Navigation – Plan du site

Les difficultés de la reconversion à La Ciotat et à La Seyne-sur-Mer

Raphaël Martins Dias et Manuel Tixidor
p. 35-45

Entrées d’index

Géographie :

Midi

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Dans une région longtemps qualifiée de sous-industrialisée, les industries maritimes, concentrées sur quelques sites, ont constitué des pôles d’activités dynamiques en créant de nombreux emplois jusque dans les années 1970. Ces industries s’établissaient sur le littoral provençal selon trois secteurs :

2· la construction-réparation navale (réparation navale essentiellement localisée à Marseille, construction navale à Port-de-Bouc, La Ciotat et La Seyne-sur-Mer),

3· les industries liées à la Défense Nationale avec l’Arsenal de Toulon,

4· l’activité industrialo-portuaire du site de Fos-sur-Mer.

5La construction navale s’est développée au cours du XIXe siècle et a connu une croissance irrégulière mais continue jusque dans les années 1970. Les trois chantiers navals ont été créés respectivement à La Ciotat en 1836, La Seyne-sur-Mer en 1856 et Port-de-Bouc en 1900. La croissance soutenue de la production s’est accompagnée d’une hausse des effectifs des chantiers. Au sommet de cette expansion en 1976, les chantiers de La Seyne comptaient 5 700 salariés, ceux de La Ciotat 6 000. Pourtant, les chantiers de Port-de-Bouc font faillite dès 1966. Les chocs pétroliers de 1973 et 1979 ont aggravé la crise du secteur de la construction-réparation navale. Face à cette crise et à la dégradation inexorable des effectifs, l’État décida en décembre 1982 la fusion des chantiers navals de Dunkerque, La Seyne et La Ciotat, donnant naissance aux Chantiers du Nord et de la Méditerranée (NORMED). Mais cette fusion, trop tardive et jamais réelle, n’apporta pas les gains de productivité tant attendus. Aussi le 30 juin 1986, la NORMED déposait son bilan après le refus des pouvoirs publics de toute nouvelle subvention. Ce fut la fin d’une époque et les communes de La Ciotat et de La Seyne se retrouvèrent alors dans une situation économique désastreuse.

6Après avoir mis en évidence l’emprise des chantiers navals de La Seyne et de La Ciotat sur l’économie locale, nous évoquerons la période de fermeture de ces chantiers ainsi que le devenir du personnel. Nous nous intéresserons ensuite à la politique élaborée pour tenter de relancer l’activité économique des deux communes. Enfin, nous dresserons un bilan des actions soutenues par les aides européennes.

La Ciotat et La Seyne à la veille de la fermeture : des villes très industrialisées

7C’est au milieu des années 1970 que l’activité bat son plein dans les deux chantiers qui drainent également un nombre élevé d’emplois liés dans toute la région PACA (Tableau 1).

L’influence des chantiers navals sur l’environnement socio-économique local.

La Ciotat

La Seyne

superficie du site

40 ha

34 ha

nombre d’emplois (maximum)

1977 : 6 200

1976 ; 5 740

et en 1982

1982 : 3 942

1982 : 4 191

nombre d’emplois liés aux 2 chantiers et à l’Arsenal de Toulon en 1980 en région PACA

5 051

part des chantiers dans l’emploi de la ville (1982)

39,6 %

23,2 %

ensemble des résidents de la commune ayant un emploi (1982)

10 227 (100 %)

18 829 (100 %)

résidents travaillant dans la commune (1982)

8 801 (79 %)

11 586 (61,6 %)

résidents travaillant en-dehors de la commune (1982)

2 146 (21 %)

7 233 (38,4 %)

Enquête réalisée en 1981 par Sud Information Economique n° 45. Source : INSEE, mémoires de maîtrise de géographie de R. Martins Dias (« La Ciotat aujourd’hui : bilan de douze années de reconversion »,1998) et M. Tixidor (« Des zones d’entreprises au programme européen Objectif 2 : les tentatives de reconversion à La Seyne-sur-Mer face à la fermeture des chantiers navals », 1999).

8Dans le cas de La Seyne, au cœur de l’agglomération toulonnaise, l’arsenal de Toulon constitue la seconde activité vitale de la zone d’emploi. A contrario, La Ciotat est une commune plus isolée des centres urbains régionaux et son activité économique est entièrement dépendante des chantiers. Les deux communes ont la particularité d’être les lieux où réside l’essentiel de la main-d’œuvre. Enfin, la taxe professionnelle issue des chantiers joue un rôle déterminant dans la vie économique et culturelle des deux cités. On peut alors imaginer les lourdes répercussions occasionnées par la fermeture de la NORMED en 1986.

La fermeture et le devenir du personnel

9La fermeture s’est étalée sur une période de 10 ans et a pris la forme d’une véritable agonie. À La Ciotat, les difficultés économiques ont commencé dès 1978 où 1 100 salariés ont été licenciés. À La Seyne, les premiers effets de la crise sont apparus en décembre 1982, date de la séparation du secteur naval et du secteur terrestre. Le secteur terrestre (escaliers mécaniques, tubes lance-missiles) a gardé le nom de CNIM (Constructions Navales et Industrielles de la Méditerranée). Il est toujours présent et emploie environ 800 personnes à La Seyne. Le secteur naval, sous la pression de l’État, a fusionné avec les chantiers de La Ciotat et de Dunkerque pour former la NORMED.

  • 1 Cela s’explique par le fait que les chantiers navals de La Ciotat devaient constituer un donjon ver (...)

10Cette décision n’a rien changé aux difficultés des trois chantiers qui en 1984 ont fait partie des 15 pôles de conversion créés par le gouvernement Mauroy dans les régions touchées par la grande récession de l’industrie (construction navale, charbonnages et sidérurgie). Un plan de restructuration visait une baisse de la production et une diminution des effectifs en échange de nouvelles subventions de l’État. La NORMED dut alors se séparer d’environ 3 000 emplois par le biais d’un premier plan social de septembre 1984 à juin 1986. Celui-ci prévoyait la suppression de 2 000 emplois à La Seyne, 764 à Dunkerque, 280 à La Ciotat (ici uniquement des départs volontaires ou des mesures d’âge). La commune varoise était donc la plus touchée par cette mesure tandis que La Ciotat restait relativement épargnée1. Ce plan social comportait deux alternatives :

– soit le salarié bénéficiait d’un congé de conversion d’une durée de deux ans durant lesquels il percevait 70 % de son salaire avant d’être licencié et de bénéficier des ASSEDIC. La formation et la recherche d’un emploi s’effectuaient avec l’aide d’organismes propres à l’entreprise, les GINE (Groupes d’Intervention pour un Nouvel Emploi). Cette option a été choisie par 56 % des personnes concernées.

– soit il capitalisait les 24 mois de son salaire NORMED à 70 %. Il percevait alors 65 % du montant total de ses droits sans perdre pour autant le bénéfice de l’aide des cellules de conversion.

11Ces réductions d’effectifs ne permirent cependant pas à l’entreprise d’améliorer sa situation financière et elle dut rapidement déposer son bilan. Un deuxième plan social fut alors mis en place. Tous les employés des trois établissements se virent dans l’obligation de choisir entre deux possibilités de licenciement :

– la capitalisation immédiate : 200 000 à 280 000 francs selon les qualifications,

– les congés de conversion d’une durée de deux ans : maintien du contrat de travail avec 70 % du salaire antérieur et bénéfice d’une formation et d’une action individualisée de reclassement proposées par les GINE.

12Une enquête réalisée en 1990 (Tableau 2) nous montre quel a été le devenir des anciens salariés des chantiers navals de La Seyne et de La Ciotat selon le mode de licenciement choisi fin 1989.

Répartition des salariés licenciés selon leur choix
(chantiers navals de la Seyne et de La Ciotat, décembre 1989).

4 803 SALARIES EN JUILLET 1986

CAPITALISATIONS

3 497

72 %

CONVERSIONS

1 366

28 %

Chômeurs

1 338

38 %

Chômeurs

28

2 %

Réemplois salariés

877

25 %

Réemplois salariés

695

51 %

Création d’entreprises

466

13 %

Création d’entreprises

53

4 %

préretraites

422

12 %

Préretraites

47

3 %

Sans information

379

11 %

Sans information

361

26 %

Contrats sur chantiers

15

1 %

En cours de congés

174

13 %

Reclassements sociaux

8

1 %

13On remarque que la capitalisation, plus intéressante financièrement que lors du premier plan social, a été choisie par 72 % des salariés. Mais les congés de conversion (28 %) ont permis une meilleure réinsertion des salariés. La capitalisation n’a donc pas été une bonne solution de réinsertion professionnelle, et d’une manière générale, ce schéma met en évidence le bilan négatif de la reconversion des anciens salariés des chantiers. De plus, compte tenu des qualifications et des traditions syndicales des anciens salariés de la NORMED, il leur a été difficile de trouver un emploi dans les zones d’entreprises créées pour développer de nouvelles formes d’activité.

Les zones d’entreprises

14Afin de compenser les pertes d’emplois et de dynamiser des zones frappées par la récession, Alain Madelin alors Ministre de l’Industrie imagina un programme de diversification économique. L’idée forte de ce programme était l’application du concept de zones d’entreprises. La mesure-choc de ce dispositif consistait à exonérer pendant dix ans de l’impôt sur les sociétés et de l’impôt forfaitaire les entreprises qui s’installaient dans un délai de 5 ans. Ainsi trois zones d’entreprises furent créées le 15 octobre 1986 dans les bassins d’emplois de Dunkerque, La Ciotat et La Seyne-sur-Mer. Pour bénéficier de ces avantages fiscaux, les entreprises devaient répondre à certains critères : création d’au moins 10 emplois dans les trois ans suivant leur implantation, activité à caractère industriel à l’exclusion des secteurs d’activités en crise (construction navale, textile, sidérurgie…).

15Deux zones d’entreprises virent donc le jour dans le sud de la France le 15 octobre 1986 : une société de conversion, Provence Industrialisation, fut mise en place en 1986. Elle avait pour mission première d’intervenir directement auprès des entreprises pour conforter leurs projets créateurs d’emplois. Pour ce faire, elle s’est appuyée sur le formidable produit d’appel que constituaient les zones d’entreprises et sur un fonds d’industrialisation de 210 millions de francs accordé par le ministère de l’Industrie. Ce fonds fut accordé aux entreprises préférant s’installer ou s’étendre en dehors des zones d’entreprises, à l’intérieur des deux bassins d’emplois concernés, sous la forme d’une aide financière réduite (avances consolidables en subventions, aides à l’immobilier).

Deux zones d’entreprises voient le jour dans le sud de la France
le 15 octobre 1986.

Zone d’entreprises Provence (206 ha)

• 125 hectares à cheval sur les communes d’Aubagne et de Gémenos, en prolongement des zones industrielles déjà existantes.

• 81 hectares à La Ciotat.

Zone d’entreprises Var Côte d’Azur (257 ha)

• 113 hectares sur le plateau forestier de Signes, près du circuit automobile du Castellet.

• 68 hectares à Brégaillon-Lagoubran-Ollioules (communes de La Seyne-sur-Mer, Toulon, Ollioules).

• 52 hectares sur le site des Playes-Jean Monnet (communes de La Seyne et Six-Fours).

• 24 hectares à La Farlède, en prolongement de la zone industrielle de Toulon-Est.

16À la fin de 1992, dernière année d’exercice des exonérations fiscales en zones d’entreprises, le nombre d’emplois créés par ce programme de diversification économique était sensiblement égal au nombre d’emplois perdus par les deux chantiers du sud de la France. Dans la zone d’emploi de Toulon-La Seyne, on enregistrait 3 000 nouveaux emplois contre 4 800 dans celle de La Ciota-Aubagne.

17La zone d’entreprises Provence eut de même plus de succès que celle du Var. 93 nouvelles entreprises ont permis la création d’environ 1 000 emplois à La Ciotat (sans compter Aubagne-Gémenos), tandis que 39 entreprises en généraient 1 200 sur les quatre zones du Var où les sites de Signes et La Farlède eurent beaucoup plus de succès que celui de La Seyne.

Les actions entreprises avec les programmes européens

L’intervention européenne

18À partir de 1989, La Seyne et La Ciotat entrent dans le champ de la politique régionale européenne. Celle-ci s’appuie sur les fonds structurels communautaires, en particulier le FSE (Fonds Social Européen) et le FEDER (Fonds Européen de Développement Régional).

19De 1989 à 1993, les zones d’emplois de La Ciotat-Aubagne et de Toulon-La Seyne étaient éligibles au programme européen RENAVAL, programme spécifiquement destiné aux régions affectées par la fermeture des chantiers de construction navale.

20À partir de 1994, nos deux bassins d’emplois devinrent éligibles au programme OBJECTIF 2. Ce programme se décompose en deux sous-périodes, 1994-96 et 1997-99.

21Observons à présent les différentes actions entreprises à La Seyne et à La Ciotat dans le cadre de ces programmes.

La situation à La Seyne

22En 1992, le programme RENAVAL a permis la destruction, la dépollution et la réhabilitation du site des anciens chantiers navals ainsi que l’aménagement de la partie Est du site en une zone d’activité. Ceci dans le but d’implanter le projet MAREPOLIS. Il s’agissait de créer un technopôle de la mer autour d’unités de recherche, de formation, de production de hautes technologies et des industries maritimes. Un groupe britannique s’était même associé à ce projet. Malheureusement, un désaccord sur le désenclavement du site entre la mairie et l’investisseur britannique entraîna une rupture de la convention signée entre les deux parties. Le projet échoua et depuis le site est resté à l’état de friche.

23Ce problème d’accessibilité est toujours d’actualité puisque l’on est obligé de passer par le port et le centre ville, souvent saturés aux heures de pointe, pour se rendre sur le site. Pour son désenclavement, la municipalité a envisagé de réaliser un tunnel sous le port. Lors de la première phase du programme (94-96), les crédits OBJECTIF 2 ont permis des opérations de réhabilitation urbaine et de valorisation du potentiel touristique de la ville (création d’un parc paysager en bord de mer). Mais d’une manière générale, aucun véritable projet de développement n’a vu le jour. La municipalité a récemment décidé de construire des logements et un complexe cinématographique sur le site des anciens chantiers, ainsi qu’un IUFM et un Centre de Formation des Apprentis, c’est-à-dire peu de choses en terme de dynamique économique.

24Par ailleurs, le classement du quartier Berthe en zone franche urbaine (mesures d’exonérations fiscales pendant 5 ans) en 1996 n’a pas encore eu les résultats escomptés. Enfin, il faudrait envisager une véritable politique de redéveloppement économique à l’échelle de l’agglomération toulonnaise pour faire face à la restructuration des industries de la Défense.

Les projets de reconversion du site des chantiers à La Ciotat

25Jusqu’en août 1994, les stratégies des divers acteurs ne s’étaient pas cristallisées sur un projet commun. Une centaine d’ouvriers CGT, soutenus par une partie des anciens salariés et de la population, occupaient le site en continu, luttant pour le redémarrage de l’activité navale et le maintien en état des moyens de production. Ils étaient appuyés par le Conseil Général socialiste, propriétaire de 24 hectares de domaine public maritime.

26De son côté la municipalité UDF, propriétaire des terrains privés et des bâtiments du site, avait décidé de tourner la page de la navale pour construire à l’emplacement des anciens chantiers un vaste complexe touristique. L’État pour sa part ne voulait pas subventionner à nouveau la construction navale et devoir rembourser les aides perçues de la CEE au titre d’aide à la reconversion.

27Le 17 août 1994, l’État, le Conseil Régional, le Conseil Général, la commune de La Ciotat et la CGT parvenaient cependant à un accord pour la revitalisation du site des anciens chantiers. Celui-ci prenait en compte les principes suivants :

28· le maintien de la vocation industrielle et maritime du site,

29· l’unicité de gestion pour l’ensemble du réaménagement et de la revitalisation économique du site,

30· la mise en place d’une entreprise d’insertion avec mesures sociales collectives.

31Cet accord prévoyait la création d’une entreprise d’insertion et de la SEMIDEP, Société d’Économie Mixte de Développement Économique et Portuaire. Sa mission consistait à aménager et gérer le site ainsi que réguler, piloter et sélectionner les implantations d’entreprises en fonction de leurs activités (construction et maintenance de navires de plaisance, haute plaisance, pêche, croisière, port à sec, bassin de pêche et de plaisance…).

32Pour ce faire un plan d’aménagement était mis en place : le DIAM, Domaine d’Industrie et d’Activités Maritimes. Celui-ci couvrait les 43 hectares du site des chantiers en bord de mer. Sur le terrain des ex-chantiers en friche, à côté de l’hôtel de ville, devaient être construits un Institut Universitaire de Technologie (IUT) ainsi que des logements. Cependant les nombreuses difficultés rencontrées par la ville entre 1989 et 1996 ne lui ont pas permis de valoriser son classement en zone Objectif 2. La réalisation de la zone d’entreprises Athélia et la perte de la taxe professionnelle des chantiers ont contribué à endetter fortement la commune. Entre 1994 et 1996, elle est placée sous la tutelle du préfet qui exécute le budget. La délicate situation financière et politique de la ville expliquent sans doute les difficultés à présenter des projets. Pour cette période, seulement 2 millions de francs ont été programmés. Il faut néanmoins rappeler que La Ciotat a reçu, entre 1989 et 1993, environ 14 MF du programme européen RENAVAL.

33L’amélioration des finances communales et la signature du protocole d’accord du 17 août 1994 ont permis à La Ciotat de programmer de nouvelles opérations pour la période 1997-1999. Les sommes engagées s’élèvent à 124 MF dont 37 % financés par les fonds européens. L’essentiel des projets concerne la revitalisation du site des chantiers : aménagement du site pour l’accueil d’entreprises et construction de l’IUT.

34À la mi-1998, on estimait à 7 le nombre d’entreprises implantées sur le site des anciens chantiers, celles-ci employant de 55 à 70 personnes. Si on ajoute à ce chiffre les effectifs de la SEMIDEP et les emplois créés par de nouvelles implantations d’entreprises ou le développement d’entreprises déjà installées, ce sont près de 130 personnes qui travaillaient fin 1998 sur le site des anciens chantiers. L’objectif des dirigeants de la SEMIDEP est de créer deux à trois cents emplois supplémentaires d’ici 3 ans. Ce bilan est modeste comparé aux 1 671 emplois de la zone Athélia en 1998.

35La page douloureuse de la construction navale n’a pas encore été tournée ni à La Seyne, ni à La Ciotat, aussi bien dans les paysages que dans les mentalités. À La Seyne, la population est lassée devant l’immobilisme de la situation et les querelles politiques stériles. La population traditionnelle de La Ciotat n’a pas encore reconnu la zone Athélia comme le nouveau pôle économique de la ville. Pour permettre à la population de changer sa perception du territoire communal, la municipalité a organisé avec succès en septembre 1996 une action de promotion des entreprises d’Athelia sous la forme d’une exposition, « les journées de l’entreprise ».

36Au niveau du redéveloppement économique, l’éclatement des sites des zones d’entreprises sur 8 communes, n’a pas permis aux municipalités de La Ciotat et de La Seyne d’améliorer leur santé financière à travers la perception de la taxe professionnelle. Cet exemple illustre l’individualisme de la politique de reconversion mise en place. Une plus grande solidarité entre les différentes collectivités territoriales permettrait peut-être à une plus grande échelle de mieux tirer profit des dispositifs mis en place et de recentrer les opérations sur les espaces connaissant les difficultés les plus grandes.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Cela s’explique par le fait que les chantiers navals de La Ciotat devaient constituer un donjon vers lequel se replierait la NORMED si l’activité devait encore se réduire.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://rives.revues.org/docannexe/image/109/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/109/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raphaël Martins Dias et Manuel Tixidor, « Les difficultés de la reconversion à La Ciotat et à La Seyne-sur-Mer », Rives nord-méditerranéennes, 4 | 2000, 35-45.

Référence électronique

Raphaël Martins Dias et Manuel Tixidor, « Les difficultés de la reconversion à La Ciotat et à La Seyne-sur-Mer », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 4 | 2000, mis en ligne le 07 décembre 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rives.revues.org/109 ; DOI : 10.4000/rives.109

Haut de page

Auteurs

Raphaël Martins Dias

Raphaël Martins Dias est étudiant en géographie à l’UFR de géographie d’Aix-en-Provence.

Manuel Tixidor

Manuel Tixidor est étudiant en géographie à l’UFR de géographie d’Aix-en-Provence.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org