Navigation – Plan du site
1998

Testaments et contrats de mariage : des sources essentielles dans l'appréhension d'une identité religieuse

Les exemples des Baux et de Lourmarin de 1598 à 1629
Céline BORELLO
p. 85-102

Texte intégral

1Testaments et contrats de mariage révèlent une situation religieuse à un moment donné. Si tel n'était pas le cas comment expliquer, en effet, les changements opérés aux lendemains de l'édit de Fontainebleau, en 1685, alors que les réformés, nouveaux convertis, abandonnaient leurs formules notariales traditionnelles pour adopter celles des catholiques romains? Que ce soit de façon sérielle ou bien de manière plus ponctuelle, l'intérêt de telles sources est multiple, car elles permettent d'aborder la vie économique, sociale, culturelle de tous ceux qui passaient un acte auprès d'un notaire. Dans le cas qui nous intéresse, il ne s'agit pas seulement de compter les formules notariales mais plus sûrement d'analyser ce que M. Vovelle 1 appelle les “attitudes vitales” de ceux qui venaient le consulter. C'est ce que permettent les clauses religieuses des contrats de mariages et des testaments, car elles restent un indicateur privilégié de la foi d'un individu ou plus largement d'un groupe sur une période donnée. Souvent, elles sont, pour le chercheur, la seule possibilité d'approcher la vie intime de personnes qui n'ont laissé aucun écrit personnel. Outre les travaux entrepris par M. Vovelle, de nombreuses études ont d'ailleurs porté sur la perception de l'identité religieuse à partir des testaments et des contrats de mariages2. Plusieurs colloques ont également eu pour thème l'utilisation des actes notariés par la recherche historique en particulier à l'époque moderne3, relevant par là même la richesse et la complexité d'interprétation de telles sources.

2Dans le cas présent, il s'agit de s'intéresser aux protestants de deux villages provençaux, Les Baux et Lourmarin, entre l'Édit de Nantes (1598) et l'Édit d'Alès (1629). Le choix de ces sites s'explique par le fait qu'ils présentent une proportion inverse de protestants: le village des Baux comporte une population très majoritairement catholique alors que Lourmarin abrite 80 % de Réformés. Nous avons ici deux visages de la communauté réformée provençale en fonction du critère du nombre de protestants par rapport à la population totale du village. La période retenue se situe après l'édit de Nantes car c'est la seule longue période, sous l'Ancien Régime, où les réformés sont libres de vivre leur foi selon leur conscience sans risquer brimades et vexations.

3Dès lors, l'identité religieuse que l'on peut analyser à partir de clauses particulières des actes notariés apparaît, a priori, ouverte et non teintée de cette clandestinité caractéristique du XVIIIe siècle. Le but est de voir ce que permettent de lire, en matière religieuse, les contrats de mariage et les testaments des protestants de ces deux localités. L'étude porte sur 246 testaments et 290 contrats de mariage (467 pour Lourmarin et 59 pour Les Baux) et tente de cerner quels sont les critères d'appartenance religieuse qui font sens, non seulement pour l'historien d'aujourd'hui, mais surtout pour les individus de l'époque.

Le contrat de mariage: la marque d'un cloisonnement religieux

4L'analyse la plus immédiate que l'on puisse faire, à partir de ces actes notariés, repose sur les contrats de mariage, acte d'une structure plus simple que le testament. Ce pacte d'union est réalisé selon un modèle qui permet d'avoir une structure fixe et commune à la fois aux catholiques et aux protestants. Il comporte ainsi, en premier lieu, un préambule qui précise "ainsin que à l'honneur de Dieu et en multiplication de l'humain lignage, mariage a esté traité en parolle entre..." ou encore "comme à l'honneur de Dieu le créateur et en suivant l'ordonnance d'icelluy, mariage a esté verballement traité et arresté, lequel intervenant la grâce de son Saint-Esprit sourtira a effect entre...". Ensuite sont présentés les noms, parfois qualités et parents des époux, les lieux de résidence et parfois d'origine. Les parents des fiancés présentent leur consentement en vue de l'union. Vient enfin la promesse de mariage: en théorie les catholiques "promettent de se prendre en vrais époux et légitime mariage, célébré en face notre sainte mère l'Église catholique apostolique et romaine" alors que les protestants le célébreront en "face l'Église de la religion réformée de laquelle ils font profession".

5A travers l'étude des mariages protestants de ces deux localités, plusieurs traits apparaissent. Tout d'abord, l'endogamie religieuse est la règle. A Lourmarin, par exemple, sur les 272 mariages dépouillés, 14 sont contractés par des catholiques et 258 par des réformés. Il n'y a aucun mariage mixte ou “bigarré”: on se marie entre personnes de la même religion. Ce comportement n'a, à vrai dire, rien de surprenant dans cette société d'Ancien Régime. D'ailleurs, les deux Églises chrétiennes n'auront de cesse de condamner ces mariages mixtes qui sont alors jugés “contre nature”.

6Ensuite, le cloisonnement religieux qui existe entre les deux confessions peut également se saisir dans l'étude de l'endogamie spatiale, dans les deux villages cette fois-ci :

7Si l'on analyse les résultats de ce tableau, un aspect essentiel apparaît: le recours à l'endogamie est majoritaire. A Lourmarin, cela peut s'expliquer par la présence d'une forte communauté protestante à l'intérieur même du village. En effet, les fiancé(e)s, pour choisir leur conjoints de même religion, n'étaient pas obligés de se rendre dans d'autres communautés réformées. Cette explication trouve une preuve supplémentaire dans un bref regard sur les mariages catholiques: sur 14 unions catholiques du village, 10 se font dans le cadre d'une exogamie spatiale. On sent ici la difficulté qu'avaient les catholiques à trouver des conjoints, dans le village même de Lourmarin, alors que la population était à 80 voire 90 % réformée.

8Dans le village des Baux, les protestants ont, là encore, recours de façon majoritaire à l'endogamie spatiale. Elle est ici encore plus importante qu'à Lourmarin. L'explication peut éventuellement se trouver dans la raison inverse de celle évoquée pour Lourmarin. En effet, les protestants baussencs se marient majoritairement entre eux car ils ne trouvent pas dans leur environnement immédiat d'autres communautés réformées susceptibles de fournir des conjoints. Cette situation d'isolement religieux renforce ainsi les liens intra-villageois alors que Lourmarin, situé en plein Luberon réformé, participe d'un réseau marital inter-communautaire.

9Un autre élément vient renforcer l'impression de cloisonnement religieux qui ressort de ces premiers chiffres : il s'agit de la provenance géographique des conjoints extérieurs aux villages. Pour cela, prenons l'exemple de Lourmarin. Voici les principaux lieux d'habitation des fiancé(e)s :

10Ces localités reproduisent pratiquement la géographie protestante provençale: la plupart de ces lieux sont composés, en ce début de XVIIe siècle, de communautés protestantes qui sont parfois très conséquentes à l'exemple de Mérindol, haut lieu du valdéisme et du protestantisme provençal. Pour s'en convaincre, voyons les provenances des conjoints catholiques, toujours dans le village de Lourmarin :

11A l'exception de Lauris, qui fournit trois conjoints protestants et deux fiancés catholiques, la carte qui apparaît ici est différente de celle présentée pour les réformés: ces villages sont avant tout catholiques, peu marqués par le protestantisme, à l'exception peut-être d'Apt. Cela tendrait à démontrer qu'il existe une géographie différentielle entre protestants et catholiques, en ce qui concerne le mariage. Chaque communauté religieuse va chercher, dans des localités bien déterminées, ses conjoints, par le biais sans doute de réseaux de sociabilité complexes. Cette tendance renforce donc, tout comme elle y participe, le cloisonnement religieux qui existe entre catholiques et protestants en ce début de XVIIe siècle. Ce constat oblige à penser que l'identité religieuse d'une personne n'était pas inconnue de ses contemporains: liens familiaux, professionnels, “bouche-à-oreille”, rencontres fortuites à l'occasion d'une cérémonie... tout cela permettait alors d'identifier un individu confessionnellement. Quels sont les moyens de faire de même pour le chercheur d'aujourd'hui?

Mariages et testaments : les signes d'une identité religieuse

12Dans l'optique d'identification religieuse d'une personne, le testament offre un complément indispensable au contrat de mariage. Sa structure est ainsi plus complexe que le contrat d'union. Il comporte tout d'abord des clauses constantes (la date, les nom et prénom, lieu d'habitation, éventuellement profession du testateur ou, pour les femmes, celle du père ou du mari). Suivent une “sentence philosophique” ("considérant qu'il n'y a chose en ce monde de plus assurée que la mort et ni rien plus incertain que le jour et l'heure d'icelle") et une clause de validité juridique ("sain et ferme de son bon propos et jugement"). Viennent ensuite des clauses religieuses, que nous détaillerons, et enfin des dispositions successorales traditionnelles (le règlement de la succession en cas de décès).

13Les formules religieuses testamentaires permettent clairement d'isoler huguenots et papistes. Ces derniers ont recours à un plus grand nombre de formules religieuses (avec en particulier un recours quasi systématique à l'intercession de la Vierge Marie et des saints). Les testaments protestants, en revanche, sont d'une plus grande sobriété. Le dépouillement du rituel funéraire apparaît d'ailleurs dans la Discipline ecclésiastique française de 1559 : "Les ministres ne feront ni prière ni prédication à l'enterrement des morts pour obvier à toute superstition et seront exhortés ceux qui accompagnent les corps de se comporter avec modestie durant le convoi, méditant selon l'objet qui se présente tant de misère, et brièveté de cette vie que de l'espérance de la vie bienheureuse. Les pasteurs aussi empêcheront qu'aucune aumône publique ne se fasse à l'enterrement de ceux qui sont décédés pour obvier aux inconvénients que pourraient advenir4.

14Nous avons ainsi, dans les testaments réformés, ce que l'on peut appeler une “définition confessionnelle” (généralement "comme chrétien"), puis une recommandation de son âme à Dieu et au Christ (l'absence des intercesseurs tels que la Vierge Marie et les saints est normale pour les protestants), une demande de pardon des péchés afin que l'âme accède au Paradis, enfin une élection de sépulture avec parfois des legs charitables (souvent aux pauvres du consistoire). Prenons l'exemple du testament de Barthélemy Cornillon, passé le 23 avril 1599, devant le notaire Monestier 5 de Lourmarin. Cet habitant de Lourmarin, originaire de Cucuron, passe son testament de la manière suivante: il se déclare “fidèle chrétien” et désire être enseveli suivant la coutume de la religion réformée. Suit enfin un don de dix écus aux pauvres de la paroisse. La confession de cette personne est claire. Dans la majorité des cas, nous nous trouvons face à cette situation. Si l'on prend l'ensemble des testaments protestants dépouillés dans les deux villages, sur toute la période considérée, on obtient les résultats suivants :

15Les critères d'appartenance religieuse protestants sont apparents. Le signe de croix, les intercesseurs célestes (Vierge Marie et saints) et les messes sont catégoriquement refusés. C'est ce qui a fait dire à M. Vovelle que les silences sont parfois très lourds de sens dans l'interprétation des testaments, en particulier durant des périodes plus difficiles pour les protestants comme le XVIIIe siècle. Certains actes peuvent même parfois être ressentis comme de véritables revendications d'identité confessionnelle. A Lourmarin par exemple, la doctrine de la prédestination, fondamentale dans la pensée réformée, apparaît de façon explicite. Alors que les protestants des Baux insistent sur le pardon de leurs péchés et parlent moins de l'accès au Paradis, les réformés de Lourmarin se préoccupent moins du pardon mais sont plus assurés d'arriver au Paradis. Ainsi, 44 % des protestants qui testent utilisent cette formule éloquente: “plaise [à Dieu] colloquer [son âme] avec les bienheureux du royaulme de Paradis acquis aux fidèles chrétiens par la mort et passion de notre seigneur Jésus-christ”. La confession de foi réformée est ainsi plus apparente dans les testaments de Lourmarin qu'elle ne l'est aux Baux 6. Pour compléter ces critères, on peut encore regarder les mentions des définitions confessionnelles et des sépultures. Très souvent, dans au moins une de ces clauses, on retrouve la mention de la religion reformée, comme on peut le voir dans les chiffres suivants tirés des formules exprimant l'élection de sépulture dans les testaments de Lourmarin :

16La référence à la religion réformée est très majoritaire (seuls deux actes n'y font pas référence, dix-sept ne portent aucune mention de sépulture, soit 10 % à peine du total des testaments). Ce qu'il faut ici également remarquer, dans l'optique de revendication religieuse développée plus haut, c'est le refus appuyé d'éviter l'emploi du terme “religion prétendue réformée” (R.P.R.). Cette expression, officiellement utilisée depuis l'édit de pacification de Beaulieu de mai 1576, mais déjà utilisée dans les édits antérieurs, rappelle non seulement que, pour l'église romaine, la réforme est déjà entreprise et à continuer mais aussi cherche à en ôter le monopole aux Réformés. Le tout, évidemment, rend d'autant plus péjoratif et vexatoire l'emploi de cette expression. Duplessis-Mornay écrivait d'ailleurs en 1589 après la mort d'Henri III: “Et parce que d'autre part, il ne faut pas offenser ceux de la Religion, faut convenir de termes, parlant d'eux, en toutes expéditions. Les plus propres semblent “la religion que nous disons réformée ou dite réformée””7. Cette dénomination est donc logiquement écartée par les protestants de Lourmarin, très majoritairement dans les testaments (27 % seulement utilisent cette tournure). L'analyse syntaxique des promesses de mariage vient d'ailleurs renforcer cet état de fait. Celles-ci sont à Lourmarin au nombre de douze que l'on peut rassembler en trois grands ensembles: le premier fait ouvertement référence à l'église réformée (67 % des actes), le deuxième emploie le terme plus général de “chrétiens” (9 %) et le dernier est celui des formules silencieuses (“ainsi qu'est commandé” regroupe à elle seule 23 % des promesses). Ce dernier groupe, dans un village à plus de 80 % réformé, peut laisser penser qu'il s'agissait d'un mariage protestant. La formule la plus rapide était employée par le notaire pour résumer une pratique très répandue dans le village: celle d'une cérémonie huguenote. En ce qui concerne l'emploi de “chrétien”, il peut renvoyer à la même situation de non-dit, de tacite compréhension entre les contractants et le notaire qui, il faut le noter pour Lourmarin, est toujours de confession protestante 8. Dans aucun contrat de mariage étudié, en tout cas, on ne retrouve la mention de la RPR.

17Que ce soit des silences (comme le refus de se placer sous la protection de la Vierge Marie ou d'effectuer le signe de croix) ou par des affirmations claires (en particulier au moment de l'élection de sépulture voire au moment de la promesse de mariage) les actes permettent d'identifier confessionnellement les individus. Ceux étudiés sont conformes à l'image que l'on se fait de la sensibilité religieuse protestante qui refuse, entre autres, l'intercession de la Vierge Marie et des saints, les messes et célèbre le mariage dans un temple réformé. Les contrats de mariage permettent de saisir un vécu religieux restreint à la communauté villageoise ou, tout au plus, aux autres communautés protestantes des environs immédiats.

18Cependant, il arrive aussi que le traitement des ces sources notariales offre des résultats plus surprenants.

L'acte notarié: quels mots pour exprimer sa foi?

19Les actes notariés, contrats de mariages et testaments peuvent, nous venons de le voir, révéler la situation religieuse de certaines communautés entières et participer parfois d'une certaine forme de revendication confessionnelle de la part de groupes minoritaires.

20Pour pouvoir connaître l'identité religieuse de ces individus, il faut une clarté des formules inscrites. C'est-à-dire non pas la simple mention d'une Église particulière, puisque les non-dits sont parfois évocateurs, mais une articulation cohérente des différentes formules rencontrées. Ainsi, il n'est pas illogique de voir des réformés désirer se marier simplement “en face de l'église” sans mention de la religion prétendue réformée. Mais il est plus délicat de s'avancer sur la sensibilité religieuse d'une ou plusieurs personnes lorsque ce que nous pourrions appeler des discordances dans le recoupement des formules se produisent.

21Lorsque l'on analyse certains des 27 testaments identifiés comme émanant de protestants des Baux, entre 1598 et 1629, ce problème paraît essentiel. Tout d'abord, les formules de définition confessionnelle sont marquées par la confusion entre les termes relevant d'un vocabulaire catholique et ceux habituellement employés par les réformés:

22Les premières formules sont logiques et même courantes quelle que soit la population réformée rencontrée. On peut noter d'ailleurs la notion usuelle de “vrai” chrétien qui renvoie vers l'autre l'erreur de foi. Mais la clarté n'est pas le cas de toutes ces clauses religieuses: certains protestants des Baux acceptent de voir dans leurs testaments le terme de “catholique”, voire même de “catholique romain” ou “catholique apostolique” à côté de celui de “réformé”. L'emploi du mot “catholique” peut étonner de la part d'un réformé. D'ailleurs, cela ne manqua pas de susciter l'intérêt de certains chercheurs de ce début de siècle: ainsi P. Bertas était surpris de constater que dans un des premiers testaments protestants de Marseille, celui du marinier Guillaume Roquebrune, passé le 23 juillet 1566 9, se trouvaient les formules suivantes: “vrai et fidèle chrétien et catholique” pour la définition confessionnelle et “comme est de coutume ensepvellir ceulx de sa relligion” pour l'élection de sépulture 10. Il semble donc que, pour certains réformés tout au moins, il n'y ait aucun paradoxe entre se déclarer “catholique” dans des actes aussi importants que les testaments alors qu'ils sont des protestants avérés.

23De plus, c'est ici l'évangile qui est le marqueur de l'identité protestante, comme dans le contrat de mariage de Jean Verpian et Suzanne Peyre, daté du 27 décembre 1621, où l'on peut lire qu'ils désirent se marier “en l'église chrétienne réformée suivant la discipline évangélique” 11. D'ailleurs, en poussant plus loin l'étude des formules religieuses des testaments des protestants des Baux, on se rend compte que l'élection de sépulture est parfois formulée dans un même mélange de termes. Ainsi le testament de Honnoré Quenin, maître costumier, en date du 18 février 1628, comporte la mention de sépulture suivante: “cimetière de ses frères faisant profession de la religion réformée et évangélique”. Quelques mois plus tard, le 13 juin 1628, Jean Bonnet, laboureur, demande à être enterré dans le “cimetière de ses frères faisant profession de la religion chrétienne catholique et évangélique” 12 .

24D'ailleurs, on peut remarquer que jusque vers 1602, date de la construction d'un cimetière protestant distinct, les protestants des Baux se font enterrer au cimetière Saint-André, cimetière de l'église paroissiale des Baux, ou dans l'église, sans aucune réticence de leur part, et ce quel que soit le niveau social rencontré. Ainsi, Claude de Manville, écuyer et sieur des Baux, protestant notoire, souhaite, en 1600, être enterré au tombeau de ses prédécesseurs dans la chapelle des Baux 13. Rassy Selne, travailleur, deux ans auparavant souhaite, bien que protestant lui aussi, être enseveli au lieu de ses “devanciers parents” 14, sans doute au cimetière de l'église des Baux.

25Comment expliquer ces formules particulières qui rendent les actes des Baux assez atypiques? Il semble que, pour ces deux derniers cas, la continuité avec les anciens soit plus forte que l'inadéquation religieuse qui pouvait exister entre être protestant et se faire enterrer dans une chapelle 15 catholique. De plus, pour ce qui est de l'acceptation du cimetière, on peut ajouter que la volonté de séparer les morts en fonction de leur religion venait surtout de l'Église catholique qui craignait que la présence de sépultures protestantes dans un cimetière catholique ne viennent le “polluer”. Les protestants, en revanche, ne considéraient pas “la ville des morts” comme un espace sacré, ne rendant d'ailleurs pas de culte aux défunts.

26En ce qui concerne la présence du terme “catholique” dans les formules notariales des protestants des Baux, il est probable que ce mot n'avait pas le même sens pour ces protestants du XVIIe siècle qu'il a pour nous au XXe. En effet, le terme de katholikos qui, chez les auteurs grecs comme Aristote ou Polybe, avait le sens d'universel, de général, est employé depuis le IIe siècle par les auteurs chrétiens comme synonyme de l'Église de Jésus-Christ. Dans ce terme de catholique est désignée une religion totale qui saisit tous les hommes et toutes les choses par l'événement unique et universel qu'est la venue de Dieu parmi les hommes, en la personne du Christ. Chaque chrétien reconnaît ainsi l'Église de Jésus-Christ comme catholique. Les Réformateurs entendent par “catholique” l'Église véritable des origines qui est l'opposée de l'Église “papiste”. Ce n'est qu'au cours du XVIIe siècle que les églises réformées récusent, plus ou moins fermement, le terme de catholique pour se désigner elles-mêmes. Le caractère romain du terme catholique n'est pas encore présent chez ces protestants du début du XVIIe siècle comme il l'est aujourd'hui, car il est vrai que seule l'église qui a pour centre le Vatican a gardé ce terme dans son appellation d'Église “Catholique Apostolique et Romaine”. C'est ainsi que, dans le langage courant le catholicisme désigne selon le Petit Robert “la religion chrétienne dans laquelle le pape exerce l'autorité en matière de dogme et de morale”. Cette explication étymologique du terme catholique résout dès lors le problème posé par la présence de ce mot dans les testaments réformés des Baux (sauf pour un cas où au terme catholique est associé celui de romain qui renvoie directement à la religion catholique telle que nous la concevons de nos jours). Cela reflète cependant une sensibilité réformée qui hésite à faire, avec le recours au mot “catholique”, une démarcation franche qu'entraînerait l'utilisation, comme c'est le cas à Lourmarin, du terme “religion réformée”

27Cette absence de séparation claire entre les deux religions chrétiennes se retrouvait déjà durant la période antérieure. Entre 1560 et 1590, A. Kempa note déjà une acceptation du cimetière et de l'église paroissiale. Pour elle, cela “témoigne d'une incapacité de certains réformés à consommer la rupture jusqu'au bout au niveau de la pratique”, montre “qu'au seuil des deux confessions, les croyants n'ont pas toujours su faire une distinction très nette entre ce qui relevait de l'une et de l'autre religion” 16. Ce trait se retrouve semble-t-il, durant les quarante années suivantes. D'ailleurs, certaines personnes semblent partager leur vie religieuse entre les deux confessions, à l'exemple de la famille d'Isaac Peyre et de Jeanne Manson. Ils font baptiser leur fils, Honnorat, par le curé du village, le 12 janvier 1598 17. Or leurs trois filles, Suzanne, Judict et Isabeau se marient respectivement les 27 février 1621 et 8 juillet 1629 avec Jean Verpian, Jean Sourdet et Jacques Coye 18. Étant donné que toutes trois se marient selon le rite protestant, il est vraisemblable qu'elles aient été élevées dans la foi réformée. A travers l'exemple de cette famille, on se trouve donc en présence d'un mélange de pratiques religieuses, avec un baptême selon le rite romain et des mariages selon le culte protestant. Cela paraît plus surprenant. En effet, si le refus de se positionner clairement dans une seule confession, peut relativement bien s'expliquer, au début de la Réforme, par un changement d'identité religieuse qui se ferait progressivement, il est tout de même plus étonnant de retrouver cette attitude au début du XVIIe siècle, alors que la France est sous le régime de l'édit de Nantes. Certes, le baptême catholique était reconnu par les protestants et inversement, mais pourquoi ne pas aller au culte, qui avait lieu alors librement aux Baux, pour faire oindre l'enfant par le pasteur? Il n'est, en tout cas, pas inintéressant de constater que la cérémonie passée selon le rite romain est un baptême. Peut-être cela montre-t-il qu'il y avait chez les parents de cet enfant la crainte de le voir décéder sans baptême, et donc un besoin immédiat de recourir aux services du curé du village, alors qu'il aurait fallu attendre le prochain culte pour que le pasteur officie? Peut-être faut-il voir ici, au niveau des pratiques religieuses de cette famille, des résurgences de comportements catholiques au milieu d'un vécu religieux protestant? Peut-être y a-t-il aussi une volonté de prendre, dans les deux religions chrétiennes, ce qu'il y a de plus rassurant? Ainsi l'angoisse, toute catholique, devant l'attente du baptême d'un enfant se trouverait évacuée, chez ces réformés, par le recours, surprenant pour nous mais salvateur pour eux, au curé. Appel au curé, il faut le rappeler, quasiment unanime pour ce village où la population catholique est très majoritaire.

28Mais, au-delà de l'exemple isolé de cette famille, comment expliquer les différences qui s'établissent entre les sensibilités réformées des deux villages étudiés: pourquoi à Lourmarin et non aux Baux une sensibilité ouvertement réformée semble s'exprimer plus facilement? Il est très délicat de répondre à une telle question. Néanmoins, il semble possible de lancer quelques hypothèses, jalons d'une recherche qui devra être plus étendue dans le temps et dans l'espace.

29Une des différences essentielles entre les deux localités choisies est la proportion de protestants dans la population totale: la communauté réformée de Lourmarin est très largement majoritaire alors que celle des Baux est très minoritaire. Le critère du nombre pourrait ainsi jouer un rôle important dans la sensibilité religieuse des protestants. Pour la période 1560-1590, dans la vallée des Baux, les réformés n'étaient pas majoritaires, mais presque tous les représentants du pouvoir central étaient protestants, ainsi que le tiers du personnel municipal. Le flou confessionnel pouvait donc résulter d'une identité religieuse en formation. Pour la période suivante (1598-1629), non seulement les actes concernant les protestants sont plus faibles (10,5 % contre 20 %), ce qui laisse envisager une désaffection dans le camp réformé, mais en plus le pouvoir local n'est que très rarement entre les mains de protestants. On peut supposer que la sensibilité religieuse particulière des protestants ou, tout au moins, son mode d'expression est mise sur le compte d'une situation d'infériorité, tant numérique que politique, localement comme nationalement. L'identité religieuse ou plutôt la possibilité de s'identifier ouvertement dans une foi donnée, serait ici fonction de la position minoritaire ou majoritaire du groupe auquel appartient le croyant. Ce qui est clair, en tout cas, c'est que les critères d'identification religieuse, qui font sens pour nous, ne doivent pas nous faire oublier que, pour les individus de l'époque, les critères n'étaient pas forcément les mêmes ou exprimés aussi clairement que ce que l'on serait en droit d'attendre.

30Un second élément de réponse pourrait être le notaire. Qu'est-ce qui, en effet, nous garantit que tel tabellion catholique accepte des formules religieuses protestantes et inversement? Cette question du rôle du notaire paraît être essentielle car il peut-être considéré comme “un intermédiaire culturel au double sens de cette expression: au sens passif, en ce qu'ils participent de la culture savante, tout en étant très proches de la vie et de la mentalité populaires; et au sens actif, car ils fréquentent à la fois les puissants et les humbles et ils introduisent ces derniers dans le langage et les usages de la culture dominante” 19 .Certains historiens n'hésitent pas à croire en la bonne foi de ces tabellions. G. Audisio explique ainsi: “Je puis confirmer que la formulation ne dépend pas tant du notaire que de celui qui paie. Médiateur culturel, le notaire ne saurait imposer un formulaire qui heurterait de front les conceptions religieuses du client” 20. Les conclusions de M. Venard vont également dans ce sens: "le notaire est précisément le porte-parole le plus significatif parce que le plus neutre; (...) son langage convenu est par là-même singulièrement éclairant, car il est l'expression la plus objective possible de la conscience profonde quand elle doit se traduire en discours écrit21. D'autres historiens sont moins convaincus de cette neutralité du notaire, à l'exemple de R. Souriac: “Le notaire influe sur la qualification et le contenu de l'acte, cela n'est pas douteux” 22. Dans le cas présent, la question doit être posée du fait des différences qui s'établissent entre les deux échantillons étudiés. Quels sont les éléments en notre possession pour tenter d'ébaucher une réponse?

31A Lourmarin, nous l'avons dit, tous les notaires sont protestants et nous sommes en présence d'un identité religieuse qui s'exprime de façon ouverte et franche. Au Baux, deux notaires, sur les cinq qui officient sur la période considérée, sont réformés. Il s'agit de Jean Peyre et de Jean Davict. Le croisement des formules avec les notaires qui les ont inscrites donne les résultats suivants. Tout d'abord, seuls trois notaires sont concernés par l'enregistrement de ces actes (Jean Peyre, Jean Davict et Jean Quenin). Les protestants vont de préférence chez les notaires protestants: seuls 15 actes sur 59 (soit 25 %) sont passés chez le notaire Quenin. Nous sommes ici dans la même situation qu'en Luberon pour les années 1630 23: il n'y a pas de notaire attitré pour la communauté protestante mais certains notaires ne sont pas choisis par les réformés pour passer leurs actes. Aux Baux, les formules les plus atypiques se rencontrent chez le notaire protestant Davict. C'est chez le notaire catholique Quenin qu'on rencontre l'adjectif “nouvelle” comme attribut de la religion réformée, c'est là aussi que le terme de “religion prétendu réformé” est le plus répandu, bien qu'il soit également utilisé par le protestant Jean Peyre. De cela que conclure? Il est vrai que chaque notaire influe directement sur le vocabulaire employé: certains mots ou expressions sont spécifiques à un notaire. Cependant, il ne semble pas que la religion de ce tabellion influe directement sur l'expression de l'identité religieuse de l'individu qui vient passer un contrat de mariage ou un testament. En fait, rien ne permet de trancher réellement sur cette question du rôle du notaire, tout au moins à partir des exemples étudiés.

32A travers quelques exemples de contrats de mariage ou de testaments protestants de deux villages provençaux, on voit donc la diversité et par là même la richesse de ces sources. Celles-ci sont, sans conteste, les marqueurs de l'identité confessionnelle des individus à partir de critères spécifiques pour chacune des religions. Elles révèlent également une situation de cloisonnement religieux, entretenu il est vrai par les deux Églises rivales. Les protestants rencontrés ont, pour la plupart d'entre eux, une identité religieuse conforme à l'idée que l'on se fait des réformés de cette époque. Ils ne se signent pas, n'ont pas recours aux intercesseurs célestes et ne demandent pas de messe.

33Mais l'absence de mention spéciale n'est pas le seul moment où transparaît leur appartenance religieuse. Certains mots, certaines expressions révèlent leur sensibilité, en particulier au moment de la promesse de mariage mais surtout dans le choix de sépulture. C'est en effet ici que l'on aborde la gestuelle, les questions de pratiques religieuses proprement dites, à l'exemple des préférences émises par de Mathieu Coye, laboureur des Baux, au moment de son testament: eslisant sa sépulture du dit corps [...] dans le symetière de l'église parrochialle du dit Baulx présent au tombeau de ses devanciers parens y estant estre ensepvelly sans poinct de pompes pour estre luy de la religion prétendu réformé24.

34Cette sensibilité religieuse plurielle (les différences sont parfois grandes entre les deux villages étudiés) et la richesse des discordances entre l'expression de la foi réformée et les mots que l'on s'attend à trouver de la part de protestants, montrent que les consciences d'appartenance religieuse ne sont pas aussi simples que ne le laisserait penser une méthode interprétative, bien rodée maintenant, des sources notariales. Elles obligent, en tout cas à s'attarder sur cette question de fond qu'est la représentativité des actes notariés dans la perception de la sensibilité religieuse des protestants de XVIIe siècle. Certainement, à la suite de J.-L. Robert, doit-on voir ici un préalable indispensable à toute recherche historique dont le support reste la pratique notariale: “la réflexion méthodologique est une des questions centrales de la quantification en histoire. Elle se distingue de l'appréhension de la technique statistique [...] car la réflexion doit porter sur les travaux effectués ou en cours” 25 .

351 M. Vovelle, Piété baroque et déchristianisation en Provence, Paris, Seuil (Point Histoire n°34), 1978.

362 G. Audisio, “Il sentimento religioso dei Valdesi delle Provenza attraverso gli atti norarili, 1460-1520”, Quaderni Storici, n°41, 1979, pp.450-469.

37Plusieurs mémoires de maîtrise, dirigés par G. Audisio, ont également pour but d'approcher les sensibilités religieuses de certaines communautés en Provence, au XVIe siècle. Notamment ceux de A. Kempa, Les premiers protestants de la ville et de la vallée des Baux. Une minorité au pouvoir (1560-1590), Aix-en-Provence, 1986, de S. Droulier, Sensibilités religieuses à Aix-en-Provence (1566-1567) d'après les actes notariés, Aix-en-Provence, 1994 et de J.-P. Gueroult, Sensibilités réformées à Aix-en-Provence d'après les registres notariés (1559-1589), Aix-en-Provence, 1997).

383 Les actes notariés. Source de l'Histoire sociale XVIe- XIXe s. Actes du colloque de Strasbourg (mars 1978) réunis par B. Vogler. Librairie Istra, Strasbourg. 1979.

39Histoire sociale et actes notariés. Problème de méthodologie. Actes de la table ronde du 20 mai 1988 réunis par J.-L. Laffont, F. Ogé, R. Souriac et le laboratoire d'Études Méridionales. Toulouse, Presse universitaire du Mirail, Presse de l'Institut d'Études Politiques, 1989.

40Problème et méthodes d'analyse historique de l'activité notariale (XVe-XIXe siècles). Actes du colloque de Toulouse (15/16 septembre 1990) sous la direction de J.-L. Laffont. Presse Universitaire du Mirail, Toulouse, 1991.

414 I. d'Huisseau, La discipline des églises réformées de France, Genève, 1666, 3 vol. Voir chapitre X : Des exercices sacrés et des assemblées des fidèles, articles 5 et 6. Cité par J. Garrisson, Les protestants au XVIe siècle, Paris, Fayard, 1988, p.31.

425 Arch. Dép. de Vaucluse 3 E 42 142f°264.

436 Certains Baussencs osent tout de même afficher leur vieille appartenance à la religion réformée: ainsi dans l'acte de mariage de Antoine Verpian et Cécile Peyre des Baux, du 15 juin 1603, nous apprenons qu'il désirent se prendre en vrai mariage “en face l'église prétendue réformée de laquelle ils ont dit faire profession long temps y a” . Arch. Dép. B-d-R 397 E 56 f°682v°.

447 A. Stegmann, Édits des guerres de religion, “Mémoire des affaires étrangères”, 1589. Paris, Vrin, 1979, p. 227.

458 Cette situation gêna considérablement le clergé catholique qui, dans les années 1660, chercha à implanter un notaire catholique dans le village.

469 Arch. Dép.B-d-R, 362 E 18 f°640.

4710 P. Bertas, “A propos du testament d'un tambourinaire au XVIe siècle”, Études historiques marseillaises (XVe-XIXe siècles), Marseille, Société de statistique, d'histoire et d'archéologie de Marseille et de Provence, Marseille, 1929, p.13

4811 Arch. Dép. B-d-R, 398 E 121 f°64V°.

4912 Arch. Dép. B-d-R, 398 E 128 f°58 et 191.

5013 Le 10 mai 1600, Arch. DŽp. B-d-R, 398 E 78 f¡135.

5114 Le 10 avril 1598, Arch. DŽp. B-d-R, 397 E 56 f¡49.

5215 Cette acceptation de la chapelle ou de l'Žglise a Žgalement ŽtŽ remarquŽe par S. Droulier lors du testament d'une Aixoise rŽformŽe, Franoise Demayaud. Voir S. Droulier, Op.Cit, p.89.

5316 A.Kempa, op.cit. - pp127-128

5417 Arch. Dép. de B.d.R 1 MI 880.

5518 Arch. Dép. des B-d-R, Jean Davict 398 E 121 f°64v°, 129 f°131 et 129 f°227.

5619 M. Venard, “Intermédiaires culturels par fonction, les notaires au XVIe siècle”, Les intermédiaires culturels. Actes du colloque du centre méridional d'Histoire sociale, des Mentalités et des Cultures, Aix-en-Provence, Publication de l'Université de Provence, 1978, pp. 157-174

5720 G. Audisio, Les vaudois du Luberon. Une minorité en Provence (1460-1560). Gap: A.E.V.H.L., 1984, p. 37.

5821 M. Venard, Réforme protestante, Réforme catholique dans la province d'Avignon au XVIe siècle, Paris , Ed. du Cerf, 1993, p.199.

5922 R. Souriac, “En guise de conclusion”, Histoire sociale et actes notariés. Problème de méthodologie. op. cit., p.156.

6023 G. Audisio, “Se marier en Luberon: catholique et protestants vers 1630”, Mélanges Mandrou, Histoire Sociale, sensibilités collectives et mentalité, Paris, PUF, 1985, p.239.

6124 Arch. Dép. B-d-R 397 E 56 f° 93 v°.

6225 J.-L. Robert, “L'histoire quantitative, réflexions épistémologiques”, Supplément à la Revue d'Histoire Moderne et Contemporaine, Seizième série n° 10, Bulletin de la Société d'Histoire Moderne, n°2, 1981, p. 11

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline BORELLO, « Testaments et contrats de mariage : des sources essentielles dans l'appréhension d'une identité religieuse », Rives méditerranéennes [En ligne], Varia, mis en ligne le , consulté le 24 octobre 2017. URL : http://rives.revues.org/108 ; DOI : 10.4000/rives.108

Haut de page

Auteur

Céline BORELLO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org