie , NRO, n.8 33-34, 1999, p. 261-269; id., « Essai de typologie historique des désignations odonymiques , in Les toponymes de l'espace urbain: signification et enjeux, Paris, L'Harmattan, 2000.
2 Maurice Agulhon, « Le mythe de Garibaldi de 1882 à nos jours , in Histoire Vagabonde. Ethnologie et politique de la France contemporaine, Paris, Gallimard, tome 1, 1988, p. 137-185.
3 Arrêté Municipal du 31 décembre 1811, Archives communales d'Aix-en-Provence, série D2, article 13.
4 Daniel Milo, « Les noms de rues , in Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, tome 2, vol. 3, 1986, p. 283-315.
5 Arrêté du 4 février 1878, Archives communales d'Aix-en-Provence, série O1, article 7.
6 Ce dénombrement reste partiel. Il a été effectué uniquement à partir des toponymes formés de noms de personnes; les autres types de toponymes n'ont pas été pris en compte. Il permet néanmoins de donner un aperçu du développement général de la toponymie urbaine à Aix-en-Provence.
7 Délibération municipale du 5 avril 1884, Archives communales d'Aix-en-Provence, série D1, article 28.
8 Délibération municipale du 9 septembre 1876, Archives communales d'Aix-en-Provence, série D1, article 25.
9 Délibération municipale du 13 décembre 1940, Archives communales d'Aix-en-Provence, série D1, article 50, et délibération municipale du 4 avril 1944, Archives communales d'Aix-en-Provence, série D1, article 51.
10 Ainsi en 1997 la place Désiré Gautier et la place Procureur Général Beljean qui longent la rue Monclar. Bureau des dénominations et du numérotage des maisons, Service de la Voirie, Mairie d'Aix-en-Provence.
11 Rond-point Lieutenant Colonel Jeanpierre en 1999 au Jas-de-Bouffan. Bureau des dénominations et du numérotage des maisons, Service de la Voirie, Mairie d'Aix-en-Provence.
12 Camille Jullian, « Ne touchez pas au nom des rues , Paris, 1926.
13 Délibération municipale du 18 mars 1932, Archives communales d'Aix-en-Provence, série D1, article 45.
14 Délibération du 29 novembre 1918, Archives communales d'Aix-en-Provence, série D1, article 40.
15 D'après la délibération du 18 mars 1932, Archives communales d'Aix-en-Provence, série D1, article 45, la population aixoise ne s'est pas habituée à désigner cette place par ce vocable outre-Atlantique, aussi la municipalité lui rend-elle le nom qu'on n'a jamais cessé de lui donner: celui de place de la Rotonde.
16 Délibération municipale du 25 avril 1991, Archives communales d'Aix-en-Provence, série D1, année 1991, vol. 2; délibération municipale du 1er février 1996, Archives Communales d'Aix-en-Provence, série D1, année 1996, vol. 2, et délibération municipale du 29 juillet 1999, Bureau des dénominations et du numérotage des maisons, Service de la Voirie, Mairie d'Aix-en-Provence.
17 Délibération municipale du 25 janvier 1965, Archives communales d'Aix-en-Provence, série D1, article 70/1.
18 Délibération municipale du 14 octobre 1947, Archives communales d'Aix-en-Provence, série D1, article 52.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Récits de la rue et de la ville:Aix-en-Provence », Rives nord-méditerranéennes, 11 | 2002, 91-103.

Référence électronique

« Récits de la rue et de la ville:Aix-en-Provence », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 11 | 2002, mis en ligne le 21 juillet 2005, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rives.revues.org/120 ; DOI : 10.4000/rives.120

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org