Navigation – Plan du site

Les toponymes dans quelques microrécits de la tradition orale

p. 57-75

Résumés

Les toponymes sont nombreux dans l'ensemble des récits de tradition orale et plus particulièrement dans les microrécits chantés ou psalmodiés tels que les chants pour la petite enfance ­ chants pour endormir ou pour éveiller ­, les incantations ou invocations diverses, les airs de danse enfin. En examinant des exemples de ces trois catégories empruntés au domaine occitan, mais aussi français, on se rend compte que dans ces productions le choix des toponymes, qui apparaissent le plus souvent à la rime, n'est pas pour autant arbitraire. Il traduit d'abord un besoin de jouer avec les mots et sur les mots: par exemple: le nom de Sault dans le Vaucluse induit par la présence de la formule anam a la sau « nous allons au sel » ; Marseille choisi dans les formules sur les giboulées en raison de l'existence du verbe marseiar, marsejar « faire un temps du mois de mars »… Mais, ces toponymes, qui, par la mise en relation avec les noms communs les plus usuels, se trouvent ainsi intégrés à l'expérience linguistique générale, ont surtout pour fonction d'exprimer un sentiment d'appartenance à des espaces, proches ou plus lointains, qui s'emboîtent et s'entrecroisent, et qui peuvent être perçus comme emblématiques, voire conflictuels.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Midi, Occitanie, Cévennes

Chronologie :

Époque contemporaine
Haut de page

Texte intégral

1Les toponymes sont partout présents dans la littérature orale, avec des fonctions diverses: éléments du récit, ils contribuent le plus souvent à situer dans l'espace les personnages du conte ou de la chanson et par là-même à actualiser la tradition orale en référant à des espaces connus et nommés par les auditeurs. Mais ils traduisent aussi une volonté de mise en scène du mouvement, du déplacement dans des espaces, familiers ou non, et donc de création d'une dynamique interne de l'œuvre.

2Parmi les récits de littérature orale, une place importante paraît devoir être accordée aux microrécits, sous-ensemble de ce qu'on appelle généralement les formes brèves, auxquels on n'a pas l'habitude d'accorder une très grande considération. A les regarder de près, on les trouve pourtant bien intéressants en raison du rôle qu'y joue la perception de l'espace nommé et de la vitalité qu'ils manifestent encore aujourd'hui.

3Je me limiterai, dans cette étude, à des formes narratives brèves qui sont chantées ou psalmodiées et qui appartiennent à trois catégories:

4­ les chants pour la petite enfance qui ont pour objet de favoriser le sommeil ou l'éveil de l'enfant;

5­ les chants, ou formules, d'incantation ou d'invocation concernant particulièrement les phénomènes météorologiques, qui relèvent généralement des chants de la petite enfance;

6­ les chants de danse et plus précisément ceux qui sont constitutifs du rigodon, de la farandole et de la polka.

7On les décrira rapidement avant de se demander quelle signification il faut attribuer au choix et à l'usage des toponymes présents dans ces productions1.

Les chants pour la petite enfance

Les chants pour endormir

8Bien connus dans tout le domaine occitan sous le titre de nennas et som-som (équivalents du français dodo), ces chants sont de trois types différents, en ce qui concerne l'utilisation des toponymes:

9­ dans les exemples du type 1-1-1: « nen, nen, petitou… » de Narbonne, « ne, ne som-som » de Provence, l'espace évoqué par le toponyme est celui du père de l'enfant: il se trouve à Rivel ou à Avignon;

10­ dans les exemples du type 1-1-2 (Haute-Loire), c'est « l'espace des sommeils » : pour endormir l'enfant, qui se trouve en A, on convoque les sommeils des communes voisines, Dunières (B), Saint Pol du Mont (C) : B, C ­> A;

11­ le type 1-1-3 est en fait une variante du type 1-1-2: le mouvement suivi par les sommeils convoqués prend la forme d'un aller-retour. Ayant quitté l'espace de l'enfant pour une commune voisine (Béziers), le sommeil doit revenir à son point de départ:

r2r-img-118-1.gif A ­> B ­> A.

Les chants pour éveiller

12Les arri, arri, comme on les appelle en occitan (hue-hue du français), sont eux aussi très populaires. Ils accompagnent le mouvement de l'enfant qu'on fait sauter « à cheval » sur les genoux. Ainsi le chant est-il adressé à un petit cheval imaginaire, chivalé, chibaloun… (ou simplement chivau). Là encore le mode d'emploi du toponyme fait apparaître trois types de déplacement dans

13l'espace:

14­ le plus souvent il s'agit d'un enchaînement de deux, voire de trois lieux. En partant de A, le cheval est invité à galoper vers B, puis vers C ou même D:

15· dans les Cévennes, d'Alès vers Le Collet et L'Espital; et des Taillades vers Le Collet et Villefort

16· dans la Grande Lande, vers Bordeaux, puis Bayonne;

17 - en Provence, de Méthamis vers Sault, puis Pernes et enfin Bedoin.

18On a ainsi le schéma: A ­> B ­> C ­> D.

19­ dans certains cas, le mouvement est circulaire. On revient ainsi à la figure de l'aller-retour vue ci-dessus pour les nennas, mais enrichie par les étapes du voyage: A­> B ­> C­>A. Dans les Landes le petit cheval est prié de partir de A et d'y revenir (tornar) en passant par Lesperon, commune proche de la grande route de Bordeaux à Bayonne, et Jean Quillet qui est le nom d'un quartier de la commune d'Escourre, à 25 km au nord d'Esperon.

20­ enfin la destination géographique peut être réduite à un seul élément: la Crau dans l'exemple de Beaucaire (« anaren a Crau »), les Baux dans celui de Saint-Rémy-de-Provence (« anaren i Baus »).

21Mais ces divers exemples montrent aussi que l'objet du voyage n'est pas seulement le déplacement, il peut être aussi de rapporter un objet: des lanternes, du vin, des toupins (des pots)…

r2r-img-118-1.gif À côté de ces chants,

22pour éveiller tout à fait classiques en domaine occitan, il en est d'autres plus complexes dans leur genèse ou leur structure. Dans tous ces cas il ne s'agit plus d'une adresse au cheval (sauf toutefois dans le début du premier exemple de 1-3-2 où le cavalier a remplacé le cheval).

r2r-img-118-1.gif ­ En 1-3-1

23on est en présence de formules symétriques constituées de deux façons inversées:

24­ soit la diversité des acteurs (A) se combine avec l'unicité du lieu (L) où ils se rendent:

25A1 + A 2+ A 3­> L

26Quand li damo van a Paris

27Quand li moussu «  « 

28Quand li païsan «  « 

29­ soit la diversité des lieux répond à l'unicité de l'acteur:

30A ­> L1 + L2 + L3.

31M'en bau a Paris…

32«  «  Toulouso…

33« « Touloun.

34Comme l'indique la colonne de droite de notre liste d'exemples, ces deux types de chants pour éveiller sont particulièrement bien représentés dans le domaine linguistique français, de telle sorte que l'on peut se demander si les versions occitanes de Provence ne seraient pas une adaptation d'un modèle français.

35Les exemples regroupés en 1-3-2

36marquent une progression notable dans le cinétisme. Le premier présente certes le schéma général du arri, arri et il débute par l'exclamation consacrée. Mais, comme les quatre autres qui suivent, ce texte de Carcassonne, en faisant intervenir successivement deux éléments du visage de l'enfant, l'oreille et le nez, induit d'autres mouvements que celui qui consiste à faire sauter l'enfant sur les genoux.

37Si on laisse de côté Castres, qui n'apparaît que dans le premier exemple, en dehors de la rime, trois villes du pourtour méditerranéen sont suscitées par cette nouvelle orientation, dans les textes languedociens et provençaux: Marseille et Pézenas qui s'accordent avec l'oreille et le nez (lou nas), Montpellier qui engage dans une autre voie: celle des barques en papier. On remarquera que dans les Alpilles, Marseille est remplacée par le nom du village d'Aureille qui est plus proche géographiquement et bien sûr lexicalement. On remarquera aussi que cet élargissement du champ de la narration a pour effet dans ce dernier exemple de faire dériver le chant pour éveiller vers une autre catégorie des formes brèves de l'enfance: Is escoundudo patafludo… est en effet une comptine « utilisée pour le jeu de cache-cache »2.

Les incantations ou invocations

38Dans ce domaine deux types seulement ont été retenus:

Les cloches.

39Elles sont évoquées par l'imitation du son qu'elles produisent: balalin, balalan… Mais il est aisé de voir que ce texte résulte d'un croisement avec un dialogue-randonnée bien connu, celui de Jan de l'Ort. Le premier texte fait référence à Saussan, qui se trouve à une dizaine de km au sud de Montpellier. Mais, comme le disent bien Montel et Lambert, ce type de chant s'adapte en Languedoc à plusieurs autres toponymes: Saussan est propre à la version de Montpellier; « dans les autres parties de l'Hérault on dit de la même façon Paulhan, Servian, Poupian etc. »3.

40Ce schéma traditionnel peut là encore connaître des adaptations locales. En Haute-Loire Jan de l'Ort devient Paere de l'Ort (le père du jardin) et Yssingeaux, qui prend la place des Saussan ou Paulhan…, se trouve mis en relation ou plutôt en réseau avec un petit ensemble de communes: Chomélix, Saint-Hilaire, Chalençon, Viverols.

r2r-img-118-1.gif la pluie et le soleil.

41Le temps des giboulées du mois de mars, qui fait alterner pluie et soleil, a donné lieu à un grand nombre de productions. Le premier exemple est à mettre à part: associant la pluie et les cloches (la campano de Cailhau), il résulte d'une rencontre avec la catégorie précédente. En principe, comme l'a établi J.-N. Pelen, deux types sont à distinguer:

421 - « il pleut, il fait soleil / c'est le temps de Marseille »

432 - « il pleut, il fait soleil / le diable bat sa femme »4.

44Mais les exemples de Provence, donnés par Seignolle et Mistral, de même que celui des Cévennes venant de la collecte de J.-N. Pelen, montrent bien qu'un croisement est toujours possible entre ces deux types. On remarquera la prédominance de Marseille dans ces exemples, mais aussi la substitution de Bagnols à Marseille ou même l'association des deux toponymes dans les Cévennes. Ailleurs, comme à Romans, dans la Drôme, c'est un toponyme local, le nom de la ville qui se trouve mis en relation avec Marseille.

Les danses

45L'entrée des toponymes dans la danse nous amène à nous intéresser à trois types d'airs de danse:

46­ la farandole, pour laquelle la version arlésienne retenue évoque une opposition forte entre la façon locale de danser et celles de deux localités voisines: Trinquetaille, qui est en fait un faubourg d'Arles, mais sur la rive droite du Rhône, et Saint-Rémy-de-Provence situé dans les Alpilles.

47­ la polka des Boutières en Ardèche qui laisse apparaître un phénomène du même type: le toponyme est utilisé pour caractériser une variété de polka d'une commune des environs, Le Gua.

48­ le rigodon, dont quatre versions sont présentées ici, provenant du Vivarais et du Dauphiné:

49· une qui est assez répandue: « Maire, si savias… » et qui révèle une réelle convergence culturelle entre ces régions de l'extrême nord de l'occitan et le pays méditerranéen (Toulon et Marseille) ;

50· une autre qui se déroule selon le schéma très classique de la rivalité entre des groupes de jeunes, garçons et filles, de villages différents: à Clelles on brocarde les « garçon de Mens » et aussi les filles de la même commune;

51· deux versions enfin qui suivent un schéma également très connu: chacun des couplets du rigodon porte sur la façon de danser et plus lar-gement sur le comportement des gens des communes environnantes: « A Aubenas…, à Lavilledieu… » ; « à Prébois…, à Avers… ».

Place et fonctions de ces toponymes 

52Dans ces chants pour l'enfance ou de l'enfance, dans ces airs de danses, les toponymes sont sans aucun doute nombreux et bien identifiables. Mais dans une première analyse on peut se demander si leur choix n'a pas quelque chose d'arbitraire. Plus précisément on serait tenté de considérer que ce choix est lié aux contraintes de la rime ou de l'assonance: Rivel serait attiré par auzèl, et de même chival par L'Espital, la Crau ou li Baus par chivau, Marseille par oreille, Pezenas par nas… La thématique des textes imposerait certains mots et donc certains types de toponymes: le arri, arri implique le chivau ou le chivalet et donc L'Espitau ou Le Collet

53Mais il est évident que le raisonnement pourrait être inversé: pourquoi le choix d'un toponyme n'entraînerait-il pas une forme du lexique et par là-même une certaine structure de la narration? Et puis, à y regarder de près, les toponymes ne sont pas toujours à la rime, même s'il est vrai que c'est leur place la plus fréquente. Ainsi en 1-1-3, Béziers se trouve-t-il au début du vers: « A Beziès sus uno crabo ». De même en 1-3-1, si Paris assonne bien avec gris, ou Nogent avec blanc, Quimper avec vert, Paris est enfoui à l'intérieur du vers dans: « Les dames de Paris s'en vont au pas….. ». Même en 2-2 où il y a une attirance réciproque très forte entre le soleil et Marseille, certaines versions peuvent placer Marseille à l'intérieur du vers, sans possibilité de rencontre avec le soleil: « Si Marsiho va sabié ». D'ailleurs il peut arriver que le toponyme soit à la rime, mais qu'il n'y ait pas de rime… C'est le cas du premier exemple de 1-3-1 dans lequel Paris en fin de vers alterne dans la même position avec pas, trot, galop.

54Enfin il faut remarquer que les toponymes ne sont en aucune façon figés dans ces productions de la tradition orale. La variation est fréquente, comme on l'a vu, pour adapter le texte au terrain, c'est-à-dire pour l'actualiser. Les cloches de Saussan seront celles de Paulhan ou de Servian… Et de même en domaine français, la chanson « A Paris, à Paris / Sur mon petit cheval gris… » connaît beaucoup de variantes selon les régions où elle est implantée: Nogent pourra être remplacé par Rouen pour rimer avec blanc, et Verdun pourra introduire un cheval brun ou encore Cambrai un cheval bai…

55Incontestablement, l'usage des toponymes dans les textes que nous venons de voir traduit un besoin de jouer avec les mots et sur les mots. Cela est sans doute vrai de l'ensemble de la tradition orale où abondent les formules onomatopéiques, à la fois emblématiques et à caractère mnémotechnique (som som, arri arri, ou encore: cric crac, mon conte es acabat), les répétitions de sonorités associées à des formes grammaticales précises comme les suffixes de diminutifs (tire, tire la chevillette, et la bobinette cherra; Cacarauleto / Sort ti baneto / Cacarauloun / Sort ti banoun, « petit escargot, sors tes petites cornes »5), les énumérations de mots unis par la rime (Ai perdut… Moun bounet / Qu'es de biarnet / Ma carabato / D'escarlato /...Mas culotos / A la mataloto…6), les inventions et les pirouettes verbales des jeux d'enfants… Mais cela est encore plus saisissant dans le cas des toponymes qui, définissant le cadre géographique et quasiment officiel de la vie sociale, sembleraient à première vue offrir moins de prise à la fantaisie créative. Et pourtant on a l'impression en lisant et surtout en écoutant ces textes qu'il y a un plaisir sensuel de manier ces noms de lieux, de les entrechoquer entre eux ou avec les mots du langage commun, en jouant sur les répétitions de sonorités à la rime ou en dehors de la rime: « Que deman anan a saut / De Saut a Perno / Querre de lanterno… » ; « Plòu, plòu a Banhòu / Sorelha a Marselha », etc.

56Ce plaisir du langage n'est pas séparable, dans une société dite traditionnelle, d'un souci pédagogique. Comme dans les exemples cités ci-dessus pour les mots de la langue commune dans les contes ou les formulettes enfantines, cet emploi très large des toponymes à une place généralement stratégique, celle de la rime, est aussi un moyen de mieux les mémoriser. Mais c'est surtout une façon de mieux les intégrer dans le langage général, de montrer que ces noms qu'on appelle « propres », tout en référant à des espaces bien déterminés qui peuvent être éloignés et inconnus ou mystérieux, font partie de l'expérience linguistique générale et qu'ils sont indissociables des noms qu'on appelle « communs » dans l'usage habituel de la langue. La rime associe ces toponymes à des noms communs désignant des réalités usuelles pour l'enfant: Rivel associé à auzel « oiseau », Avignoun à panoun « petit pain »…, ou encore Paris à gris, Toulouse à rouge… Et le parallélisme des structures enseigne que le toponyme fonctionne (à peu près) comme un autre nom pour indiquer par exemple la destination ou la localisation: « la mama es al cantou / lou papa es a Rivel ».

57Du jeu sur les mots on passe facilement au jeu de mots. Ainsi le choix de la commune de Saut, dans le arri, arri du Vaucluse, est-il en relation directe avec la présence du substantif sau « sel », dans plusieurs versions de arri, arri provençaux: « Arri, arri, à la sau / Que deman sara Nadau » (Mistral, TDF, article sau). De même l'intervention de l'oreille, auriho, dans le arri, arri « Is escoundudo » des Alpilles, entraîne l'apparition du toponyme Auriho « Aureille ». Mais c'est surtout dans les invocations concernant les giboulées de mars que se manifeste le mieux la tendance au jeu de mots. BanhÒu « Bagnols » dans le texte cévenol, « Plòu! plòu / a Banhòu », fait irrésistiblement penser au verbe occitan banhar « mouiller, tremper ».

58Et il y a enfin Marseille dont la forte présence dans ces textes ne peut pas s'expliquer autrement que par la rencontre avec un verbe occitan, là encore, marsejar ou marseiar, qui est formé sur le nom du mois de mars et qui signifie par conséquent « faire un temps du mois de mars, pleuvoir par giboulées » (Mistral, TDF). On trouve ce verbe dans un certain nombre de dictons tels que: « Mars marsejo » (c'est-à-dire: il fait en mars le temps de mars, les giboulées) ou: « Se febrié noun febrejo / Mars marsejo » (Mistral, TDF, art. marseja). Un substantif a même pu être tiré de ce verbe: à Romans, dans la Drôme, la giboulée se dit la marseille. Quant au jeu de mots entre le nom de la cité méditerranéenne et le terme désignant le temps de giboulées, il est tout à fait explicite dans un dicton comme celui-ci, cité par Mistral (TDF, art. Marsiho) : « Quouro plou e souleio, fai lou tèmps de Marsiho ».

59Mais, pour importantes qu'elles soient, ces explications par la créativité linguistique ne suffisent pas. D'une façon générale le choix des toponymes dans les microrécits que nous venons de voir, de même que dans les autres formes de la littérature orale, qu'il s'agisse des grands contes ou des proverbes…, relève d'un besoin très prononcé de reconnaissance et d'appropriation de l'espace. Dans la plupart de ces textes, les toponymes de proximité sont nombreux. Ils ont sans doute des fonctions diverses, mais ils contribuent à baliser un espace familier des relations sociales.

60Ainsi les nennas définissent généralement un espace familial proche et rassurant. Dans beaucoup de versions françaises de « dodo l'enfant do », la maman est en haut et le papa est en bas. Dans le Languedoc, « la mama es al cantou », c'est-à-dire au coin du feu; le père, lui, est relativement éloigné, à Rivel, ce qui est sans doute une façon de donner au jeune enfant une petite idée de la différenciation entre le père et la mère. Mais les localités évoquées, en Languedoc ou en Provence, sont proches géographiquement ou psychologiquement. Ce sont souvent des centres régionaux avec lesquels on entretient des relations privilégiées: ainsi Avignon pour Saint-Rémy, Béziers pour Bédarieux…

61L'espace s'élargit un peu avec les arri, arri. On peut même considérer que, par l'intermédiaire du petit cheval, on entreprend une véritable conquête de l'environnement géographique dans l'imaginaire. Ce n'est pas un hasard si l'itinéraire proposé est défini parfois de façon circulaire (avec retour au point de départ), ou triangulaire, ou en tout cas peu rationnelle, avec des poussées successives vers le nord et vers le sud: par exemple Bordeaux et Bayonne pour les Landes; Saut et Pernes au sud de Méthamis, Bedoin au nord.

62Les toponymes d'éloignement sont caractéristiques de la catégorie 1-3 « Autres chants pour éveiller ». Le prestige de Paris ne vaut pas seulement pour les chansons d'expression française (« A Paris, à Paris / Sur mon petit cheval gris… »). Même s'il s'agit peut-être d'une influence française, on évoque le nom de la capitale dans les chansons d'Ariège ou de Provence (« Quan li damo van a Paris… ».; « M'en bau a Paris… »). L'éloignement est certes moindre, mais il est bien réel dans les autres versions: Toulon, Toulouse, Montpellier, Marseille, Pézenas. C'est tout un espace sud-occitan qui est en fait dessiné par ce réseau de villes importantes, capitales régionales ou du moins chargées d'histoire comme Pézenas. Ce sont des cités qui éveillent à un sentiment d'appartenance à un monde plus vaste que l'environnement immédiat, mais qui surtout font rêver. Il est intéressant de voir qu'à l'autre bout du domaine occitan, dans le Trièves, sur un axe vertical cette fois, le même attrait est exercé, dans les paroles du rigodon, par deux des villes méditerranéennes évoquées ici: Toulon et Marseille. C'est l'effet des échanges multiséculaires que les habitants de ces territoires alpins des confins du francoprovençal ont connus avec les gens des rivages méditerranéens, grâce à la transhumance, le radelage et le transport du bois, le commerce du sel… mais c'est en même temps le signe de l'importance de ces points de repère essentiels que sont les grands centres urbains pour définir un espace culturel et pas seulement économique, même s'il est vrai que dans le cas précis de ce rigodon du Trièves la référence positive à Toulon et à Marseille ne semble pas partagée par l'ensemble du groupe familial (« Maire, si savias… me batrias »).

63Il existe enfin un usage que l'on pourrait appeler « polémique » des toponymes. Ils exercent alors une fonction démarcative qui nous renvoie à d'autres types de production orale bien connues telles que les contes de Béotiens où est mise en scène la moquerie à l'égard des habitants de communes voisines. En 1-3-2 ce sont les « enfants de Montpellier » qui font les frais de la chanson. Selon A. Montel et L. Lambert, ce texte qui est un « chant de moquerie à l'égard des gens de Montpellier et de leurs navires » ferait allusion à une dispute que les gens de Montpellier auraient eue avec les habitants de Marseille et avec ceux de Pézenas au XIIIe siècle. L'allusion méprisante aux « barques de papier » montre bien, comme le disent A. Montel et L. Lambert, que la provenance de ce texte est marseillaise. Mais en essaimant, cette chanson a reçu des variations, elle a perdu de son agressivité et dans les Cévennes par exemple les barques sont devenues les marques.

64Dans l'énumération de la « petite cloche d'Yssingeaux », la critique est plus feutrée. Car la « chair de chien » que l'on donne au « père du jardin » n'est pas en elle-même un mets très relevé, de telle sorte qu'on ne saurait pas faire un grand grief à une commune comme Chomélix d'en manquer… Mais c'est un moyen tout de même de se démarquer de plusieurs villages environnants en portant sur eux des jugements de valeur qui vont du négatif au positif: pas, guère, assez, un plein chaudron. On remarquera que ces communes ont toutes, sauf une (Chalençon), la particularité d'être géographiquement ou historiquement périphériques: Chomélix, qui est dans la Haute-Loire, faisait partie autrefois de la Basse-Auvergne; Arera est Saint-Hilaire, situé en Forez et Viverols, commune du Puy de Dôme, appartenait aussi autrefois à la Basse-Auvergne.

65C'est dans les airs de danse que la fonction démarcative peut être parfois la plus forte. Car l'exécution correcte des pas de la danse exige un savoir-faire dont on est légitimement fier et la variation observée en dehors de la commune peut alors apparaître comme de la maladresse ou de l'incompétence. D'une façon assez fréquente les différents couplets de l'air de danse passent en revue les habitants des communes voisines, mais pour se moquer de leur comportement général et pas seulement de leurs façons de danser.

66La danse prime dans La polka de vèrs lo Gua, recueillie à Saint-Pierreville, en Ardèche. Un seul couplet sur trois concerne en fait la commune voisine, Saint Julien du Gua. La polka est une danse considérée comme facile, et donc mineure. Aussi n'est-ce pas un compliment que de l'attribuer aux gens du village voisin et de reconnaître qu'ils savent tous la danser…

67Mais dans les paroles de la farandole arlésienne, médiocrité de la danse et mauvaise qualité des gens sont mêlées. Avec le rigodon, danse très populaire jusqu'à aujourd'hui en Dauphiné et Vivarais, la danse tend à être oubliée. A Aubenas on oppose certes la pratique locale du rigodon aux déviations des villages environnants, rigodon très « individuel » à Lavilledieu, transformé en bourrée à Largentière et de même à Lautaret. A Clelles, dans le Trièves, une seule cible est visée, la ville de Mens, capitale du Trièves, mais la critique classique des pratiques de danse est en fait recouverte par la critique des jeunes mâles, qui « font les suffisants », alors que les filles sont jugées « fines ». Enfin à Lus-la-Croix-Haute, dans la Drôme, ce sont les villages ou hameaux du Trièves situés au nord de la commune que l'on blasonne, d'une façon assez fantaisiste, en ajustant la critique à la forme du toponyme et donc en pratiquant ce jeu sur la langue dont nous avons déjà parlé.

68Il faudrait certainement explorer beaucoup d'autres formes brèves que celles qui ont été examinées ici et il conviendrait aussi de confronter les résultats provenant de ces échantillons avec les observations que l'on a pu faire dans d'autres domaines, comme par exemple celui de la parémiologie bien analysé par Claude Martel7. Peu à peu la place et la fonction des toponymes dans le langage apparaissent plus nettement. « Noms propres » utilisés pour dire l'espace, ils sont dans une large mesure la mémoire des lieux et des personnes ou des pratiques associées à ces lieux. Créés selon un processus de sélection, par le langage, de segments de l'espace, ils constituent en eux-mêmes, dans leur forme et dans l'inventaire qui en est dressé sur un territoire donné, un discours de représentation de l'espace aussi riche et pertinent, pour qui sait le décoder, que d'autres discours. Mais ce que nous apprennent aussi les productions de la tradition orale, c'est que les toponymes, intégrés au langage commun (celui des noms dits « communs »), participent des diverses fonctions, ludiques, poétiques ou pédagogiques…, assignées au langage et surtout disent, d'une façon forte, les sentiments d'appartenance à des espaces géographiques et culturels qui s'emboîtent ou s'entrecroisent: espace de la famille, espaces de la commune et de son environnement immédiat, espaces plus lointains et dans une certaine mesure imaginaires, espaces des relations quotidiennes et des conflits de voisinage, espaces des villages ou des centres urbains, espaces enfin de la langue et des affinités culturelles dont elle est porteuse. Il y a là tout un champ de recherche qui mériterait vraiment d'être défriché.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

ARNAUDIN, Félix, Chants populaires de la Grande-Lande et des régions voisines, tome I, Paris, Champion, Feret et fils, Bordeaux, Lambert, Labouheyre, 1912.

BERAUD-WILLIAMS, Sylvette, Chansons populaires d'Ardèche, recueillies dans le pays des Boutières, Aix-en-Provence, Edisud, CNRS, 1987.

BOUVIER, Jean-Claude, La mémoire partagée, Lus-la-Croix-Haute (Drôme), numéro spécial de la revue Le Monde Alpin et Rhodanien, Grenoble, n° 3-4, 1980.

BOUVIER, Jean-Claude, « Note sur la comptine “il pleut, il fait soleil” » dans Revue drômoise, Valence, Société d'Archéologie et de Statistique de la Drôme, t. LXXX, n° 405, 1977, p. 321-322.

BRULEY, Marie-Claire, et TOURN, Lya, Enfantines, Jouer, parler avec le bébé, Paris, L'Ecole des loisirs, 1988.

GALTIER, Charles, Le trésor des jeux provençaux, collection de culture provençale, Edit. Marcel Petit, 1952.

MISTRAL, Frédéric, Lou Tresor dóu Felibrige, Aix-en-Provence, Vve Remondet-Aubin, Avignon, Roumanille et Paris, H. Champion, 1879-1886, 2 vol.

MONTEL, Achille et Lambert, Louis, Chants populaires du Languedoc, Paris, 1880.

PELEN, Jean-Noël, Le conte et la chanson populaires, dans Daniel Travier et Jean-Noël Pelen, Le temps cévenol, Nîmes, Sedilan, 1982

SEIGNOLLE, Claude, Le folklore de la Provence, Paris, Maisonneuve et Larose, 1967.

TIERSOT, Julien, Chansons populaires recueillies dans les Alpes françaises (Savoie et Dauphiné), Grenoble, Librairie dauphinoise, Moutiers, Librairie savoyarde, 1903.

VASCHALDE, Henry, Chansons populaires du Vivarais, Paris, 1897.

Haut de page

Annexe

Annexe

Exemples de toponymes dans des microrécits de la tradition orale

1 - Chants pour la petite enfance

1-1 Nennas et som-som

1-1-1 Nen, nen petitou.

La mama es al cantou

Lou papa es à Rivel

Te pourtara un auzèl

Sus la punto del coutel

(Languedoc, Aude, Belvèze:

Montel et Lambert, 42)

Ne ne, som-som

La som-som vòu pas veni

Soun papa es Avignoun [sic]

I'adurra de bon panoun

De bon pan de nose…

(Provence, St-Rémy: Seignolle, 78)

1-1-2 Soin, soin, vène, vène, vène

Soin, soin, vène vè l'enfant

Soin, soin de vè Gunère

Soin, soin de vè Se-Pa

Lai maridoun las filhos;

Lai la plaçan tant ma

(Haute-Loire: Montel et Lambert, 70)

1-1-3 Som, som, bèni, bèni, bèni

Som, som

Bèni d'endacon

Lou som-som s'es enanat

A Béziès sus uno crabo

Lou som-som vendrà aici

A chabal sus un pouli

(Languedoc, Bédarieux, Hérault:

Montel et Lambert, 107)

1-2 Arri, arri

1-2-1 Arri, Arri, chivalet

Per la fièiro dau Coulet

Dau Coulet à l'Espital

Ferro, ferro moun chival…

(Languedoc, Alès: M et L, 155)

Haye! haye tipotéou

De `si ouan dinqua Bourdéou

De Bourdéou dinqua Bayoune

Dab moun bét mandilhot rouye.

Quéy les crabes se m'en ban

Per-sou camin de Sen Jan…

(Gascogne, Landes: Arnaudin, 31)

Arri, àrri moun chivau

Que deman anan a Saut

De Saut à Perno

Querre de lanterno

De Perno a Bedouin

Querre de toupin

Pèr faire quaucarèn

Dedins

(Provence, Vaucluse, Méthamis: Seignolle, 87)

1-2-2 Haye! haye chibaloun,

De `si ouan dinqua Lesproun,

N'en tournaram per Jan-Quilheut

Luoue le gayne, héy un peut.

(Gascogne, Landes: Arnaudin, 34)

1-2-3 Arri! arri! moun chivau

Deman anarèn a Crau

Pourtarèn un gros coutèu

Per tua Anno-Isabèu…

(Languedoc, Beaucaire: Montel et Lambert, 164)

Arri, àrri moun chivau

Que deman anen i Baus

Arri, àrri ma cavalo

Que deman anen i balo

Arri, arri moun poulin

Que deman anen au vin…

(Provence, Saint-Rémy: Seignolle, 75)

Autres chants pour éveiller

1-3-1 Quand li damo van à Paris

Van au pas, au pas (ter)

Quand li moussu van à Paris

Van au trot, au trot (ter)

Quand li païsan van à Paris

Van au galop, au galop

(Provence, Seignolle, 87)

Les dames de Paris s'en vont au pas

Les messieurs de Paris s'en vont au trot

Les chevaux de Paris s'en vont au

galop (ter)

(Bruley et Tourn, 68)

M'en bau à Paris

Sus un chabal gris

M'en bau à Toulouso

Sus uno cabalo roujo

M'en bau à Touloun

A cabal sus un grisoun.

(Languedoc, Ariège, Belesta,
Montel et Lambert, 171)

A Paris, à Paris

Sur mon petit cheval gris

Au pas (ter), Au trot (ter), Au galop (ter)

A Nogent, à Nogent

Sur mon petit cheval blanc /Au pas…

A Quimper, à Quimper

Sur mon petit cheval vert / Au pas…

(Bruley et Tourn, 70)

1-3-2 Arri, arri, cabalié

De Castros à Mountpeliè

De Mountpeliè à Marselho

I tiraran l'aurelho

De Marselho à Pezenas

I tiraran lou cap del nas.

(Languedoc, Carcassonne:

Montel et Lambert, 160)

Lous enfants de Mountpeliè

Fan de barcas de papié

E lous de Marselha

Ie tirou l'aurelha

E lous de Pezenas

Ie tirou lou nas

(Languedoc, Montpellier: Montel et Lambert, 243)

Les enfants de Montpellier

Font des marques de papier

Ils s'en vont à Marseille

Tirez leur l'oreille

Ils s'en vont à Pézenas

Tirez leur le nez (= nas)

(Cévennes: Pelen, 59)

Is escoundudo

Patafludo

Lou moulin

De la garudo

Tres pan

De levan

Foro, foro

Pete Jan (bis)

Mametro

Tiro la carretro

Lis enfant de Mount-Pelié

Fan de barco de papié

Pèr ana Auriho (sic)

Tira lou bout d'auriho

Per ana a Senas

Tira lou bout dou nas.

(Provence, Alpilles, Galtier, 24)

2 - Incantations, invocations

Balalin, balalan

Las campanas de Saussan

Quau las sona? quau la dis

Lou curat de Sant Denis

(Languedoc, Montpellier: Montel et Lambert, 223)

Balanli, balanlan

La clocheto de vé le Champ

Quau es mort? Jan de l'Ort

Quo l'enterro? Sa cavalo…

(Haute-Loire, Vorey: Montel et
Lambert, 228)

2-1 Les cloches

Balanli, balanlan

La clocheto de Vé Sindzau

Lou batelou soun mâ de fau

Que lèi es mort? Paere de l'ort.

Que ou a dit? Paere petit.

Qui douneron? De chair de chi.

Ou la prendron? Vè Chomeli

Vè Chomeli

L'en a dzi.

Vè Sant Arera

L'en a guèra.

Vè Salençou

L'en a prou

Vè Viverou

L'en a un ple perrou

(Haute-Loire, Roche-en Régnier: Montel et Lambert, 230-231)

2-2 La pluie et le soleil

Plau, plau maniclau

La campano de Cailhau

Qui la souno?

Lou ritou de Carcassouno.

Qui la fa?

Lou ritou de Palaja.

(Languedoc, Aude: Montel et

Lambert, 242)

Plòu, Plòu, souleio

Sus lou port de Marsiho

Lou diable bat sa fiho

(Provence, Seignolle, 76)

Plòu! plòu

De baneto, de faiòu

Si Marsiho va sabié

Tout lou monde courreirié… [Mistral, TDF: « sus lou pont » article Marsiho]

(Provence, Var Six Fours,
Seignolle, 83)

Plòu et souliho

Au camin de Marsiho

Plòu, plòu, sian countent

Toumbo d'aigo dins moun bèn

(Provence, Seignolle, 298)

Plòu a Banhòu

Sorelha a Marselha

Lo diable bat sa femna

A grands còps de baston

La vai negar

Dins lo Gardon

(Cévennes, Pelen, 89)

Plòu, plòu

A Banhòu

La galina còca

Monta sus la ròca /Sus la ròca, sus lo banc

Sus la ròca dòu galant

(Cévennes, Pelen, 92)

Il pleut, il fait soleil

La lune est à Marseille

Il pleut, il fait beau temps

La lune est à Romans

(Drôme, région de Romans-Valence)

3 - Danses

Farandole

La farandoulo de Trinquetalho

Touti li gen soun de canalho

La farandoulo de San Roumié

Touti li gen pisson au lié

(Provence, Arles : Montel et Lambert, 579)

Rigodon

Maire, si savias

D'ounte venou, d'ounte venou

Maire, si savias

D'ounte venou, me batrias.

Venou de Touloun,

De Touloun e de Marsiho

Venou de Touloun

De dansa lou rigoudoun

(Alpes, Trièves, Mens : Tiersot, 517)

Vès Ooubena

L'aï danson bien lo viro

O Lavillodièou

Chascu viro lou siéou

Et vès Largentiero

Donsoun la bourèio

Mai a Looutoré

La dansoun l'eitobé

(Ardèche, Aubenas, Vaschalde, 52)

Polka

La polka de vèrs lo Gua

Tot lo mond (bis)

La polka de vèrs lo Gua

Tot lo mond la sap dansar

(Ardèche, Boutières, Béraud-Williams, 90)

Lou garçon de Mens

Fan lou suffisen,

Passon dessous l'hallo,

Font tinta l'argent

Las filhas sont finas,

Vous counnaisson proun

Dison qu'èi d'ardoise

Quan din leur pouchou

(Trièves, Clelles : Tiersot, 525)

Vèrs Praboès,

Ma miona, ma miona,

Vèrs Praboès,

Li fan dansar lo boèsc...

Vèrs Avèrs,

Ma miona, ma miona

Vèrs Avèrs

Li minjon de travèrs

(Alpes, Lus la Croix Haute : Bouvier, 219)

Haut de page

Notes

1 On se reportera à la liste d'exemples présentée en annexe. La bibliographie donne les références précises des publications auxquelles ces exemples sont empruntés.
2 Galtier (1952), p. 24.
3 Montel et Lambert (1880), p. 223-224.
4 Pelen (1982), p. 90.
5 Galtier (1952), p. 55.
6 Montel et Lambert, p. 418.
7 Martel, Claude, « Toponymie et parémiologie. Les noms de lieux dans les proverbes en Provence », dans Nommer l'espace, revue Le Monde Alpin et Rhodanien, 2-4, 1997, p. 201-214.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Les toponymes dans quelques microrécits de la tradition orale », Rives nord-méditerranéennes, 11 | 2002, 57-75.

Référence électronique

« Les toponymes dans quelques microrécits de la tradition orale », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 11 | 2002, mis en ligne le 21 juillet 2005, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rives.revues.org/118 ; DOI : 10.4000/rives.118

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org