Navigation – Plan du site

Les étymologies de messieurs Meynier et Saurel ou l'antiquité du terroir marseillais dévoilée par les érudits du XIXe s.

p. 77-90

Résumés

Ces auteurs ont été les premiers à tenter assez systématiquement de proposer des étymologies des toponymes du terroir marseillais, Meynier en 1866, Saurel en 1877-1878. La méthode du premier est fondée sur des analogies scripturaires ou phoniques entre les noms de lieux et des mots latins ou grecs; elle sont parfois confortées par une référence érudite mais aussi des légendaires oraux. Le second est davantage soucieux de l'évolution historique des toponymes et des traces archéologiques. Ces deux auteurs semblent illustrer deux étapes de la toponymie débutante. Meynier propose une reconstitution de la marque des grands épisodes du passé antique et de l'occupation du terroir à travers ses toponymes qui relève d'un imaginaire historique; Saurel se livre à une première expertise d'ensemble des vestiges patrimoniaux mais ne dispose pas encore des méthodes qui lui permettraient d'élucider vraiment nombre d'étymologies.

Haut de page

Texte intégral

1 Il est bien connu que les érudits locaux du XIXe siècle et des siècles antérieurs qui ont prêté quelque intérêt aux toponymes leur ont fréquemment assigné des étymologies qui sont souvent aujourd'hui considérées par les spécialistes comme fausses. Il ne m'a pas paru inutile d'étudier le cas des deux premiers auteurs qui ont tenté assez systématiquement de le faire pour le terroir marseillais, afin d'observer quelles méthodes souvent implicites et quelles représentations du passé d'un espace sous-tendaient leur démarche1. Il m'a aussi semblé que leurs élucidations étymologiques pouvaient s'accompagner d'observations nullement négligeables et qu'elles traduisaient des représentations de l'espace humanisé et de son histoire qui étaient dignes d'intérêt.

2En 1866 paraissait à Marseille chez la veuve de Marius Olive, éditeur légitimiste bien connu, un ouvrage de 154 pages intitulé Les anciens chemins de Marseille, description historique et topographique du territoire dont l'auteur était ainsi présenté: « par Meynier, quartier Saint-Louis (banlieue de Marseille) ». Cette œuvre d'un habitant de la banlieue se revendiquant comme tel, est semi-anonyme par l'absence de prénom, au point que son auteur a été parfois confondu avec Ferdinand Meynier, de l'académie de Marseille, que le dictionnaire départemental publié au début du siècle qualifie d'« avocat distingué ». François Meynier (1806-1880), fils d'un saleur dont il reprit l'entreprise, semble avoir passé une large partie de sa vie dans la bastide familiale de Saint-Louis, à l'emplacement où seront construits peu après sa mort les abattoirs. Sa première œuvre connue est un article intitulé « Une tradition marseillaise » (1863), dans lequel il étudie un monticule inclus dans sa propriété où il a cru

3pouvoir identifier le tombeau de Protis, le Phocéen fondateur de Marseille2. Les anciens chemins de Marseille sera le seul ouvrage publié par un auteur qui a donné par ailleurs quelques articles.

4L'on retiendra son statut de notable modeste, proche de la marchandise et du métier manuel; une vie qui se déroule pour l'essentiel dans la ruralité centrifuge du terroir, dont il va justement se faire l'historien à sa manière. Il semblerait avoir quelques notions de latin et peut-être de grec; du moins, il ne va cesser de se référer à ces langues et surtout à la seconde. Néanmoins certaines des acceptions qu'il avance ne sont pas attestées par le dictionnaire de Bailly, il est vrai postérieur d'un demi-siècle et déjà marqué par les progrès de la philologie3. L'ouvrage de Meynier présente l'originalité de transposer au terroir marseillais la technique de « l'histoire de rues » 4puisqu'il s'agit d'évoquer l'histoire des quartiers à travers les étapes des cheminements qui les desservent. Cette cohérence topographique est absente de l'autre ouvrage, celui d'Alfred Saurel (Montpellier 1827 - Marseille, 1887), rédacteur de statistiques communales ou cantonales et de guides (il avait débuté en 1857 avec une Statistique de la commune de Cassis). L'œuvre de sa vie aurait dû être le Dictionnaire des villes, villages et hameaux du département des Bouches-du-Rhône (2 vol., 1877-1878) qui, après 800 pages sur deux colonnes consacrées à Marseille, Allauch et les cantons d'Aubagne, La Ciotat et Roquevaire, restera inachevé. Dans son étude du terroir marseillais qui forme une large partie du volume II, Saurel introduit la fausse rigueur alphabétique qui, au hasard des initiales des toponymes, tend à disperser les quartiers, bien que Saurel commence ses notices en situant chacun d'eux en fonction des axes de communication. En fait de multiples renvois paginaux et des répétitions tendent à compenser ce défaut en reconstituant d'article en article la continuité d'une trame topographique telle que l'auteur croit la percevoir dans son épaisseur historique. Saurel fait suivre son nom de la mention « lauréat et membre de plusieurs sociétés savantes ». Le prospectus annonce que son livre est le résultat de recherches et d'études en tout genre et que l'auteur s'est déjà fait connaître par « de nombreuses monographies », la quatrième de couverture les énumère d'ailleurs.

5Au cours des deux décennies qui séparent les deux ouvrages, le juge de paix Mortreuil a publié en 1872 son Dictionnaire topographique de l'arrondissement de Marseille comprenant les noms anciens et modernes5. Il est remarquable que ce travail considérable, effectué d'après les archives départementales, ne propose pas d'étymologies ­ sinon parfois pour les temps modernes. En revanche, il fournit les formes écrites des toponymes depuis le Moyen Âge. Alors que Meynier s'efforce de décrypter les noms de lieux d'après leur forme du XIXe siècle et ne semble pas soupçonner que cette forme ait pu très fortement évoluer, sinon pour se provençaliser ou se franciser, Saurel va pouvoir grâce à Mortreuil repousser dans le temps sa quête des étymologies.

6Prenons pour exemple les premières étymologies que propose Meynier au début de son ouvrage en les confrontant à celles de Saurel6.

7­ Montredon. Selon Meynier (p. 14), « le nom de Mont-Redon vient du monticule conique que l'on rencontre à peu de distance de la voie tracée entre ce point élevé et le rivage ». L'étymologie est peu discutable, étant immédiatement compréhensible pour quiconque connaît le provençal et, par exception, Meynier ne considère pas qu'il s'agit du rhabillage d'un nom antique. C'est un des très rares cas pour lequel A.Saurel est tout à fait d'accord avec lui (t. II, p. 101): il s'indigne que l'on prononce Mon-tre-don car, dit-il, « les moins experts en idiome local savent cependant que redoun signifie rond et que la colline dont il s'agit est un monticule d'une forme ronde nettement accusée ». Grâce à Mortreuil, Saurel signale implicitement qu'il ne s'agit pas d'une étymologie récente; il nous enseigne que depuis 1278 les notaires mentionnent le Mons retondus.

8­ Bonneveine. Ce nom, selon Meynier, « vient de l'italien Buona vena, c'était l'ancienne appellation de cette terre, qui dépendait de la seigneurie de Mazargues, propriété de Sampietro Ornano ». Saurel (t.II, p. 35-36) se lance dans une longue dissertation sur l'origine du nom en tentant de la rattacher au petit fleuve de l'Huveaune. Mortreuil donne en effet deux attestations du XIVe sous la forme Bonnavena et a aussi montré que jusqu'au XVIIe on a hésité entre l'Huveaune et « le Veaune ».

9­ Mazargues. Pour Meynier, dérivé du grec « Mas Argos7, métairie neuve ». Voilà qui est trop prosaïque pour Saurel (t. II, p. 90-91):

10 « Si l'on s'en rapportait aux auteurs de la Statistique des Bouches-du-Rhône, il faudrait retrouver dans le mot de Mazargues les titres mêmes de son ancienneté: Marii ager, le champ de Marius. Cette étymologie ne nous séduit pas plus que celle présentée par M. Meynier (de Saint-Louis), Mas argos, métairie neuve, et nous aimons autant croire que son radical mas est le même que celui de Marseille alors qu'on l'appelait Massa ou Massalia ».

11Mais l'absence de ruines antiques dans un quartier où l'on signale à peine quelques découvertes de monnaies romaines, fait hésiter Saurel devant pareille hypothèse. Il reste surtout dubitatif, comme l'on verra, parce qu'il ne pense pas que les grands axes de circulation antiques soient passés par Mazargues.

12­ Sainte-Marguerite. Meynier poursuit allégrement ses élucidations grecques (p. 15) : « on sait que le nom de Marguerite est dérivé de Margarites, perle. Ceci serait d'accord avec la vieille tradition: on trouvait dans le territoire de Marseille des pierres précieuses. Il faut remarquer que quelques personnes veulent dériver Gémenos de Gemmae, coïncidence d'idées dans deux régions voisines des rives de l'Huveaune ». Saurel (t. II, p. 140) s'indigne d'une telle étymologie. Il est persuadé que cet hagiotoponyme résulte d'une christianisation. Il trouve trace dans le cartulaire de Saint-Victor du gué de l'Huveaune, ce qui le conduit à supposer que le lieu s'est appelé Maris guadi iter (chemin du gué de la mer), transformé en Sainte-Marguerite.

13­ Le Rouet. Meynier (p. 16): « l'ancien nom de l'église était ecclesia roti, d'où est venu routoir, lieu destiné à faire rouir le chanvre. Le nom primitif vient de rute, digue. Il paraît qu'il y avait non loin de là une dérivation de l'Huveaune ». Saurel (t. II, p. 123) commence par narrer une explication populaire: la statue de l'église représentait la Vierge en train de filer au moment de l'Annonciation. Mais, dit Saurel, « quelques personnes habitant la localité ont fait là ce qui s'est fait à tant d'autres endroits: elles ont donné à un nom dont elles ne comprenaient pas la signification une explication qu'elle avaient constamment sous les yeux ». Il juge d'ailleurs la statue moins ancienne que l'église, qu'il pense du XIe siècle; il propose de restituer Notre-Dame de la Route.

14­ Le Cabot et la Panouse. Meynier (p. 16) assure: « le chemin du Cabot à gauche de Sainte Marguerite traverse le hameau et aboutit au vallon de la Panouse; Cabot paraît venir de kape, bergerie, et Panouse de Pan ousia, terre des bergers. De kape serait venu escabouet, troupeau de chèvre [Note 1]. »

15La note 1 résout une objection éventuelle du lecteur:

16« Le nom de Cabot dans son acception actuelle, ne remonte pas à une époque bien éloignée. Mais ici comme en d'autres lieux, où les anciens plans fournissent des indices certains, il faut remonter à l'étymologie première, à l'appellation primitive de la localité ».

17Saurel (t. II, p. 40) observe que le quartier du Cabot n'a pas plus de quarante ans d'existence. Il ne semble pas envisager que le toponyme ait préexisté aux constructions et signale: « la première maison du Cabot a été une auberge, un cabaret si l'on veut. La carte de la banlieue dressée par les ingénieurs du département de 1821 à 1830 désigne cette maison par les trois lettres cab. »

18À l'évidence, Saurel a été frappé par la coïncidence entre l'abréviation toponymique et la sonorité du patronyme; sans l'indiquer explicitement, il suggère que le Cabot est une forme locale de cabaret. Il ne cite pas la Panouse.

19Au total, Meynier propose dans ses premières pages une étymologie provençale, une italienne à l'origine historique précise, un faux hagiotoponyme rectifié et surtout des racines grecques. La méthode de Meynier est apparemment celle des analogies scripturaires ou phoniques, appuyées si possible par un argument topographique, une tradition ou simplement une relative adéquation de la signification étymologique proposée avec le paysage lui-même. De même que gratter le vert de gris d'une monnaie permet de dégager le profil antique, de même l'art de l'étymologie consiste à retrouver sous-jacents à la provençalisation ou la francisation des alignements de syllabes qui semblent correspondre à des mots attestés dans un dictionnaire de langue ancienne. Il suffirait alors de corriger quelques solécismes ou barbarismes pour voir luire sous ce déguisement phonétique le nom originel, renvoyant soudain à un lointain passé. Notre auteur tend à expertiser le cadastre comme un rébus dont la clef est dans les dictionnaires des humanités, éventuellement dans les histoires de la ville. Meynier se contente de ces rapprochements phonétiques approximatifs qu'il présente sur un mode très affirmatif: en général, sitôt le toponyme cité, l'étymologie est donnée en une seule phrase, par une sorte d'illumination d'évidence.

20Saurel, en revanche, argumente longuement, au point que le problème des étymologies tend à constituer une large part de certaines de ses notices; il critique celles de ses prédécesseurs et en particulier de celui qu'il désigne ironiquement par « Meynier (de Saint-Louis) ». À plusieurs reprises, il renonce à trancher avec certitude. En particulier au sujet de Marseille-Veyre (t. II, p. 43-44), où ses prédécesseurs ont vu évidemment le site du Vieux-Marseille d'avant les Grecs, mais aussi pour Arenc (t. II, p. 15): l'étude par Mortreuil de l'évolution des formes du nom prouve que l'étymologie trop évidente d'arena n'est pas soutenable. Saurel conclut: « Nous ne sommes pas en état de retrouver la véritable [étymologie] et nous déclarons laisser ce soin à de plus habiles ou à de plus ingénieux que nous (voir à ce sujet ce que dit M. Meynier (de Saint-Louis) dans ses Anciens chemins de Marseille, page 83) ». Meynier déduit de l'affirmation d'un écrivain du XVIe siècle qu'il y aurait eu là pendant l'Antiquité des salines, nommées Harem, que « de là est venu le nom d'Harencados, poisson salé; harem à son tour vient certainement de garum, cette préparation si estimée des Anciens ».

21Saurel sait que l'on peut, par la recherche en archives, remonter aux formes anciennes d'un toponyme, du moins pour le second millénaire et il jalonne de citations l'évolution des sonorités et de la graphie, dénonçant les rhabillages. Il est aussi soucieux de localiser avec précision le toponyme, montrant au passage des glissements, des restrictions d'aires. L'ouvrage de Mortreuil lui est d'un secours évident, puisqu'il lui permet de dater parfois avec précision des toponymes des derniers siècles. Ainsi les deux quartiers des Accates (t. II, p. 12-14): la Statistique des Bouches-du-Rhône en proposait sous la Restauration une étymologie grecque, les érables; Meynier rectifiait en haie d'ifs; les habitants d'un des quartiers y voyaient l'adjectif provençal acata, caché, à l'abri. Saurel montre qu'il s'agit de l'acapte, le bail à emphythéose, et que les deux quartiers ont été concédés ainsi à la fin du XVIe siècle.

22L'on observe néanmoins que dans l'interprétation, Saurel paraît souvent prisonnier de ses sources les plus anciennes, soit de l'édition du cartulaire de Saint-Victor et des actes médiévaux qui fournissent évidemment des formes latinisées; d'autant qu'il n'est pas certain qu'il connaisse le grec. À noter que nos deux auteurs ont renoncé aux étymologies celtiques des débuts du XIXe siècle et qu'ils n'envisagent pas l'éventualité d'un substrat préromain. La toponymie est pour eux révélatrice d'une géographie et d'une histoire anciennes qu'elle fossilise. D'où leur souci de conforter leurs étymologies par quelque indice topographique ou historique. Ainsi, rien ne vient rappeler le souvenir du château ayant appartenu au Corse d'Ornano, sauf son toponyme lui-même qui, selon Meynier, trahit par ses sonorités italiennes cette spécificité d'une terre confiée momentanément en fief à un étranger au service du roi de France. Une telle méthode de validation paraît particulièrement aventureuse dans le cas de Meynier, qui intrigue vite le lecteur par ses « il paraît » : il s'avère à la lecture des premières pages de son livre qu'il peut s'agir dans ce cas d'une mémoire populaire:

23 « On trouvera dans ce récit beaucoup de faits déjà connus. Il a été nécessaire de les redire, pour que le travail fût complet. J'ai ajouté ce qui est parvenu à ma connaissance, j'ai complété par ce que je savais. Ceci est le plus mince bagage. Après avoir relaté tout ce qui repose sur des documents authentiques, je n'ai pas voulu négliger ce qui nous vient par la tradition, cette heureuse ressource que l'on rencontre, surtout dans les petits pays, tantôt à l'ombre du clocher de la paroisse, tantôt au coin du feu du paisible métayer. Ce ne sont point des archives classées et numérotées qu'il faut s'attendre à trouver là mais bien les archives vivantes ­ les anciens de l'endroit, qui transmettent à la postérité ce qui y a été déposé par les générations précédentes » (p. 9).

24Une étymologie antique peut donc être démontrée par un souvenir sans âge, qui ne relève point forcément de la culture académique mais serait le reflet de la longue permanence de l'habitat et de la transmission perpétuée de traditions orales en des sites humanisés depuis plus de deux millénaires. Meynier, qui fait figure en son temps de pionnier de la toponymie marseillaise, inscrit en fait sa quête, comme d'autres de ses contemporains, dans les démarches des auteurs des générations antérieures8. On ne saurait lui reprocher d'ignorer les principes qu'Auguste Longnon achèvera d'énoncer en 1889 : « la seule méthode véritablement scientifique consiste à relever les formes anciennes de chacun de ces noms » et aussi à connaître « l'emploi de la phonétique »9. Meynier fera vingt ans plus tard figure d'érudit incertain voire de faux savant inapte à user de procédures historiques et d'esprit critique, aux yeux de Saurel qui lui-même s'efforcera de suivre les modèles de l'érudition nationale de son temps. Comme eux, Saurel tendra d'ailleurs à disqualifier totalement la mémoire orale au profit de l'écrit manuscrit ou imprimé et de la trace archéologique10.

25Chez Meynier l'élucidation étymologique se suffit ordinairement à elle-même en l'absence d'affleurements archéologiques visibles. Son œuvre fascine par sa volonté de reconstitution globalisante de la chora antique par corrélation de noms des lieux-dits voisins qui s'avèrent à ses yeux autant de jalons d'une réalité abolie. Voici, parmi bien d'autres, l'exemple du plateau de la Mûre:

26« Dans la partie qui domine les Aygalades, se trouve la Mûre; c'est un grand ménage 11entouré de terres cultivées. Le nom vient de mora, tribu12. Le chemin qui de là conduit à Simiane porte le nom de fremo-mouarto, qu'on ne saurait appliquer à aucune légende locale (sic), et qui est dérivé de Phragmos-Myrtos, retranchement des myrtes. Ce chemin est la continuation de celui qui, de Sainte-Marthe, arrive à la Mûre et qu'on appelle chemin du four de Buze, nom qui vient de Phoron-Boos, marché aux boeufs. A l'entrée se trouve un point très connu, nommé le Melon, dérivé de melon, troupeau: sur la crête de la montagne, lou barri de la catoguo, Baris-Kataïchius, muraille de la colonie; plus loin, lou Barri de Nioulan, Baris-Nain-Loos, muraille du rocher fortifié; enfin lou Pieiloun d'oou Rei, Puloon-Doureios, la porte de Bois, en descendant vers Château-Gombert, on rencontre Palamar, dérivé de Palame d'où est venu Palemail, jeu de mail. » (p. 57)

27Bref il s'agirait des hauteurs où vivaient les Albicoï, dont le chef Caramandus assiégea Marseille. La toponymie a même conservé le souvenir de son aventure, comme si le passage fugitif du barbare avait laissé la trace indélébile d'un « récit d'itinérance » dans l'espace hellénisé: « tout près de la tente sous laquelle dormit le chef gaulois s'élevait Roque-Barbe, dérivé de Rogkos-Barbarou, le sommeil du Barbare » (p. 66); non loin lou Terras serait dérivé de teras, prodige « et le nom de Sainte-Paule n'indique-t-il pas le terrain où eut lieu la suspension d'armes, ce nom vient de Paula, cessation ». De même pour la tour de Sauveterre: « vu l'ancienneté de l'édifice, (ce nom de Salvae terrae) n'a pas été l'appellation primitive, ce nom vient de plus loin, il vient certainement de Sulon-teras, offrande en souvenir du prodige ». 13

28Meynier découvre encore d'autres indices: ainsi les « limites primitives de la Mûre » sont marquées par la bastide la Morelette « ou mieux la Moureleto »; elle « est comprise dans la ligne où furent faits les premiers défrichements indiqués par Ruffi14. Son nom paraît venir de Mora Litos, tribu inculte » (p. 69). L'on pourrait attendre d'un notable du terroir qu'il connaisse le système de nomination des bastides, dérivé du patronyme souvent féminisé des propriétaires; ce qui est évidemment le cas pour celle du négociant Maurellet. Mais l'imaginaire historique de Meynier semble inépuisable au sujet de cette tribu qui aurait à jamais marqué ce sol où lui-même vit. Par l'étymologie, la carte du terroir devient pour lui semblable à ces dessins pour enfants faits d'une dense résille de traits où l'oeil attentif distingue soudain la forme d'un museau ou d'une queue et suit alors le contour d'une silhouette dissimulée dans un paysage.

29Saurel est très soucieux en revanche de la découverte d'indices tels que les tombeaux, les débris de tegulae et de briques. Il ne faudrait pas cependant exagérer la différence d'avec Meynier: tous deux ont ainsi le point commun d'être persuadés que les hagiotoponymes correspondent à la christianisation parfois tardive de toponymes antérieurs, ce qui est évidemment loin d'être faux mais tend à devenir de règle sous leur plume. Et la reconstitution hypothétique des jalonnements antiques est également manifeste chez Saurel. Alors que Meynier se borne à relier d'un pointillé des toponymes, Saurel s'efforce de déduire de la topographie et de quelques trouvailles archéologiques le tracé des routes; en fonction de cette hypothèse, il assigne des étymologies antiques aux toponymes qui se trouvent sur leur passage supposé; mais il doute fortement ­ et à tort 15­ en revanche que Mazargues puisse être un toponyme antique car:

30 « Nous avons autant de peine à penser que la route tracée par les aborigènes suivie ensuite par les Massaliètes et pratiquée enfin par les Romains et allant de Marseille à Cytharistes (Ceyreste) passait par Mazargues. La véritable route était celle qui dessert le Rouet (Rots), Sainte-Marguerite (Maris guadii iter) et fléchissant derrière Saint-Joseph, gravissait ensuite directement la Gineste et suivait le vallon au-dessous de la Gardiole (la garde, la vigie) » (t. II, p. 91).

31Par-delà leur pittoresque anecdotique ces auteurs paraissent dignes d'intérêt à plusieurs titres. Le premier est évidemment qu'ils constituent deux jalons provinciaux d'une histoire de la toponymie en France. Compte tenu de la date d'édition de leurs ouvrages, Meynier, qui publie avant même la parution du livre de Jules Quicherat De la formation française des anciens noms de lieux (1868), appartient plutôt à la préhistoire de la future discipline et Saurel à sa protohistoire16. Tous deux ont été des créateurs ou des diffuseurs d'explications étymologiques dont la postérité a parfois été longue jusqu'à nos jours. Leurs ouvrages seront longtemps les seuls disponibles sur l'ensemble du terroir marseillais; nombre de conférenciers, d'auteurs de monographies paroissiales ou villageoises iront y puiser.

32Le second intérêt de leur œuvre réside dans le croisement d'un savoir livresque et d'une enquête de terrain. Leur argumentaire étymologique met en jeu les données les plus diverses qu'ils sont parfois les seuls à avoir recueillies et mises par écrit. C'est le cas de Saurel dans sa notice sur le quartier de Saint-Julien (t. II, p. 169-172): il s'insurge contre deux auteurs du milieu du XIXe siècle, Méry et Guindon, qui ont dérivé ce toponyme du nom de Jules César (Julii castra) et en ont conclu que ce dernier avait établi là son camp lors du siège de Marseille17. Il ne nie pas l'occupation romaine du site: l'historien Ruffi signale des découvertes de restes antiques au XVIIe siècle dans le jardin du presbytère; on a plus récemment découvert d'autres tombeaux en creusant le canal. Et surtout « on montre en outre, tout près de l'église, une inscription et un puits. L'inscription est bien romaine, mais qui nous dira l'âge du puits? ». Il doute que l'inscription ait été trouvée sur place; quant aux vestiges de remparts « qui dateraient de Jules César », il estime qu'il s'agit de fortifications des XIIe ou XIIIe siècles (à la page suivante « des XIe ou XIIe »). Il en fournit d'ailleurs la gravure. Il est le premier à les avoir signalées, le seul à les faire dessiner. Il précise: « c'est ce que les uns appellent la fortification romaine et les autres le château de la reine Jeanne ». L'élucidation topographique conduit ici à la première expertise du patrimoine d'un des plus anciens villages du terroir. Elle révèle même au passage pour mieux la réfuter la diffusion populaire d'un légendaire historique demi-savant. Le savoir topographique de nos deux auteurs résulte de longs cheminements pédestres, propices aux observations attentives, éventuellement aux conversations avec les habitants. Par-delà des étymologies parfois discutables, ils livrent de précieuses remarques sur la perception d'un paysage agreste anéanti au siècle suivant devant la poussée de l'urbanisation.

33L'intérêt majeur de leur œuvre est sans doute d'offrir des représentations significatives d'un passé local. De la Mûre à Roque-Barbe, les élucubrations de Meynier sont révélatrices du prestige inouï que l'écrit ancien, en particulier antique, a conféré pendant longtemps au moindre indice topographique. Meynier reflète encore l'ambition des érudits d'antan: retrouver l'emplacement exact où se déroulèrent ces faits transfigurés par la prose antique, que tout collégien a traduite et connaît, identifier le camp de César ou le bois sacré qu'il signale, reconstituer le paysage aux moments les plus lointains et les plus prestigieux de l'histoire de Marseille, en ces temps fondateurs qui lui auraient donné une empreinte définitive à travers la nomination de l'espace, indice de sa maîtrise initiale par les « premières peuplades » et les colons grecs18. Meynier appartient encore à cette longue tradition érudite qui consiste à donner son sens premier à un paysage humanisé en y projetant les allusions des auteurs grecs et latins. Les toponymes sont aussi pour lui le grand palimpseste du terroir. Sa volonté est manifeste d'ériger en dignité cette ample zone rurale jusqu'alors mal connue et sans histoire qui entoure Marseille, où il habite l'essentiel de l'année, de l'intégrer à l'historicité de la ville agglomérée à travers les affleurements étymologiques de ses hameaux et de ses lieux-dits.

34Saurel pourrait symboliser en revanche le désenchantement d'un imaginaire érudit du passé qu'opère l'histoire positiviste, incarnée dans ce cas par le travail strictement documentaire de Mortreuil. A la transmission à peine déformée des toponymes originels à travers les âges qu'imaginait naïvement Meynier, il oppose les déformations, les mutations, pis encore, les incohérences. Lorsqu'il doit avouer que le quartier rural du Camas est appelé Campus Martius au XIe siècle dans le cartulaire de Saint-Victor (t. II, p. 48), il déclare impossible qu'il ait correspondu à un champ de Mars du temps des Romains; il va jusqu'à supposer que « la chapelle de Saint-Michel qui fut construite sur le point le plus élevé de la colline put favoriser la popularité d'une expression éminemment guerrière ». Parce que « la civilisation n'avait pas encore assez avancé pour qu'on ne mêlât pas les noms du paganisme à ceux du Christianisme ». Qu'il ne parvienne pas à proposer à maintes reprises une étymologie après avoir critiqué celles de ses prédécesseurs est sans doute révélateur: il récuse les jeux de mots et les à-peu-près phonétiques de Meynier dont il perçoit l'invraisemblance mais il ne dispose pas des méthodes et des outils qui lui permettraient de résoudre l'opacité des toponymes, et qui viendront pour l'essentiel après lui.

Haut de page

Notes

1 Antérieurement, il convient de signaler les étymologies proposées par les rédacteurs de Christophe de VILLENEUVE éd., Statistique du département des Bouches-du-Rhône, Marseille, A. Ricard, 1821-1829, 4 vol. et un vol. d'atlas, en particulier dans le t. II qui contient la description topographique.
2 L'ouvrage Alfred SAUREL, Dictionnaire des villes, villages et hameaux du département des Bouches-du-Rhône, Marseille, Marius Olive, vol. 2, 1878, dont il sera également traité ici, comporte à la notice « Saint-Louis », p. 174-177, la remarque que Thoulouzan, collaborateur de Villeneuve, avait déjà avancé une telle identification de ce faux tumulus dans la Statistique des Bouches-du-Rhône. À noter qu'une partie de cette notice est consacrée au petit musée d'antiquités que Meynier avait rassemblé dans sa propriété.
3 Georges REYNAUD, notices « Meynier » et « Saurel » dans Jean CHELINI, Madeleine VILLARD, Félix REYNAUD éd., Dictionnaire des Marseillais, Aix, Edisud, 2001, p. 231 et 315.
4 Régis BERTRAND, « L'histoire est dans la rue: les érudits marseillais et la toponymie des artères de la ville », Le Monde Alpin et Rhodanien, 1997/2-4, « Nommer l'espace », p. 123-136.
5 J.-A.-B. MORTREUIL, Dictionnaire topographique de l'arrondissement de Marseille comprenant les noms anciens et modernes, Marseille, Cayer, 1972, et rééd. éd. J. Laffitte, 1980, 469 p.
6 Mon propos n'étant pas l'étude des toponymes eux-mêmes, je ne puis que renvoyer sur ce point aux travaux de Charles ROSTAING, Essai sur la toponymie de la Provence depuis les origines jusqu'aux invasions barbares, Paris, 1950 et rééd. Marseille, J. Laffitte, et du même, « Toponymie marseillaise », Marseille, 3e série, n°2, 1948, p. 45-47, n° 5, p. 44-45, n° 8, p. 44-45, n° 10, p. 40-41, n° 12, p. 55-57, n°19, 1952, p. 39-40.
7 Signalons une fois pour toutes que les mots grecs (ou considérés comme tels) sont en caractères grecs dans le texte de Meynier. J'ai cru plus pratique pour le lecteur et l'éditeur de les transcrire ici dans l'alphabet latin. L'on trouve déjà cette étymologie (avec la traduction « demeure des champs ») dans Louis MÉRY et F. GUINDON, Histoire analytique et chronologique des actes et des délibérations du corps et du conseil de la municipalité de Marseille, t. I, Marseille, Feissat-Demonchy, 1842, p. 76.
8 Ainsi l'exemple exactement contemporain d'un érudit mosellan cité par Paul LEBEL, « Onomastique », dans Charles SAMARAN dir., L'Histoire et ses méthodes, Paris, Gallimard (Encyclopédie de la Pléiade), 1961, p. 677-678.
9 Cité par Jacques CHAURAND dans sa préface à Auguste LONGNON, Les noms de lieu de la France. Leur origine, leur signification, leurs transformations, Paris, Henri Champion, 1999 (1re éd., posthume, 1929), p. III.
10 L'on trouvera la même attitude chez Auguste Longnon dénonçant les « radotages des bonnes gens ». Cf. la préface de J. CHAURAND à A. LONGNON, op. cit., p.V-VI.
11 En italiques dans le texte.
12 Anatole BAILLY, Dictionnaire grec-français, Paris, Hachette, 1950 (1re éd. 1894), ne donne pas, p. 1298, d'autre sens de ce mot que « portion, part ».
13 À noter ici un contresens sur le premier de ces mots, qui signifie plutôt la dépouille d'un temple.
14 Historien de Marseille du XVIIe siècle (Antoine de RUFFI, Histoire de la ville de Marseille, Marseille, C. Garcin, 1642, et seconde édition complétée par Louis-Antoine de RUFFI, Marseille, H. Martel, 1696, 2 vol.).
15 Selon Ch. ROSTAING, art. cit., Marseille, n° 5, p. 44-45, l'origine en serait romaine (le domaine de Martius).
16 Ce qui explique sans doute que le premier ne soit pas cité par Marianne MULON, L'onomastique française, bibliographie des travaux publiés jusqu'en 1960, Paris, Documentation française, 1977, article « Bouches-du-Rhône », p. 154-157. Saurel y figure en revanche sous le n° 3044.
17 La référence exacte est L. MÉRY et F. GUINDON, op. cit., t. VI, 1848, p. CLXXXIX.
18 Une telle démarche est évidemment proche dans son principe de celles qui ont été décrites pour la localisation des faits bibliques par Maurice HALBWACHS, La topographie légendaire des évangiles en terre sainte. Étude de mémoire collective, Paris, Presses Universitaires de France, 1941, 206 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Les étymologies de messieurs Meynier et Saurel ou l'antiquité du terroir marseillais dévoilée par les érudits du XIXe s. », Rives nord-méditerranéennes, 11 | 2002, 77-90.

Référence électronique

« Les étymologies de messieurs Meynier et Saurel ou l'antiquité du terroir marseillais dévoilée par les érudits du XIXe s. », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 11 | 2002, mis en ligne le 21 juillet 2005, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rives.revues.org/119 ; DOI : 10.4000/rives.119

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org